Illustration Accueil Encyclopédie(s) Recherche Archives Impression Facebook Style


Dans "en savoir plus", je raconte les "dessous"...


A suivre !
logo entête



Autres catégories
(encyclopédies secondaires, par catégories et/ou mot(s)-clef(s) ; 116, au 2 Novembre 2020) :

Encyclopédie(s) principale(s) :

Plantes comestibles/alimentaires et, dans une moindre mesure, "utiles" ;
sauvages à (perma)cultivées ; annuelles à pérenn(isé)es
(plantes "potagères"*, par noms français courant ou noms latins/botaniques)


* plantes "potagères" au sens (très) large du terme (voir explication détaillée sur la page concernée).



Illustration

4 étoiles

(302 espèces - liste non exhaustive)

A

Abies balsamea, Abies balsamea,
fiche|retour
Abies balsamea (L.) Mill.
Nom français : Sapin baumier

feuille ; tronc

Détails :



Tronc (écorce interne, moëlle et résine consommées [nourriture/aliment, feuille (extrémités [base boissons/breuvages : tisanes]) comestibles.

Note médicinale : ****

Achillea millefolium, Achillea millefolium,
fiche|retour
Achillea millefolium L.
Nom français : Achillée millefeuille
Illustration
Illustration

Illustration


feuille ; fleur.

Détails :

feuille ; fleur.(1*)

Feuille (jeunes et/ou tendres (dont basales) et fraîches ou séchées : aromatisantes [(crues, cuites) ; dont boissons]) et fleur (dont boutons (idem feuille) : aromatisantes [dont sucre ; boissons ; conserves])) comestibles.(1*).


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : plusieurs risques essentiellement liés à une utilisation prolongée et/ou excessive ; cf. "Known Hazards" (risques connus) sur "PFAF"("5").

Note médicinale : ****

Autres usages : Il a une réputation d'être un remède en médecineµ{{{0(+x)µ.

Acorus calamus, Acorus calamus,
fiche|retour
Acorus calamus L.
Nom français : Acore odorant
Illustration
Illustration

Illustration


feuille ; racine

Détails :

feuille ; racine0(+),(1*),(2*)

Feuille (jeunes pousses/tiges fraîches : crues, cuites et/ou aromatisantes ; dont partie interne : crue), et racine (fraîches : crues [fruit]µ5(47,81?),(2*) ou cuites [rôties : légume] ; ou séchées : confites et/ou aromatisantes [boissons dont thé ; épice])(1*) comestibles. Les fleur (jeunes et tendres inflorescences) seraient également comestibles selon pfaf mais il est fort probable qu'il s'agisse de la partie interne des jeunes feuille/pousses{{{(dp*).


Précautions à prendre

(1*)la racine fraîche pourrait être toxique dans certaines conditions ; cf. "Known Hazards" (risques connus) sur "PFAF" ("5"). épluchées puis lavées (2*)il est conseillé d'éplucher et de laver les racines afin d'élimer/supprimer/enlever l'amertume. "L'acore était utilisé en Amérique du Nord pour parfumer les produits alimentaires (...)" : s'agit-il bien des racines ?(qp*)

Note médicinale : ****

Actaea racemosa, Actaea racemosa,
fiche|retour
Actaea racemosa L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-10

feuille

Détails :

feuille.(1*)

Feuilles ; attention.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante est toxique à fortes doses ; de fortes doses irritent les centres nerveux et peuvent provoquer un avortement ; troubles gastro-intestinaux, hypotension, nausées, maux de tête. Non recommandé pendant la grossesse ou pendant l'allaitement ; ne pas prendre en concomitance avec du fer.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'actée à grappes noires est un remède traditionnel des Indiens d'Amérique du Nord où elle était principalement utilisée pour traiter les problèmes des femmes, en particulier les règles douloureuses et les problèmes liés à la ménopause [254]. Un remède à base de plantes populaire et largement utilisé, il est efficace dans le traitement de diverses maladies [4]. La racine est altérative, antidote, antirhumatismale, antispasmodique, astringente, cardiotonique, diaphorétique, diurétique, emménagogue, expectorante, hypnotique, sédative, tonique et vasodilatatrice [4, 7, 21, 46, 57, 165, 192, 222]. Il est récolté à l'automne au fur et à mesure que les feuilles meurent, puis coupé en morceaux et séché [4]. La racine est toxique en cas de surdosage, elle doit être utilisée avec prudence et être complètement évitée par les femmes enceintes [222]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. Les ingrédients médicalement actifs ne sont pas solubles dans l'eau, donc une teinture de racine est normalement utilisée [222]. Il est utilisé dans le traitement des rhumatismes, comme sédatif et emménagogue [213]. Il est traditionnellement important dans le traitement des plaintes des femmes, agissant spécifiquement sur l'utérus, il soulage les crampes utérines et a été utilisé pour aider à l'accouchement [222, 268]. La recherche a montré que la racine a une activité oestrogénique et on pense qu'elle réduit les niveaux d'hormone lutéinisante hypophysaire, diminuant ainsi la production ovarienne de progestérone [222, 254]. La racine est également hypoglycémique, sédative et anti-inflammatoire [222]. Utilisé en association avec le millepertuis (Hypericum perforatum), il est efficace à 78% dans le traitement des bouffées de chaleur et autres problèmes de ménopause [254]. Il a été démontré qu'un extrait de racine renforce l'organe reproducteur mâle chez le rat [222]. La racine contient de l'acide salicylique, ce qui la rend utile dans le traitement de divers problèmes rhumatismaux - elle est particulièrement efficace au stade aigu de la polyarthrite rhumatoïde, de la sciatique et de la chorée [268]. Son action sédative le rend utile pour traiter une gamme d'autres plaintes, y compris les acouphènes et l'hypertension artérielle [254]. Les racines sont utilisées pour fabriquer un remède homéopathique [232]. Ceci est principalement utilisé pour les femmes, en particulier pendant la grossesse [232]. Les monographies de la Commission E allemande, un guide thérapeutique de la phytothérapie, approuvent Cimicifuga racemosa (Actaea racemosa) pour les troubles climatériques (ménopause) et le syndrome prémenstruel. (voir [302] pour les critiques de la commission E).

Actinidia chinensis, Actinidia chinensis,
fiche|retour
Actinidia chinensis Planch.
Nom français : Kiwi
Illustration
Illustration

Par JJ Harrison (Travail personnel), via Wikimedia Commons
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : -10-/12/-15

fruit ; fleur

Note : ****

Détails :

fruit ; fleur

Fruit (sans la peau, frais [crus/cuits, boissons] ; dont graines [dont extrait : huile aromatisante]) et fleur (extrait [huile alimentaire]) comestibles.

Aesculus hippocastanum, Aesculus hippocastanum,
fiche|retour
Aesculus hippocastanum L.
Nom français : Marronnier commun
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Détails :

fruit (graines).(1*)

Fruit (graines : fraîches torréfiées [café] ; ou séchées puis cuites [gruau/bouillie]) moyennement comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)La graine est riche en saponines (toxines). Cependant, celles-ci sont mal absorbés par le corps humain qu'elles traversent donc, pour la plupart, sans dommage ; de plus, elles peuvent être, en grande partie, éliminées par différentes techniques de lessivage, par une bonne cuisson (complète) et/ou par un ou plusieurs changement des eaux, soigneusement réalisées. Malheureusement, ces travaux peuvent-être fastidieux et le résultat pas toujours convaincaint sachant qu'une opération réussit supprime à la fois la saveur amère (liée à la présence des saponines) mais également de nombreux minéraux et vitamines, laissant ainsi principalement de l'amidon. Dans tous les cas, même si ces toxines peuvent être trouvées dans de nombreux aliments tels que des haricots, et bien qu'elles soient beaucoup plus toxiques pour certaines créatures, comme les poissons, il est toutefois déconseillé de manger de grandes quantités d'aliments qui en contiennent, et fortement recommandé, aux personnes présentant une insuffisance rénale ou hépatique, de s'en abstenir complètement. Cf. "Known Hazards" (risques connus) sur "PFAF" ("5") pour plus d'informations{{{(dp*).

Note médicinale : ****

Aesculus spp, Aesculus spp,
fiche|retour
Aesculus spp

Note médicinale : ****

Agastache rugosa, Agastache rugosa,
fiche|retour
Agastache rugosa (Fisch. & C. A. Mey.) Kuntze
Nom français : Menthe-réglisse coréenne
Illustration
Illustration

Par Stanislav Doronenko (Travail personnel), via Wikimedia Commons
Illustration


feuille

Note : ****

Détails :

feuille

Feuille (aromatisantes [crues5(13?,16?) ou cuites ; tisanes]) comestibles. Les fruit (graines) seraient également "possiblement" comestibles.

Note médicinale : ***

Alchornea castaneifolia, Alchornea castaneifolia,
fiche|retour
Alchornea castaneifolia (Humb. & Bonpl. ex Willd.) A.Juss.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : Iporuru a une haute réputation en tant qu'herbe médicinale dans certaines parties de l'Amérique du Sud, bien qu'elle soit peu connue ailleurs. L'écorce et les feuilles sont utilisées à de nombreuses fins différentes et sont préparées de différentes manières. Cependant, il est particulièrement apprécié pour ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques et est également largement utilisé comme aphrodisiaque et tonique général du système reproducteur. Il est couramment utilisé avec d'autres plantes pendant la formation chamanique et, parfois, est un ingrédient de l'ayahuasca (une décoction hallucinogène et multi-herbes utilisée par les chamans sud-américains) [318]. Il a été démontré que la plante contient des stéroïdes, des saponines, des phénols, des flavonols, des flavones, des tanins, des xanthones et des alcaloïdes [318]. Les propriétés anti-inflammatoires sont attribuées à un groupe d'alcaloïdes, dont un appelé alchorneine, qui se trouvent dans l'écorce de ce dernier et de plusieurs autres membres du genre [318]. Il y a eu peu de recherches cliniques sur la plante - malgré sa longue histoire d'utilisation. Ce qui a été fait, cependant, contribue à expliquer certaines de ses utilisations traditionnelles. Il a été démontré qu'un extrait à l'éthanol du stembark réduit le gonflement et l'inflammation lorsqu'il est appliqué localement. Cet extrait inhibe également la synthèse des prostaglandines - ces prostaglandines sont liées à des processus et maladies inflammatoires et l'activité inhibitrice peut, en partie, expliquer l'utilisation traditionnelle d'Iporuru pour traiter les troubles inflammatoires des articulations et des muscles tels que l'arthrose, l'arthrite et les rhumatismes318]. D'autres recherches ont soutenu les activités antifongiques, antivirales et antitumorales d'Iporuru [318]. Un extrait à l'éthanol de l'herbe s'est avéré beaucoup plus efficace qu'un extrait aqueux [318]. Une teinture d'écorce ou de feuilles est utilisée pour traiter les rhumatismes, l'arthrite, les rhumes et les douleurs musculaires. Il soulage les symptômes de l'arthrose et favorise la flexibilité de l'articulation et l'amplitude des mouvements. Une décoction d'écorce est prise avant les repas pour prévenir la diarrhée [318, 558]. Les feuilles écrasées sont anodines. Ils sont frottés sur les articulations douloureuses et sont battus en pâte à appliquer sur les plaies douloureuses de galuchat [318]. Une décoction de feuilles est utilisée comme traitement contre la toux. Les feuilles sont utilisées pour augmenter la fertilité féminine (surtout dans les cas où le mâle est relativement impuissant). Il est largement utilisé comme tonique aphrodisiaque et gériatrique pour les hommes et est considéré comme un remède contre l'impuissance ainsi que pour équilibrer la glycémie chez les diabétiques. La plante a récemment gagné en popularité parmi les athlètes et les professionnels de la santé nord-américains; avec des rapports suggérant qu'il fournit un soutien nutritionnel aux structures musculaires et articulaires [318].Iporuru a une haute réputation en tant qu'herbe médicinale dans certaines parties de l'Amérique du Sud, bien qu'elle soit peu connue ailleurs. L'écorce et les feuilles sont utilisées à de nombreuses fins différentes et sont préparées de différentes manières. Cependant, il est particulièrement apprécié pour ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques et est également largement utilisé comme aphrodisiaque et tonique général du système reproducteur. Il est couramment utilisé avec d'autres plantes pendant la formation chamanique et, parfois, est un ingrédient de l'ayahuasca (une décoction hallucinogène et multi-herbes utilisée par les chamans sud-américains) [318]. Il a été démontré que la plante contient des stéroïdes, des saponines, des phénols, des flavonols, des flavones, des tanins, des xanthones et des alcaloïdes [318]. Les propriétés anti-inflammatoires sont attribuées à un groupe d'alcaloïdes, dont un appelé alchorneine, qui se trouvent dans l'écorce de ce dernier et de plusieurs autres membres du genre [318]. Il y a eu peu de recherches cliniques sur la plante - malgré sa longue histoire d'utilisation. Ce qui a été fait, cependant, contribue à expliquer certaines de ses utilisations traditionnelles. Il a été démontré qu'un extrait à l'éthanol du stembark réduit le gonflement et l'inflammation lorsqu'il est appliqué localement. Cet extrait inhibe également la synthèse des prostaglandines - ces prostaglandines sont liées à des processus et maladies inflammatoires et l'activité inhibitrice peut, en partie, expliquer l'utilisation traditionnelle d'Iporuru pour traiter les troubles inflammatoires des articulations et des muscles tels que l'arthrose, l'arthrite et les rhumatismes318]. D'autres recherches ont soutenu les activités antifongiques, antivirales et antitumorales d'Iporuru [318]. Un extrait à l'éthanol de l'herbe s'est avéré beaucoup plus efficace qu'un extrait aqueux [318]. Une teinture d'écorce ou de feuilles est utilisée pour traiter les rhumatismes, l'arthrite, les rhumes et les douleurs musculaires. Il soulage les symptômes de l'arthrose et favorise la flexibilité de l'articulation et l'amplitude des mouvements. Une décoction d'écorce est prise avant les repas pour prévenir la diarrhée [318, 558]. Les feuilles écrasées sont anodines. Ils sont frottés sur les articulations douloureuses et sont battus en pâte à appliquer sur les plaies douloureuses de galuchat [318]. Une décoction de feuilles est utilisée comme traitement contre la toux. Les feuilles sont utilisées pour augmenter la fertilité féminine (surtout dans les cas où le mâle est relativement impuissant). Il est largement utilisé comme tonique aphrodisiaque et gériatrique pour les hommes et est considéré comme un remède contre l'impuissance ainsi que pour équilibrer la glycémie chez les diabétiques. La plante a récemment gagné en popularité parmi les athlètes et les professionnels de la santé nord-américains; avec des rapports suggérant qu'il fournit un soutien nutritionnel aux structures musculaires et articulaires [318].

Alchornea cordifolia, Alchornea cordifolia,
fiche|retour
Alchornea cordifolia
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit; feuille

Détails :

fruit ; feuille

Les feuilles séchées sont un substitut du thé ; les fruits acidulés sont considérés comme comestibles dans certaines régions d'Afrique.

Note médicinale : ****

Autres usages : Alchornea cordifolia est une plante médicinale importante dans la médecine traditionnelle africaine et de nombreuses recherches pharmacologiques ont été menées sur ses propriétés antibactériennes, antifongiques et antiprotozoaires, ainsi que sur ses activités anti-inflammatoires, avec des résultats positifs significatifs. Cependant, le lien entre l'activité et des composés particuliers n'est souvent pas clair, bien que les flavonoïdes et les tanins semblent jouer un rôle majeur. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élucider ces relations. Il est probable qu'Alchornea cordifolia restera une plante médicinale majeure [299]. Les feuilles sont la partie principale utilisée, mais l'écorce de la tige, la moelle de la tige, les tiges feuillues, l'écorce des racines, les racines et les fruits sont également employés [299]. En plus des propriétés énumérées ci-dessus, les feuilles ou les tiges feuillues sont également considérées comme abortives, antispasmodiques, purificatrices de sang, diurétiques, émétique (à fortes doses), emménagogue, ocytocique, purgatif, sédatif et tonique [299, 332]. Prises en infusion ou mâchées fraîches, elles sont utilisées pour traiter une grande variété d'affections dont: - les problèmes respiratoires tels que maux de gorge, toux et bronchite; les conditions génito-urinaires telles que les maladies vénériennes, les problèmes menstruels, l'impuissance et la stérilité féminine; les problèmes intestinaux tels que les ulcères gastriques, la diarrhée, la dysenterie amibienne et les vers; anémie; épilepsie; tachycardie [299, 332]. En tant que purgatif, les feuilles sont également prises en lavement [299]. Les feuilles fraîches écrasées ou les feuilles sèches en poudre sont appliquées à l'extérieur comme cicatrisant sur les plaies, pour soulager les douleurs, par exemple les maux de dos et les maux de tête, sur les fractures pour améliorer la guérison et pour traiter les infections oculaires et de nombreuses affections cutanées, y compris les maladies vénériennes, la lèpre, les plaies, les abcès pian et filariose [299, 332]. Une décoction de brindilles feuillues est appliquée comme lavage pour les frissons fébriles et les douleurs rhumatismales, également pour les plaies et comme application sur les pieds endoloris sous forme de lotion ou de cataplasme [332]. La décoction de feuilles et de racines est largement utilisée comme bain de bouche pour traiter les ulcères de la bouche, les maux de dents et les caries, et les brindilles sont mâchées aux mêmes fins [299]. La moelle de la jeune tige est amère et astringente et est mâchée dans le traitement de la tachycardie [299]. La moelle peut également être frottée sur la poitrine pour traiter les problèmes respiratoires [299]. La racine est largement utilisée pour traiter les maladies vénériennes, la dysenterie amibienne et la diarrhée [299]. En externe, il est utilisé pour fabriquer des gouttes ophtalmiques pour guérir la conjonctivite [299]. Une décoction de fruits meurtris est prise pour éviter une fausse couche [299].

Alliaria petiolata, Alliaria petiolata,
fiche|retour
Alliaria petiolata (M. Bieb.) Cavara & Grande
Nom français : Alliaire officinale
Illustration
Illustration

Par Woodville W., Hooker W.J., Spratt G. (Medical Botany, 3th edition, vol. 3: t. 148 ; 1832), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille ; racine

Feuille, fleur, graines et racine comestibles.

Note médicinale : **

Allium, Allium,
fiche|retour
Allium
Nom français : Ail (ails ou aulx, au pluriel)

fruit ; fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille ; racine (bulbes).(1*)

Feuille (feuilles : crues ou cuites [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)], fleur (fleurs et bourgeons : crus ou cuits [nourriture/aliment et/ou garniture (accompagnement décoratif/garnissant) {ex : confits, décoration des platsµ{{{~~1, potherbe}]), graines (jeunes (vertes) ou mûres (noires) [assaisonnement : condiment piquant/poivré])µ{{{~~1, racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique) et, parfois , poivré/piquant1 {ex : confits, assaisonnement des sauces et plats}]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

ATTENTION : risque de confusion entre certaines espèces (notamment l'ail des ours [Allium ursinum]) et le muguet (Convallaria majalis) ou la colchique (Colchium autumnale) qui sont tous les 2 très toxiques. (1*)La plante entière contiendrait des alcaloïdes, toxiques à fortes doses ; il ya eu des cas d'intoxication causée par la consommation, en très grandes quantités, la quantité et par quelques mammifères, de certains membres de ce genre ; les chiens semblent être particulièrement sensibles.

Allium ampeloprasum, Allium ampeloprasum,
fiche|retour
Allium ampeloprasum L.
Nom français : Poireau d'été
Illustration
Illustration

Par Sowerby J.E. (English Botany, or Coloured Figures of British Plants, 3th ed., vol. 9: t. 1531 ; 1869), via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; fleur ; racine

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles et jeunes pousses) ; fleur (fleurs) ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits (à la vapeur ou sous la cendre), froids ou chauds [nourriture/aliment : légume]) et feuille (feuilles et jeunes pousses [assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)] : crues ou cuites) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : ***

Allium canadense, Allium canadense,
fiche|retour
Allium canadense L.
Nom français : Ail du canada

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture/aliment : légume ; et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium moly, Allium moly,
fiche|retour
Allium moly L.
Nom français : Ail d'Espagne
Illustration
Illustration

Botanical Magazine (vol. 14: t. 499 ; 1800) [S.T. Edwards], via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium oleraceum, Allium oleraceum,
fiche|retour
Allium oleraceum L.
Nom français : Ail des jardins
Illustration
Illustration

Par Sowerby J.E. (English Botany, or Coloured Figures of British Plants, 3th ed., vol. 9: t. 1536 ; 1869), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (bulbilles) ; fleur ; feuille ; racine (bulbes).(1*)

Feuille, racine (bulbes), fleur et fruit (bulbilles) comestibles (aromatisants ((crus/cuits))1).(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : **

Allium oschaninii, Allium oschaninii,
fiche|retour
Allium oschaninii O.Fedtsch.
Nom français : Échalote grise

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture/aliment et/ou condiment aromatique]) et feuille (feuilles : crues ou cuites [nourriture {ex. : comme potherbe}/aliment et/ou condiment aromatique comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : **

Allium ramosum, Allium ramosum,
fiche|retour
Allium ramosum L.
Nom français : Ail à fleurs comestibles

feuille; fleur; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; fleur ; racine (bulbe)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium scorodoprasum, Allium scorodoprasum,
fiche|retour
Allium scorodoprasum L.
Nom français : Rocambole

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)]) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium senescens, Allium senescens,
fiche|retour
Allium senescens L.
Nom français : Ail des montagnes

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)]) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium stipitatum, Allium stipitatum,
fiche|retour
Allium stipitatum Regel
Nom français : Échalote de Perse

fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fleur ; feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture, feuille (feuilles : crues ou cuites {ex. comme potherbe}) et fleur (fleurs : crues [garniture (accompagnement garnissant/décoratif) : salades]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : **

Allium subhirsutum, Allium subhirsutum,
fiche|retour
Allium subhirsutum L.
Nom français : Ail cilié
Illustration
Illustration

Illustration


fleur; feuille; racine

Note : ****

Détails :

fleur ; feuille ; racine (bulbe)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium thunbergii, Allium thunbergii,
fiche|retour
Allium thunbergii G. Don

fleur; feuille; racine

Note : ****

Détails :

fleur ; feuille ; racine (bulbe)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : **

Allium tricoccum, Allium tricoccum,
fiche|retour
Allium tricoccum Aiton
Nom français : Ail des bois

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)]) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Allium victorialis, Allium victorialis,
fiche|retour
Allium victorialis L.
Nom français : Ail de la sainte-victoire

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture : légume ; et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)]) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Aloe camperi, Aloe camperi,
fiche|retour
Aloe camperi Schweinf.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 9-12


Précautions à prendre

ATTENTION : la sève des espèces d'Aloe contient des anthraquinones ; ces composés ont plusieurs actions médicinales bénéfiques, notamment en tant que laxatif, et de nombreuses espèces d'Aloe sont ainsi employées en médecine traditionnelle ; bien que sans danger à petites doses et pendant de courtes périodes, les anthraquinones présentent des problèmes potentiels si elles sont utilisées en excès ; ceux-ci incluent la congestion et l'irritation des organes pelviens ; l'utilisation à long terme de laxatifs anthraquinoniques peut également jouer un rôle dans le développement du cancer colorectal car ils ont un potentiel génotoxique et un potentiel tumorigène.

Note médicinale : ****

Autres usages : On dit que cette espèce est l'une des plantes médicinales les plus importantes d'Erythrée, bien que nous ayons des informations très petites sur son utilisation. Il est susceptible d'être utilisé de manière similaire à l'Aloe vera, où le gel est utilisé pour traiter un large éventail d'affections cutanées et les amers de l'exsudat de sève sont utilisés comme laxatif. Les constituants distinctifs des feuilles d'Aloe sont des composés phénoliques, notamment des dérivés de chromone, d'anthraquinone ou d'anthrone. Certains de ces composés se trouvent dans de nombreuses espèces, tandis que d'autres ne sont présents que dans quelques-unes [299]. Les principaux composants de l'exsudat sont l'émodine et l'aloenine [299]. L'exsudat a des propriétés antifongiques significatives [299].

Aloe macrosiphon, Aloe macrosiphon,
fiche|retour
Aloe macrosiphon Baker
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 9-11


Précautions à prendre

ATTENTION : la sève des espèces d'Aloe contient des anthraquinones ; ces composés ont plusieurs actions médicinales bénéfiques, notamment en tant que laxatif, et de nombreuses espèces d'Aloe sont ainsi employées en médecine traditionnelle ; bien que sans danger à petites doses et pendant de courtes périodes, les anthraquinones présentent des problèmes potentiels si elles sont utilisées en excès ; ceux-ci incluent la congestion et l'irritation des organes pelviens ; l'utilisation à long terme de laxatifs anthraquinoniques peut également jouer un rôle dans le développement du cancer colorectal car ils ont un potentiel génotoxique et un potentiel tumorigène.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les constituants distinctifs des feuilles d'Aloe sont des composés phénoliques, notamment des dérivés de chromone, d'anthraquinone ou d'anthrone. Certains de ces composés se trouvent dans de nombreuses espèces, tandis que d'autres ne sont présents que dans quelques-unes [299]. Cette espèce a des propriétés très similaires à l'Aloe vera [299]. Les utilisations de l'Aloe vera sont les suivantes: - Le gel transparent contenu dans la feuille constitue un excellent traitement pour les blessures, les brûlures et une foule d'autres troubles cutanés, plaçant une couche protectrice sur la zone touchée, accélérant le taux de guérison et réduisant le risque d'infection. Le gel est également appliqué en externe pour soigner les hémorroïdes [254, 299, K]. Ces actions sont en partie dues à la présence d'aloectine B, qui stimule le système immunitaire [254]. Pour obtenir ce gel, les feuilles peuvent être coupées en deux sur leur longueur et la pulpe interne frottée sur la zone de peau affectée [K]. Cela a un effet apaisant immédiat sur toutes sortes de brûlures et autres problèmes de peau [K]. L'utilisation du gel a été approuvée aux États-Unis pour le traitement de la leucémie chez le chat, du fibrosarcome chez le chien, pour la cicatrisation des plaies chez l'homme et pour prévenir la sécheresse de l'orbite chez l'homme [299]. Les feuilles pelées sont consommées pour soulager les maux de gorge et la toux et comme laxatif doux. En tant que complément alimentaire, on dit que le gel de feuilles facilite la digestion et améliore la circulation sanguine et lymphatique, ainsi que les fonctions des reins, du foie et de la vésicule biliaire [299]. Il existe des allégations d'activité bénéfique des produits d'Aloe vera dans les cas de SIDA, d'arthrite ou d'autres affections chroniques et débilitantes. cependant, ces allégations n'ont pas été étayées par des études scientifiques. Il n'y a pas non plus de preuve que le gel topique d'Aloe vera est efficace pour prévenir ou minimiser les réactions cutanées radio-induites chez les patients cancéreux. En grande quantité, le gel possède des propriétés anti-irritantes [299]. Une substance amère est obtenue à partir de la sève jaune à la base de la feuille. Connu sous le nom d '«aloès amer», il contient des anthraquinones qui sont un stimulant digestif utile et un laxatif puissant [254]. Il a également des propriétés vermicides [299]. Il est pris en interne dans le traitement de la constipation chronique, du manque d'appétit, des problèmes digestifs, etc. [238]. Mélangé à d'autres ingrédients pour masquer son goût amer, il se prend contre l'asthme et pour traiter la toux. Des mélanges similaires sont utilisés pour soigner la dysenterie, les problèmes rénaux ou contre la dyspepsie [299]. Il doit être administré de préférence en association avec un antispasmodique pour modérer son action de préhension [299]. Il est appliqué à l'extérieur comme réfrigérant pour traiter l'acné ou les coupures [299]. «Cura'ao aloe» doit contenir au moins 28% de dérivés d'hydroxy-anthraquinone; il est presque entièrement soluble dans 60% d'alcool et à plus de 70% dans l'eau. Il ne doit pas contenir plus de 12% d'humidité et 3% de cendres [299]. La plante est fortement purgative, il faut donc faire très attention au dosage [238]. Les laxatifs à base d'anthraquinone, tels que les aloès amers, ne doivent pas être utilisés plus de 8 à 10 jours, ni par les enfants de moins de 12 ans. Les contre-indications comprennent la grossesse, l'allaitement, les inflammations intestinales et les hémorroïdes [238, 243, 299]. Lorsque les plantes sont cultivées en pots, la teneur en anthraquinone est considérablement réduite [254].

Aloe perryi, Aloe perryi,
fiche|retour
Aloe perryi Baker
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12


Précautions à prendre

ATTENTION : la sève des espèces d'Aloe contient des anthraquinones ; ces composés ont plusieurs actions médicinales bénéfiques, notamment en tant que laxatif, et de nombreuses espèces d'Aloe sont ainsi employées en médecine traditionnelle ; bien que sans danger à petites doses et pendant de courtes périodes, les anthraquinones présentent des problèmes potentiels si elles sont utilisées en excès ; ceux-ci incluent la congestion et l'irritation des organes pelviens ; l'utilisation à long terme de laxatifs anthraquinoniques peut également jouer un rôle dans le développement du cancer colorectal car ils ont un potentiel génotoxique et un potentiel tumorigène.

Note médicinale : ****

Autres usages : Utilisé en médecine de la même manière que l'Aloe vera [46]. L'aloe vera est utilisé de la manière suivante: - Le gel transparent contenu dans la feuille constitue un excellent traitement pour les plaies, les brûlures et une foule d'autres troubles cutanés, en plaçant une couche protectrice sur la zone touchée, accélérant le taux de guérison et réduisant le risque d'infection. Le gel est également appliqué en externe pour soigner les hémorroïdes [254, 299, K]. Ces actions sont en partie dues à la présence d'aloectine B, qui stimule le système immunitaire [254]. Pour obtenir ce gel, les feuilles peuvent être coupées en deux sur leur longueur et la pulpe interne frottée sur la zone de peau affectée [K]. Cela a un effet apaisant immédiat sur toutes sortes de brûlures et autres problèmes de peau [K]. L'utilisation du gel a été approuvée aux Etats-Unis pour le traitement de la leucémie chez le chat, du fibrosarcome chez le chien, pour la cicatrisation des plaies chez l'homme et pour prévenir la sécheresse de l'alvéole chez l'homme [299]. Les feuilles pelées sont consommées pour soulager les maux de gorge et la toux et comme laxatif doux. En tant que complément alimentaire, on dit que le gel de feuilles facilite la digestion et améliore la circulation sanguine et lymphatique, ainsi que les fonctions des reins, du foie et de la vésicule biliaire [299]. Il existe des allégations d'activité bénéfique des produits d'Aloe vera dans les cas de SIDA, d'arthrite ou d'autres affections chroniques et débilitantes. Cependant, ces allégations n'ont pas été étayées par des études scientifiques. Il n'y a pas non plus de preuve que le gel topique d'Aloe vera est efficace pour prévenir ou minimiser les réactions cutanées radio-induites chez les patients cancéreux. En grande quantité, le gel possède des propriétés anti-irritantes [299]. Une substance amère est obtenue à partir de la sève jaune à la base de la feuille. Connu sous le nom d '«aloès amers», il contient des anthraquinones qui sont un stimulant digestif utile et un laxatif puissant [254]. Il a également des propriétés vermicides [299]. Il est pris en interne dans le traitement de la constipation chronique, du manque d'appétit, des problèmes digestifs, etc. [238]. Mélangé à d'autres ingrédients pour masquer son goût amer, il se prend contre l'asthme et pour traiter la toux. Des mélanges similaires sont utilisés pour soigner la dysenterie, les problèmes rénaux ou contre la dyspepsie [299]. Il doit être administré de préférence en association avec un antispasmodique pour modérer son action de préhension [299]. Il est appliqué à l'extérieur comme réfrigérant pour traiter l'acné ou les coupures [299]. «Cura'ao aloe» doit contenir au moins 28% de dérivés d'hydroxy-anthraquinone; il est presque entièrement soluble dans 60% d'alcool et à plus de 70% dans l'eau. Il ne doit pas contenir plus de 12% d'humidité et 3% de cendres [299]. La plante est fortement purgative, il faut donc faire très attention au dosage [238]. Les laxatifs à base d'anthraquinone, tels que les aloès amers, ne doivent pas être utilisés plus de 8 à 10 jours, ni par les enfants de moins de 12 ans. Les contre-indications comprennent la grossesse, l'allaitement, les inflammations intestinales et les hémorroïdes [238, 243, 299]. Lorsque les plantes sont cultivées en pots, la teneur en anthraquinone est considérablement réduite [254].

Aloysia citriodora, Aloysia citriodora,
fiche|retour
Aloysia citriodora Palau
Nom français : Verveine odorante

feuille

Note : ****

Détails :

feuille

Feuille (feuille [base boissons : tisanes {infusion} ; ou assaisonnement : aromate (condiment aromatique|/aromatisant) pour liqueurs et tisanes]) comestible.

Note médicinale : ***

Aloysia polystachya, Aloysia polystachya,
fiche|retour
Aloysia polystachya Griseb. & Moldenke
Nom français : Verveine menthe

feuille

Note : ****

Détails :

feuille

Feuille (feuille [base boissons/breuvages : tisanes ; et assaisonnement {aromate / condiment aromatique/aromatisant : utilisé en association avec le maté}]) comestible.

Amelanchier canadensis, Amelanchier canadensis,
fiche|retour
Amelanchier canadensis (L.) Medik.
Nom français : Amélanchier du canada
Rusticité (résistance face au froid/gel) : {{{-15

fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Fruit (fruits murs (frais ou séchés ; bruts ou transformés/préparés) : crus ou cuits [aliment/nourriture]) comestible.

Andrographis paniculata, Andrographis paniculata,
fiche|retour
Andrographis paniculata (Burm.f.) Nees
Nom français : Chirette verte
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille

Les feuilles sont parfois consommées mélangées à d'autres légumes ; c'est une plante cultivée.


Précautions à prendre

ATTENTION : Andrographis paniculata est une plante herbacée annuelle érigée au goût extrêmement amer dans toutes les parties du corps de la plante ; la plante est connue dans le nord-est de l'Inde sous le nom de Maha-tita, littéralement «roi de l'amer», et connue sous divers noms vernaculaires ; en tant qu'herbe ayurvédique, elle est connue sous le nom de Kalmegh ou Kalamegha, ce qui signifie «nuage sombre» ; elle est également connue sous le nom de Bhumi-neem, qui signifie «neem du sol», car la plante, bien qu'étant une petite herbe annuelle, a un goût amer fort similaire à celui du grand arbre Neem (Azadirachta indica) ; en Malaisie, elle est connu sous le nom de Hempedu Bumi, qui signifie littéralement «bile de terre» car c'est l'une des plantes les plus amères utilisées en médecine traditionnelleµ{{{5(+).

Note médicinale : ****

Autres usages : La chireta verte a une longue histoire d'utilisation médicinale traditionnelle en Inde, dans diverses régions d'Asie du Sud-Est, en Amérique centrale et dans les Caraïbes [310]. Les racines et les feuilles sont considérées comme altératives, anthelminthiques, amères, fébrifuges, gastriques et toniques [46]. Il y a eu un grand nombre de recherches sur les effets de cette plante, plusieurs composés médicalement actifs ont été identifiés avec un large éventail d'actions efficaces [310]. Les parties aériennes de la plante contiennent un grand nombre de diterpènes, tandis que la présence de flavones dans la racine a également été signalée [310]. Des extraits et des diterpènes et flavonoïdes purifiés ont été étudiés pour une multitude d'effets pharmacologiques. Les essais utilisant l'extrait de feuilles ont conclu que les feuilles en poudre ont la capacité de raccourcir considérablement la durée du rhume et que les feuilles peuvent être aussi efficaces que le paracétamol pour soulager la fièvre et les maux de gorge des personnes atteintes de pharyngotonsilite [310] Les feuilles ont également Il a été démontré qu'il avait un effet anti-inflammatoire significatif et inhibait également de manière significative l'?dème [310] Un extrait à l'éthanol des feuilles stimule davantage les réponses immunitaires spécifiques à l'antigène et non spécifiques que les extraits de feuilles purifiées. Un extrait à l'éthanol a également montré une activité antipyrétique significative. Un extrait de feuille standardisé présente des propriétés antipyrétiques significatives et est un analgésique efficace [310]. L'extrait aqueux brut des feuilles, ainsi que le n-butanol semi-purifié et les fractions aqueuses, ont montré une activité hypotensive significative [310]. Dans un essai, une perfusion de 10% de l'herbe appliquée par voie intraveineuse à 1 ml / kg de poids corporel a réduit la pression artérielle de 6 à 10 mm Hg en 10 à 20 secondes [310]. Il a également été démontré qu'un extrait de feuilles abaisse le taux de cholestérol, tandis que des effets antithrombotiques ont également été observés. On pense que ces effets pourraient être au moins partiellement dus aux flavones présentes dans l'extrait [310]. Administrés par voie intrapéritonéale, les diterpènes andrographiside et néoandrographolide (présents dans les feuilles) ont un effet protecteur significatif sur le foie. Un extrait de feuilles a montré une activité antidiarrhéique [310]. Les diterpènes andrographolide et néoandrographolide isolés à partir de l'extrait alcoolique ont montré une puissante activité antisécrétoire contre les sécrétions induites par l'entérotoxine d'Escherichia coli. Divers composés ont montré des propriétés anti-ulcéreuses significatives. Il est suggéré que cet effet est dû à l'activité antisécrétoire et à l'effet protecteur sur la muqueuse gastrique [310]. L'administration orale de 20 mg de poudre de feuilles sèches pendant 60 jours a un effet antifertilité chez les mâles [310]. L'extrait alcoolique des rhizomes présente une bonne activité anthelminthique in vitro contre Ascaris lumbricoides [310]. Le néoandrographolide, isolé des feuilles, présente une activité antipaludique significative [310] Le monoester d'acide succinique de déhydroandrographolide, dérivé de l'andrographolide, s'est avéré inhiber le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) in vitro [310]. Une infusion de feuilles administrée par voie intrapéritonéale a une DL50 de 71,1 mg / 10 g de poids corporel (toxicité aiguë). À une concentration de 1 mg / kg, il abaisse la température corporelle d'au moins 2 ° C [310]. La plante était autrefois considérée comme un remède efficace contre les morsures de serpent et elle est encore utilisée localement pour cela [310]. Il a également été rapporté comme utile pour traiter les piqûres d'insectes et, en association avec Orthosiphon aristatus, comme remède contre le diabète [310]. Une infusion ou de la sève des feuilles écrasées a été recommandée pour le traitement de la fièvre, comme tonique et pour les éruptions cutanées démangeaisons [310]. La décoction de feuilles ou de racines est utilisée contre les maux d'estomac, la dysenterie, le typhus, le choléra, la grippe et la bronchite, comme vermifuge, et est considérée comme diurétique [310]. Des pilules ou des perfusions sont également recommandées pour traiter les troubles féminins, la dyspepsie, l'hypertension, les rhumatismes, la gonorrhée, l'aménorrhée, le foie torpide et la jaunisse [310]. Une autre utilisation est un cataplasme sur les jambes ou les pieds enflés, le vitiligo et les pieux [310]. En outre, Andrographis paniculata est considéré comme anti-inflammatoire et immunosuppresseur, mais les rapports sur l'activité antibactérienne sont contradictoires [310]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque l'axe de l'inflorescence commence à se développer, car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310]. car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310]. car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310].

Anogeissus leiocarpus, Anogeissus leiocarpus,
fiche|retour
Anogeissus leiocarpus

tronc

Détails :

tronc (gomme)

Note médicinale : ****

Anthriscus cerefolium, Anthriscus cerefolium,
fiche|retour
Anthriscus cerefolium (L.) Hoffm.
Nom français : Cerfeuil

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles) ; racine

Feuille (feuilles [nourriture/aliment : salade ; et/ou assaisonnement : aromate (condiment aromatique)]) et racine comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*) Toxicité potentielle de la plante entière, probablement dûe à la présence de furocoumarines (ou furanocoumarines) : agents toxiques photosensibles ; voir toxine et genre Anthriscus, pour plus d'informations. ATTENTION : risques de confusion entre les ombelles et les feuilles de cerfeuil, et celles, parfois très similaires, de certaines ciguës comme la petite ciguë (Aethusa cynapium), la ciguë vireuse (Cicuta virosa) ou encore la grande ciguë (Conium maculatum) ; leurs tiges sont toutefois suffisamment différentes pour les identifie.

Note médicinale : **

Arctostaphylos uva-ursi, Arctostaphylos uva-ursi,
fiche|retour
Arctostaphylos uva-ursi (L.) Spreng.
Nom français : Busserole

fruit ; feuille

Détails :

fruit ; feuille

Feuille (feuilles [base boissons/breuvages : tisanes {infusion : succédané/substitut de thé}) et fruit (fruits matures crus ou cuits [nourriture/aliment : brut(e) ou transformé(e)] et graines séchées et broyées [nourriture/aliment : farine]) comestible.

Note médicinale : ****

Artemisia annua, Artemisia annua,
fiche|retour
Artemisia annua L.
Nom français : Armoise annuelle

feuille

Détails :

feuille.(1*)

Feuille (feuilles [base boissons/breuvages {liqueurs} et/ou assaisonnement : aromate (condiment aromatique/aromatisant) pour alcools {ex. : vermouth} et huile de table]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Mêmes risques et précautions à prendre que pour l'absinthe ? (qp*) Toujours est-il que nous recommandons fortement de ne l'utiliser qu'en petites et même très petites quantités, et uniquement dans le but de réaliser des boissons/breuvages aromatisé(e)s. Le contact cutané avec la plante peut causer une dermatite ou d'autres réactions allergiques chez certaines personnes ; le pollen est extrêmement allergisante.

Note médicinale : ****

Artocarpus altilis, Artocarpus altilis,
fiche|retour
Artocarpus altilis (Parkinson ex F.A.Zorn) Fosberg
Nom français : Arbre à pain

fruit ; fleur ; feuille

Détails :

fruit ; fleur ; feuille

Fruit (fruits (mûrs ou immatures) cuits, fruit] ; et graines cuites, feuille (jeunes feuilles [nourriture/aliment]) et fleur (fleurs mûres [nourriture/aliment]) comestibles.


Précautions à prendre

La plupart des variétés d'Arbre à pain sont purgatives si consommées crues ; certaines variétés sont cuites deux fois et l'eau est jetée, pour éviter les effets désagréables, alors qu'il ya quelques cultivars nommés qui peuvent être consommés sans cuisson en toute sécurité{{{67(+x). Les graines sont probablement toxiques (au moins crues), comme bon nombre d'autres espèces du genre.

Note médicinale : ****

Asphodeline lutea, Asphodeline lutea,
fiche|retour
Asphodeline lutea (L.) Rchb.
Nom français : Bâton de jacob

racine ; fleur ; feuille.

Note : ****

Détails :

racine (bulbe) ; fleur (fleurs) ; feuille (jeunes pousses).

Racine (bulbe [nourriture/aliment : légume]), fleur (fleurs) et feuille (jeunes pousses) comestibles.

Astronium urundeuva, Astronium urundeuva,
fiche|retour
Astronium urundeuva Engl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce et la résine obtenue à partir de celle-ci sont balsamique et hémostatique. Ils sont utilisés dans le traitement des troubles pulmonaires, des problèmes rénaux, de l'hémoptysie, de la métrorragie, des lavages vaginaux post-nataux, des ulcères d'estomac et des colites [739]. La résine est également tonique [739]. La recherche a montré que les extraits aqueux et alcooliques de l'écorce inhibent fortement l'ulcération gastrique [739]. Il a été démontré que des extraits d'écorce exercent un effet neuroprotecteur et pourraient apporter des bénéfices, avec d'autres thérapies, dans les lésions neurodégénératives, telles que la maladie de Parkinson [744].

Azadirachta indica, Azadirachta indica,
fiche|retour
Azadirachta indica A.Juss.
Nom français : Margousier
Rusticité (résistance face au froid/gel) : 0/-5 zone 9

fruit ; fleur ; feuille ; tronc

Détails :



Fruit (fruits (pulpe) crus ou cuits) [nourriture/aliment : de famine, fleur (fleurs [nourriture/aliment, feuille (feuilles [nourriture/aliment : de famine ou légume vert ; et/ou assaisonnement]) et tronc (extrait (sève) [base boissons/breuvages]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Présence d'alcaloïdes, dans les fruits et l'écorce, qui peuvent causer vomissements, diarrhée, excitation, transpiration, dilatation des pupilles, paralysie et asphyxie ; traitement recommandé : laver l'estomac (lavage gastrique) ; il semblerait cependant que les toxines soient absentes de la pulpe [ainsi, les rapports de toxicité seraient liés à l'ingestion du fruit entier et/ou dûs à la confusion avec une autre espèce très proche, Melia azedarach L., laquelle est nettement plus toxique {cf : Couplan et Sturtevant}] ou présents qu'en faibles quantités, contrairement au reste du fruit (et essentiellement les graines qui sont très toxiques, à cause de l'azadirachtine). Il est tout de même recommandé d'en éviter la consommation et/ou au moins de ne pas en abuser, en attendant d'en savoir plus.

Note médicinale : ****

B

Baccharis genistelloides, Baccharis genistelloides,
fiche|retour
Baccharis genistelloides (Lam.) Pers.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : La plante entière est abortive, analgésique, antiacide, anthelminthique, anti-inflammatoire, antivirale, amère, purifiante du sang, diaphorétique, digestive, diurétique, fébrifuge, hépatique, hypoglycémique, laxative et tonique [318]. La plante contient jusqu'à 20% de flavonoïdes, dont la quercétine, la lutéoline, la népétine, l'apigénine et l'hispiduline [318]. Ceux-ci sont considérés comme les principaux constituants actifs [318]. Des études ont montré que l'hispiduline a un effet particulièrement bénéfique sur le foie, bien qu'elle soit plus efficace lorsqu'elle est utilisée en association avec la plante entière [318]. Plusieurs nouveaux produits chimiques végétaux appelés diterpénoïdes de clérodane ont également été identifiés et il a été démontré qu'ils avaient des effets maximaux contre les vers [318]. Cela pourrait expliquer la longue histoire d'utilisation de carqueja comme agent pour expulser les vers intestinaux [318]. Plusieurs autres essais ont été menés sur les propriétés médicinales du carqueja. Ceux-ci ont soutenu les utilisations traditionnelles de la plante pour réduire l'acidité gastrique, traiter les ulcères, réduire l'inflammation et abaisser l'hypertension artérielle [318]. Carqueja a également longtemps été utilisé en Amérique du Sud comme une aide naturelle pour le diabète, et plusieurs études confirment sa capacité à abaisser la glycémie [318]. L'activité antivirale de la plante a également été vérifiée dans la recherche avec des extraits d'eau montrant une activité contre les virus de l'herpès simplex I et de la stomatite vésiculaire à de faibles doses [318]. Il a également montré une inhibition in vitro de la réplication du virus VIH dans les cellules T, qui semble être principalement due à la substance acide 3,5-dicaféoylquinique qui se trouve dans la plante [318]. Cette substance est un puissant inhibiteur du VIH à des doses aussi faibles que 1 mcg / ml [318]. La plante a longtemps été utilisée par les peuples indigènes de la forêt tropicale pour soigner un large éventail de maladies courantes [318]. Dans l'utilisation moderne à base de plantes, il est principalement apprécié comme tonique, amer, fébrifuge et estomacique, avec un effet particulièrement bénéfique sur le foie et le système digestif. Il est principalement utilisé pour traiter les maladies du foie, pour renforcer la fonction gastrique et intestinale et pour aider à purger les obstructions du foie et de la vésicule biliaire [318]. Il est également utilisé pour traiter diverses autres affections, notamment le paludisme, le diabète, les ulcères d'estomac, les maux de gorge et l'amygdalite, l'angine de poitrine, l'anémie, la diarrhée, l'indigestion, l'hydropisie, l'inflammation urinaire, les troubles rénaux, les vers intestinaux, la lèpre et une mauvaise circulation sanguine [ 318]. Dans l'utilisation moderne à base de plantes, il est principalement apprécié comme tonique, amer, fébrifuge et stomacal, avec un effet particulièrement bénéfique sur le foie et le système digestif. Il est principalement utilisé pour traiter les maladies du foie, pour renforcer la fonction gastrique et intestinale et pour aider à purger les obstructions du foie et de la vésicule biliaire [318]. Il est également utilisé pour traiter diverses autres affections, notamment le paludisme, le diabète, les ulcères d'estomac, les maux de gorge et l'amygdalite, l'angine de poitrine, l'anémie, la diarrhée, l'indigestion, l'hydropisie, l'inflammation urinaire, les troubles rénaux, les vers intestinaux, la lèpre et une mauvaise circulation sanguine [ 318]. Dans l'utilisation moderne à base de plantes, il est principalement apprécié comme tonique, amer, fébrifuge et stomacal, avec un effet particulièrement bénéfique sur le foie et le système digestif. Il est principalement utilisé pour traiter les maladies du foie, pour renforcer la fonction gastrique et intestinale et pour aider à purger les obstructions du foie et de la vésicule biliaire [318]. Il est également utilisé pour traiter diverses autres affections, notamment le paludisme, le diabète, les ulcères d'estomac, les maux de gorge et l'amygdalite, l'angine de poitrine, l'anémie, la diarrhée, l'indigestion, l'hydropisie, l'inflammation urinaire, les troubles rénaux, les vers intestinaux, la lèpre et une mauvaise circulation sanguine [ 318]. et pour aider à purger les obstructions du foie et de la vésicule biliaire [318]. Il est également utilisé pour traiter diverses autres affections, notamment le paludisme, le diabète, les ulcères d'estomac, les maux de gorge et l'amygdalite, l'angine de poitrine, l'anémie, la diarrhée, l'indigestion, l'hydropisie, l'inflammation urinaire, les troubles rénaux, les vers intestinaux, la lèpre et une mauvaise circulation sanguine [ 318]. et pour aider à purger les obstructions du foie et de la vésicule biliaire [318]. Il est également utilisé pour traiter diverses autres affections, notamment le paludisme, le diabète, les ulcères d'estomac, les maux de gorge et l'amygdalite, l'angine de poitrine, l'anémie, la diarrhée, l'indigestion, l'hydropisie, l'inflammation urinaire, les troubles rénaux, les vers intestinaux, la lèpre et une mauvaise circulation sanguine [ 318].

Bacopa monnieri, Bacopa monnieri,
fiche|retour
Bacopa monnieri (L.) Pennell
Nom français : Hysope d´eau
Illustration
Illustration

Forest & Kim Starr, via Wikimedia Commons
Illustration


feuille

Détails :

feuille

Feuille (feuilles [nourriture/aliment et base boissons/breuvages : tisanes]) comestible.

Note médicinale : ****

Banisteriopsis caapi, Banisteriopsis caapi,
fiche|retour
Banisteriopsis caapi (Spruce ex Griseb.) Morton
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12


Précautions à prendre

ATTENTION : Certaines parties de la plante sont toxiques si elles sont ingérées.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce, les feuilles et les brindilles sont à l'origine d'une boisson hallucinogène [46]. Couramment utilisé dans la forêt amazonienne, il est utilisé de manière chamanique comme un outil pour contacter les esprits et apporter la guérison, et est également utilisé à des fins récréatives [254, 317, 434]. Les pousses, les racines et les feuilles, parfois en mélange avec d'autres espèces, sont utilisées par les Indiens pour la préparation d'une boisson hallucinogène, utilisée pour des cérémonies spéciales ou les racines et les tiges sont mâchées à cet effet [317]. Les feuilles séchées sont également fumées [317]. En plus de son utilisation comme hallucinogène, la plante est également émétique et purgative [254]. À faibles doses, il est utilisé comme détoxifiant doux [254]. La plante contient un alcaloïde, connu sous le nom de «télépathine», yagein »ou« banisterine », qui a une action fortement stimulante sur le système nerveux [434]. L'écorce contient des alcaloïdes bêta-carboline, dont l'harmine, l'harmaline et la delta-tétrahycroharmine [254]. Ces alcaloïdes stimulent les hallucinations [254].

Barbarea verna, Barbarea verna,
fiche|retour
Barbarea verna (Mill.) Asch.
Nom français : Cresson des jardins
Illustration
Illustration

Par H Brisse (upload by Abalg), via Wikimedia Commons
Illustration


feuille

Note : ****

Détails :

feuille

Feuille (jeunes feuilles [nourriture/aliment : salade] ; feuilles et tiges cuites (bouillies) [nourriture/aliment : légume vert {potherbe, brède}]) comestible.

Basella alba, Basella alba,
fiche|retour
Basella alba L.
Nom français : Baselle
Illustration
Illustration

Par Shizhao, via Wikimedia Commons
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille

Feuille (feuilles cuites (bouillies) [nourriture/aliment : légume]) et fruit (fruits [colorant alimentaire]) comestible.

Basella alba, Basella alba,
fiche|retour
Basella alba L.
Nom français : Baselle
Illustration
Illustration

Par Shizhao, via Wikimedia Commons
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille

Feuille (feuilles cuites (bouillies) [nourriture/aliment : légume]) et fruit (fruits [colorant alimentaire]) comestible.

Basella alba, Basella alba,
fiche|retour
Basella alba L.
Nom français : Baselle
Illustration
Illustration

Par Shizhao, via Wikimedia Commons
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille

Feuille (feuilles cuites (bouillies) [nourriture/aliment : légume]) et fruit (fruits [colorant alimentaire]) comestible.

Bauhinia forficata, Bauhinia forficata,
fiche|retour
Bauhinia forficata Link
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fleur

Détails :

fleur

Les pétales de fleurs sont charnus et sucrés et consommés ou utilisés comme décorations sur de nombreux plats et ajoutés à des sucreries, des confitures et des gelées.

Note médicinale : ****

Autres usages : La feuille d'orchidée brésilienne est devenue très populaire comme traitement du diabète depuis que des recherches menées dans les années 1920 ont démontré sa capacité à réduire la glycémie. Les feuilles contiennent une gamme de composés, notamment des flavonoïdes, des alcaloïdes et des glycosides. Divers essais ont été menés sur les bienfaits des feuilles pour la santé, en particulier l'activité hypoglycémique. Alors que la plupart de ces essais ont été positifs, au moins un n'a pas été en mesure de discerner des avantages positifs [318, 739]. Les principaux composés végétaux de la plante comprennent l'astragaline, le bauhinoside, le bêta-sitostérol, les flavonols, les flavonoïdes, les glycosides, la guanidine, les hétéroglycosides, la kaempféritrine, les acides organiques, les quercitrosides, le rhamnose et les saponines [318]. L'astragaline a une activité antibactérienne bien prouvée [318]. Il a été démontré que la kaempferitrine, un flavonoïde, abaisse considérablement la glycémie, a une activité diurétique et aide à réparer les lésions des cellules rénales [318]. Les feuilles sont anticholestérolémiques, purifiantes du sang, diurétiques, hypoglycémiques et toniques [318, 739]. Une infusion se boit régulièrement après les repas pour ses bienfaits pour la santé, alors qu'elle est également bue spécifiquement dans le traitement du diabète, de l'hyperglycémie, des troubles rénaux et urinaires, pour réduire le taux de cholestérol sanguin et comme tonique général et purificateur sanguin [318] . D'autres conditions qui ont été traitées avec les feuilles comprennent les troubles du système nerveux central, la diarrhée, l'éléphantiasis, les vers intestinaux, la lèpre, l'obésité, les troubles cutanés, les morsures de serpent et la syphilis [318].

Boerhavia diffusa, Boerhavia diffusa,
fiche|retour
Boerhavia diffusa L.
Nom français : Ipecacuanha de Cayenne

fruit; feuille; racine

Détails :

fruit ; feuille ; racine(1*)


Précautions à prendre

(1*)Attention : il peut causer de la diarrhée s'il est consommé en grandes quantités

Note médicinale : ****

Brucea antidysenterica, Brucea antidysenterica,
fiche|retour
Brucea antidysenterica J.F.Mill.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Partie comestible : écorce - épice ; l'écorce est utilisée comme arôme amer.


Précautions à prendre

ATTENTION : le fruit est amer et serait toxique pour le bétail, en particulier pour les moutons ; des cristaux d'oxalate de calcium sont présents dans l'écorce, les feuilles et les racines.

Note médicinale : ****

Autres usages : Comme son nom l'indique, la plante a une valeur en médecine traditionnelle pour le traitement de la dysenterie. La recherche moderne a confirmé cette action et a également mis en évidence d'autres utilisations potentielles de la plante. Les feuilles et l'écorce de tige contiennent des quanninoïdes et des alcaloïdes canthin qui ont de puissantes propriétés anticancéreuses, et ceux-ci ont beaucoup attiré l'attention des chercheurs au cours des dernières décennies [299]. Certains essais n'ont pas été concluants, tandis que d'autres ont montré des résultats prometteurs, d'autant plus que les effets ont été facilités en l'absence de toxicité manifeste [299]. Outre leur activité antinéoplasique, de nombreux composés présents dans la plante sont très efficaces contre l'amibe causant la dysenterie, Entamoeba histolytica, et le parasite du paludisme Plasmodium falciparum [299]. Les quassinoïdes de la plante ont montré une faible activité antituberculeuse in vitro, tandis que leur potentiel anti-VIH est entaché par une cytotoxicité élevée [299]. Les quassinoïdes sont caractéristiques des Simaroubacées; ils donnent à l'écorce de Brucea antidysenterica un goût amer distinctif [299]. Les alcaloïdes canthin, présents dans l'écorce de racine de Brucea antidysenterica, ont des propriétés anticancéreuses et antimicrobiennes [299]. L'écorce, les fruits et les racines sont largement utilisés contre la dysenterie, comme anthelminthique et pour traiter la fièvre [299]. L'écorce, les fruits, les graines, les feuilles et les racines (parfois bouillies) sont utilisés comme remède contre la diarrhée, l'indigestion et les maux d'estomac [299]. Les feuilles et les racines sont cuites avec de la viande ou infusées avec du lait (pour les enfants) pour soulager l'asthme [299]. Les plaies et les affections cutanées, telles que celles causées par la lèpre et la scrofule, sont traitées avec des onguents à base de feuilles et de brindilles mélangées avec du ghee ou du beurre, ou à partir des fruits mûrs mélangés avec du miel [299]. Les préparations de racines sont utilisées sur les plaies causées par des maladies sexuellement transmissibles, tandis que les feuilles et les graines sont utilisées pour traiter les tumeurs cutanées cancéreuses [299]. Les racines sont utilisées pour traiter la rage [299].

C

Camassia leichtlinii, Camassia leichtlinii,
fiche|retour
Camassia leichtlinii (Baker) S. Watson
Nom français : Jacinthe des indiens
Illustration
Illustration

Par Tim Waters, via flickr
Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (bulbe)

Racine (bulbes crus ou cuits) comestible.

Camellia sinensis, Camellia sinensis,
fiche|retour
Camellia sinensis (L.) Kuntze
Nom français : Théier
Illustration
Illustration

Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 2: t. 136, 1890), via plantillustrations.org
Illustration


feuille

Note : *****

Détails :

feuille

Feuille (feuilles [base boissons/breuvages : tisanes {infusion : thé]) comestible.

Note médicinale : ****

Campanula rapunculus, Campanula rapunculus,
fiche|retour
Campanula rapunculus L.
Nom français : Campanule raiponce
Illustration
Illustration

Oeder G.C. (Flora Danica, Hft 23, t. 1326, 1761-1883), via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine

Racine (racines {crues ou cuites (bouillies} [nourriture/aliment : en salade ou comme légume]) et feuille (idem racine {ex. : comme potherbe}) comestible.

Cannabis sativa, Cannabis sativa,
fiche|retour
Cannabis sativa L.
Nom français : Chanvre
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 1: t. 13, 1887), via plantillustrations.org
Illustration


fruit

Note : *****

Détails :

fruit (graines, graines : huile).(1*)

Fruit (graines [nourriture/aliment {broyées en galettes}], dont extrait {huile27(+)} [nourriture/aliment : huile alimentaire]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les feuilles et les fleurs peuvent être toxiques à doses plus ou moins fortes/élevées ; la consommation régulière et/ou excessive peut par exemple entrainer des désordres/troubles d'ordre psychoneurologique ; ceci est essentiellement dû au sentiment fondé de mise à l'écart par la société, accentué par l'effet "catalyseur" de ce psychotrope/stupéfiant (substance psychoactive) ; autrement dit c'est en partie le fait que la plante soit pénnalisée, qui entraine un déséquilibre dans sa consommation, parfois jusqu'à un usage comme drogue dur (usage intensif, régulier et concentré comme par exemple dans le cas des fumeurs de "Bangs"), parfois même une escalade vers d'autres produits encore plus nocifs/dangereux, plutôt que comme drogue plus ou moins douce tel que le tabac, le café, le thé (ou tout autre tisane) ou encore l'alcool. Il est donc déconseillé de consommer les feuilles et les fleurs autrement que comme aromate, et fortement recommandé d'utiliser uniquement des variétés de chanvre/chènevis non-psychotrope (proscrire les variétés à forte concentration en THC, molécule responsable de la psychoactivité), tout en suivant/respectant la législation en vigeur dans le pays. Plante partiellement illégale, notamment en France.

Note médicinale : ****

Autres usages : Plante cultivée de longue date pour ses fibresµ{{{27(+x)µ. Dans certains pays, elle est également utilisée pour ses propriétés médicinales ; on parle alors de cannabis médical ou cannabis thérapeutiq

Capparis spinosa, Capparis spinosa,
fiche|retour
Capparis spinosa L.
Nom français : Câprier
Illustration
Illustration

Illustration


fleur

Note : ****

Détails :

fleur (boutons)

Fleur (boutons floraux {confits au vinaigres : cornichons de câprier} [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : condiment]) comestible.

Note médicinale : ***

Capsicum chinense, Capsicum chinense,
fiche|retour
Capsicum chinense Jacq.
Nom français : Piment enragé de la Jamaïque
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Détails :

fruit.(1*)

Fruit (fruits [nourriture/aliment : légume ; et/ou assaisonnement : épice]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : le fruit, et plus particulièrement les graines, peut provoquer des inflammations internes sérieuses, proportionnellement à l'intensité du piquant (mesurée sur l'échelle de Scoville) et relatif au taux de capsaïcine contenu.

Note médicinale : ****

Capsicum frutescens, Capsicum frutescens,
fiche|retour
Capsicum frutescens L.
Nom français : Piment
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille

Détails :

fruit ; feuille.(1*)

Feuille, fruit (fruits [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : épice]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : le fruit, et plus particulièrement les graines, peut provoquer des inflammations internes sérieuses, proportionnellement à l'intensité du piquant (mesurée sur l'échelle de Scoville) et relatif au taux de capsaïcine contenu.

Note médicinale : ****

Carapa guianensis, Carapa guianensis,
fiche|retour
Carapa guianensis Aubl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce contient des tanins et un alcaloïde au goût amer, la carapine. Il est astringent, amer et fébrifuge [303, 348]. Il est utilisé en interne dans le traitement du paludisme, des maux d'estomac, de la diarrhée, de la dysenterie et des rhumatismes [348, 378]. L'écorce de tige est utilisée à l'extérieur comme un lavage pour traiter un large éventail de maladies de la peau, y compris les taches de varicelle et de rougeole; eczéma, ulcères, brûlures, plaies et plaies [348]. Les feuilles sont bouillies dans l'eau et utilisées pour laver les démangeaisons cutanées, les plaies et les ulcères persistants [303, 348]. Une décoction d'écorce de fruit est prise par voie orale pour le traitement de la fièvre et des vers intestinaux [303]. Une huile de couleur crème, intensément amère, d'une acidité élevée et d'une odeur très désagréable, appelée «huile de carapa», est obtenue à partir des graines [378]. L'huile est anti-inflammatoire, adoucissante et apaisante [348]. Une décoction est prise par voie orale dans le traitement de l'hépatite et du tétanos [303]. Il est utilisé pour traiter une gamme d'affections pulmonaires, y compris une toux hachée, des malaises des voies bronchiques et des problèmes pulmonaires [348]. Appliqué à l'extérieur, il est utilisé comme lotion pour la peau et assouplissant, en particulier pour les enfants atteints de muguet et la peau sèche et craquelée; et pour traiter une gamme d'affections cutanées, y compris l'eczéma, la teigne, les plaies, la douleur, l'enflure et les démangeaisons. Il est appliqué trois fois par jour pour traiter les pieux douloureux [348]. Il est frotté sur un estomac douloureux et utilisé pour réduire les abcès remplis de pus [348]. Il est mélangé à de la pâte d'anatta (Bixa orellana) et appliqué sur les cheveux et la peau afin de repousser les moustiques, les puces de sable, les tiques, les poux et autres insectes piqueurs [348]. Une goutte d'huile, associée à une goutte de lavande rouge, est utilisé pour traiter le muguet chez les enfants [348]. La noix râpée est mélangée à de l'eau chaude et bu comme traitement du paludisme, de la diarrhée et de la dysenterie, et pour réduire le flux menstruel excessif [348] Appliquée à l'extérieur, la noix râpée est mélangée à de l'huile de palme et utilisée comme analgésique pour les douleurs musculaires et des douleurs; comme antifongique; comme traitement de la peau sèche, des plaies et de l'eczéma; pour soulager les démangeaisons causées par la rougeole et la varicelle [348].

Carapichea ipecacuanha, Carapichea ipecacuanha,
fiche|retour
Carapichea ipecacuanha (Brot.) L.Andersson
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12


Précautions à prendre

ATTENTION : la plante peut être toxique à des doses supérieures à celles recommandées pour un usage médicinal.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les racines de l'ipéca contiennent un certain nombre de constituants médicalement actifs, notamment des alcaloïdes de l'isoquinoline, des tanins et des glycosides [254]. Ils ont une action violemment irritante, stimulant les systèmes gastrique et bronchique, diminuant la fièvre et empêchant la formation de kystes dans la dysenterie amibienne [238]. Les racines sont utilisées en interne dans le traitement de la toux, de la bronchite, de la coqueluche et de la dysenterie amibienne [238, 254]. L'un des émétiques les plus sûrs, même des doses modérées, provoquera des vomissements jusqu'à ce que le contenu de l'estomac soit vidé, ce qui le rend particulièrement utile dans le traitement des surdoses médicamenteuses [254]. Il est utilisé dans un sirop pour provoquer des vomissements chez les enfants qui ont ingéré des toxines [238]. Des doses plus faibles sont fortement expectorantes et c'est un ingrédient commun dans les médicaments brevetés contre la toux [254]. La plante doit être utilisée avec prudence car un excès provoque des vomissements et des diarrhées sévères [238]. Les racines sont récoltées, généralement à l'âge de 3 ans environ et les plantes sont en fleurs, et sont séchées pour une utilisation ultérieure [238, 254]. Les plantes sont replantées après élimination partielle des racines [238]. La plante est utilisée en homéopathie dans le traitement des nausées [238].

Carmona retusa, Carmona retusa,
fiche|retour
Carmona retusa

Note médicinale : ****

Cassia fistula, Cassia fistula,
fiche|retour
Cassia fistula L.
Nom français : Baton casse
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 9.5/10

feuille ; fleur ; fruit

Note : **/*

Détails :

feuille ; fleur ; fruit (pulpe).(1*)

Feuille, fleur, fruit (pulpe des gousses) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)La pulpe des gousses, bien que comestible, est également dite laxative{{{~.

Note médicinale : ****

Cassia sieberiana, Cassia sieberiana,
fiche|retour
Cassia sieberiana DC.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille

Partie comestible : feuilles, tiges ; l'extrait sucré des tiges est consommé ; des bâtonnets à mâcher peuvent également être fabriqués à partir de la partie boisée de la racine de la plante.


Précautions à prendre

ATTENTION : les racines et les graines sont utilisées comme poison de poisson en Côte d'Ivoire et au Nigéria.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles, les racines et les gousses sont largement utilisées en médecine traditionnelle [299]. Des recherches ont été menées sur les substances médicalement actives présentes dans la plante et plusieurs composés ont été identifiés, notamment l'oxalate de calcium, les flavones), une anthraquinone et des tanins [299]. L'action purgative de la plante peut être attribuée aux anthraquinones. Les flavones provoquent une diurèse et ont une activité antibactérienne et anti-inflammatoire. Un test d'activité antivirale contre le virus Herpes simplex de type 1 a montré que les extraits avaient une activité significative contre ce virus [299]. Les extraits de feuilles se sont révélés actifs contre Staphylococcus lutea, Mycobacterium phlei, Bacillus subtilis et Proteus sp., Mais pas contre Staphylococcus albus, Pseudomonas aeruginosa ou Escherichia coli [299]. La plante entière est purgative et diurétique. Une infusion est administrée contre toutes les maladies infantiles [299]. La poudre de différentes parties de la plante est appliquée sur les dents pour soigner les maux de dents; mélangé avec du beurre, il est utilisé pour traiter les maladies de la peau [299]. Une infusion de feuilles sucrées au miel se prend contre les maux d'estomac, les ulcères et la diarrhée [299]. Un bain de vapeur de brindilles feuillues bouillies dans de l'eau est prescrit pour lutter contre les attaques de paludisme et la fièvre; le liquide doit également être bu [299]. Les feuilles fraîches bouillies et pressées sont appliquées en cataplasme dans la pleurésie ou les brûlures [299]. La gonorrhée chez la femme est traitée en prenant de la poudre de feuilles avec de la nourriture [299]. Les brindilles sont utilisées pour traiter la maladie du sommeil [299]. Les racines, bouillies dans l'eau, sont utilisées pour traiter les hémorroïdes, la bilharziose, la lèpre, l'hydropisie et la dysenterie sanglante [299]. À fortes doses, il est utilisé pour traiter les vers intestinaux, y compris les ténias, bien que cela soit risqué [299]. On dit qu'une pincée de racines décortiquées séchées en poudre, prise à la fin de chaque repas, prévient le paludisme [299]. Après avoir trempé les racines dans l'eau, le liquide est utilisé pour un bain contre la fatigue et pour un massage corporel [299]. Les racines écrasées sont frottées sur les tempes pour traiter les maux de tête [299]. Une infusion d'écorce de racine est employée contre les maladies vénériennes, la stérilité et la dysménorrhée [299]. Les capsules faites à partir de l'écorce de racine sont prescrites contre le sida [299]. La pulpe jaune autour des graines et une infusion de gousses se prennent comme laxatif [299].

Castanea pumila, Castanea pumila,
fiche|retour
Castanea pumila (L.) Mill.
Nom français : Châtaignier nain
Illustration
Illustration

The North American sylva (vol. 3: t. 105, 1819) [Bessin], via plantillustrations.org
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines)

Fruit (graines {châtaigne}) comestible.

Catharanthus roseus, Catharanthus roseus,
fiche|retour
Catharanthus roseus

feuille

Détails :

feuille

Note médicinale : ****

Cedrelopsis grevei, Cedrelopsis grevei,
fiche|retour
Cedrelopsis grevei Baill. & Courchet
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



L'écorce de tige amère et aromatique est utilisée pour aromatiser le rhum local et est également un ingrédient de boissons amères et non alcoolisées.

Note médicinale : ****

Autres usages : Un des arbres médicinaux les plus importants de Madagascar, il est particulièrement apprécié pour l'huile essentielle obtenue à partir de l'écorce, mais a également un large éventail d'autres applications. Plusieurs études ont été menées sur la plante. Les constituants de l'huile essentielle peuvent être extrêmement variables en fonction du lieu de collecte. Les principaux composants sont l'ishwarane, le bêta-caryophyllène, l'alpha-copaène, le bêta-élémène et l'alpha-sélinène [299]. Les huiles de l'écorce et de la feuille se sont avérées avoir une composition similaire, mais les pourcentages relatifs de certains composés différaient notablement [299]. De nombreuses coumarines ont été isolées de l'écorce de la tige. L'une d'elles, la cédrécoumarine A, a montré une activité agoniste sur les récepteurs alpha et bêta-oestrogéniques ainsi qu'une activité de piégeage des superoxydes [299]. L'extrait d'hexane de l'écorce de tige a en outre donné des triterpénoïdes, des dérivés limonoïdes, des pentanortriterpénoïdes, un hexanortriterpénoïde et des quassinoïdes [299]. Il a été démontré que l'extrait d'écorce induisait une diminution progressive de la pression artérielle, qui est en partie due à la présence de coumarines [299]. Un extrait brut d'écorce de tige a montré un effet cicatrisant significatif sur les ulcères cutanés, ainsi qu'une activité antibactérienne (par exemple contre Staphylococcus albicans et Pseudomonas aeruginosa) et une activité antifongique (contre Candida albicans) [299]. L'huile essentielle obtenue à partir de l'écorce est couramment utilisée en massage pour traiter les douleurs corporelles générales, les maux de dents, les fractures, les douleurs musculaires, l'arthrite et les rhumatismes, et un massage du dos est administré pour traiter la fatigue et la fièvre. Il est également utilisé dans les bains à ces fins. Ses effets toniques ainsi que ses effets aphrodisiaques sont bien appréciés, car il est considéré comme améliorant la forme physique et mentale [299]. Un extrait d'écorce de tige est traditionnellement pris contre la toux, l'asthme, la tuberculose, la pneumonie, le diabète, la diarrhée, les douleurs abdominales, les rhumatismes, les vers intestinaux, les maux de tête, la fatigue et comme tonique post-partum. Il est également utilisé comme douche vaginale après l'accouchement pour ses effets toniques, et est appliqué en externe sur les plaies et les infections cutanées [299]. Parfois, une décoction d'écorce de racine est prise pour traiter la diarrhée ou l'asthme [299]. Un bain de vapeur des feuilles est pris pour traiter la faiblesse des vaisseaux sanguins, les maux de tête et les maux de gorge [299]. Les graines sont mâchées comme anthelminthique et pour traiter les maux d'estomac [299].

Cephalotaxus sinensis, Cephalotaxus sinensis,
fiche|retour
Cephalotaxus sinensis (Rehder & E.H.Wilson) H.L.Li
Illustration
Illustration

Par Daderot (travail personnel, domaine public), via Wikimedia Commons
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits, graines)

Fruit (fruits et graines) comestible.

Cercis siliquastrum, Cercis siliquastrum,
fiche|retour
Cercis siliquastrum L.
Nom français : Arbre de judée
Illustration
Illustration

Par Krauss J.C. (Afbeeldingen der fraaiste, meest uitheemsche boomen en heesters, t. 56, 1840), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; fleur

Note : ****

Détails :

fruit (gousses) ; fleur

Fleur (fleurs crues [nourriture/aliment {en salade}] ; dont boutons floraux confits au vinaigre, comme pickles) et fruit (gousses) comestibles.

Chaenomeles japonica, Chaenomeles japonica,
fiche|retour
Chaenomeles japonica (Thunb.) Lindl.
Nom français : Cognassier du japon
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Fruit (fruits [nourriture/aliment comestible.

Chenopodium bonus-henricus, Chenopodium bonus-henricus,
fiche|retour
Chenopodium bonus-henricus L.
Nom français : Chénopode bon Henri
Illustration
Illustration

Par Curtis W. (Flora Londinensis, vol. 3: t. 17[184], 1778-1781), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille.(1*)

Grainesµ1, feuille (jeunes et/ou tendres pousses et tiges {ex. : en salades ou cuites comme potherbe, substitut d'épinard)}) et fleur (jeunes inflorescences (dont bourgeons)) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : présence de saponines et d'acide oxalique, pouvant être toxiques à fortes doses : voir fiches toxines, pour plus d'infos.

Chenopodium giganteum, Chenopodium giganteum,
fiche|retour
Chenopodium giganteum D.Don
Nom français : Épinard arbre
Illustration
Illustration

Par Jacquin N.J. von (Hortus botanicus vindobonensis, vol. 3: t. 280, 1776), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (fruits, graines) ; feuille.(1*)

Feuille (feuilles [nourriture/aliment : légume {ex. : comme potherbe, substitut d'épinard}]) et fruit (graines) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : présence de saponines et d'acide oxalique, pouvant être toxiques à fortes doses : voir fiches toxines, pour plus d'infos.

Ciliosemina pedunculata, Ciliosemina pedunculata,
fiche|retour
Ciliosemina pedunculata (H.Karst.) Antonelli
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce est une source de quinine [46]. La quinine contient les alcaloïdes quinine et quinidine. C'est un traitement très efficace contre la fièvre, et surtout comme traitement et préventif du paludisme. L'écorce est une herbe amère et astringente qui abaisse la fièvre, détend les spasmes, est antipaludique (l'alcaloïde quinine) et ralentit le c?ur (l'alcaloïde quinidine) [238]. L'écorce est transformée en diverses préparations, telles que des comprimés, des extraits liquides, des teintures et des poudres [238]. Il est utilisé en interne dans le traitement du paludisme, des névralgies, des crampes musculaires et de la fibrillation cardiaque [238]. C'est un ingrédient de divers remèdes exclusifs contre le rhume et la grippe [238]. Il est également utilisé comme gargarisme pour traiter les maux de gorge [238].

Cinchona micrantha, Cinchona micrantha,
fiche|retour
Cinchona micrantha Ruiz & Pav.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La quinine, extraite de l'écorce de l'arbre, est utilisée comme arôme amer dans l'eau tonique et les boissons gazeuses.

Note médicinale : ****

Autres usages : Huannco a une longue histoire d'utilisation indigène, en particulier comme traitement contre la fièvre et le paludisme. La recherche moderne a montré que c'était un traitement très efficace contre la fièvre, et en particulier comme traitement et prévention du paludisme. L'écorce contient divers alcaloïdes, en particulier la quinine et la quinidine [238]. L'écorce est une herbe tonique amère et astringente qui diminue la fièvre, détend les spasmes, est antipaludique (l'alcaloïde quinine) et ralentit le c?ur (l'alcaloïde quinidine) [238]. L'écorce est transformée en diverses préparations, telles que des comprimés, des extraits liquides, des teintures et des poudres [238]. Il est utilisé en interne dans le traitement du paludisme, des névralgies, des crampes musculaires et de la fibrillation cardiaque [238]. C'est un ingrédient de divers remèdes exclusifs contre le rhume et la grippe [238]. Il est également utilisé comme gargarisme pour traiter les maux de gorge [238].

Cissus quadrangularis, Cissus quadrangularis,
fiche|retour
Cissus quadrangularis

feuille

Détails :

feuille (tiges)

Note médicinale : ****

Claytonia perfoliata, Claytonia perfoliata,
fiche|retour
Claytonia perfoliata Donn ex Willd.
Nom français : Claytone de cuba
Illustration
Illustration

Par Kops et al. J. (Flora Batava, vol. 14: t. 1078, 1872), via plantillustrations.org
Illustration


fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fleur ; feuille ; racine

Feuille (dont jeunes et/ou tendres tiges (pétioles))µ1, racineµ1, et fleur comestibles.

Cola acuminata, Cola acuminata,
fiche|retour
Cola acuminata (P.Beauv.) Schott & Endl.
Nom français : Kolatier
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 3: t. 20, 1890), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : ***/****

Détails :

fruit (fruits, graines) ; feuille

Fruit (fruits ; graines ; et extrait graines [base boissons {boissons gazeuses : cola}]) et feuille comestibles.

Note médicinale : ****

Cola nitida, Cola nitida,
fiche|retour
Cola nitida (Vent.) Schott & Endl.
Nom français : Kola
Illustration
Illustration

Par Michael Hermann, via Wikimedia Commons
Illustration


fruit

Note : ***

Détails :

fruit (graines)

Fruit (graines ; et extrait graines [base boissons {boissons gazeuses : cola}]) comestible.

Note médicinale : ****

Colocasia esculenta, Colocasia esculenta,
fiche|retour
Colocasia esculenta (L.) Schott
Nom français : Taro
Illustration
Illustration

Par Bessler, Basilius, Hortus Eystettensis, vol. 3: Tertius ordo collectarum plantarum autumnalium, t. 348, fig. I (1613), via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles, tiges) ; racine (cormes).(1*)

Feuille (feuilles et tiges cuites {bouillies} [nourriture/aliment : légume {ex. : comme potherbe, brède}]) et racine (tubercules {cormes} cuits {bouillis} [nourriture/aliment : légume]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toutes les parties de la plante crue, et en particulier la peau des tubercules, contiennent des cristaux d'oxalate de calcium particulièrement irritants ; ces composés sont détruits à la cuisson. Plus d'infos, voir fiche toxine.

Commiphora myrrha, Commiphora myrrha,
fiche|retour
Commiphora myrrha (Nees) Engl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Une oléo-résine de gomme parfumée de type baume est obtenue à partir de blessures dans l'écorce des tiges ; elle est utilisée pour aromatiser les boissons, les produits de boulangerie, les sucreries, les desserts, les chewing-gums, etc..


Précautions à prendre

ATTENTION : cette plante est contre-indiquée pendant la grossesse en raison de son activité emménagogique ; il est conseillé de diluer la myrrhe avant utilisation et d'administrer des doses modérées ; des réactions allergiques ont été observées.

Note médicinale : ****

Autres usages : La résine obtenue à partir de l'écorce de myrrhe est une herbe aromatique piquante, astringente, fortement stimulante, antiseptique et expectorante [238]. Il soulage les spasmes, l'inflammation et l'inconfort digestif et favorise la guérison [238]. Elle est particulièrement associée aux rituels de santé et de purification des femmes [238]. La résine est prise en interne dans le traitement de la dyspepsie, des infections bronchiques et auriculaires, de la fièvre glandulaire, de l'amygdalite, de la pharyngite, de la gingivite, des problèmes menstruels et circulatoires [238]. La myrrhe est utilisée en externe pour traiter les ulcères buccaux, les plaies et les furoncles et est souvent ajoutée aux préparations orales [238]. C'est l'un des médicaments à base de plantes les plus efficaces pour traiter les maux de gorge, les ulcères buccaux et la gingivite [254]. La légère astringence en fait un traitement utile pour l'acné, les furoncles et les problèmes cutanés inflammatoires légers [254]. La résine est collectée à partir de branches coupées et séchée en un solide, qui peut être distillé pour l'huile, broyé en poudre pour comprimés ou dissous dans des teintures [238]. Une huile essentielle obtenue à partir de la résine est utilisée par les aromathérapeutes comme antiseptique naturel pour traiter les problèmes de peau et de bouche [303].

Copaifera coriacea, Copaifera coriacea,
fiche|retour
Copaifera coriacea Mart.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera guyanensis , Copaifera guyanensis ,
fiche|retour
Copaifera guyanensis Desf.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera langsdorffii, Copaifera langsdorffii,
fiche|retour
Copaifera langsdorffii Desf.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions à prendre

ATTENTION : utilisée en excès, la résine est purgative et peut provoquer des éruptions cutanées et des lésions rénales ; elle crée une action irritante sur toute la membrane muqueuse, provoque une éruption ressemblant à la rougeole accompagnée d'irritations et de picotements.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera multijuga, Copaifera multijuga,
fiche|retour
Copaifera multijuga Hayne
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera officinalis, Copaifera officinalis,
fiche|retour
Copaifera officinalis L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera reticulata, Copaifera reticulata,
fiche|retour
Copaifera reticulata Ducke
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Coriandrum sativum, Coriandrum sativum,
fiche|retour
Coriandrum sativum L.
Nom français : Coriandre
Illustration
Illustration

Par Kops et al. J. (Flora Batava, vol. 21: t. 1647, 1901), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille ; racine

Détails :

fruit (graines) ; feuille ; racine

Feuille (feuilles [assaisonnement, fruit (graines [assaisonnement : aromate, herbe, épice]) et racine (racines [nourriture/aliment : légume]) comestibles.

Note médicinale : ****

Costus afer, Costus afer,
fiche|retour
Costus afer Ker Gawl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille ; racine

Détails :

feuille ; racine (rhizome)

Feuilles ; une saveur acide ; le rhizome est parfois utilisé comme épice ou comme arôme.

Note médicinale : ****

Autres usages : Le gingembre en spirale est couramment utilisé comme plante médicinale dans toute l'Afrique tropicale et la recherche moderne a confirmé la validité de nombre de ses utilisations [299]. La tige, les graines et le rhizome contiennent plusieurs sapogénines stéroïdiennes, dont la diosgénine est la plus importante. Le rhizome donne 0,5% de diosgénine. La diosgénine est une matière première très importante utilisée comme précurseur dans la synthèse d'un certain nombre de médicaments stéroïdiens, y compris les corticostéroïdes, les hormones sexuelles, les contraceptifs oraux et les agents anabolisants [299]. Les rhizomes contiennent également les saponines aférosides A et C, ainsi que la dioscine et la paryphylline C et le flavonoïde glycoside kaempférol 3-O -_- L-rhamnopyranoside. Le dernier composé a montré une capacité à potentialiser la cytotoxicité du cisplatine in vitro dans une lignée cellulaire de cancer du côlon humain [299]. Un alcaloïde de type papavérine se trouve dans le rhizome, ce qui provoque la relaxation des muscles lisses et est antispasmodique, diurétique et dépresseur du système nerveux central [299]. L'extrait méthanolique du rhizome a montré une activité anti-inflammatoire topique significative [299]. La fraction saponine des rhizomes et l'extrait de feuille méthanolique ont montré une activité abortive significative [299]. Les sesquiterpénoïdes sont le groupe le plus abondant de composés volatils dans l'huile essentielle des feuilles [299]. L'huile essentielle n'a montré aucune activité antimicrobienne [299]. L'extrait aqueux des feuilles et des tiges a montré une activité antibactérienne et amibicide significative in vitro [299]. L'extrait de feuille méthanolique a montré une cytotoxicité significative [299]. Le même extrait a montré une activité anesthésique locale modérée [299]. L'extrait présentait une activité antihyperglycémique et diminuait le taux de glucose sanguin lorsqu'il était appliqué à petites doses; des doses plus élevées ont cependant augmenté la glycémie [299]. Une décoction de fruits en poudre est utilisée comme médicament contre la toux [46]. La tige est fortement diurétique [299]. La tige écorcée est mâchée pour soulager les nausées et étancher la soif [46, 299]. Une décoction de tige, la tige écrasée ou mâchée ou le fruit pilé, parfois mélangé avec du jus de canne à sucre, sont pris pour soulager les nausées; pour traiter la polyarthrite rhumatoïde; toux problèmes respiratoires et maux de gorge [299]. Un extrait d'eau froide de la tige est utilisé pour traiter les petites crises d'épilepsie [299]. Les tiges en poudre sont utilisées comme lavement pour traiter les vers et les hémorroïdes [299]. La fumée de la tige séchée est inhalée pour traiter la toux [299]. Le jus de tige est utilisé pour traiter la jaunisse et pour prévenir les fausses couches [299]. Le jus de la tige est acide et rubéfiant et brûle sur les plaies ouvertes, mais il est également anodin et cicatrisant [299]. Il est appliqué à l'extérieur pour traiter une gamme de maux de peau; écoulements urétraux et maladies vénériennes [299]. Il est également frotté sur le corps pour traiter les coliques [299]. Une infusion de l'inflorescence est prise pour traiter la tachycardie [299]. La même infusion ou une infusion de rhizome est prise pour traiter les maux d'estomac [299]. Le jus des feuilles, ou une décoction de rhizome, se prend pour traiter le paludisme [299]. En externe, le jus des feuilles est utilisé sous forme de collyre pour traiter les troubles oculaires et sous forme de gouttes nasales pour traiter les maux de tête avec vertige [299]. Il est utilisé dans les frictions pour traiter les ?dèmes et la fièvre [299]. Une infusion des parties aériennes séchées est prise pour traiter l'hypertension [299]. La pulpe du rhizome est appliquée sur les abcès et les ulcères pour les faire mûrir; il est appliqué sur les dents pour soigner les maux de dents; et mélangé avec de l'eau, il est pris en interne pour traiter la diarrhée et la dysenterie amibienne [299]. Une décoction de rhizome ou le rhizome cru se prend pour traiter la lèpre et les maladies vénériennes [299].Le gingembre en spirale est couramment utilisé comme plante médicinale dans toute l'Afrique tropicale et la recherche moderne a confirmé la validité de nombre de ses utilisations [299]. La tige, les graines et le rhizome contiennent plusieurs sapogénines stéroïdiennes, dont la diosgénine est la plus importante. Le rhizome donne 0,5% de diosgénine. La diosgénine est une matière première très importante utilisée comme précurseur dans la synthèse d'un certain nombre de médicaments stéroïdiens, y compris les corticostéroïdes, les hormones sexuelles, les contraceptifs oraux et les agents anabolisants [299]. Les rhizomes contiennent également les saponines aférosides A et C, ainsi que la dioscine et la paryphylline C et le flavonoïde glycoside kaempférol 3-O -_- L-rhamnopyranoside. Le dernier composé a montré une capacité à potentialiser la cytotoxicité du cisplatine in vitro dans une lignée cellulaire de cancer du côlon humain [299]. Un alcaloïde de type papavérine se trouve dans le rhizome, ce qui provoque la relaxation des muscles lisses et est antispasmodique, diurétique et dépresseur du système nerveux central [299]. L'extrait méthanolique du rhizome a montré une activité anti-inflammatoire topique significative [299]. La fraction saponine des rhizomes et l'extrait de feuille méthanolique ont montré une activité abortive significative [299]. Les sesquiterpénoïdes sont le groupe le plus abondant de composés volatils dans l'huile essentielle des feuilles [299]. L'huile essentielle n'a montré aucune activité antimicrobienne [299]. L'extrait aqueux des feuilles et des tiges a montré une activité antibactérienne et amibicide significative in vitro [299]. L'extrait de feuille méthanolique a montré une cytotoxicité significative [299]. Le même extrait a montré une activité anesthésique locale modérée [299]. L'extrait présentait une activité antihyperglycémique et diminuait le taux de glucose sanguin lorsqu'il était appliqué à petites doses; des doses plus élevées ont cependant augmenté la glycémie [299]. Une décoction de fruits en poudre est utilisée comme médicament contre la toux [46]. La tige est fortement diurétique [299]. La tige écorcée est mâchée pour soulager les nausées et étancher la soif [46, 299]. Une décoction de tige, la tige écrasée ou mâchée ou le fruit pilé, parfois mélangé avec du jus de canne à sucre, sont pris pour soulager les nausées; pour traiter la polyarthrite rhumatoïde; toux problèmes respiratoires et maux de gorge [299]. Un extrait d'eau froide de la tige est utilisé pour traiter les petites crises d'épilepsie [299]. Les tiges en poudre sont utilisées comme lavement pour traiter les vers et les hémorroïdes [299]. La fumée de la tige séchée est inhalée pour traiter la toux [299]. Le jus de tige est utilisé pour traiter la jaunisse et pour prévenir les fausses couches [299]. Le jus de la tige est acide et rubéfiant et brûle sur les plaies ouvertes, mais il est également anodin et cicatrisant [299]. Il est appliqué à l'extérieur pour traiter une gamme de maux de peau; écoulements urétraux et maladies vénériennes [299]. Il est également frotté sur le corps pour traiter les coliques [299]. Une infusion de l'inflorescence est prise pour traiter la tachycardie [299]. La même infusion ou une infusion de rhizome est prise pour traiter les maux d'estomac [299]. Le jus des feuilles, ou une décoction de rhizome, se prend pour traiter le paludisme [299]. En externe, le jus des feuilles est utilisé sous forme de collyre pour traiter les troubles oculaires et sous forme de gouttes nasales pour traiter les maux de tête avec vertige [299]. Il est utilisé dans les frictions pour traiter les ?dèmes et la fièvre [299]. Une infusion des parties aériennes séchées est prise pour traiter l'hypertension [299]. La pulpe du rhizome est appliquée sur les abcès et les ulcères pour les faire mûrir; il est appliqué sur les dents pour soigner les maux de dents; et mélangé avec de l'eau, il est pris en interne pour traiter la diarrhée et la dysenterie amibienne [299]. Une décoction de rhizome ou le rhizome cru se prend pour traiter la lèpre et les maladies vénériennes [299].

Coutarea hexandra, Coutarea hexandra,
fiche|retour
Coutarea hexandra (Jacq.) K.Schum.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce de la tige est amère, fébrifuge, estomacique et tonique [348, 739]. Il peut être utilisé comme substitut de la quinine (Cinchona spp.) Dans le traitement du paludisme, et est également utilisé pour traiter la fièvre des marais [348, 739]. L'écorce de racine est mélangée dans une décoction avec de l'écorce de tige puis utilisée comme antidiabétique et vermifuge [348]. La plante est une riche source de néoflavonoïdes et de leurs glycosides [739]. Il a été démontré que l'un des composés de la plante exerce un effet relaxant sur la trachée [420]. L'extrait végétal s'est révélé anti-inflammatoire [739].

Crambe maritima, Crambe maritima,
fiche|retour
Crambe maritima L.
Nom français : Crambe maritime
Illustration
Illustration

Par Oeder G.C. (Flora Danica, Hft 6, t. 316, 1761-1883), via plantillustrations.org
Illustration


feuille

Note : ****

Détails :



Feuille (feuilles et tiges/pétioles blanchis cuits [nourriture/aliment {comme légume}]) comestibles.

Crataegus azarolus, Crataegus azarolus,
fiche|retour
Crataegus azarolus L.
Nom français : Azerole
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; fleur (bourgeons) ; feuille

Fruit (fruits [nourriture/aliment, fleur (bourgeons floraux) et feuille (feuilles) comestibles.

Crataegus champlainensis, Crataegus champlainensis,
fiche|retour
Crataegus champlainensis Sarg.
Nom français : Aubépine du lac Champlain
Illustration
Illustration

Par Sargent C.S. (The Silva of North America, vol. 13: t. 689, 1898) [C.E. Faxon], via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : {{{-15

fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Fruit (fruits [nourriture/aliment] crus27 ou cuits {en confitures}) comestible.

Crataegus douglasii, Crataegus douglasii,
fiche|retour
Crataegus douglasii Lindl.
Nom français : Aubépine noire
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 5

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille

Fruit (fruits [nourriture/aliment] cuits {en confitures}) et feuille (feuilles) comestibles.

Croton lechleri, Croton lechleri,
fiche|retour
Croton lechleri
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : Sangre de grado est un nom commun pour plusieurs arbres du genre Croton - tous ont une sève rouge et peuvent être utilisés de manière interchangeable. La sève rouge ou latex (et aussi son écorce) a une longue histoire d'utilisation indigène dans la forêt tropicale et en Amérique du Sud. Le pouvoir curatif de la sève était largement connu dans toutes les tribus indigènes du Mexique, du Pérou et de l'Équateur. La recherche moderne a montré qu'il s'agit d'un traitement très efficace pour un large éventail de blessures et de troubles, en particulier liés à la peau; ulcères internes et externes; est un antiviral efficace et aide également dans le traitement des tumeurs [318]. La résine ou la sève est un entrepôt de composés phytochimiques comprenant des proanthocyanidines (antioxydants), des phénols simples, des diterpènes, des phytostérols, et les alcaloïdes et lignanes biologiquement actifs Les scientifiques ont attribué de nombreuses propriétés biologiquement actives de la sève (en particulier sa capacité à cicatriser les plaies) à deux principaux constituants «actifs»: un alcaloïde appelé taspine et un lignane appelé diméthylcédrusine [318]. Il a été démontré que la taspine a des actions anti-inflammatoires, antitumorales et antivirales et qu'elle est active contre le virus de l'herpès [318]. Le lignane? Diméthylcédrusine? s'est avéré jouer un rôle central dans l'action efficace de cicatrisation de la résine. L'étude a révélé que la résine brute stimulait la contraction des plaies, aidait à la formation d'une croûte / croûte au site de la plaie, régénérait la peau plus rapidement et aidait à la formation de nouveau collagène [318]. D'autres composés phytochimiques, y compris les composés phénoliques, les proanthocyanadines et les diterpènes, ont montré une puissante activité antibactérienne (contre E. Coli et Bacillus subtilis) ainsi que des propriétés cicatrisantes [318]. La recherche a montré que la résine est un traitement puissant et rentable des ulcères gastro-intestinaux et de la détresse via des actions antimicrobiennes, anti-inflammatoires et sensorielles afférentes [318]. La résine a également montré un effet in vitro contre le cancer de l'estomac et les cellules cancéreuses du côlon [318]. Il inhibe la croissance d'une lignée cellulaire de leucémie myéloïde humaine et empêche également les cellules de muter dans les études en éprouvette [318]. La sève est antibactérienne, antifongique, anti-inflammatoire, antimicrobienne, antiprurigineuse, antitumorale, hémostatique et vulnéraire [318]. Il est utilisé en interne dans le traitement des ulcères intestinaux et gastriques; virus des voies respiratoires supérieures; virus de l'estomac; et VIH [318, 355]. Pour usage interne, le remède traditionnel est de 10 à 15 gouttes dans une petite quantité de liquide, à prendre 1 à 3 fois par jour (soyez cependant préparé; il a un goût assez affreux) [318]. Il est pris comme une douche pour soulager les pertes vaginales [318]. La sève est peinte sur les plaies pour arrêter les saignements, pour accélérer la guérison et pour sceller et protéger les blessures contre les infections. La sève sèche rapidement et forme une barrière, un peu comme une «seconde peau». Il est utilisé comme traitement sur les plaies, les piqûres et piqûres d'insectes, les troubles cutanés, les fractures et les hémorroïdes. des troubles cutanés [318, 355]. Pour un usage externe, la résine est frottée directement sur la zone touchée plusieurs fois par jour et laissée sécher. Attention: la résine est rouge! Il tachera temporairement la peau d'un brun rougeâtre (qui se lavera), mais il tachera définitivement les vêtements. Frotter la résine dans la paume de la main en premier ou directement à l'endroit où elle est appliquée épaissira la résine en une pâte fine et de couleur plus claire, ce qui aide à former une seconde peau sur une plaie ou une éruption cutanée et réduit les taches [318].

Croton palanostigma, Croton palanostigma,
fiche|retour
Croton palanostigma Klotzsch
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : Sangre de grado est un nom commun pour plusieurs arbres du genre Croton - tous ont une sève rouge et peuvent être utilisés de manière interchangeable. La sève rouge ou latex (et aussi son écorce) a une longue histoire d'utilisation indigène dans la forêt tropicale et en Amérique du Sud. Le pouvoir curatif de la sève était largement connu dans toutes les tribus indigènes du Mexique, du Pérou et de l'Équateur. La recherche moderne a montré qu'il s'agit d'un traitement très efficace pour un large éventail de blessures et de troubles, en particulier liés à la peau; ulcères internes et externes; est un antiviral efficace et aide également dans le traitement des tumeurs [318]. La résine ou la sève est un entrepôt de composés phytochimiques comprenant des proanthocyanidines (antioxydants), des phénols simples, des diterpènes, des phytostérols, et les alcaloïdes et lignanes biologiquement actifs Les scientifiques ont attribué de nombreuses propriétés biologiquement actives de la sève (en particulier sa capacité à cicatriser les plaies) à deux principaux constituants «actifs»: un alcaloïde appelé taspine et un lignane appelé diméthylcédrusine [318]. Il a été démontré que la taspine a des actions anti-inflammatoires, antitumorales et antivirales et qu'elle est active contre le virus de l'herpès [318]. Le lignane? Diméthylcédrusine? s'est avéré jouer un rôle central dans l'action efficace de cicatrisation de la résine. L'étude a révélé que la résine brute stimulait la contraction des plaies, aidait à la formation d'une croûte / croûte au site de la plaie, régénérait la peau plus rapidement et aidait à la formation de nouveau collagène [318]. D'autres composés phytochimiques, y compris les composés phénoliques, les proanthocyanadines et les diterpènes, ont montré une puissante activité antibactérienne (contre E. Coli et Bacillus subtilis) ainsi que des propriétés cicatrisantes [318]. La recherche a montré que la résine est un traitement puissant et rentable des ulcères gastro-intestinaux et de la détresse via des actions antimicrobiennes, anti-inflammatoires et sensorielles afférentes [318]. La résine a également montré un effet in vitro contre le cancer de l'estomac et les cellules cancéreuses du côlon [318]. Il inhibe la croissance d'une lignée cellulaire de leucémie myéloïde humaine et empêche également les cellules de muter dans les études en éprouvette [318]. La sève est antibactérienne, antifongique, anti-inflammatoire, antimicrobienne, antiprurigineuse, antitumorale, hémostatique et vulnéraire [318]. Il est utilisé en interne dans le traitement des ulcères intestinaux et gastriques; virus des voies respiratoires supérieures; virus de l'estomac; et le VIH. Pour usage interne, le remède traditionnel est de 10 à 15 gouttes dans une petite quantité de liquide, à prendre 1 à 3 fois par jour (soyez cependant préparé; il a un goût assez affreux) [318]. Il est pris comme une douche pour soulager les pertes vaginales [318]. La sève est peinte sur les plaies pour arrêter les saignements, pour accélérer la guérison et pour sceller et protéger les blessures contre les infections. La sève sèche rapidement et forme une barrière, un peu comme une «seconde peau». Il est utilisé comme traitement sur les plaies, les piqûres et les piqûres d'insectes, les troubles cutanés, les fractures et les hémorroïdes., D'autres utilisations comprennent le traitement des gencives enflammées ou infectées, dans les bains vaginaux avant et après l'accouchement, pour les hémorragies après l'accouchement et pour une large gamme des troubles cutanés [318]. Pour un usage externe, la résine est frottée directement sur la zone touchée plusieurs fois par jour et laissée sécher. Attention: la résine est rouge! Il tachera temporairement la peau d'un brun rougeâtre (qui se lavera), mais il tachera définitivement les vêtements. Frotter la résine dans la paume de la main en premier ou directement à l'endroit où elle est appliquée épaissira la résine en une pâte fine et de couleur plus claire, ce qui aide à former une seconde peau sur une plaie ou une éruption cutanée et réduit les taches [318].Sangre de grado est un nom commun pour plusieurs arbres du genre Croton - tous ont une sève rouge et peuvent être utilisés de manière interchangeable. La sève rouge ou latex (et aussi son écorce) a une longue histoire d'utilisation indigène dans la forêt tropicale et en Amérique du Sud. Le pouvoir curatif de la sève était largement connu dans toutes les tribus indigènes du Mexique, du Pérou et de l'Équateur. La recherche moderne a montré qu'il s'agit d'un traitement très efficace pour un large éventail de blessures et de troubles, en particulier liés à la peau; ulcères internes et externes; est un antiviral efficace et aide également dans le traitement des tumeurs [318]. La résine ou la sève est un entrepôt de composés phytochimiques comprenant des proanthocyanidines (antioxydants), des phénols simples, des diterpènes, des phytostérols, et les alcaloïdes et lignanes biologiquement actifs Les scientifiques ont attribué de nombreuses propriétés biologiquement actives de la sève (en particulier sa capacité à cicatriser les plaies) à deux principaux constituants «actifs»: un alcaloïde appelé taspine et un lignane appelé diméthylcédrusine [318]. Il a été démontré que la taspine a des actions anti-inflammatoires, antitumorales et antivirales et qu'elle est active contre le virus de l'herpès [318]. Le lignane? Diméthylcédrusine? s'est avéré jouer un rôle central dans l'action efficace de cicatrisation de la résine. L'étude a révélé que la résine brute stimulait la contraction des plaies, aidait à la formation d'une croûte / croûte au site de la plaie, régénérait la peau plus rapidement et aidait à la formation de nouveau collagène [318]. D'autres composés phytochimiques, y compris les composés phénoliques, les proanthocyanadines et les diterpènes, ont montré une puissante activité antibactérienne (contre E. Coli et Bacillus subtilis) ainsi que des propriétés cicatrisantes [318]. La recherche a montré que la résine est un traitement puissant et rentable des ulcères gastro-intestinaux et de la détresse via des actions antimicrobiennes, anti-inflammatoires et sensorielles afférentes [318]. La résine a également montré un effet in vitro contre le cancer de l'estomac et les cellules cancéreuses du côlon [318]. Il inhibe la croissance d'une lignée cellulaire de leucémie myéloïde humaine et empêche également les cellules de muter dans les études en éprouvette [318]. La sève est antibactérienne, antifongique, anti-inflammatoire, antimicrobienne, antiprurigineuse, antitumorale, hémostatique et vulnéraire [318]. Il est utilisé en interne dans le traitement des ulcères intestinaux et gastriques; virus des voies respiratoires supérieures; virus de l'estomac; et le VIH. Pour usage interne, le remède traditionnel est de 10 à 15 gouttes dans une petite quantité de liquide, à prendre 1 à 3 fois par jour (soyez cependant préparé; il a un goût assez affreux) [318]. Il est pris comme une douche pour soulager les pertes vaginales [318]. La sève est peinte sur les plaies pour arrêter les saignements, pour accélérer la guérison et pour sceller et protéger les blessures contre les infections. La sève sèche rapidement et forme une barrière, un peu comme une «seconde peau». Il est utilisé comme traitement sur les plaies, les piqûres et les piqûres d'insectes, les troubles cutanés, les fractures et les hémorroïdes., D'autres utilisations comprennent le traitement des gencives enflammées ou infectées, dans les bains vaginaux avant et après l'accouchement, pour les hémorragies après l'accouchement et pour une large gamme des troubles cutanés [318]. Pour un usage externe, la résine est frottée directement sur la zone touchée plusieurs fois par jour et laissée sécher. Attention: la résine est rouge! Il tachera temporairement la peau d'un brun rougeâtre (qui se lavera), mais il tachera définitivement les vêtements. Frotter la résine dans la paume de la main en premier ou directement à l'endroit où elle est appliquée épaissira la résine en une pâte fine et de couleur plus claire, ce qui aide à former une seconde peau sur une plaie ou une éruption cutanée et réduit les taches [318].

Croton salutaris, Croton salutaris,
fiche|retour
Croton salutaris Casar.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : Sangre de grado est un nom commun pour plusieurs arbres du genre Croton - tous ont une sève rouge et peuvent être utilisés de manière interchangeable. La sève rouge ou latex (et aussi son écorce) a une longue histoire d'utilisation indigène dans la forêt tropicale et en Amérique du Sud. Le pouvoir curatif de la sève était largement connu dans toutes les tribus indigènes du Mexique, du Pérou et de l'Équateur. La recherche moderne a montré qu'il s'agit d'un traitement très efficace pour un large éventail de blessures et de troubles, en particulier liés à la peau; ulcères internes et externes; est un antiviral efficace et aide également dans le traitement des tumeurs [318]. La résine ou la sève est un entrepôt de composés phytochimiques comprenant des proanthocyanidines (antioxydants), des phénols simples, des diterpènes, des phytostérols, et les alcaloïdes et lignanes biologiquement actifs Les scientifiques ont attribué de nombreuses propriétés biologiquement actives de la sève (en particulier sa capacité à cicatriser les plaies) à deux principaux constituants «actifs»: un alcaloïde appelé taspine et un lignane appelé diméthylcédrusine [318]. Il a été démontré que la taspine a des actions anti-inflammatoires, antitumorales et antivirales et qu'elle est active contre le virus de l'herpès [318]. Le lignane? Diméthylcédrusine? s'est avéré jouer un rôle central dans l'action efficace de cicatrisation de la résine. L'étude a révélé que la résine brute stimulait la contraction des plaies, aidait à la formation d'une croûte / croûte au site de la plaie, régénérait la peau plus rapidement et aidait à la formation de nouveau collagène [318]. D'autres composés phytochimiques, y compris les composés phénoliques, les proanthocyanadines et les diterpènes, ont montré une puissante activité antibactérienne (contre E. Coli et Bacillus subtilis) ainsi que des propriétés cicatrisantes [318]. La recherche a montré que la résine est un traitement puissant et rentable des ulcères gastro-intestinaux et de la détresse via des actions antimicrobiennes, anti-inflammatoires et sensorielles afférentes [318]. La résine a également montré un effet in vitro contre le cancer de l'estomac et les cellules cancéreuses du côlon [318]. Il inhibe la croissance d'une lignée cellulaire de leucémie myéloïde humaine et empêche également les cellules de muter dans les études en éprouvette [318]. La sève est antibactérienne, antifongique, anti-inflammatoire, antimicrobienne, antiprurigineuse, antitumorale, hémostatique et vulnéraire [318]. Il est utilisé en interne dans le traitement des ulcères intestinaux et gastriques; virus des voies respiratoires supérieures; virus de l'estomac; et le VIH. Pour usage interne, le remède traditionnel est de 10 à 15 gouttes dans une petite quantité de liquide, à prendre 1 à 3 fois par jour (soyez cependant préparé; il a un goût assez affreux) [318]. Il est pris comme une douche pour soulager les pertes vaginales [318]. La sève est peinte sur les plaies pour arrêter les saignements, pour accélérer la guérison et pour sceller et protéger les blessures contre les infections. La sève sèche rapidement et forme une barrière, un peu comme une «seconde peau». Il est utilisé comme traitement sur les plaies, les piqûres et les piqûres d'insectes, les troubles cutanés, les fractures et les hémorroïdes., D'autres utilisations comprennent le traitement des gencives enflammées ou infectées, dans les bains vaginaux avant et après l'accouchement, pour les hémorragies après l'accouchement et pour une large gamme des troubles cutanés [318]. Pour un usage externe, la résine est frottée directement sur la zone touchée plusieurs fois par jour et laissée sécher. Attention: la résine est rouge! Il tachera temporairement la peau d'un brun rougeâtre (qui se lavera), mais il tachera définitivement les vêtements. Frotter la résine dans la paume de la main en premier ou directement à l'endroit où elle est appliquée épaissira la résine en une pâte fine et de couleur plus claire, ce qui aide à former une seconde peau sur une plaie ou une éruption cutanée et réduit les taches [318].Sangre de grado est un nom commun pour plusieurs arbres du genre Croton - tous ont une sève rouge et peuvent être utilisés de manière interchangeable. La sève rouge ou latex (et aussi son écorce) a une longue histoire d'utilisation indigène dans la forêt tropicale et en Amérique du Sud. Le pouvoir curatif de la sève était largement connu dans toutes les tribus indigènes du Mexique, du Pérou et de l'Équateur. La recherche moderne a montré qu'il s'agit d'un traitement très efficace pour un large éventail de blessures et de troubles, en particulier liés à la peau; ulcères internes et externes; est un antiviral efficace et aide également dans le traitement des tumeurs [318]. La résine ou la sève est un entrepôt de composés phytochimiques comprenant des proanthocyanidines (antioxydants), des phénols simples, des diterpènes, des phytostérols, et les alcaloïdes et lignanes biologiquement actifs Les scientifiques ont attribué de nombreuses propriétés biologiquement actives de la sève (en particulier sa capacité à cicatriser les plaies) à deux principaux constituants «actifs»: un alcaloïde appelé taspine et un lignane appelé diméthylcédrusine [318]. Il a été démontré que la taspine a des actions anti-inflammatoires, antitumorales et antivirales et qu'elle est active contre le virus de l'herpès [318]. Le lignane? Diméthylcédrusine? s'est avéré jouer un rôle central dans l'action efficace de cicatrisation de la résine. L'étude a révélé que la résine brute stimulait la contraction des plaies, aidait à la formation d'une croûte / croûte au site de la plaie, régénérait la peau plus rapidement et aidait à la formation de nouveau collagène [318]. D'autres composés phytochimiques, y compris les composés phénoliques, les proanthocyanadines et les diterpènes, ont montré une puissante activité antibactérienne (contre E. Coli et Bacillus subtilis) ainsi que des propriétés cicatrisantes [318]. La recherche a montré que la résine est un traitement puissant et rentable des ulcères gastro-intestinaux et de la détresse via des actions antimicrobiennes, anti-inflammatoires et sensorielles afférentes [318]. La résine a également montré un effet in vitro contre le cancer de l'estomac et les cellules cancéreuses du côlon [318]. Il inhibe la croissance d'une lignée cellulaire de leucémie myéloïde humaine et empêche également les cellules de muter dans les études en éprouvette [318]. La sève est antibactérienne, antifongique, anti-inflammatoire, antimicrobienne, antiprurigineuse, antitumorale, hémostatique et vulnéraire [318]. Il est utilisé en interne dans le traitement des ulcères intestinaux et gastriques; virus des voies respiratoires supérieures; virus de l'estomac; et le VIH. Pour usage interne, le remède traditionnel est de 10 à 15 gouttes dans une petite quantité de liquide, à prendre 1 à 3 fois par jour (soyez cependant préparé; il a un goût assez affreux) [318]. Il est pris comme une douche pour soulager les pertes vaginales [318]. La sève est peinte sur les plaies pour arrêter les saignements, pour accélérer la guérison et pour sceller et protéger les blessures contre les infections. La sève sèche rapidement et forme une barrière, un peu comme une «seconde peau». Il est utilisé comme traitement sur les plaies, les piqûres et les piqûres d'insectes, les troubles cutanés, les fractures et les hémorroïdes., D'autres utilisations comprennent le traitement des gencives enflammées ou infectées, dans les bains vaginaux avant et après l'accouchement, pour les hémorragies après l'accouchement et pour une large gamme des troubles cutanés [318]. Pour un usage externe, la résine est frottée directement sur la zone touchée plusieurs fois par jour et laissée sécher. Attention: la résine est rouge! Il tachera temporairement la peau d'un brun rougeâtre (qui se lavera), mais il tachera définitivement les vêtements. Frotter la résine dans la paume de la main en premier ou directement à l'endroit où elle est appliquée épaissira la résine en une pâte fine et de couleur plus claire, ce qui aide à former une seconde peau sur une plaie ou une éruption cutanée et réduit les taches [318].

Cucurbita ficifolia, Cucurbita ficifolia,
fiche|retour
Cucurbita ficifolia
Nom français : Courge de siam
Illustration
Illustration

Par F. et I. Salliet par OTRS, via Wikimedia Commons
Illustration


fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (fruits [nourriture/aliment, fleur (fleurs) et feuille (pousses/extrémités et feuilles) comestibles.

Note médicinale : **

Cullen corylifolium, Cullen corylifolium,
fiche|retour
Cullen corylifolium (L.) Medik
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit (graines)

Graines ; aucun autre détail n'est donné.


Précautions à prendre

ATTENTION : bien qu'aucune mention spécifique de toxicité pour cette espèce n'ait été trouvée, au moins certains membres de ce genre contiennent des furanocoumarines ; ces substances peuvent provoquer une photosensibilité chez certaines personnes.

Note médicinale : ****

Autres usages : Bu Gu Zhi est apprécié en phytothérapie chinoise comme remède tonique et est utilisé pour améliorer la vitalité générale [254]. La recherche moderne a montré qu'il est également utile dans le traitement des troubles cutanés, y compris le vitiligo. Cependant, il faut être prudent lors de l'application de l'herbe à l'extérieur, car elle peut sensibiliser la peau et provoquer une réaction allergique au soleil [254]. Les fruits à une seule graine (ou la graine plus la gousse) sont hautement considérés comme un aphrodisiaque et un tonique pour les organes génitaux [218]. La graine est anthelminthique, antibactérienne, aphrodisiaque, astringente, cardiaque, cytotoxique, désobstruante, diaphorétique, diurétique, stimulante, estomacique et tonique [4, 147, 176, 178, 218, 240]. Il est utilisé dans le traitement des maladies fébriles, de l'éjaculation précoce, de l'impuissance, des douleurs lombaires, des mictions fréquentes, de l'incontinence, de l'énurésie, etc. [240, 254]. Il est également utilisé en externe pour traiter diverses affections cutanées, notamment la lèpre, la leucodermie et la chute des cheveux [218, 240]. La graine et le fruit contiennent du psoralène. Cela amène la peau à produire un nouveau pigment lorsqu'elle est exposée au soleil et est utilisé pour traiter le vitiligo et le psoriasis [176]. L'action antibactérienne du fruit inhibe la croissance de Mycobacterium tuberculos [176]. Le fruit est cueilli à maturité en automne et peut être séché pour une utilisation ultérieure [254]. La racine est utilisée pour traiter les caries dentaires [218]. La plante produit une oléorésine médicinale utile, elle traite les troubles rénaux, l'impuissance, l'éjaculation précoce, le lumbago, etc. [4, 147, 176, 178].

Curculigo orchioides, Curculigo orchioides,
fiche|retour
Curculigo orchioides

racine

Détails :

racine

Note médicinale : ****

Cyclanthera pedata, Cyclanthera pedata,
fiche|retour
Cyclanthera pedata (L.) Schrad.
Nom français : Cyclanthère
Illustration
Illustration

Par Zyance (Travail personnel), via Wikimedia Commons
Illustration


fruit

Détails :

fruit

Fruit (fruits [nourriture/aliment : crus {en salade ou marinés/confits dans du vinaigre} ou cuits {comme des légumes (à la manière des courges}]) et feuille (feuilles) comestibles.

Note médicinale : ****

Cymbopogon citratus, Cymbopogon citratus,
fiche|retour
Cymbopogon citratus (DC.) Stapf
Nom français : Citronnelle de madagascar
Illustration
Illustration

Illustration


feuille

Détails :

feuille

Feuille (bases des tiges [assaisonnement : condiment, herbe, épice] ; et feuilles [idem bases de tiges{{{~ ; et base boissons/breuvages : tisanes {infusion}]) comestible.

Note médicinale : ****

Cyperus articulatus, Cyperus articulatus,
fiche|retour
Cyperus articulatus L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

racine

Détails :

racine (tubercules/rhizomes)

Racine (tubercules/rhizomes) ; la plante est brûlée pour faire du sel ; le rhizome frais est pelé et mangé cru ; utilisé comme arôme pour les aliments.

Note médicinale : ****

Autres usages : Piripiri a une longue histoire d'utilisation dans les systèmes de phytothérapie en Amérique du Sud. Il est particulièrement apprécié pour son effet bénéfique sur le système digestif et est couramment utilisé pour traiter les nausées, les vomissements, les maux d'estomac et les gaz intestinaux [318]. La plante est anthelminthique, antibactérienne, antiémétique, antifongique, carminative, contraceptive, digestive, fébrifuge et sédative [318]. Plus récemment, un intérêt s'est accru pour l'utilisation possible des plantes dans le traitement de conditions telles que l'épilepsie et les convulsions. Des chercheurs africains ont publié plusieurs études qui suggèrent que la plante peut être la médiatrice de nombreuses réactions chimiques cérébrales nécessaires à l'épilepsie et rapportent que le rhizome a des actions antiépileptiques. En outre, d'autres recherches en laboratoire rapportent que la plante a des actions anticonvulsivantes, ainsi que des actions sédatives [318]. Les rhizomes frais sont broyés pour en extraire le jus, qui est utilisé comme tonique nerveux en cas de stress et de troubles nerveux et mentaux (y compris l'épilepsie). Il est également utilisé pour traiter et prévenir un large éventail de troubles digestifs et gastro-intestinaux; pour traiter la fièvre et la grippe; pour faciliter l'accouchement ou pour provoquer un avortement; comme contraceptif; et pour le cancer de la gorge [318]. En externe, il est utilisé pour cicatriser les plaies et traiter les morsures de serpent, tandis qu'il est également appliqué sur la tête comme tonique capillaire et pour traiter ou prévenir la calvitie [318]. Une infusion de feuilles est utilisée pour traiter les maux de tête; rhume et grippe; plaies et ulcères buccaux; et l'hypertension [318]. La plante entière est décoctée pour soulager les nausées et vomissements dus au paludisme [318].

D

Datura stramonium, Datura stramonium,
fiche|retour
Datura stramonium L.

Détails :

Toxique! Nectar. Les graines sont utilisées pour produire une boisson alcoolisée (attention : l'alcool est une cause de cancer).(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante est toxique ; elle a été utilisée en médecine ; les graines sont très toxiques ; les alcaloïdes toxiques actifs sont l'atropine, la hyoscyamine et la scopolamine ; tous les membres de ce genre contiennent des narcotiques et sont très toxiques, même à petites doses.

Note médicinale : ****

Autres usages : La pomme d'épine est une plante narcotique amère qui soulage la douleur et favorise la guérison [238]. Il a une longue histoire d'utilisation comme phytothérapie, bien qu'il soit très toxique et doit être utilisé avec une extrême prudence. Les feuilles, sommités fleuries et graines sont anodynes, antiasthmatiques, antispasmodiques, hallucinogènes, hypnotiques, mydriatiques et narcotiques [1, 4, 7, 9, 13, 21, 46, 165, 238, 240]. Les graines sont les plus actives en médecine [4]. La plante est utilisée en interne dans le traitement de l'asthme et de la maladie de Parkinson, l'excès provoque des étourdissements, une bouche sèche, des hallucinations et le coma [238]. En externe, il est utilisé comme cataplasme ou lavage dans le traitement des fistules, des abcès, des plaies et des névralgies sévères [238, 257]. L'utilisation de cette plante est soumise à des restrictions légales dans certains pays [238]. Il doit être utilisé avec une extrême prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié car toutes les parties de la plante sont très toxiques et la différence entre une dose médicamenteuse et une dose toxique est très faible [21, 213, 238]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison, elles sont ensuite séchées pour une utilisation ultérieure [4]. Les feuilles peuvent être utilisées comme un médicament psychotrope très puissant, elles contiennent de l'hyoscyamine et de l'atropine [213]. Il existe également des traces de scopolamine, un puissant hallucinogène cholinergique, qui a été utilisé pour calmer les patients schizoïdes [213]. L'atropine dilate les pupilles et est utilisée en chirurgie oculaire [222]. Les feuilles ont été fumées comme antispasmodique dans le traitement de l'asthme, bien que cette pratique soit extrêmement dangereuse [213, 222]. Les graines sont utilisées dans la médecine tibétaine, on dit qu'ils ont un goût amer et âcre avec une puissance rafraîchissante et très toxique [241]. Analgésiques, anthelminthiques et anti-inflammatoires, ils sont utilisés dans le traitement des douleurs gastriques et intestinales dues aux infestations de vers, aux maux de dents et à la fièvre des inflammations [241]. Le jus du fruit est appliqué sur le cuir chevelu pour traiter les pellicules [243].

Dictyosperma album, Dictyosperma album,
fiche|retour
Dictyosperma album (Bory) Scheff.
Nom français : Palmiste blanc
Illustration
Illustration

Illustration


tronc

Note : ****

Détails :

tronc (coeur/chou)

Tronc (chou/coeur de palmier [nourriture/aliment : légume]) comestible.

Digitalis lanata, Digitalis lanata,
fiche|retour
Digitalis lanata


Précautions à prendre

ATTENTION : toutes les parties de la plante sont toxiques ; dangereux pour l'automédication ; surveillance par un médecin pour déterminer la dose correcte recommandée ; en cas de surdosage, donnez du charbon actif ; peut être mortel surtout pour les enfants.

Note médicinale : ****

Autres usages : La digitale grecque est une plante médicinale largement utilisée avec un effet stimulant reconnu sur le c?ur. Il est également utilisé en médecine allopathique comme principale source de glycosides cardiaques utilisés dans le traitement des troubles cardiaques [238, 254]. Il a un effet tonique profond sur un c?ur malade, permettant au c?ur de battre plus lentement, plus puissamment et régulièrement sans avoir besoin de plus d'oxygène [254]. En même temps, il stimule l'écoulement de l'urine, ce qui réduit le volume du sang et diminue la charge sur le c?ur [254]. La plante contient des glycosides cardiaques (y compris la digoxine, la digitoxine et les lanatosides). La digitoxine renforce rapidement le rythme cardiaque mais est excrétée très lentement. La digoxine est donc préférée comme médicament à long terme [254]. Les feuilles sont cardiaques, diurétiques, stimulantes et toniques [4, 9, 21, 46, 171]. Les feuilles ne doivent être récoltées que sur les plantes au cours de leur deuxième année de croissance, cueillies lorsque l'épi de floraison a poussé et environ les deux tiers des fleurs se sont ouvertes [4]. Récolté à d'autres moments, il y a moins d'alcaloïde médicalement actif [4]. La graine a également été utilisée dans le passé [4]. Les feuilles ont également un effet très bénéfique sur les reins, elles sont fortement diurétiques et sont utilisées avec bénéfice dans le traitement de l'hydropisie [4]. Un grand soin doit être exercé dans l'utilisation de cette plante, la dose thérapeutique est très proche de la dose létale [222]. Leur utilisation doit toujours être surveillée par un praticien qualifié car en excès ils provoquent des nausées, des vomissements, un pouls lent, des troubles visuels, de l'anorexie et des évanouissements [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. Un remède homéopathique est fabriqué à partir des feuilles [9]. Il est utilisé dans le traitement des troubles cardiaques [9]. Digitalis lanata a trois fois les effets physiologiques de Digitalis purpurea et est maintenant préféré en raison de l'apparition rapide des effets [301].

Digitalis lutea, Digitalis lutea,
fiche|retour
Digitalis lutea


Précautions à prendre

ATTENTION : toutes les parties de la plante sont toxiques ; la plante est moins dangereuse que la digitale vulpin (D. purpurea) car ses effets ne sont pas cumulatifs.

Note médicinale : ****

Autres usages : La digitale jaune est peu utilisée en phytothérapie mais constitue en fait une alternative moins toxique aux digitales violettes et laineuses (D. purpurea et D. lanata) largement utilisées dans le traitement des troubles cardiaques [254]. La digitale jaune a des actions médicales similaires, mais ses alcaloïdes sont plus facilement métabolisés et évacués du corps [254]. Les feuilles sont cardiaques, fortement diurétiques, stimulantes et toniques [7, 9, 46, 61]. Ils sont utilisés dans le traitement d'un c?ur affaibli ou défaillant, augmentant la force de la contraction, ralentissant et stabilisant la fréquence cardiaque et abaissant la pression artérielle en stimulant fortement le flux d'urine - ce qui réduit le volume sanguin global [254]. Les feuilles des plantes dans leur deuxième année de croissance sont récoltées en été et séchées pour une utilisation ultérieure [7]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié, des doses excessives peuvent s'avérer fatales [7, 254]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité.

Digitalis purpurea, Digitalis purpurea,
fiche|retour
Digitalis purpurea L.
Nom français : Digitale pourpre

Détails :

Nectar des fleurs. Les fleurs sont aspirées/sucées.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toute la plante contient des composés toxiques. Les feuilles et les graines sont employées pour la production de digoxine et d'autres cardénolides utilisés en pharmacie. Le séchage, l'entreposage, l'ébullition ou l'ajout de ces substances au foin ne réduit pas leur toxicité. Les plantes ont mauvais goût et sont rarement mangées par les animaux (Cooper and Johnson 1984, Joubert 1989) ; toutes les parties de la plante sont hautement toxiques ; dangereux pour l'automédication ; surveillance par un médecin pour déterminer la dose correcte recommandée ; en cas de surdosage, donnez du charbon actif ; peut être mortel surtout pour les enfants.

Note médicinale : ****

Autres usages : La digitale est une plante médicinale largement utilisée avec un effet stimulant reconnu sur le c?ur. Il est également utilisé en médecine allopathique dans le traitement des troubles cardiaques. Il a un effet tonique profond sur un c?ur malade, permettant au c?ur de battre plus lentement, plus puissamment et régulièrement sans avoir besoin de plus d'oxygène [254]. En même temps, il stimule l'écoulement de l'urine, ce qui réduit le volume du sang et diminue la charge sur le c?ur [254]. La plante contient des glycosides cardiaques (y compris la digoxine, la digitoxine et les lanatosides). La digitoxine renforce rapidement le rythme cardiaque mais est excrétée très lentement. La digoxine est donc préférée comme médicament à long terme [254]. Les feuilles sont cardiaques, diurétiques, stimulantes et toniques [4, 9, 21, 46, 171]. Les feuilles ne doivent être récoltées que sur les plantes au cours de leur deuxième année de croissance, cueillies lorsque l'épi de floraison a poussé et environ les deux tiers des fleurs se sont ouvertes [4]. Récolté à d'autres moments, il y a moins d'alcaloïde médicalement actif [4]. La graine a également été utilisée dans le passé [4]. Les feuilles ont également un effet très bénéfique sur les reins, elles sont fortement diurétiques et sont utilisées avec bénéfice dans le traitement de l'hydropisie [4]. Un grand soin doit être exercé dans l'utilisation de cette plante, la dose thérapeutique est très proche de la dose létale [222]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. Un remède homéopathique est fabriqué à partir des feuilles [9]. Il est utilisé dans le traitement des troubles cardiaques [9].

Dimocarpus australianus , Dimocarpus australianus ,
fiche|retour
Dimocarpus australianus Leenh.

fruit

Note : ****

Détails :

fruit (arille)

Fruit (arille) comestible.

Dioscorea alata, Dioscorea alata,
fiche|retour
Dioscorea alata L.
Nom français : Igname ailée
Illustration
Illustration

Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (tubercules cuits)

Racine (tubercules cuits [nourriture/aliment : légume]) comestible.

Dioscorea bulbifera, Dioscorea bulbifera,
fiche|retour
Dioscorea bulbifera L.
Nom français : Hoffe
Illustration
Illustration

Par Hooker W. (The paradisus londinensis, t. 17, 1805) [W. Hooker], via plantillustrations.org
Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (tubercules cuits).(1*)

Racine (tubercules et bulbilles cuits [nourriture/aliment : légume]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : certaines variétés sont toxiques.

Dioscorea cayenensis, Dioscorea cayenensis,
fiche|retour
Dioscorea cayenensis Lam.
Nom français : Igname jaune
Illustration
Illustration

Par MAPR, via National Museum of Natural History Image Collection et eol
Illustration


feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles) ; racine (tubercules cuits)

Racine (tubercules cuits [nourriture/aliment : légume]) et feuille (feuilles [base boissons/breuvages : tisanes]) comestibles.

Dioscorea esculenta, Dioscorea esculenta,
fiche|retour
Dioscorea esculenta (Lour.) Burkill
Nom français : Igname des blancs
Illustration
Illustration

Par Rumphius G.E. (Herbarium amboinense, vol. 5: p. 357, t. 126, 1747), via plantillustrations.org
Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (tubercules cuits).(1*)

Racine (tubercules cuits [nourriture/aliment : légume]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toxicité potentielle.

Dioscorea japonica, Dioscorea japonica,
fiche|retour
Dioscorea japonica Thunb.
Nom français : Igname du japon
Illustration
Illustration

Par Shihchuan, via flickr
Illustration


feuille ; racine(tubercules ; cuits

Note : ****

Détails :

feuille (pointes cuites) ; racine (tubercules ; cuits, bulbilles cuits).(1*)

Racine (tubercules et bulbilles cuits [nourriture/aliment : légume]) et feuille (pointes cuites) comestibles.(1*)

Dioscorea trifida, Dioscorea trifida,
fiche|retour
Dioscorea trifida L.f.
Nom français : Igname cousse-couche
Illustration
Illustration

Par MAPR, via National Museum of Natural History Image Collection et eol
Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (tubercules cuits)

Racine (tubercules cuits [nourriture/aliment : légume]) comestible.

Dioscorea villosa, Dioscorea villosa,
fiche|retour
Dioscorea villosa L.
Nom français : Igname sauvage
Illustration
Illustration

Par Millspaugh C.F. (Medicinal plants, vol. 2: t. 174, 1892), via plantillustrations.org
Illustration


racine

Note : **

Détails :

racine (tubercules cuits)

Racine (tubercules cuits [nourriture/aliment : légume]) comestible.


Précautions à prendre

ATTENTION : une certaine prudence doit être exercée avec cette plante ; voir lien "pfaf ("5"), pour plus d'informations.

Note médicinale : ****

Diospyros digyna, Diospyros digyna,
fiche|retour
Diospyros digyna Jacq.
Nom français : Sapotier noir
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 9

fruit

Note : ****

Détails :

fruit (pulpe/chair)

Fruit (pulpe/chair) comestible.

Diospyros mespiliformis, Diospyros mespiliformis,
fiche|retour
Diospyros mespiliformis Hochst. ex A. DC.
Nom français : Jackalberry
Illustration
Illustration

Botanische Jahrbucher fur Systematik, Pflanzengeschic
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (pulpe/chair, graines) ; feuille (feuilles)

Fruit (fruits27(+) {frais ou séchés} : pulpe/chair [nourriture/aliment et base boissons alcoolisé(e)s : bière ou vin] ; et graines) et feuille (feuilles) comestible.

Note médicinale : ***

Dryopteris barbigera, Dryopteris barbigera,
fiche|retour
Dryopteris barbigera


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient environ 2,1% de «filicine» [240], une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers [238, 240]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité.

Dryopteris blandfordii, Dryopteris blandfordii,
fiche|retour
Dryopteris blandfordii


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient environ 2,1% de «filicine» [240], une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers [238, 240]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité.

Dryopteris carthusiana, Dryopteris carthusiana,
fiche|retour
Dryopteris carthusiana (Vill.) H.P. Fuchs
Nom français : Dryoptéris de Chartreuse
Illustration
Illustration

Flora Danica [G.C. Oeder et al] (fasicle 12, t. 707 ; 1761-1883), via plantillustrations.org
Illustration


feuilles ; racine

Note : **

Détails :

feuilles ; racine.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : bien que nous n'ayons pas trouvé de rapports pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des agents cancérigènes donc une certaine prudence est souhaitable ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de sa vitamine B complexe ; en petites quantités cette enzyme ne fera pas de mal aux gens qui ont une alimentation adéquate qui est riche en vitamine B ; par contre de grandes quantités peuvent causer des problèmes de santé graves ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou le séchage complet, si bien que la cuisson de la plante va supprimer la thiaminase ; cependant, il ya eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que les frondes même cuites peuvent avoir un effet néfaste à long terme ; une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Dryopteris crassirhizoma, Dryopteris crassirhizoma,
fiche|retour
Dryopteris crassirhizoma


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les tiges des racines sont analgésiques, antibactériennes, anti-inflammatoires, antivirales, astringentes, fébrifugeuses, hémostatiques, vermifuges et vulnérables [238, 279]. Une décoction de racine séchée est dépurative et résolvante [218]. La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers pour les humains et aussi en médecine vétérinaire [218, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est également prise en interne dans le traitement des hémorragies internes, des saignements utérins, des oreillons et des maladies fébriles [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. À l'extérieur, la racine est utilisée dans le traitement des abcès, des furoncles, des anthrax et des plaies [238].

Dryopteris cristata, Dryopteris cristata,
fiche|retour
Dryopteris cristata (L.) A. Gray
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8

racine

Détails :

racine (rhizome)


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La fougère mâle est l'un des traitements les plus populaires et les plus efficaces contre les vers de bande. Les tiges des racines sont anodynes, antibactériennes, anti-inflammatoires, antivirales, astringentes, expectorantes, fébrifugeuses, sudorifiques, vermifuges et vulnérables [218, 222, 238]. La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme un anti-ver [238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est également prise en interne dans le traitement des hémorragies internes, des saignements utérins, des oreillons et des maladies fébriles [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. À l'extérieur, la racine est utilisée dans le traitement des abcès, des furoncles, des anthrax et des plaies [238].

Dryopteris dilatata, Dryopteris dilatata,
fiche|retour
Dryopteris dilatata (Hoffm.) A. Gray
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-9

feuilles ; racine

Détails :

feuilles (jeunes feuilles/frondes) ; racine (jeunes racines))

La jeune plante est bouillie et mangée avec de l'huile de phoque ; elle est également ajoutée à la soupe.


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme un anti-ver [4, 172, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. La racine est également utilisée dans le traitement des pellicules [4, 172].

Dryopteris filix-mas, Dryopteris filix-mas,
fiche|retour
Dryopteris filix-mas (L.) Schott
Nom français : Fougère mâle

feuilles ; racine

Détails :

feuilles ; racine.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : cette fougère est toxique d'une manière générale.

Note médicinale : ****

Autres usages : Elle est utilisée en médecineµ{{{0(+x)µ.

Dryopteris marginalis, Dryopteris marginalis,
fiche|retour
Dryopteris marginalis (L.) A. Gray
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 3-8

Comestible, selon Food plants international, sans détails sur la/les partie(s) concernée(s).


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et d?autres parasites internes et qui a été utilisée comme un anti-vers [171, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. Une infusion de racine a été utilisée dans le traitement des rhumatismes [257]. Une infusion chaude, maintenue dans la bouche, a été utilisée pour traiter les maux de dents [257].

Dryopteris odontoloma, Dryopteris odontoloma,
fiche|retour
Dryopteris odontoloma


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient 2,3% de «filicine» [240], une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers [61, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité.

Dryopteris oreades, Dryopteris oreades,
fiche|retour
Dryopteris oreades


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme un anti-ver [4, 172, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. La racine est également utilisée dans le traitement des pellicules [4, 172].

Dryopteris schimperiana, Dryopteris schimperiana,
fiche|retour
Dryopteris schimperiana


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandée ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminase ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseillée.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine contient 4,4% de «filicine» [240], une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers [61, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité.

Dysphania ambrosioides, Dysphania ambrosioides,
fiche|retour
Dysphania ambrosioides (L.) Mosyakin & Clemants
Nom français : Epazote
Illustration
Illustration

Par Blanco M. (Flora de Filipinas, t. 69, 1875), via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 8 ou 9

fruit ; feuille

Détails :

fruit (graines) ; feuille (feuilles).(1*)

Feuille (feuilles {fraîches ou séchées} [nourriture/aliment {légume} ; base boissons/breuvages {tisanes : substitut de thé} et/ou assaisonnement {condiment}]) et fruit (graines crues {brutes ou salées ou cuites) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : il est probablement préférable de ne pas manger cette plante en grandes quantités ; sa consommation serait à éviter pour les enfants en bas âge et les femmes enceintes.

Note médicinale : ****

Autres usages : Propriétés médicinales : vermifuge, antispasmodique, stomachique, eupeptique et carminativeµ{{{(dp*)µ.

Dysphania anthelmintica, Dysphania anthelmintica,
fiche|retour
Dysphania anthelmintica

Note médicinale : ****

E

Ehretia microphylla, Ehretia microphylla,
fiche|retour
Ehretia microphylla Lam.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit; feuille

Détails :

fruit ; feuille

-fruits - crus ; es fruits sont mangés ; -une infusion de feuilles est utilisée comme substitut du thé ; les feuilles sont séchées à l'ombre et utilisées comme thé.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles sont antidiarrhéiques, fébrifugeuses et gastriques [310]. Une infusion est utilisée comme remède pour les problèmes d'estomac, la dysenterie et la toux [310, 345]. La racine est considérée comme un antidote contre les intoxications végétales et comme un altérant de la cachexie et de la syphilis [310, 345]. De plus, il est traditionnellement utilisé pour arrêter l'hémorragie résultant de la morsure de la vipère Echis carinatus [310] Les racines seraient ingérées pour nettoyer le corps après l'accouchement [310]. Il a été démontré que la plante contient une gamme de constituants médicalement actifs. Les feuilles contiennent de l'acide rosmarinique, des glycosides flavonoïdes et des triterpénoïdes [310]. L'acide rosmarinique, un dérivé de l'acide phénylacrylique, est un inhibiteur connu de la libération d'histamine et un extrait méthanolique des feuilles a montré de fortes propriétés antihistaminiques [310]. Dans une expérience aux Philippines, des comprimés de feuilles séchées ont réduit la formation d'érythrocytes polychromatiques micronucléés induite par la mitomycine C, la tétracycline et la diméthylnitrosamine. Cela suggère que ces comprimés possèdent une activité antimutagène [310] L'écorce de racine contient de l'éhrétianone, de la microphyllone et de l'éhrétianone [310]. Il a été démontré que l'herétianone, un xanthène quinonoïde, protège contre l'action du venin de serpent [310]. La microphyllone et l'éhrétianone ont montré une activité antibactérienne contre un panel de bactéries [310]. De nombreux membres de ce genre contiennent des alcaloïdes pyrrolizidiniques et des composés quinoïdes ou phénoliques [310].

Embelia ribes, Embelia ribes,
fiche|retour
Embelia ribes Burm.f.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit; feuille

Détails :

fruit ; feuille

Parties comestibles : feuilles, fruits, épices ; -jeunes feuilles et pousses - crues ; souvent utilisé comme plat d'accompagnement avec du riz, lorsque les feuilles sont généralement mélangées avec d'autres légumes verts ; de saveur acide, les feuilles peuvent être utilisées comme substitut du tamarin dans les soupes et les plats de légumes ; -fruits - crus ; de saveur aigre-douce, ils sont consommés comme un mets délicat, principalement par les enfants ; le fruit séché est utilisé comme adultérant du poivre noir ; une boisson sucrée et rafraîchissante peut être préparée à partir des feuilles et des fruits ; les jeunes tiges sont mâchées comme une friandise.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les baies séchées (graines) sont altératives, anthelminthiques, carminatives et stimulantes [304]. Un extrait aqueux des baies a montré une activité antifertilité [304]. Les baies en poudre sont largement utilisées pour tuer les ténias - l'huile de ricin est prise plus tard pour expulser le ver mort [304, 310]. Une pâte de baies est utilisée pour traiter les problèmes de peau tels que la teigne [304]. La pâte, mélangée à de l'huile, a été utilisée comme cataplasme pour traiter les maux de tête [304]. La pulpe est purgative [304]. Le jus frais est rafraîchissant, diurétique et laxatif [304]. Les feuilles, associées au gingembre, ont été utilisées comme bain de bouche pour traiter les ulcères et les maux de gorge [304]. Une pâte d'écorce est appliquée sur la poitrine pour traiter les maladies pulmonaires telles que la pneumonie [304]. Une infusion de racines est administrée pour traiter la toux et la diarrhée [310].

Ephedra distachya, Ephedra distachya,
fiche|retour
Ephedra distachya L.
Nom français : Raisin de mer
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 6-11

fruit ; feuille

Note : **

Détails :

fruit (fruits) ; feuille (feuilles)

Fruit (fruits crus) et feuille (feuilles [base boissons/breuvages : tisanes {succédané de thé}]) comestibles.

Note médicinale : ****

Ephedra equisetina, Ephedra equisetina,
fiche|retour
Ephedra equisetina Bunge
Nom français : Ephedra en forme de prêle
Illustration
Illustration

Par MBG, via Missouri Botanical Garden et eol
Illustration


fruit

Détails :

fruit (fruits)

Fruit (fruits) comestible.

Note médicinale : ****

Ephedra fragilis, Ephedra fragilis,
fiche|retour
Ephedra fragilis Desf.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 7-10

fruit

Détails :

fruit

Fruits - crus ; sucré, le fruit mesure environ 10 mm de diamètre.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les membres de ce genre contiennent divers alcaloïdes actifs en médecine (mais notamment l'éphédrine) et ils sont largement utilisés dans les préparations pour le traitement de l'asthme et du catarrhe [148, 238]. La plante entière peut être utilisée à des concentrations beaucoup plus faibles que les constituants isolés - contrairement à l'utilisation de l'éphédrine isolée, l'utilisation de la plante entière entraîne rarement des effets secondaires [254]. La plante a également des effets antiviraux, en particulier contre la grippe [238]. Les tiges sont une herbe piquante, amère et chaude qui dilate les vaisseaux bronchiques tout en stimulant le c?ur et le système nerveux central [148, 238]. Les tiges sont également diaphorétique, diurétique, fébrifuge, hypertensive, nervine, pectorale, tonique, vasoconstricteur et vasodilatateur [165, 176, 238]. Ils sont utilisés en interne dans le traitement de l'asthme, du rhume des foins et des allergies [238]. Ils sont également combinés avec un certain nombre d'autres herbes et utilisés dans le traitement d'un large éventail de plaintes [238]. Cette herbe doit être utilisée avec beaucoup de prudence, de préférence sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Il ne doit pas être prescrit aux patients prenant des inhibiteurs de la monoamine oxydase ou souffrant d'hypertension artérielle, d'hyperthyroïdie ou de glaucome [238]. L'éphédrine est considérée comme une herbe stimulant les performances et, en tant que telle, est une substance interdite dans de nombreux événements sportifs tels que l'athlétisme [K]. Les tiges peuvent être récoltées à tout moment de l'année et sont séchées pour une utilisation ultérieure [238].

Ephedra gerardiana, Ephedra gerardiana,
fiche|retour
Ephedra gerardiana

fruit

Détails :

fruit

Note médicinale : ****

Ephedra intermedia, Ephedra intermedia,
fiche|retour
Ephedra intermedia Schrenk & C. A. Mey.
Illustration
Illustration

Par aspidoscelis, via flickr
Illustration


fruit

Détails :



Fruit (fruits mûrs) comestible.

Note médicinale : ****

Ephedra major, Ephedra major,
fiche|retour
Ephedra major Host
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 5-9

fruit

Détails :

fruit

Fruits - crus.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les membres de ce genre contiennent divers alcaloïdes actifs en médecine (mais notamment l'éphédrine) et ils sont largement utilisés dans les préparations pour le traitement de l'asthme et du catarrhe [238]. Cette espèce est la plus riche source d'éphédrine en Inde, les tiges contenant plus de 2,5% d'alcaloïdes totaux, dont environ 75% d'éphédrine [240]. La plante entière peut être utilisée à des concentrations beaucoup plus faibles que les constituants isolés - contrairement à l'utilisation de l'éphédrine isolée, l'utilisation de la plante entière entraîne rarement des effets secondaires [254]. La plante a également des effets antiviraux, en particulier contre la grippe [238]. Les tiges sont une herbe piquante, amère et chaude qui dilate les vaisseaux bronchiques tout en stimulant le c?ur et le système nerveux central [238]. Les tiges sont également diaphorétiques, diurétiques, fébrifugeuses, hypertendues, nerveuses, pectorales, toniques, vasoconstricteurs et vasodilatateurs [165, 176, 238]. Ils sont utilisés en interne dans le traitement de l'asthme, du rhume des foins et des allergies [238]. Ils sont également combinés avec un certain nombre d'autres herbes et utilisés dans le traitement d'un large éventail de plaintes [238]. Cette herbe doit être utilisée avec une grande prudence, de préférence sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Il ne doit pas être prescrit aux patients prenant des inhibiteurs de la monoamine oxydase ou souffrant d'hypertension artérielle, d'hyperthyroïdie ou de glaucome [238]. L'éphédrine est considérée comme une herbe stimulant la performance et, en tant que telle, est une substance interdite dans de nombreux événements sportifs tels que l'athlétisme [K]. Les tiges peuvent être récoltées à tout moment de l'année et sont séchées pour une utilisation ultérieure [238].

Ephedra sinica, Ephedra sinica,
fiche|retour
Ephedra sinica Stapf
Nom français : Ephédra chinois
Illustration
Illustration

Par MBG, via Missouri Botanical Garden et eol
Illustration


fruit ; fleur

Détails :



Fruit (fruits [base boissons/breuvages : tisanes]) et fleur (cônes femelles matures) comestibles.

Note médicinale : ****

Erythrina verna, Erythrina verna,
fiche|retour
Erythrina verna

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce de l'arbre a longtemps été utilisée à des fins médicinales par les peuples autochtones du Brésil, en particulier comme sédatif naturel. Il a été utilisé pour calmer un système nerveux surexcité et favoriser un sommeil réparateur [318]. Les composés actifs de l'arbre ont été étudiés en profondeur; ils se sont avérés contenir de grandes quantités de nouveaux flavonoïdes, triterpènes et alcaloïdes [318, 739]. Vingt alcaloïdes de l'isoquinoline ont été documentés pour cet arbre. Beaucoup d'entre eux ont démontré des activités anti-inflammatoires, cardioactives, narcotiques et sédatives. Un de ces alcaloïdes, la? Cristamidine? a montré un effet positif sur le foie [318]. D'autres alcaloïdes ont montré des activités hypotensives et régulatrices du c?ur [318]. L'alcaloïde? Érysodine? a été documenté avec des effets neuromusculaires caractéristiques des poisons de flèche curare. Deux études indiquent également qu'il pourrait être utile comme médicament anti-nicotine, car il a démontré des actions en tant qu'antagoniste compétitif et pour bloquer les récepteurs de la nicotine [318]. L'utilisation traditionnelle de la plante pour soulager l'anxiété et le stress a été validée par des chercheurs dans une étude de 2002, où il a été montré qu'un extrait hydroalcoolique de la plante modifiait les réponses liées à l'anxiété. L'effet était similaire au diazépam, un médicament anti-anxiété couramment prescrit [318]. Il a été suggéré dans cette étude que les alcaloïdes dans Erythrina «peuvent altérer la neurotransmission GABAergique». Le GABA (acide gamma-amino butyrique) agit comme un neurotransmetteur dans le cerveau; des anomalies fonctionnelles sont impliquées dans des maladies telles que l'épilepsie, l'anxiété et la dépression [318]. D'autres recherches ont validé l'utilisation traditionnelle de la plante comme agent antimicrobien pour les infections de la gorge et des voies urinaires, ayant démontré une activité antibactérienne dans deux études contre Staphylococcus aureus et une activité antimycobactérienne contre Mycobacterium fortuitum et Mycobacterium smegmatis [318]. Des effets régulateurs positifs sur les palpitations cardiaques et une diminution de la pression artérielle ont été rapportés [318]. L'écorce est antispasmodique, antitussive, calmante et narcotique [739]. Il est considéré comme un excellent sédatif pour calmer l'agitation et la toux nerveuse et pour traiter d'autres problèmes du système nerveux, notamment l'insomnie et l'anxiété. Il est également largement utilisé dans le traitement de l'asthme, de la bronchite, de la gingivite, de l'hépatite, de l'inflammation du foie et de la rate, des fièvres intermittentes et pour éliminer les obstructions du foie. Il est également utilisé dans certaines régions dans le cadre du traitement de l'épilepsie [318]. Il est également utilisé pour calmer l'hystérie causée par un traumatisme ou un choc, comme sédatif léger et hypnotique pour calmer le système nerveux, pour traiter l'insomnie et favoriser des habitudes de sommeil saines (en sédatant les neurotransmetteurs hyperactifs), pour réguler les palpitations cardiaques et pour traiter l'hépatite et le foie. troubles .; Dr. Donna Schwontkowski, une chiropraticienne qui a utilisé des plantes amazoniennes dans sa pratique, recommande l'écorce pour traiter les hernies, les maux d'estomac et l'épilepsie - et pour aider à augmenter le flux de lait également [318].

Erythroxylum coca, Erythroxylum coca,
fiche|retour
Erythroxylum coca Lam.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit ; feuille

Détails :

fruit (graines) ; feuille

Parties comestibles : -feuilles - thé ; les feuilles séchées donnent une substance appelée cocaïne qui est un stimulant ; les feuilles sont utilisées pour faire du "vin" de coca ; les feuilles sont mâchées comme masticatoire ; -l'extrait de noix est utilisé pour aromatiser les boissons, les bonbons et les boissons alcoolisées.


Précautions à prendre

ATTENTION : certaines parties de la plante sont toxiques si elles sont ingérées.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles contiennent de la cocaïne et d'autres alcaloïdes. Ils sont narcotiques, stimulants cérébraux et anesthésiques localement [46]. Les alcaloïdes sont extraits et utilisés pour fabriquer divers médicaments pharmaceutiques, y compris un anesthésique local [46, 348]. Mâchées avec de la chaux ou des cendres végétales, les feuilles provoquent une sensation de facilité et d'énergie croissante. Ils sont donc utilisés par les peuples autochtones comme stimulants pour mieux supporter la faim, la soif et le stress physique [317]. Une infusion de feuilles sert aussi de remède au mal des montagnes, le redouté «soroche» [317].

Eucalyptus globulus, Eucalyptus globulus,
fiche|retour
Eucalyptus globulus Labill.
Nom français : Gommier bleu
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 3: t. 40, 1890), via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 8

feuille

Détails :

feuille (feuilles, feuilles : huile essentielle).(1*)

Feuille (feuilles séchées [assaisonnement : aromate] ; extrait feuilles fraîches ou séchées {huile essentielle} [assaisonnement : arôme alimentaire]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : l'huile d'eucalyptus est toxique ; le citronellal ou rhodinal, une huile essentielle présente dans la plupart des espèces d'eucalyptus, est très dangereux à plus ou moins haute(s) dose(s) ; voir lien pfaf ("5"), pour plus d'informations.

Note médicinale : ****

F

Ferula assa-foetida, Ferula assa-foetida,
fiche|retour
Ferula assa-foetida L.
Nom français : Ase fétide

feuille ; racine ; tronc

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles, tiges) ; racine ; tronc (gomme)

Note médicinale : ***

G

Garcinia kola, Garcinia kola,
fiche|retour
Garcinia kola Heckel
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit (fruits, graines)

Graines - crues ; elles ont une saveur amère, astringente et aromatique, ressemblant quelque peu à celle d'un grain de café cru ; ceci est suivi d'une légère douceur (ou d'un poivre persistant) ; les graines sont mâchées avec les graines du vrai cola (Cola spp.) ; on pense qu'ils améliorent le plaisir d'une personne du cola et permettent la consommation de plus grandes quantités sans indisposition ; les fruits extrêmement acides sont parfois consommés ; ils sont de la taille d'une orange et contiennent une pulpe jaune entourant quatre graines.

Note médicinale : ****

Autres usages : Le kola amer est largement utilisé en médecine traditionnelle en Afrique, la plupart des parties de la plante étant utilisées et un large éventail de maladies étant traitées [332]. Plusieurs composés médicalement actifs ont été identifiés. Des tanins, un sucre réducteur et des traces d'alcaloïde ont été détectés dans l'écorce; des flavonines sont également présentes, le tout étant extrêmement amer, résineux et astringent [332]. Un certain nombre d'actions pharmacocologiques ont également été démontrées. Il a été démontré que des extraits de tiges, de racines et de graines ont une forte activité anti-hépatotoxique et hépatotrope [332]. Les extraits d'éther de pétrole et d'acétone se sont révélés nettement antimicrobiens [332]. L'écorce contient une abondante gomme résineuse collante [332]. Ceci est pris en interne dans le traitement de la gonorrhée [332]. À l'extérieur, la gomme est appliquée sur les infections cutanées et utilisée pour sceller de nouvelles plaies [332]. On dit que l'écorce est aphrodisiaque, galactagogue [332]. La décoction est utilisée pour traiter la stérilité féminine et pour faciliter l'accouchement, la prise étant quotidienne jusqu'à ce que la conception soit certaine, puis à moitié dosée pendant toute la durée [332]. Il est également utilisé pour provoquer l'expulsion d'un f?tus mort [332]. L'écorce en poudre est appliquée à l'extérieur sur les tumeurs malignes, les cancers, etc. [332]. Un thé d'écorce, associé à l'écorce de Sarcocephalus latifolius, a une solide réputation en tant que diurétique, décongestionnant urinaire et traitement des écoulements urétraux chroniques [332]. L'écorce, associée au Piper guineense et à la sève d'une tige de plantain (Musa sp.) Est utilisée pour embraser le sein en cas de mammite [332]. La graine et l'écorce sont utilisées pour traiter les maux d'estomac [332]. Les feuilles et l'écorce sont utilisées dans le traitement des troubles pulmonaires et gastro-intestinaux [332]. La racine et l'écorce sont utilisées comme tonique pour les hommes «pour que leurs organes fonctionnent bien» [332]. Les feuilles ont un goût amer. Une infusion de feuilles est purgative [332] Les fruits sont consommés au Nigéria comme remède contre les douleurs générales à la tête, au dos, etc., et comme vermifuge [332]. On dit que les graines sont antidote, antitussive, aphrodisiaque, astringente et vermifuge [332]. On dit que la mastication des graines soulage la toux, l'enrouement et les troubles des bronches et de la gorge. Ils sont pris à sec comme remède contre la dysenterie. On dit qu'ils fournissent un antidote contre l'intoxication par Strophanthus [332]. Le principe actif, ou principes, dans la noix reste énigmatique. La caféine, qui est présente dans le vrai kola, est absente. Une trace d'alcaloïde a été signalée dans les matériaux nigérians, mais absente dans d'autres échantillons. Des tanins sont présents et peuvent contenir les composés antibactériens morelline et guttiférine [332]. L'activité peut également résider dans des résines qui ne sont pas encore identifiées [332].

Gaultheria humifusa, Gaultheria humifusa,
fiche|retour
Gaultheria humifusa (Graham) Rydb.
Illustration
Illustration

Par Hooker W.J. (Flora boreali-americana, or, the botany of the northern parts of British America, vol. 2: t. 129, 1840) [W.J. Hooker], via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (fruits) ; feuille (feuilles)

Fruit (fruits {chair/pulpe, peau et graines} mûrs {crus ou cuits} [nourriture/aliment]) et feuille (feuilles {jeunes et tendres, de préférence} fraîches [nourriture/aliment : crues {en salade} ou cuites {comme légume}] ; feuilles {fraîches ou séchées [base boissons/breuvages {tisanes}]) comestibles.

Gelsemium sempervirens, Gelsemium sempervirens,
fiche|retour
Gelsemium sempervirens


Précautions à prendre

ATTENTION : toutes les parties de la plante contiennent généralement des alcaloïdes toxiques ; manger une seule fleur aurait été mortel pour les enfants ; la plante peut également provoquer des allergies cutanées chez certaines personnes et il est possible que les toxines végétales soient absorbées par la peau, surtout en cas de coupures.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les racines sont analgésiques, antispasmodiques, diaphorétiques, fébrifugeuses, hypnotiques, mydriatiques, nervines, sédatives et vasodilatatrices [46, 165, 192, 222, 238]. Un puissant dépresseur du système nerveux central, amortissant la douleur et réduisant les spasmes [222]. On dit qu'il suspend et tient en échec l'irritabilité musculaire et l'excitation nerveuse avec plus de force et de puissance que n'importe quel remède connu. Tout en détendant les muscles, il soulage également toute sensation de douleur [4]. Il est utilisé en interne dans le traitement de la névralgie, de la migraine, de la sciatique, des maux de dents, des douleurs intenses (en particulier en cas de maladie terminale ou d'accident) et de la méningite [238]. À l'extérieur, il a été utilisé comme remède populaire contre le cancer [222]. La racine est mieux récoltée à l'automne et séchée soigneusement pour une utilisation ultérieure [4]. Un soin extrême est conseillé avec l'utilisation de cette plante, il ne doit être utilisé que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Des doses excessives provoquent une dépression respiratoire, des vertiges, une vision double et la mort [238]. Il ne doit pas être prescrit aux patients présentant une maladie cardiaque, une hypotension ou une myasthénie grave [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. La racine fraîche est utilisée pour fabriquer un remède homéopathique [232]. Il est utilisé dans le traitement d'une variété de plaintes, y compris la fièvre, la grippe et les maux de tête [232].

Gloriosa superba, Gloriosa superba,
fiche|retour
Gloriosa superba L.
Nom français : Glorieuse
Illustration
Illustration

Illustration


feuille

Note : ?

Détails :

feuille.(1*)

Feuille (feuilles cuites [nourriture/aliment de famine/disette) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toute la plante contient deux alcaloïdes (colchicine et gloriosine), essentiellement concentrés dans les tubercules et les graines, rendant ceux-ci, et plus particulièrement leur ingestion, très toxiques et dangereux, voir mortels ; de plus il y a un risque de confusion entre les patates douces, mais également les ignames, et ces tubercules de Gloriosa, expliquant l'origine de plusieurs intoxications sèvères/graves. Bien qu'aucun cas n'ait été déclaré pour les feuilles, celles-ci sont également considérées comme toxiques par plusieurs sources ; leur consommation est donc déconseillée. Pour plus d'infos, voir liens, dont site canadien en français.

Note médicinale : ****

Glycine max, Glycine max,
fiche|retour
Glycine max (L.) Merr.
Nom français : Soja
Illustration
Illustration

Afbeeldingen der artseny-gewassen met derzelver Nederduitsche en Latynsche beschryvingen (vol. 4: t. 396, 1800), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (graines mûres {fraîches ou séchées} cuites {au four, bouillies ou grillées/torréfiées} [nourriture/aliment : légume {à la manière des pois et des haricots verts}, {ersatz/succédané/substituts de viandes, cérale {farine} ; et base boissons/breuvages {ersatz/succédané/substitut de café et de lait}] ; jeunes gousses cuites ; graines immatures {crues ou cuites} [nourriture/aliment {comme les petits pois ou en salade} ; graines germées {de préférence blanchies ; et extrait graines {huile} [nourriture/aliment : huile alimentaire]) et feuille (jeunes pousses et feuilles {crues ou cuites} [nourriture/aliment {en salade}]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les graines mûres crues sont toxiques à cause e la présence d'un inhibiteur de la trypsine ; elle doivent être bien cuites avant d'être consommées{{{~ ; même les graines germées doivent être légèrement cuites (blanchies), bien qu'elles soient parfois mangées crues et est considérées comme un aliment sain.

Glycyrrhiza glabra, Glycyrrhiza glabra,
fiche|retour
Glycyrrhiza glabra L.
Nom français : Reglisse
Illustration
Illustration

Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (racines, racines : poudre)

Racine (extrait racines [crues {de préférence séchées} ou cuites {bouillies}] : poudre [assaisonnement {aromatisant} et édulcorant {pour tisanes{{{~}] et morceaux/fragment {ou totalité} [masticatoire ; assaisonnement et/ou base boissons/breuvages {dont tisanes}]) et feuille (feuilles [assaisonnement {ersatz/substitut/succédané de safran} et base boissons/breuvages {tisanes : ersatz/substitut/succédané de thé}]) comestibles.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante contient de la glycyrrhizine, une saponine provoquant, entre autres, de l'hypertension, à plus ou moins fortes doses ; voir lien "PFAF" ("5"), pour plus d'informations.

Note médicinale : ****

Autres usages : Remède naturel contre la bronchite : de 5 g à 15 g de racines séchées par jour, répartis en 3 fois dans la journée. Prendre après chaque repas sous forme de poudre, d´infusion ou de décoction (de 2 g

Glycyrrhiza lepidota, Glycyrrhiza lepidota,
fiche|retour
Glycyrrhiza lepidota Pursh
Nom français : Réglisse américaine
Illustration
Illustration

Illustration


feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille (jeune pousses tendres crues) ; racine (racines).(1*)

Racine (racines {fraîches ou séchées ; crues ou cuites} [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {condiment, aromate~}, masticatoire et base boissons/breuvages {tisanes}]) et feuille (jeunes pousses tendres crues) [nourriture/aliment]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les très jeunes pousses peuvent être toxiques pour les animaux.

Note médicinale : ***

Glycyrrhiza uralensis, Glycyrrhiza uralensis,
fiche|retour
Glycyrrhiza uralensis Fisch.
Nom français : Réglisse chinoise
Illustration
Illustration

Par avlxyz, via flickr
Illustration


racine

Détails :

racine (racines.(1*)

Racine (racines [assaisonnement {condiment, aromate : substitut de réglisse} et édulcorant]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les racines peuvent être toxiques et ne doivent être utilisées qu'en petites quantités.

Note médicinale : ****

Griffonia simplicifolia, Griffonia simplicifolia,
fiche|retour
Griffonia simplicifolia (Vahl ex DC.) Baill.
Illustration
Illustration

Adansonia (vol. 6: t. 2, 1866) [A. Faguet], via plantillustrations.org
Illustration


feuille

Détails :

feuille (tiges cuites)

Feuille (tiges cuites [masticatoire]) comestible.

Note médicinale : ****

Guiera senegalensis, Guiera senegalensis,
fiche|retour
Guiera senegalensis J.F.Gmel.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille

Les feuilles servent également à cailler le lait.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles ont une forte réputation de «panacée» en Afrique, où elles sont utilisées dans le traitement d'un large éventail de conditions. Ils sont le plus souvent pris en décoctions ou sont mélangés à des aliments [332]. Les feuilles au goût amer sont antitussives, apéritives, purifiantes sanguines, diurétiques, fébrifugeuses, galactagogue, laxatives, pectorales et toniques [332]. Ils sont utilisés pour traiter un large éventail d'affections telles que: les troubles pulmonaires et respiratoires, y compris la toux et la fièvre; problèmes du tube digestif, y compris coliques, dysenterie et diarrhée; les maladies infectieuses, y compris la syphilis, le béribéri et la lèpre; et diverses autres conditions telles que l'impuissance, les rhumatismes et l'?dème [332]. Les feuilles en poudre sont mélangées à de la nourriture comme tonique général et réparateur du sang après toute condition épuisante, et surtout donnée aux femmes après l'accouchement pour favoriser l'écoulement du lait [332]. Les feuilles sont communément transformées en infusion, associées à celles de Combretum micranthum, pour traiter la fièvre, les affections thoraciques et rhumatismales, et en douche nasale pour le rhume dans la tête [332 '. Associées à la pulpe de tamarin, les feuilles sont considérées comme un bon laxatif et un apéritif [332]. La plante a une réputation particulière en tant que préventif de la lèpre et de nombreuses personnes boivent une décoction froide de feuilles chaque matin et soir; en particulier, il est administré au nouveau-né et à l'enfant d'un parent lépreux, ou lorsqu'il y a le moindre soupçon de souillure héréditaire ou de symptômes précoces [332]. Les feuilles séchées sont fumées dans une pipe et la fumée est soufflée par le nez comme remède contre le rhume [332]. Ils sont mélangés avec du tabac pour fumer comme traitement de la toux et des troubles respiratoires [332]. Les feuilles en poudre sont ajoutées à un tabac à priser pour les maux de tête et la sinusite [332]. Les feuilles sont appliquées à l'extérieur pour apporter la guérison au corps - elles sont considérées comme antiseptiques et vulnérables. Ils sont appliqués sur les plaies, les plaies dans la bouche, les chancres syphilitiques et les ulcères phagadéniques [332]. Les feuilles sont appliquées sur les infections cutanées et en cataplasmes sur les gonflements inflammatoires et pour le ver de Guinée; ils ont été appliqués aux tumeurs pour les maturer et comme traitement des maladies de la peau [332]. La décoction de feuilles est utilisée comme gel douche et pour le bain des nouveau-nés [332]. Les fruits et les feuilles sont des ingrédients communs dans les prescriptions plus ou moins cérémonielles pour renforcer et prévenir les maladies chez les jeunes enfants [332]. Les brindilles sont mâchées pour un soulagement symptomatique des piqûres de scorpion [332]. Les racines en poudre et bouillies sont considérées comme un remède contre la diarrhée et la dysenterie [332]. Les fruits, cuits au four et réduits en poudre avec du sel ajouté pour masquer le goût amer, sont considérés comme un remède souverain contre le hoquet [332]. Les tiges feuillues contiennent des traces d'alcaloïdes et de tanins [332]. Les cendres des racines et des feuilles semblent particulièrement riches en magnésium, calcium, strontium, titane, fer et aluminium [332]. Pharmacologiquement, la plante a une action positive sur la toux, est hypotensive, antidiarrhéique et anti-inflammatoire [332].

Gymnema sylvestre, Gymnema sylvestre,
fiche|retour
Gymnema sylvestre

feuille

Détails :

feuille

Note médicinale : ****

H

Handroanthus impetiginosus, Handroanthus impetiginosus,
fiche|retour
Handroanthus impetiginosus (Mart. ex DC.) Mattos
Nom français : Lapacho

tronc

Détails :




Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : elle est toxique.

Note médicinale : ****

Helianthus, Helianthus,
fiche|retour
Helianthus L.
Nom français : Hélianthe

fruit ; graines : huile

Note : ****

Détails :

fruit (graines ; graines : huile)

Fruit (graines [nourriture/aliment] ; et extrait graines : huile [nourriture/aliment {huile alimentaire}]) comestible.

Hemerocallis lilioasphodelus, Hemerocallis lilioasphodelus,
fiche|retour
Hemerocallis lilioasphodelus L.
Nom français : Hémérocalle jaune
Illustration
Illustration

Illustration


fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fleur (boutons/bourgeons floraux, fleurs) ; feuille (feuilles et jeunes pousses) ; racine (racines {tubercules})

Feuille (feuilles et jeunes pousses consommées {crues ou cuites} [nourriture/aliment {substitut, légèrement défraîchies ou séchées ; crues ou cuites} [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {condiment} et/ou épaississant]) et racine (racines {tubercules} {crues ou cuites} [nourriture/aliment]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : de grandes quantités de feuilles sont censées être hallucinogènes ; blanchir les feuilles (par immersion des pousses dans le noir et/ou dans l'eau bouillante) supprime/enlève cette composante hallucinatoire.

Hibiscus sinosyriacus, Hibiscus sinosyriacus,
fiche|retour
Hibiscus sinosyriacus L.H. Bailey

fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fleur (fleurs) ; feuille (jeunes feuilles) ; racine (racines)

Fleur (fleurs [base boissons/breuvages, feuille (jeunes feuilles {crues ou cuites} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {tisanes}]) et racine (racines) comestibles.

Hibiscus syriacus, Hibiscus syriacus,
fiche|retour
Hibiscus syriacus L.
Nom français : Mauve en arbre
Illustration
Illustration

Illustration


fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fleur (fleurs et calices) ; feuille (jeunes feuilles cuites)

Feuille (jeunes feuilles cuites {bouillies} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {tisanes}]) et fleur (fleurs et calices consommés [nourriture/aliment]) comestibles.

Himatanthus sucuuba, Himatanthus sucuuba,
fiche|retour
Himatanthus sucuuba

Note médicinale : ****

Autres usages : Himatanthus sucuuba est une plante médicinale très respectée et largement utilisée dans les systèmes de phytothérapie en Amazonie et en Amérique du Sud; nombre de ses utilisations traditionnelles ont été expliquées et vérifiées par la recherche. Il est principalement utilisé pour traiter la douleur et l'inflammation liées à de nombreuses conditions; tumeurs cancéreuses et comme antimicrobien à large spectre pour diverses infections internes et externes [318]. Bien que toxique à des doses plus élevées, les études de toxicité indiquent que l'utilisation de la plante aux dosages traditionnels n'est pas toxique. Aucune anomalie toxique, avortée ou congénitale n'a été signalée [318]. La plante contient plusieurs composés médicalement actifs. Un composé iridoïde antitumoral et deux depsides présentant une activité inhibitrice de la monoamine oxydase B (MAO-B) ont été isolés de l'écorce [318]. En plus, deux produits chimiques iridoïdes appelés plumericine et isopluméricine ont été trouvés dans l'écorce et le latex. Ces deux produits chimiques ont été rapportés avec des actions cytotoxiques, anticancéreuses, antifongiques et antibactériennes dans la recherche en laboratoire [318]. Il a été démontré qu'un extrait d'écorce fournit une protection significative contre les ulcères et réduit l'hypersécrétion gastrique grâce à plusieurs nouveaux mécanismes d'action [318]. Le latex a montré des actions anti-inflammatoires et analgésiques significatives. Le latex peut exercer des effets anti-inflammatoires même dans la phase aiguë du processus inflammatoire. Cette action a été attribuée aux produits chimiques cinnamates que l'on trouve dans le latex et l'écorce. L'écorce s'est avérée être significativement cytotoxique pour cinq lignées cellulaires cancéreuses humaines différentes, ce qui peut aider à expliquer pourquoi l'arbre est utilisé contre le cancer et les tumeurs depuis de nombreuses années en Amérique du Sud. Cette action anticancéreuse est probablement liée aux iridoïdes et aux triterpénoïdes de l'écorce des arbres [318]. La recherche a montré que l'écorce a un effet antifongique plus important qu'un médicament de contrôle (nistatine) qui a été utilisé - cette action a été attribuée aux esters triterpéniques trouvés dans l'écorce [318]. L'efficacité des plantes dans le traitement des plaies infectées, des candida, de la tuberculose, de la syphilis et même de la gale pourrait être expliquée par les actions antimicrobiennes documentées de l'écorce et du latex [318]. L'utilisation de la plante dans le traitement de l'asthme pourrait s'expliquer par les actions relaxantes des muscles lisses documentées en 2005 par des chercheurs brésiliens travaillant avec un extrait d'écorce [318]. L'écorce et le latex sont considérés comme analgésiques, anti-inflammatoires, antirhumatismal, antitumoral, antifongique, anthelminthique, aphrodisiaque, astringent, purificateur de sang, emménagogue, émollient, fébrifuge, laxatif, purgatif, tonique, vermifuge et vulnéraire [318, 739]. Une décoction d'écorce est prise en interne dans le traitement des rhumatismes, des maux d'estomac et des courbatures et des douleurs. Appliquée à l'extérieur, l'écorce d'arbre en poudre est saupoudrée directement sur les plaies et plaies tenaces. Le latex est placé dans de l'eau chaude qui est utilisée pour baigner la partie du corps souffrant d'arthrite, de douleur et / ou d'inflammation [318]. Le latex est également appliqué directement sur les abcès, les plaies, les plaies, les éruptions cutanées et les ulcères cutanés. Il est frotté sur des piqûres de mouches bot-fly afin d'étouffer et de tuer les larves sous la peau (chez les animaux et les humains) [318, 739]. L'écorce et le latex sont également utilisés dans le traitement des maladies des glandes lymphatiques et de l'inflammation; les troubles féminins tels que l'endométriose, les tumeurs fibroïdes utérines, les irrégularités menstruelles et la douleur, les kystes ovariens et l'inflammation ovarienne; tumeurs cancéreuses et cancers de la peau; problèmes de digestion tels qu'indigestion, maux d'estomac, inflammation de l'intestin et ulcères gastriques; toux, fièvre, maux de tête, asthme et autres troubles pulmonaires [318, 739].

Hordeum distichon, Hordeum distichon,
fiche|retour
Hordeum distichon L.
Nom français : Orge à deux rangs
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines)

Fruit (graines [nourriture/aliment {céréale secondaire : farine} et base boissons/breuvages {malt : bière}]) comestible.

Note médicinale : ***

Houttuynia cordata, Houttuynia cordata,
fiche|retour
Houttuynia cordata Thunb.
Nom français : Poivrier de chine
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille (feuilles et pousses tendres) ; racine (rhizomes)

Feuille (feuilles et pousses tendres consommées {crues, racine (rhizomes {crus ou cuits} [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {condiment : chutney}]) et fruit comestibles.

Note médicinale : ***

Humulus lupulus, Humulus lupulus,
fiche|retour
Humulus lupulus L.
Nom français : Houblon
Illustration
Illustration

Illustration


fleur ; feuille ; racine.

Note : ****

Détails :

fleur ; feuille ; racine.(1*)

Feuille (jeunes et/ou tendre, dont pousses, tiges et pointes), fleur (petites mâles et grands cônes femelles) et racine (jeunes : cuites) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante contiendrait des substances toxiques ; l'effet sédatif du houblon peut causer une légère dépression et/ou, pour plus d'informations ; éviter pendant la grossesse, et lors de cancers du sein et du col de l'utérus (en raison de l'action antispasmodique sur l'utérus).

Note médicinale : *****

Hydnocarpus kurzii, Hydnocarpus kurzii,
fiche|retour
Hydnocarpus kurzii


Précautions à prendre

ATTENTION : les graines contiennent des glycosides cyanogènes et sont toxiques ; il est déconseillé de manger des porcs ou des poissons qui se sont nourris des graines, car leur chair provoque des nausées et des vomissements.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'huile extraite des graines, appelée «huile de chaulmugra», est utilisée depuis longtemps dans le traitement de la lèpre [310, 317]. Lorsqu'il est appliqué par voie externe et par infiltration directe des lésions, il s'est avéré efficace pour réduire la taille des nodules, des plaques engourdies et des lésions cutanées [555]. Les principes actifs sont des acides gras cyclopenténiques inhabituels, y compris l'acide chaulmoogrique. Le mode d'action mycobactéricide moléculaire précis est encore inconnu [555]. L'huile contient des acides gras chaulmoogriques et hydnocarpiques [310, 317]. Une décoction d'écorce se boit comme tonique général pour améliorer la santé et dans le traitement des troubles internes et des maladies de la peau [310, 555]. Les racines, ainsi que les graines, sont utilisées par les médecins traditionnels thaïlandais dans le traitement des maladies de la peau [310]. Un développement passionnant de cette plante est l'observation que l'huile, lorsqu'elle est appliquée sur la peau, augmente la résistance du tissu cicatriciel et renforce le tissu de collagène dans les plaies. Par conséquent, une application cosmétique et / ou dermatologique peut être possible [555]. De plus, les lignanes hydnowightin, hydnocarpine et néohydnocarpine ont été isolés dans la plante. Il a été démontré que ceux-ci ont un potentiel cytotoxique contre diverses formes de cancer [555].

Hylocereus costaricensis, Hylocereus costaricensis,
fiche|retour
Hylocereus costaricensis (F.A.C.Weber) Britton & Rose
Nom français : Pitaya
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur

Note : ****

Détails :

fruit ; fleur (fleurs)

Fruit (chair/pulpe et graines) et fleur (fleurs) comestible.

Hylocereus megalanthus, Hylocereus megalanthus,
fiche|retour
Hylocereus megalanthus (K. Schumann ex Vaupel) Ralf Bauer
Nom français : Pitaya jaune
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : 0,461538462

fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Fruit (chair/pulpe et graines) comestible.

Hylocereus polyrhizus, Hylocereus polyrhizus,
fiche|retour
Hylocereus polyrhizus (F.A.C.Weber) Britton & Rose
Nom français : Pitaya
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits)

Fruit (fruits {chair/pulpe et graines} crus [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {jus de fruits}) comestible.

Hylocereus undatus, Hylocereus undatus,
fiche|retour
Hylocereus undatus (Haw.) Britton & Rose
Nom français : Pitaya
Illustration
Illustration

Par Britton N.L., Rose J.N. (The Cactaceae, vol. 2: t. 32, 1920) [M.E. Eaton], via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : 0,461538462

fruit ; fleur

Note : ****

Détails :

fruit ; fleur (boutons)

Fruit (fruits {chair/pulpe et graines} frais [nourriture/aliment, base boissons/breuvages et colorant}) et fleur (bourgeons/boutons floraux cuits [nourriture/aliment {comme légume]) comestible.

Hyoscyamus albus, Hyoscyamus albus,
fiche|retour
Hyoscyamus albus


Précautions à prendre

ATTENTION : toutes les parties de la plante sont très toxiques ; les symptômes d'intoxication comprennent une vision altérée, des convulsions, le coma et la mort par insuffisance cardiaque ou respiratoire.

Note médicinale : ****

Autres usages : Henbane a une très longue histoire d'utilisation comme herbe médicinale et a été largement cultivée pour répondre à la demande de son utilisation [4]. Il est largement utilisé comme sédatif et analgésique et est spécifiquement utilisé pour la douleur affectant les voies urinaires, en particulier lorsqu'elle est due à des calculs rénaux [254]. Son effet sédatif et antispasmodique en fait un traitement précieux pour les symptômes de la maladie de Parkinson, soulageant les tremblements et la rigidité pendant les premiers stades de la maladie [254]. Cette espèce est généralement considérée comme la meilleure pour un usage interne, tandis que la jusquiame noire (H. niger) est la forme la plus utilisée en externe [4]. Toutes les parties de la plante, mais en particulier les feuilles et les graines, peuvent être utilisées - elles sont anodynes, antispasmodiques, légèrement diurétiques, hallucinogènes, hypnotiques, mydriatiques, narcotiques et sédatifs [4, 9, 13, 21, 100, 165, 192 , 218]. La plante est utilisée en interne dans le traitement de l'asthme, de la coqueluche, du mal des transports, du syndrome de Ménière, des tremblements de sénilité ou de paralysie et comme médicament préopératoire [238]. Henbane réduit les sécrétions muqueuses, ainsi que la salive et autres sucs digestifs [254]. À l'extérieur, il est utilisé comme huile pour soulager les affections douloureuses telles que les névralgies, les douleurs dentaires et rhumatismales [238, 254]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison et peuvent ensuite être séchées pour une utilisation ultérieure [4] . C'est une plante très toxique qui doit être utilisée avec une grande prudence, et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [21, 238]. Voir les notes ci-dessus sur la toxicité. La graine est utilisée dans le traitement de l'asthme, de la toux, de l'épilepsie, de la myalgie et des maux de dents [218]. tremblements de sénilité ou de paralysie et comme médicament préopératoire [238]. Henbane réduit les sécrétions muqueuses, ainsi que la salive et autres sucs digestifs [254]. À l'extérieur, il est utilisé comme huile pour soulager les affections douloureuses telles que les névralgies, les douleurs dentaires et rhumatismales [238, 254]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison et peuvent ensuite être séchées pour une utilisation ultérieure [4] . C'est une plante très toxique qui doit être utilisée avec une grande prudence, et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [21, 238]. Voir les notes ci-dessus sur la toxicité. La graine est utilisée dans le traitement de l'asthme, de la toux, de l'épilepsie, de la myalgie et des maux de dents [218]. tremblements de sénilité ou de paralysie et comme médicament préopératoire [238]. Henbane réduit les sécrétions muqueuses, ainsi que la salive et autres sucs digestifs [254]. À l'extérieur, il est utilisé comme huile pour soulager les affections douloureuses telles que les névralgies, les douleurs dentaires et rhumatismales [238, 254]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque la plante est en pleine floraison et peuvent ensuite être séchées pour une utilisation ultérieure [4] . C'est une plante très toxique qui doit être utilisée avec une grande prudence, et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [21, 238]. Voir les notes ci-dessus sur la toxicité. La graine est utilisée dans le traitement de l'asthme, de la toux, de l'épilepsie, de la myalgie et des maux de dents [218]

Hyoscyamus niger, Hyoscyamus niger,
fiche|retour
Hyoscyamus niger

fruit

Détails :

fruit (graines)

Note médicinale : ****

Hypericum perforatum, Hypericum perforatum,
fiche|retour
Hypericum perforatum L.
Nom français : Millepertuis
Illustration
Illustration

Par Woodville W., Hooker W.J., Spratt G. (Medical Botany, 3th edition, vol. 4: t. 208, 1832), via plantillustrations.org
Illustration


fleur ; feuille.

Note : **

Détails :

fleur ; feuille.(1*)

Feuille (dont jeunes ; dont pointes ; aromatisantes (boissons, marinades)) et fleur (décoratives et/ou aromatisantes (crues/cuites)) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

ATTENTION : il est très probablement toxique, rendant la peau sensible à la lumière (provoquant des récations de photosensibilisation) ; la substance chimique toxique est l'hypericine ; celle-ci est présente dans les feuilles et les fleurs.

Note médicinale : ****

I

Ilex Paraguariensis, Ilex Paraguariensis,
fiche|retour
Ilex Paraguariensis A.St.-Hil.
Nom français : Yerba mate
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 3: t. 60, 1890), via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; fruit

Note : ****

Détails :



Feuille (feuilles séchées [base boissons/breuvages : ersatz/substitut/succédané du thé {maté}]) et fruit (baies [base boissons/breuvages : ersatz/substitut/succédané du thé]) comestible.

Inga edulis, Inga edulis,
fiche|retour
Inga edulis Mart.
Nom français : Sucrin
Illustration
Illustration

Par Merian M.S. (De metamorphosibus insectorum Surinamensium, of te verandering der Surinaamsche insecten, t. 51, 1714), via plantillustration.org
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit ({pulpe/arille)

Fruit (fruits {pulpe/arille} frais/fraîches [nourriture/aliment]) comestible.

Inocarpus fagifer, Inocarpus fagifer,
fiche|retour
Inocarpus fagifer (Parkinson) Fosberg
Nom français : Châtaignier tahitien
Illustration
Illustration

Par Roxburgh W. (Plants of the coast of Coromandel, vol. 3: t. 263, 1819), via plantillustration.org
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines)

Fruit (graines {noix)} [nourriture/aliment : crues ou cuites {torréfiées/grillées ou bouillies}]) comestible.

J

Jasminum sambac , Jasminum sambac ,
fiche|retour
Jasminum sambac (L.) Aiton
Nom français : Jasmin sambac
Illustration
Illustration

Botanical Register (vol. 1: t. 1, 1815) [S. Edwards], via plantillustrations.org
Illustration


fleur

Note : ****

Détails :

fleur (fleurs, huile essentielle)

Fleur (fleurs séchées [assaisonnement et/ou base boissons/breuvages : aromatisant pour tisanes {thé au jasmin}] ; fleurs trempées dans de l'eau [assaisonnement : eau aromatisante {pour aliments sucrés}] ; et extrait : huile essentielle [assaisonnement {arôme}) comestible.

Juglans nigra, Juglans nigra,
fiche|retour
Juglans nigra L.
Nom français : Noyer d'amérique
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : -25

fruit ; tronc

Note : ****

Détails :



Fruit (graines {noix} : cerneaux [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {aromatisant recettes/préparations sucrées} : crues ou cuites] ; et extrait graines : huile [assaisonnement]) et tronc (extrait : sèveµ0(+x) cuite {bouillie} [nourriture/aliment {sucre et sirop}) comestibles.

Note médicinale : ***

Juniperus communis, Juniperus communis,
fiche|retour
Juniperus communis L.
Nom français : Genévrier commun
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 1: t. 53, 1887), via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : {{{-15 (-40)

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille (feuilles).(2*)

Feuille (jeunes et/ou tendres pousses ; fraîches (saisies1) ou séchées (farine1)), cambium (cuit1)(1*)., et fruit (frais (jus1) ou séchés (crus et/ou aromatisants1, ou cuits1))(2*) comestibles.(2*)


Précautions à prendre

ATTENTION : plante protégée en Nord-Pas-de-Calais. (1*)Arracher l'écorce directement sur un genévrier (notamment pour récupérer son cambium) peut entrainer/causer/engendrer/provoquer la mort de celui-ci.1 (2*)La plante contiendrait des substances toxiques. Les baies sont comestibles en petites quantités, mais sont nocifs en grandes quantités ; bien que le fruit de cette plante est souvent utilisé comme médicament et comme aromatisant dans divers aliments et boissons, de grandes doses de fruits peuvent causer des dommages rénaux ; consommées excessivement, elles sont irritantes pour l'estomac. Le genévrier ne doit pas être utilisé en interne en quantités par les femmes enceintes. Une utilisation répétée peut entrainer la diarrhée. Eviter dans le cas de maladies rénales. Ne pas utiliser en interne pendant plus de 6 semaines. ATTENTION : risque de confusion avec le genévrier sabine (Juniperus sabina), une espèce toxique.1 : : la compossition et la concentration de l'huile essentielle des baies (jusqu'à 2%) serait à l'origine de la toxicité possible liée à l'estomac.

Note médicinale : ***

L

Lablab purpureus, Lablab purpureus,
fiche|retour
Lablab purpureus (L.) Sweet
Nom français : Dolique
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille ; fleur ; racine

Note : ****

Détails :



Fruit (jeunes gousses cuites [nourriture/aliment] ; graines mûres cuites {fraîches ou séchées} [nourriture/aliment] ; graines germées cuites [nourriture/aliment]), feuille (jeunes feuilles cuites [nourriture/aliment]), fleur (fleurs {crues ou cuites}) et racine (racines) comestibles.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : Les graines crues/brutes sont toxiques ; elles contiennent des glucosides toxiques éliminables par cuisson ; elles devraient être bouillies et l'eau de cuisson jetée. Plusieurs types peuvent être toxiques.

Lagenaria siceraria, Lagenaria siceraria,
fiche|retour
Lagenaria siceraria (Molina) Standl.
Nom français : Gourde
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (jeunes fruits cuits, graines, graines : huile) ; feuille (jeunes pousses et feuilles)

Fruit (jeunes fruits cuits [nourriture/aliment {comme légume}] ; graines [nourriture/aliment et/ou masticatoire] ; et extrait graines : huile [nourriture/aliment {huile alimentaire}]) et feuille (jeunes pousses et feuilles) comestibles.

Note médicinale : **

Autres usages : Les vieux fruits sont utilisés comme récipientsµ{{{0(+x)µ.

Lansium domesticum, Lansium domesticum,
fiche|retour
Lansium domesticum
Nom français : Longkong
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : 0

fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits frais)

Fruit (fruits frais [nourriture/aliment {crus ou confits} et base boissons/breuvages {vin}]) comestible.

Lantana camara, Lantana camara,
fiche|retour
Lantana camara L.
Nom français : Lantanier
Illustration
Illustration

Par Step E., Bois D. (Favourite flowers of garden and greenhouse, vol. 3: t. 219, 1896-1897) [D. Bois], via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : **?

Détails :



Fruit (fruits mûrs crus) et feuille (feuilles [assaissonnement {aromatisant}]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : cette plante produit des fruits très toxiques encore verts, avant leur maturité, pour l'homme et de nombreux animaux qui les ingèrent. Son feuillage produit des triterpénoïdes pentacycliques qui le rendent hépatotoxique et induit une photosensibilité chez les animaux de pâturages (moutons, chèvres, bovins et chevaux), avec des pertes importantes par mortalité aux États-Unis, en Afrique du Sud, Inde, Mexique et Australie. La plante contient un alcaloïde (la lantanine).

Note médicinale : ****

Laurus nobilis, Laurus nobilis,
fiche|retour
Laurus nobilis L.
Nom français : Laurier noble
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :



Feuille (feuilles {fraîches ou séchées} [assaissonnement {aromatisant, condiment, épice} et base boissons/breuvages {tisanes}] ; et extrait feuilles : huile [assaissonnement {arôme}]) et fruit (fruits séchés [assaissonnement {aromatisant, condiment, épice}]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les baies, plus précisément les graines, sont toxiques. Les feuilles, en particulier fraîches, seraient toxiques à fortes doses. Ne pas confondre avec les autres lauriers lauriers dont le Laurier rose (Nerium oleander) qui est très toxique et dangereux.

Note médicinale : ***

Lens culinaris, Lens culinaris,
fiche|retour
Lens culinaris Medik.
Nom français : Lentille
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines, jeunes germes, jeunes gousses cuites)

Fruit (graines {crues ou cuites} [nourriture/aliment {légume ; pseudo-céréale secondaire : farineµ0(+x)}] ; jeunes germes {crus ou cuits} [nourriture/aliment {en salade et comme légume}] ; et jeunes gousses cuites [nourriture/aliment {comme légume}]) comestible.

Leopoldinia piassaba, Leopoldinia piassaba,
fiche|retour
Leopoldinia piassaba Wallace
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit

Le mésocarpe des fruits est consommé cru ou transformé en boisson rafraîchissante ; la chair fine du fruit, agitée avec de l'eau, fait une boisson locale populaire.

Note médicinale : ****

Lepidium sativum, Lepidium sativum,
fiche|retour
Lepidium sativum L.
Nom français : Cresson alénois
Illustration
Illustration

Par Wig
Illustration


fruit ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :



Feuille (feuilles et jeunes pousses consommées [nourriture/aliment {comme légume ; en salades}]) ; fruit (gousses {fraîches ou séchées} [assaisonnement piquant] ; graines [ [assaisonnement {comme condiment}] ; extrait graines : huile [nourriture/aliment {huile alimentaire}] ; et graines germées [nourriture/aliment]) et racine (racines [assaisonnement {aromatisant ou épice}]) comestibles.

Note médicinale : *

Levisticum officinale, Levisticum officinale,
fiche|retour
Levisticum officinale W.D.J. Koch
Nom français : Céleri perpétuel
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (graines, graines : huile) ; fleur (fleurs) ; feuille (tiges, jeunes feuilles, feuilles blanchies) ; racine (racines cuites)

Fruit (graines [assaisonnement {condiment, aromatisant}] ; extrait graines : huile [assaisonnement {aromatisant}]) et feuille (tiges [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {produits confits}] ; jeunes feuilles {crues ou cuites ; fraîches ou séchées} [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {substitut de céleriµ{{{(dp*)(0(+x)) en salades, soupes et ragoûts} ; feuilles blanchies [nourriture/aliment {comme légume}]), racine (racines cuites [nourriture/alimentµ{{{(dp*)(27(+x)) {comme légume : substitut de céleri rave}]) et fleur (fleurs) comestibles.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la livèche est dite contenir le prétendu psychotrope "myristicine". L'huile volatile est un irritante. Contre-indiqué lors d'inflammation des reins ou du conduit urinaire. Éviter pendant la grossesse.

Note médicinale : ***

Autres usages : propriétés médicinales : vertus dépurative, digestive, carminative et aphrodisiaqueµ{{{(dp*)µ.

Lilium auratum, Lilium auratum,
fiche|retour
Lilium auratum Lindl.
Nom français : Lis doré
Illustration
Illustration

Illustration


racine

Note : ****

Détails :

racine (bulbes)

Racine (bulbes [nourriture/aliment {comme légume}]) comestible.

Lilium lancifolium, Lilium lancifolium,
fiche|retour
Lilium lancifolium Thunb.
Nom français : Lis élégant
Illustration
Illustration

Illustration


fleur ; racine

Note : ****

Détails :

fleur (fleurs) ; racine (bulbes cuits, bulbes : amidon).(1*)

Racine (bulbes cuits {bouillis ou confits} [nourriture/aliment {comme légume}] ; et extrait bulbes : fécule) et fleur (fleurs {fraîches ou séchées ; crues ou cuites} [nourriture/aliment {comme légume} et/ou assaisonnement]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : le pollen est dit être toxique, engendrant vomissements, somnolence et purge.

Linum usitatissimum, Linum usitatissimum,
fiche|retour
Linum usitatissimum L.
Nom français : Lin cultivé
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 1: t. 16, 1887), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (graines grilllées [nourriture/aliment {pseudo-céréale secondaire, substitut d'oeuf} et base boissons/breuvages {tisanes et substitut de café}] ; extrait graines : huile [nourriture/aliment : huile alimentaire {de cuisson}] ; et graines germées) et feuille (feuilles [nourriture/aliment {comme légume}]) comestibles.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les graines crues contiennent des cyanures détruits à la cuisson ; certains types contiennent des niveaux élevés d'alcaloïdes toxiques ; les graines de certaines souches contiennent des glycosides cyanogènes bien que la toxicité soit faible, surtout si la graine est consommée lentement ; elles deviennent plus toxiques si de l'eau est bue en même temps ; les glycosides cyanogènes sont également présents dans d'autres parties de la plante et ont provoqué l'intoxication de bétail ; voir lien "pfaf" ("5"), pour plus d'informations, dont contre-indications.

Note médicinale : ***

Lippia graveolens, Lippia graveolens,
fiche|retour
Lippia graveolens Kunth
Nom français : Origan mexicain

feuille

Note : ****

Détails :

feuille

Lomatium canbyi, Lomatium canbyi,
fiche|retour
Lomatium canbyi (J. M. Coult. & Rose) J. M. Coult. & Rose
Nom français : Chucklusa
Illustration
Illustration

Par Five Acre Geographic, via flickr
Illustration


fruit ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; racine (racines)

Racine (racines {fraiches ou séchées} [nourriture/aliment {fausse céréale secondaire : farine ; légume secondaire} : crues ou cuites {bouillies ou cuites à la vapeur}]) et fruit (graines) comestible.

Lomatium cous, Lomatium cous,
fiche|retour
Lomatium cous (S. Watson) J.M. Coult. & Rose
Illustration
Illustration

Par codiferous, via flickr
Illustration


fruit ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; racine (racines)

Racine (racines {fraiches ou séchées} [nourriture/aliment {fausse céréale secondaire : farine ; légume secondaire} : crues ou cuites {bouillies ou cuites à la vapeur}]) et fruit (graines) comestible.

Lonicera caerulea, Lonicera caerulea,
fiche|retour
Lonicera caerulea L.
Nom français : Chèvrefeuille comestible
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits)

Fruit (fruits [nourriture/aliment et base boissons]) comestible.


Précautions à prendre

ATTENTION : pas plus d'informations à ce sujet. Plante protégée en Franche-Comté.

Luffa acutangula, Luffa acutangula,
fiche|retour
Luffa acutangula (L.) Roxb.
Nom français : Courge éponge anguleuse
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (fruits immatures cuits {bouillis, cuits à la vapeur ou sautés} [nourriture/alimentµ{{{(dp*)(0(+x),27(+x)) {comme légume}] ; graines mûres cuites {grillées} [nourriture/alimentµ et/ou{{{(dp*)(0(+x))µ collation] ; et extrait graines : huile), feuille (feuilles {crues ou cuites} [nourriture/alimentµ{{{(dp*)(0(+x)) {en salade ou comme légume}]) et fleur (fleurs {boutons/bourgeons floraux} [nourriture/aliment {beignets}µ{{{(dp*)(0(+x))]) comestibles.

Autres usages : Fruit mûr utilisé comme éponge végétaleµ{{{(dp*)µ.

Lupinus albus, Lupinus albus,
fiche|retour
Lupinus albus L.
Nom français : Lupin blanc
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 4: t. 56, 1890) [M.B.], via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (graines cuites {bouillies ou grillées} [nourriture/aliment {légume, collation, pseudo-cérélae secondaire : farine} et base boissons/breuvages {substitut/succédané de café}]), fleur (hampes florales cuites {picklées} [nourriture/aliment]) et feuille (feuilles) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les graines contiennent un élément toxique qui est éliminé par trempage ou ébullition ; il existe plusieurs types de lupin doux qui peuvent être consommés sans traitement en raison de leur faible teneur en alcaloïdes ; il existe des variétés/cultivars riches en alcaloïdes toxiques ; les graines de nombreuses espèces de lupin contiennent des alcaloïdes toxiques au goût amer, bien qu'il existe des variétés/cultivars souvent douces au sein de ces espèces qui sont complètement saines ; le goût est un indicateur très clair ; ces alcaloïdes toxiques peuvent être drainés hors de la graine par trempage pendant la nuit et jetage de l'eau de trempage ; il peut également être nécessaire de changer l'eau une fois pendant la cuisson ; les toxines fongiques envahissent aussi facilement la graine broyée et peuvent causer des maladies chroniques.

Lupinus angustifolius, Lupinus angustifolius,
fiche|retour
Lupinus angustifolius L.
Nom français : Lupin à feuilles étroites
Illustration
Illustration

Par Sibthrop J., Smith J.E. (Flora Graeca, vol. 7: p. 78, t. 685, 1830), via plantillustrations.org
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines cuites).(1*)

Fruit (graines cuites [nourriture/aliment {comme légume, protéine végétale ; pseudo-céréale secondaire : farineµ{{{(dp*)(5(+))}]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : des variétés/cultivars correctes/adaptées doivent être choisies, les autres sont toxiques ; les graines de nombreuses espèces de lupin contiennent des alcaloïdes toxiques au goût amer, bien qu'il existe des variétés/cultivars souvent douces au sein de ces espèces qui sont complètement saines ; le goût est un indicateur très clair ; ces alcaloïdes toxiques peuvent être drainés hors de la graine par trempage pendant la nuit et jetage de l'eau de trempage ; il peut également être nécessaire de changer l'eau une fois pendant la cuisson ; les toxines fongiques envahissent aussi facilement la graine broyée et peuvent causer des maladies chroniques. Plante protégée en Centre et Midi-Pyrénées.

Lycium barbarum, Lycium barbarum,
fiche|retour
Lycium barbarum L.
Nom français : Lyciet commun
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (fruits mûrs déshydratés [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {tisanes}] ; et graines [base boissons/breuvages {succédané du thé}]) et feuille (feuilles [nourriture/aliment {comme légume} et base boissons/breuvages {tisanes} et/ou assaisonnement {aromatisant}]) comestibles.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : bien qu' aucune trace de toxicité n'ait été observée, certaines précautions doivent être prises avec cette espèce, en particulier à l'égard de ses feuilles comestibles, car il appartient à une famille qui contient souvent des toxines ; cependant, l'utilisation des feuilles est bien documentée et assez répandue dans certaines régions. Le fruit vert peut aussi être suspect alors que le fruit mûr est sain.

Note médicinale : ***

Lycium chinense, Lycium chinense,
fiche|retour
Lycium chinense Mill.
Nom français : Goji
Illustration
Illustration

Par TommyHAGA, via flickr
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : -0,03

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :



Fruit (fruits {baies} mûrs [nourriture/aliment {garniture} et/ou assaisonnement {épice} : crues {frais ou cuits] ; et graines cuites(dp*)(0(+x))µ {grillées} [base boissons/breuvagesµ café.) et feuille (feuilles cuites [nourriture/aliment et/ou assaisonnement {condiment}] ; et jeunes feuilles tendres [nourriture/aliment : crues {en salade} ou cuites]) ; feuilles séchées [base boissons/breuvages {succédané du thé}]) comestibles.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : une certaine prudence doit être appliquée avec cette espèce, en particulier à l'égard de ses feuilles comestibles, car il appartient à une famille qui contient souvent des toxines ; cependant, l'utilisation des feuilles est bien documentée et assez répandue dans certaines régions.

Note médicinale : ***

M

Macadamia integrifolia, Macadamia integrifolia,
fiche|retour
Macadamia integrifolia Maiden & Betche
Nom français : Noyer du queensland
Illustration
Illustration

Par MacadamiaARS.jpg: ARS USDA Macadamia.jpg: Sherry Kang MacadamiaN7NZ.jpg: Kahuroa MacadamiaShellsNZ.jpg: Kahuroa derivative work: Nova (d) [CC-BY-SA-3.0 ou GFDL], via Wikimedia Commons
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines {noyaux/noix}, graines : huile)

Fruit (graines {noyaux/noix} [nourriture/alimentµ{{{(dp*)(0(+x),27(+x)) : crues ou cuites {grillées}] ; et extrait graines : huile [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : huile alimentaireµ{{{(dp*)(0(+x)) {en salade}]) comestible.

Macadamia ternifolia, Macadamia ternifolia,
fiche|retour
Macadamia ternifolia F.Muell.
Nom français : Noix de macadam
Illustration
Illustration

Par Maiden J.H. (Forest Flora of New South Wales, vol. 1: t. 40, 1902-1904) [M. Flockton], via plantillustrations.org
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :



Fruit (graines {noyaux/noix} [nourriture/alimentµ{{{(dp*)(0(+x),27(+x)) : cuites {grillées}] ; et extrait graines {noix} : huile [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : huile alimentaireµ{{{(dp*)(0(+x)) {en salade}]) comestible.

Macadamia tetraphylla, Macadamia tetraphylla,
fiche|retour
Macadamia tetraphylla L.A.S. Johnson
Nom français : Noix de macadam
Illustration
Illustration

Par Rita wiccked, via flickr
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines {noyaux/noix}, graines {noix} : huile)

Fruit (graines {noyaux/noix} [nourriture/alimentµ{{{(dp*)(0(+x),27(+x)) : crues ou cuites {grillées, frites,...}] ; et extrait graines {noix} : huile [nourriture/aliment et/ou assaisonnement : huile alimentaireµ{{{(dp*)(0(+x)) {en salade}]) comestible.

Malpighia emarginata, Malpighia emarginata,
fiche|retour
Malpighia emarginata
Nom français : Acérola
Illustration
Illustration

Par Eric Gaba (Sting - fr:Sting) (Travail personnel), via Wikimedia Commons
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits)

Fruit (fruits frais [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {jus}]) comestible.

Malpighia glabra, Malpighia glabra,
fiche|retour
Malpighia glabra L.
Nom français : Acérola
Illustration
Illustration

Par Eric Gaba (Sting - fr:Sting) (Travail personnel), via Wikimedia Commons
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits)

Fruit (fruits frais {crus ou cuits} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {jus, vin}]) comestible.


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : l'acérola peut produire une réaction allergique semblable à celle du latex.

Malus baccata, Malus baccata,
fiche|retour
Malus baccata (L.) Borkh.
Nom français : Pommier microcarpe de Sibérie
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (fruits) ; feuille (feuilles).(1*)

Fruit (fruits {crus ou cuits ; frais, séchés, appertisés ou fermentés} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages {vin}]) et feuille (feuilles [base boissons/breuvages {tisanes}]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : tous les membres de ce genre contiennent la toxine cyanure d'hydrogène dans leurs graines et éventuellement aussi dans les feuilles, mais pas dans leurs fruits ; le cyanure d'hydrogène est la substance qui donne aux amandes leur goût caractéristique, mais il ne devrait être consommé qu'en très petites quantités ; les graines de pommes ne contiennent habituellement pas de très grandes quantités de cyanure d'hydrogène, mais, même ainsi, elles ne doivent pas être consommées en très grandes quantités ; en petites quantités, le cyanure d'hydrogène a été montré stimuler la respiration et améliorer la digestion, il est également prétendu être bénéfique dans le traitement du cancer ; au-delà, cependant, il peut provoquer une insuffisance respiratoire et même la mort.

Malva, Malva,
fiche|retour
Malva L.
Nom français : Mauve

Note : ****

Détails :

Partie(s) comestible(s) : jeune racine, feuillles, boutons floraux, fleurs, jeunes fruits, graines. Utilisation(s)/usage(s) comestible(s) :
-fleurs consommées en salade ;
-feuilles et tiges consommées bouillies.(1*).(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : l'accoutumance doit être progressive (risque de troubles digestives pour des grandes quantités consommées) ; lorsqu'elles sont cultivées sur des sols riches en azote (et en particulier lorsque ceux-ci sont cultivés inorganiquement), les feuilles de certaines espèces ont tendance à concentrer des niveaux élevés de nitrates dans leurs feuilles ; les feuilles sont parfaitement saines à tout autre moment.

Malva neglecta, Malva neglecta,
fiche|retour
Malva neglecta Wallr.
Nom français : Mauve commune
Illustration
Illustration

Par Krause E.H.L., Sturm J., Lutz K.G. (Flora von Deutschland in Abbildungen nach der Natur, Zweite auflage, vol. 6: t. 64 ; 1902), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :



Feuille (jeunes feuilles et pousses consommées [nourriture/aliment : crues {en salade} ou cuites {comme légume}] ; et feuilles [épaississant et base boissons/breuvages : séchées {tisanes}]) et fruit (jeunes graines {crues ou cuites} [nourriture/aliment {pseudo-céréale secondaire}]) et racine (racines [nourriture/aliment : décoction {substitut d'oeuf}]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : lorsqu'elles sont cultivées sur des sols riches en azote (et en particulier lorsque ceux-ci sont cultivés inorganiquement), la plante a tendance à concentrer des niveaux élevés de nitrates dans ses feuilles ; les feuilles sont parfaitement saines à tout autre moment.

Malva pusilla, Malva pusilla,
fiche|retour
Malva pusilla Sm.
Nom français : Mauve à petites feuilles
Illustration
Illustration

Par Sowerby J.E. (English Botany, or Coloured Figures of British Plants, 3th ed., vol. 2: t. 282 ; 1864), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (jeunes fruits et/ou graines) ; feuille (jeunes pousses et feuilles).(1*)

Feuille (jeunes pousses et feuilles consommées [nourriture/aliment : crues {salade, substitut de laiture} ou cuites {comme légume}]) et fruit (jeunes graines {crues ou cuites} [nourriture/aliment {pseudo-céréale secondaire}]) et fruit (jeunes fruits et/ou graines {cru(e)s ou cuit(e)s}) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : bien que nous ayons vu aucun rapport de toxicité pour cette espèce, lorsqu'elles sont cultivées sur des sols riches en azote (et en particulier lorsque ceux-ci sont cultivés inorganiquement), les feuilles de certaines espèces ont tendance à concentrer des niveaux élevés de nitrates dans leurs feuilles ; les feuilles sont parfaitement saines à tout autre momentµ{{{5.

Malva sylvestris, Malva sylvestris,
fiche|retour
Malva sylvestris L.
Nom français : Mauve sylvestre
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit ; fleur ; feuille ; racine (racines).(1*)

Feuille (tendres) et fleur1 (dont bourgeons), fruit (jeunes (tendres et verts))1 et racine1 comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : lorsqu'elles sont cultivées sur des sols riches en azote (et en particulier lorsque ceux-ci sont cultivés inorganiquement), la plante a tendance à concentrer des niveaux élevés de nitrates dans ses feuilles ; les feuilles sont parfaitement saines à tout autre moment.

Note médicinale : ***

Mammea americana, Mammea americana,
fiche|retour
Mammea americana L.
Nom français : Abricotier des antilles
Illustration
Illustration

Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits)

Fruit (fruits {crus ou cuit} [nourriture/aliment]) comestible.

Mangifera rubropetala, Mangifera rubropetala,
fiche|retour
Mangifera rubropetala Kosterm.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Fruits - crus ; la pulpe jaune ou jaune orangé est sucrée et savoureuse avec peu de fibres courtes ; semblable à celui de la mangue (Mangifera indica), le fruit lisse, jaune et à peau mince mesure 4 à 6 cm de long et contient une seule grosse graine.

Manilkara discolor, Manilkara discolor,
fiche|retour
Manilkara discolor (Sond.) J.H.Hemsl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Fruits - crus ; la pulpe juteuse et charnue est très savoureuse ; consommés comme collation, notamment par les enfants et les voyageurs ; les graines sont jetées ; les baies ovales, charnues, jaunes à rouges, mesurent jusqu'à 13 mm de diamètre et renferment une graine ovale aplatie de couleur pâle.

Maytenus obtusifolia, Maytenus obtusifolia,
fiche|retour
Maytenus obtusifolia Mart.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille

Une infusion de feuilles est utilisée comme substitut du thé de Chine (Camellia sinensis).

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles sont une plante médicinale populaire au Brésil, où elles sont utilisées dans le traitement des ulcères graves, des inflammations générales, du cancer et également contre les ulcères externes de la peau [602]. La recherche a montré que la plante est un traitement efficace et sûr contre les ulcères, bien que le mécanisme d'action n'ait pas encore été déterminé [602].

Medicago sativa, Medicago sativa,
fiche|retour
Medicago sativa L.
Nom français : Luzerne
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (graines1) ; fleur1 ; feuille1.(1*)

Feuille (jeunes pousses ; crues (aromatisantes)1 ou cuites1)µ, fleur1 (fraîches (décoratives (crues/cuites)1) ou séchées (tisanes1, farine1)) et graines (farine1, germes1) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante contient des substances du même type que la saponine, voir lien "pfaf" ("5") et/ou fiche toxine, pour plus d'informations ; manger de grandes quantités de feuilles peut provoquer la destruction/dégradation des globules rouges ; les germes de luzerne (et surtout les graines) contiennent de la canavanine ; des rapports récents suggèrent que l'ingestion de cette substance peut entraîner la réapparition du lupus érythémateux disséminé (une maladie ulcéreuse de la peau) chez les patients dont la maladie était devenue dormante ; la FDA recommande les enfants, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli d'éviter de consommer des germes de luzerne à cause de la contamination bactérienne ; éviter pendant la grossesse et l'allaitement , éviter chez les personnes atteintes d'un cancer sensible aux hormones, éviter chez les personnes atteintes de la goutte (en raison de purines) ; possible antagonisme de l'effet anticoagulant de la warfarine (en raison de la vitamine K) et interference avec l'effet immunosuppresseur des corticoïdes.

Note médicinale : ***

Melaleuca leucadendra, Melaleuca leucadendra,
fiche|retour
Melaleuca leucadendra (L.) L.
Nom français : Melaleuca leucadendron
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 2: t. 141 ; 1890), via plantillustrations.org
Illustration


fleur ; feuille

Détails :

fleur (fleurs : nectar) ; feuille (feuilles)

Note médicinale : ****

Melicoccus bijugatus, Melicoccus bijugatus,
fiche|retour
Melicoccus bijugatus Jacq.
Nom français : Quenettier
Illustration
Illustration

Par Zorn J., Jacquin N.J.F. von (Dreyhundert auserlesene amerikanische Gewa?chse, vol. 2: t. 124 ; 1786-1787), via plantillustrations.org
Illustration


fruit

Note : ****

Détails :

fruit (fruits frais, graines {noyaux} cuites)

Fruit (fruits frais {crus ou cuits} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages] ; et graines {noyaux} cuites {grillées} [nourriture/aliment]) comestible.


Précautions à prendre

ATTENTION : en raison de la taille des fruits et du fait qu'ils sont très glissants, il convient de veiller à ce qu'ils ne soient pas gobés par les enfants (qui pourraient alors s'étouffer avec le fruit bloqué dans leur trachée).

Melissa officinalis, Melissa officinalis,
fiche|retour
Melissa officinalis L.
Nom français : Mélisse officinale
Illustration
Illustration

Illustration


feuille

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles)

Feuille (feuilles {crues ou cuites} [base boissons/breuvages {tisanes} et/ou assaisonnement {comme herbe/aromate, épice, condiment et aromatisant de liqueurs}]) comestible.

Note médicinale : *****

Melothria scabra, Melothria scabra,
fiche|retour
Melothria scabra
Nom français : Concombre à confire
Illustration
Illustration

Par Tigerente (Travail personnel) [GFDL ou CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0], via Wikimedia Commons
Illustration


fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (fruits) ; feuille (feuilles)

Fruit (fruits [nourriture/aliment : crus ou cuits {picklés}]) et feuille (feuilles) comestibles.

Mentha spicata, Mentha spicata,
fiche|retour
Mentha spicata L.
Nom français : Menthe verte
Illustration
Illustration

Par Woodville W., Hooker W.J., Spratt G. (Medical Botany, 3th edition, vol. 3: t. 121 ; 1832), via plantillustrations.org
Illustration


fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fleur ; feuille

Feuille (dont tiges tendres ; fraîches ou séchées ; aromatisantes (crues/cuites, dont infusions)1) et fleur1 (décoratives1) comestibles.


Précautions à prendre

ATTENTION : bien qu'aucune donnée sur la toxicité n'ait été observée pour cette espèce, au moins quelques espèces de ce genre (dont Mentha pulegium L. et Mentha x piperita L.) contiennent de la pulégone connue pour entrainer/produire des avortement lorsque la plante est consommée sous forme concentrée (huile essentielle) et/ou en grandes quantités ; donc une certaine prudence est de mise.

Note médicinale : ***

Mentha × piperita, Mentha × piperita,
fiche|retour
Mentha × piperita L.
Nom français : Menthe poivrée
Illustration
Illustration

Illustration


fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fleur (fleurs) ; feuille (feuilles, feuilles : huile essentielle).(1*)

Feuille (feuilles [assaisonnement {comme aromate}] ; feuilles séchées [base boissons/breuvages {tisanes}] ; et extrait feuilles : huile essentielle [assaisonnement {arôme}]) et fleur (fleurs [assaisonnement {comme aromate}]) comestible.) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : cette espèce, lorsqu'elle est consommée sous forme concentrée (huile essentielle) ou en grandes quantités, peut provoquer des avortements donc une certaine prudence est de mise.

Note médicinale : *****

Mentha × villosa, Mentha × villosa,
fiche|retour
Mentha × villosa Huds.
Nom français : Menthe velue
Illustration
Illustration

Par Sowerby J.E. (English Botany, or Coloured Figures of British Plants, 3th ed., vol. 7: t. 1021 ; 1867), via plantillustrations.org
Illustration


feuille

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles)

Feuille (feuilles [assaisonnement {comme condiment aromatisant}]) comestible.


Précautions à prendre

ATTENTION : bien qu'aucune donnée sur la toxicité n'ait été observée pour cette espèce, au moins quelques espèces de ce genre (dont Mentha pulegium L. et Mentha x piperita L.) contiennent de la pulégone connue pour entrainer/produire des avortement lorsque la plante est consommée sous forme concentrée (huile essentielle) et/ou en grandes quantités ; donc une certaine prudence est de mise.

Mesembryanthemum crystallinum, Mesembryanthemum crystallinum,
fiche|retour
Mesembryanthemum crystallinum L.
Nom français : Ficoïde glaciale

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; feuille

Note médicinale : *

Millettia laurentii, Millettia laurentii,
fiche|retour
Millettia laurentii


Précautions à prendre

ATTENTION : l'écorce est utilisée comme poison de poisson et poison de flèche ; le contact avec la sciure fine produite lors du traitement peut provoquer de l'asthme professionnel et une dermatite allergique chez les travailleurs ; une quinone (2,6-diméthoxy-1, 4-benzoquinone) a été isolée du bois et identifiée comme allergène de contact.

Note médicinale : ****

Autres usages : En médecine traditionnelle, la décoction d'écorce est utilisée pour traiter les troubles hépatiques, le diabète, les hernies, les maladies de la peau, la constipation, la fièvre et les rhumatismes. L'écorce est également appliquée comme expectorant, émétique et vermifuge, ainsi que pour traiter l'épilepsie, la variole, l'?dème, les plaies et les abcès [299]. Plusieurs isoflavones ont été isolées du bois de c?ur et plusieurs alcaloïdes, dont les alcaloïdes guanidiniques, de l'écorce et des graines [299].

Mirabilis expansa, Mirabilis expansa,
fiche|retour
Mirabilis expansa (Ruiz et Pavon) Standley
Nom français : Mauka

feuille; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (tubercules)

Mondia whitei, Mondia whitei,
fiche|retour
Mondia whitei

racine

Détails :

racine

Note médicinale : ****

Morinda citrifolia, Morinda citrifolia,
fiche|retour
Morinda citrifolia L.
Nom français : Noni
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10/11 (0/2/4?)

fruit; feuille

Détails :

fruit ; feuille

Note médicinale : ****

Autres usages : Des colorants rouge, jaune et brun non alimentaires sont obtenus à partir de la racineµ{{{0(+x)µ.

Moringa oleifera, Moringa oleifera,
fiche|retour
Moringa oleifera Lam.
Nom français : Moringa
Rusticité (résistance face au froid/gel) : 0/-2

fruit ; fleur; feuille; racine; écorce

Détails :



Note médicinale : ****

Musanga cecropioides, Musanga cecropioides,
fiche|retour
Musanga cecropioides R.Br. ex Tedlie
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit ; tronc

Détails :



-les racines aériennes, ainsi que les branches plus jeunes, sont réputées pour leur capacité à produire une grande quantité de sève potable ; on dit que «un demi-seau» peut être obtenu à partir d'un seul arbre pendant la nuit ; la sève est incolore, inodore et d'un goût sucré insipide ; cette source d'eau potable est d'une grande importance dans certaines zones de l'aire de répartition de l'arbre, où des villages entiers peuvent en dépendre en saison sèche ; les chasseurs et autres cassent les tiges pour tirer une boisson impromptue, et même les singes ont appris à le faire ; un flux renouvelé peut être obtenu en recoupant la surface coupée et en battant le membre sectionné ; -fruits ; une chair succulente avec de petites graines incrustées ; bien que comestible, le fruit ne semble pas très apprécié des populations locales ; le fruit vert jaunâtre mesure 10 à 13 cm de long sur 5 à 6 cm de large ; des raclures d'écorce sont ajoutées à la fermentation de la sève de canne à sucre pour augmenter la puissance ; la cendre de bois provenant d'arbres fraîchement abattus fournit un sel végétal à utiliser dans la cuisine.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce est complexe en couches: couche externe gris clair, puis verte, blanche, rose, blanche, le tout devenant brun à l'exposition. La partie externe dégage un jus rouge-brun [332]. Cet exsudat est mélangé à de la bouillie de maïs puis mangé en pensant qu'il s'agit d'un galactagogue. Les femmes qui en prennent depuis plusieurs jours subissent une augmentation du flux de lait, et même celles qui n'ont pas d'enfant à allaiter peuvent ressentir un flux de lait [332]. La sève de cette plante a été étudiée et on a découvert qu'elle contenait l'hormone féminine ?strogène et un galactagogue qui peut stimuler l'écoulement du lait [332]. L'utilisation de cette plante pour traiter la dysménorrhée s'explique peut-être par la présence de ces hormones [332]. On dit que la plante possède certaines propriétés analgésiques et est utilisée dans le traitement de l'asthénie et de la perte d'appétit [332]. Fumigation de l'écorce et des feuilles, mélangé avec les feuilles d'Adenia lobata, agit comme un expectorant et un déshydrateur, il est administré aux nourrissons afin de soulager l'asthénie [332]. Une décoction d'écorce-macérat est utilisée comme traitement des troubles pulmonaires [332]. Cette décoction est également utilisée comme gargarisme pour traiter les maux de dents [332]. Une bande d'écorce chauffée est placée sur la région lombaire pour soulager le lumbago [332]. L'écorce de racine, associée aux noix de kola (Cola spp.), Est mâchée pour soigner la toux [332]. L'écorce obtenue à partir de callosités sur l'arbre est attachée sur des plaies où elle est censée effectuer une guérison rapide - bien que cela semble être un cas de traitement sympathique, peut-être a-t-elle une justification [332]. La sève des racines sur pilotis est considérée comme médicinale pour les femmes [332]. La sève des plus grosses racines se boit comme un galactagogue; purificateur de sang; nettoyer l'estomac; et pour le traitement de la blennorrhée, de la toux et des affections thoraciques [332]., La sève est appliquée comme un lavage pour les personnes atteintes de la maladie du sommeil; lèpre; les fièvres; et pour soulager les maux et les douleurs, l'asthénie, les rhumatismes, etc. [332]. Le jus de racine est utilisé dans une embrocation topique pour traiter la congestion pulmonaire [332]. La cendre des racines en poudre, mélangée à de l'huile de palme en une pâte, est appliquée comme pansement cicatrisant sur les plaies de circoncision [332]. Les bourgeons foliaires et inflorescents sont enfermés dans une gaine stipulaire rouge qui peut mesurer 20 cm de long. Cela attire l'attention, en partie, au moins, sur la théorie des signatures, pour le traitement des conditions gynécologiques. Pour hâter l'accouchement, la gaine entière est bouillie dans de la soupe est utilisée comme un puissant emménagogue [332]. Les feuilles sont une médecine populaire, en particulier pour traiter une gamme de plaintes féminines. Ils sont utilisés dans une ordonnance pour préparer une douche vaginale pour les menstruations douloureuses; tandis que les bourgeons pulpés sont donnés aux femmes atteintes de leucorrhée et d'autres affections vaginales [332]. Les bourgeons sont écrasés et bouillis dans de l'eau qui, après filtration, est prélevée par tirage et par lavement pour traiter les troubles abdominaux. Ils sont combinés avec l'écorce d'Uapaca guineensis; poivre (soit un piment rouge ou une autre graine piquante); sel et sol nouvellement déposé du sommet d'une termitière, puis bouillis - le liquide après filtrage est pris par voie orale pour traiter l'estomac enflé et les gonflements dans d'autres parties du corps. L'action est présumée diurétique [332]. Le bourgeon terminal est écrasé entier et pris, souvent avec la sève ajoutée, pour calmer les crises d'épilepsie et de folie, pour traiter la blennorrhée et les douleurs cardiaques [332]. La sève exprimée à partir du bourgeon est utilisée comme goutte d'oreille pour traiter les maux d'oreille et est appliquée par voie topique pour les gonflements localisés [332]. Les poils de l'intérieur de la stipule sont considérés comme bons pour la guérison des brûlures et des plaies [332]. Les chatons sont cuisinés avec des arachides (Arachis hypogaea) et sont pris pour faciliter l'accouchement [332].

N

Nasturtium officinale, Nasturtium officinale,
fiche|retour
Nasturtium officinale W. T. Aiton
Nom français : Cresson de fontaine

fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille (feuilles).(1*)

Feuille (dont pousses, crues1/cuites1 et/ou décoratives1/aromatisantes1)µ, fleur1 (crues1, dont boutons (crus1/cuits1 et/ou décoratifs1/aromatisants1)) et fruit (graines (aromatisantes)1) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : à l'état sauvage et/ou à proximité de bovins et, plus particulièrement, d'ovins, la plante est susceptible de porter la fasciolose (fasciolase ou distomatose hépatique), une maladie parasitaire provoquée par un ver plat, appelé couramment douve ou distome, dont le plus courant est la douve du foie.

Note médicinale : ***

O

Ocimum tenuiflorum, Ocimum tenuiflorum,
fiche|retour
Ocimum tenuiflorum L.
Nom français : Basilic sacré

fruit ; fleur; feuille

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille

Note médicinale : ****

Okoubaka aubrevillei, Okoubaka aubrevillei,
fiche|retour
Okoubaka aubrevillei


Précautions à prendre

ATTENTION : l'écorce est utilisée comme poison de poisson.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce est largement utilisée comme médicament en Afrique de l'Ouest et est également exportée vers l'Europe et d'autres pays. Il est notamment utilisé dans le traitement des troubles cutanés et des intoxications. Six catéchines différentes ont été isolées de l'écorce, dont la (+) - catéchine et la (+) - gallocatéchine, ainsi que le_-sitostérol et le stigmastérol [299]. L'écorce a des propriétés antimicrobiennes et immunostimulantes qui sont attribuées aux composés phénoliques [299]. Un macérat de l'écorce est utilisé dans le traitement de la tachycardie [299]. L'écorce est utilisée en médecine phytothérapeutique dans le monde occidental. Ses principales applications sont pour les maux d'estomac causés par les intoxications et pour booster le système en cas de fatigue, de dépression et d'allergies [299]. Les problèmes de peau, y compris ceux causés par la syphilis et la lèpre, sont traités par lavage avec, ou baignade dans un macérat ou infusion de l'écorce dans l'eau [299]. L'application externe de préparations d'écorce est également pratiquée pour lutter contre l'empoisonnement [299]. Un macérat d'écorce se prend sous forme de bain de vapeur ou de gouttes nasales pour soigner l'?dème [299]. Dans une compresse, il est utilisé pour disperser les hématomes [299]. Un outil en bois est traditionnellement utilisé pour éliminer l'écorce et en aucun cas un outil métallique n'est utilisé [299].

Opuntia ficus-indica, Opuntia ficus-indica,
fiche|retour
Opuntia ficus-indica (L.) Mill.
Nom français : Figuier de barbarie

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (fruits, graines) ; feuille (tiges)

Note médicinale : **

Orthosiphon aristatus, Orthosiphon aristatus,
fiche|retour
Orthosiphon aristatus (Blume) Miq.
Nom français : Thé de java

feuille

Détails :

feuille (feuilles, tiges)

Note médicinale : ****

P

Paederia foetida, Paederia foetida,
fiche|retour
Paederia foetida L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 6-12

feuille

Détails :

feuille (feuilles, tiges)

-feuilles - crues ou cuites ; bien qu'elles aient une saveur prononcée, les feuilles sont parfois mélangées à de la noix de coco râpée et des épices, puis consommées crues en accompagnement de riz ; les feuilles hachées sont cuites à la vapeur et mangées; elles peuvent être ajoutées aux soupes ou sont mélangées avec divers légumes et épices, puis enveloppées dans une feuille de bananier et cuites au feu ; toute odeur désagréable disparaît à mesure que les feuilles sont cuites ; les feuilles sont plus appréciées pour leurs vertus médicinales que pour leur saveur! ; -le jus de tige sucré est aspiré à Taiwan.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles sont largement utilisées en Asie et en Asie du Sud-Est, où elles sont particulièrement appréciées pour traiter les problèmes digestifs [310]. Des recherches considérables ont été menées sur les bienfaits médicinaux des plantes, plusieurs composés actifs ayant été enregistrés [310]. Plusieurs glucosides iridoïdes tels que l'asperuloside, le scandoside et le paederoside ont été isolés des parties aériennes de la plante [310]. Ces glucosides ont montré une activité antitumorale, le paederoside affichant le plus haut degré d'activité antitumorale [310]. Il a été démontré que le scandoside favorise la croissance des plants de laitue. Le paederoside a montré une activité inhibitrice similaire à celle de l'asperuloside et de l'acide daécétyl-asperulosidique dans un test d'inhibition de la croissance des plantes et dans un test d'activité antimicrobienne [310]. Les parties aériennes meurtries de la plante ont l'odeur fétide d'indole (méthyl-mercaptan). L'endommagement du tissu libère une enzyme qui sépare ce groupe contenant du soufre du paédéroside, et est donc responsable de l'odeur désagréable. Le composé soufré le plus abondant était le disulfure de diméthyle [310]. La présence d'alcaloïdes et d'une huile essentielle a également été enregistrée [310]. Les monoterpènes tels que le linalol constituent les principaux composants de l'huile [310]. Dans des enquêtes plus anciennes, les décoctions de la plante ont montré une action anti-inflammatoire significative contre l'arthrite [310]. La décoction a également montré une activité marquée contre l'ostéo-arthrite dégénérative [310]. La fraction hydrosoluble des parties aériennes a montré une activité anti-inflammatoire dans l'?dème [310]. Il n'a montré aucune action analgésique ou antipyrétique et n'a montré aucun potentiel ulcérogène [310]. Un extrait éthanolique des feuilles a montré une activité anticancéreuse contre le carcinome épidermoïde humain du nasopharynx [310]. Un extrait au méthanol des feuilles a montré un potentiel hépatoprotecteur, étant efficace pour inverser 6 des 12 paramètres biochimiques (enzymatiques) courants évalués [310]. Une autre étude a montré que la plante a une activité antidiarrhéique, agissant en inhibant la motilité intestinale - soutenant ainsi son utilisation en médecine traditionnelle [360]. Les feuilles sont anodines, antirhumatismales, antivineuses, astringentes, carminatives, dépuratives, diurétiques, réparatrices et vermifuges [147, 218, 310]. Ils sont couramment utilisés pour le traitement des troubles intestinaux tels que les douleurs abdominales, les coliques, les crampes, les flatulences et la dysenterie; et sont également utilisés pour traiter les rhumatismes et la goutte [147, 218, 310]. Les feuilles sont également utilisées pour traiter l'infertilité et la paralysie [218]. Les feuilles et les tiges sont également utilisées comme diurétique pour l'inflammation de l'urètre [310]. Pour traiter les problèmes intestinaux, les feuilles fraîches sont pilées, de l'eau ajoutée et l'infusion filtrée se boit régulièrement jusqu'à la convalescence [310]. La plante est considérée comme ayant de grands pouvoirs réparateurs, et les feuilles peuvent ainsi être mélangées à de la nourriture, bouillies et mangées - en Inde, elles sont souvent bouillies dans de la soupe pour atténuer leur odeur [310]. Appliquées à l'extérieur, les feuilles sont utilisées pour traiter les gonflements et les ecchymoses en général, et sont écrasées puis appliquées pour les maux d'oreille, les ulcérations du nez et les yeux gonflés [272, 310]. Ils sont utilisés comme cataplasme pour traiter un ventre gonflé, une distension, un herpès ou une teigne; et sont utilisés dans les bains antirhumatismaux [310]. Ils sont appliqués sur l'abdomen comme diurétique et aussi comme solvant pour les calculs vésicaux [310]. Le jus des feuilles est considéré comme astringent et est utilisé pour traiter la diarrhée chez les enfants [310]. L'écorce et la racine sont considérées comme émétiques [310]. Le jus de la racine est prescrit en cas d'indigestion, d'hémorroïdes, d'inflammation de la rate et de douleurs thoraciques et hépatiques [272, 310]. Cela peut aider à éliminer les poisons collectés dans le système [310]. Dans certaines régions de l'Inde, le fruit est utilisé pour noircir les dents, et il est également considéré comme un médicament pour prévenir et traiter les maux de dents [310, 360].

Papaver somniferum, Papaver somniferum,
fiche|retour
Papaver somniferum L.
Nom français : Pavot somnifère

fruit ; feuille

Détails :

fruit (graines) ; feuille


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la capsule contient plusieurs alcaloïdes et est toxique mais les graines ne le sont pas.

Note médicinale : ****

Pentadiplandra brazzeana, Pentadiplandra brazzeana,
fiche|retour
Pentadiplandra brazzeana Baill.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit

-fruits - crus ou comme aromatisant ; la pulpe rouge est consommée comme collation, en particulier par les enfants, ou est parfois utilisée pour sucrer la bouillie de maïs ; le fruit gris rouge ou tacheté est une baie globuleuse de 35 à 50 mm de diamètre, contenant de nombreuses graines ; la protéine brazzein est, à l'origine, extraite de la pulpe du fruit ; une protéine brute, extrêmement douce, appelée pentadine, a été isolée des fruits ; dans les années 1990, cette protéine purifiée a été isolée et appelée brazzein ; son profil temporel ressemble beaucoup à celui du saccharose, mais se développe un peu plus lentement et dure plus longtemps ; elle est très thermostable et son profil sucré ne diminue pas après une incubation à 100 ° C pendant 4 heures ; elle est également stable sur une large gamme de pH et est l'édulcorant protéique le plus soluble dans l'eau découvert à ce jour ; selon la méthode de mesure, la brazzeine est entre 500 et 2 000 fois plus sucrée que la saccharose ; elle est en cours de développement pour devenir un édulcorant hypocalorique pour l'industrie alimentaire - cependant, en début 2008, la brazzéine n'avait pas encore obtenu le statut GRAS (généralement reconnu comme sûr) aux États-Unis ni l'autorisation d'utilisation dans les aliments. dans l'Union européenne ; -'la racine serait parfois consommée comme légume ; on dit que l'écorce de racine en poudre est un ingrédient du «whisky africain en sachets» bon marché mais dangereux.


Précautions à prendre

ATTENTION : Le fruit est utilisé comme poison contre les poissons.

Note médicinale : ****

Petiveria alliacea, Petiveria alliacea,
fiche|retour
Petiveria alliacea


Précautions à prendre

ATTENTION : les épines acérées du fruit pénètrent la peau facilement et douloureusement si la plante est manipulée avec insouciance ; la plante peut accumuler des nitrates et a provoqué une intoxication aux nitrates chez les bovins.

Note médicinale : ****

Autres usages : Herbe médicinale populaire sous les tropiques, son arôme piquant et semblable à l'ail (qui est dû à la présence de composés soufrés) explique au moins en partie cette popularité [238]. Toutes les parties sont excessivement âcres; on dit que la mastication d'une petite partie des feuilles rend la langue aussi sèche et noire et rugueuse qu'elle apparaît dans les cas de fièvre maligne [460]. La plante entière est utilisée, ou les feuilles et les racines séparément [238]. De nombreux composés biologiquement actifs ont été isolés de toutes les parties de la plante, les plus importants étant des composés soufrés, mais des flavonoïdes, des triterpènes et des stéroïdes ont également été identifiés [299]. Les composés soufrés sont similaires aux composés odorants de l'ail et de l'oignon, mais dans ce dernier, ils contiennent des parties alkyle au lieu de benzyle [299]. L'eau, Il a été démontré que des extraits de méthanol et d'éthanol de la plante entière ralentissent la croissance des cellules leucémiques et de plusieurs autres souches de cellules tumorales cancéreuses in vitro. Les extraits aqueux étaient toxiques pour la leucémie, le lymphome et plusieurs autres lignées cellulaires cancéreuses [299]. Il a été démontré que les extraits aqueux de la plante entière stimulent le système immunitaire [299]. Les extraits hexane et cyclohexane de feuilles et de tiges ont augmenté l'indice phagocytotique des granulocytes humains. L'un des composés immunomodulateurs actifs présents dans les extraits était le dibenzyl-trisulfure [299]. Un extrait brut de la plante entière a montré un effet protecteur sur les cellules sanguines infectées par la bactérie pathogène Listeria monocytogenes [299]. Les extraits de racine ont montré des effets anti-inflammatoires significatifs, ainsi qu'un effet analgésique significatif [299]. De nombreux rapports cliniques et études confirment que les extraits des parties aériennes et des racines ont des propriétés antimicrobiennes à large spectre significatives in vitro et in vivo contre de nombreuses souches de bactéries, virus, protozoaires, champignons et levures [299]. Les extraits d'eau brute fonctionnent de la même manière que les extraits d'alcool [299]. La plante entière est une herbe piquante que l'on dit abortive, antiseptique, antispasmodique, diurétique et fébrifuge. On pense qu'il calme les nerfs, contrôle la diarrhée et stimule l'utérus [238]. La plante est utilisée dans le traitement d'une gamme de conditions. Il est pris en interne pour traiter les spasmes nerveux, la paralysie, l'hystérie, l'asthme, la coqueluche, la pneumonie, la bronchite, l'enrouement, la fièvre, les maux de tête, la grippe, la cystite, les maladies vénériennes et les troubles menstruels [238]. Pris en externe, la plante est utilisée pour traiter les maux d'oreilles, la fièvre et les maux de tête [238]. On dit qu'un bain de vapeur ou une fumigation de la plante peut restaurer le mouvement des membres paralysés [460]. Les racines sont utilisées comme remède contre les maux de dents, et elles ont également été utilisées pour provoquer un avortement [460]. Une macération foliaire est appliquée sur le ventre pour induire des contractions en cas d'accouchement difficile [299]. Le liquide des feuilles est instillé sous forme de gouttes nasales ou oculaires pour soigner de violents maux de tête et sous forme de gouttes nasales pour guérir la sinusite [299]. Un bain ou un bain de vapeur avec une décoction de feuilles est pris en cas d'?dème [299]. Une décoction de feuilles est appliquée sur les abcès et est utilisée comme analgésique contre les douleurs musculaires et pour traiter les maladies de la peau. [299]. Une infusion d'écorce pilée se boit pour traiter les coliques, les rhumatismes, le cancer, la syphilis, le rhume, la fièvre, la bronchite et l'asthme.

Petroselinum crispum, Petroselinum crispum,
fiche|retour
Petroselinum crispum (Mill.) Fuss
Nom français : Persil

feuille

Détails :

feuille

Note médicinale : ****

Pfaffia paniculata, Pfaffia paniculata,
fiche|retour
Pfaffia paniculata

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine de Pfaffia est une plante médicinale très importante avec une très longue histoire d'utilisation traditionnelle parmi les peuples autochtones de la région amazonienne [318]. Considérée comme une panacée générale, elle était et est utilisée comme herbe tonique et rajeunissante pour traiter un large éventail de maladies et restaurer la virilité du corps [318]. En phytothérapie moderne, la racine est considérée comme un adaptogène et un tonique, capable d'augmenter la résistance du corps aux influences néfastes par un large éventail de facteurs physiques, chimiques et biochimiques et ayant un effet normalisant ou réparateur sur le corps dans son ensemble. [318]. Il est pris pour stimuler l'appétit et la circulation; augmenter la production d'?strogènes; équilibrer les niveaux de sucre dans le sang; améliorer le système immunitaire; renforcer le système musculaire; améliorer la mémoire; et comme tonique réparateur général après une maladie [318]. Il est utilisé pour traiter l'épuisement et la fatigue chronique; impuissance; arthrite; anémie; Diabète; cancer; hypertension artérielle; PMS, ménopause et troubles hormonaux; et de nombreux types de stress [318]. La racine contient 19 acides aminés différents, un grand nombre d'électrolytes, des oligo-éléments, du fer, du magnésium, du zinc, des vitamines A, B1, B2, E, K et de l'acide pantothénique. Sa forte teneur en germanium explique probablement ses propriétés d'oxygénateur au niveau cellulaire; sa teneur élevée en fer peut expliquer son utilisation traditionnelle pour l'anémie. La racine contient également de nouveaux composés phytochimiques, notamment des saponines, des acides pfaffic, des glycosides et des nortriterpènes [318]. Les saponines sont bien connues pour avoir un large spectre d'activités comprenant l'abaissement du cholestérol sanguin; inhiber la croissance des cellules cancéreuses; et agissant comme agents antifongiques et antibactériens [318]. Ils sont également appelés détergents naturels et agents moussants [318]. Les phytochimistes rapportent que les saponines peuvent agir en se liant aux acides biliaires et au cholestérol. On pense que ces produits chimiques «nettoient» ou purgent ces composés gras du corps (abaissant ainsi le taux de cholestérol sanguin) [318]. Les saponines spécifiques trouvées dans les racines de suma comprennent un groupe de nouveaux composés phytochimiques appelés pfaffosides. Ces saponines ont démontré cliniquement leur capacité à inhiber les mélanomes des cellules tumorales et à aider à réguler la glycémie [318]. Pfaffia a démontré des activités analgésiques et anti-inflammatoires dans diverses études [318].

Phaseolus vulgaris, Phaseolus vulgaris,
fiche|retour
Phaseolus vulgaris L.
Nom français : Haricot commun

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (graine, pods (gousses/cosses)) ; feuille

Note médicinale : **

Phyla dulcis, Phyla dulcis,
fiche|retour
Phyla dulcis (Trevir.) Moldenke
Nom français : Herbe à sucre des aztèques
Illustration
Illustration

Illustration


feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine

Feuille (feuilles [nourriture/aliment : crues {en salade} ou cuites ; et base boissons/breuvages et/ou assaisonnement {condiment}, édulcorant et masticatoire]) et racine (racines [masticatoire]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : pas plus d'informations à ce sujet.

Picrasma excelsa, Picrasma excelsa,
fiche|retour
Picrasma excelsa (Sw.) Planch.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



L'extrait amer de l'écorce est utilisé comme arôme dans les boissons, les produits de boulangerie, les bonbons, etc..(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : des précautions doivent être prises lors de l'ingestion de cette plante car des doses excessives peuvent entraîner une irritation gastrique et des vomissements.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce de quassia jamaïcaine contient plusieurs constituants médicalement actifs, y compris les principes amers de quassinoïdes (y compris le quassin); les alcaloïdes; une coumarine, la scopolétine; et vitamine B1 [254]. C'est une herbe intensément amère, non astringente et inodore qui réduit la fièvre, stimule l'appétit et améliore la digestion [238]. C'est un parasiticide efficace et réputé antileucémique [238]. Il a été démontré que certains des quassinoïdes ont des actions cytotoxiques et antileucémiques [254]. Le principe fortement amer de l'écorce soutient et renforce les systèmes digestifs faibles, augmentant le flux biliaire ainsi que la sécrétion de sucs salivaires et d'acides gastriques [254]. Il est utilisé en interne dans le traitement d'un large éventail de maladies où la digestion est un facteur contributif, en particulier la débilité convalescente, le manque d'appétit et l'anorexie [238, 254]. Son amertume a conduit à son utilisation dans le traitement du paludisme et d'autres fièvres [238, 254]. Il est également utilisé pour débarrasser le corps des vers nématodes [238]. Utilisé en externe, c'est une bonne lotion pour se débarrasser des parasites comme les poux [238]. Il est également utilisé dans un lavement pour débarrasser le corps des vers filiformes et autres parasites [238, 254]. L'écorce peut être récoltée selon les besoins tout au long de l'année et peut être séchée pour une utilisation ultérieure [254].

Podophyllum hexandrum, Podophyllum hexandrum,
fiche|retour
Podophyllum hexandrum

Note médicinale : ****

Podophyllum peltatum, Podophyllum peltatum,
fiche|retour
Podophyllum peltatum L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 3-9

fruit

Détails :

fruit

Fruits - crus, cuits ou transformés en confitures, gelées, marmelades, tartes, etc. ; les fruits peuvent également être séchés pour une utilisation ultérieure ; le fruit ne doit être consommé que lorsqu'il est bien mûr ; le fruit non mûr est fortement laxatif ; retirez la peau ; le fruit est très aromatique et possède une saveur particulière mais agréable ; doux et acide ; ne mangez pas les graines ; en excès, le fruit peut provoquer des coliques ; le fruit mesure environ 5 cm de long.


Précautions à prendre

ATTENTION : les feuilles et les racines sont très toxiques.

Note médicinale : ****

Autres usages : La mandragore américaine est une phytothérapie la plus puissante et la plus utile, exerçant une influence sur chaque partie du système et stimulant les glandes à une action saine [4]. Son plus grand pouvoir réside dans son action sur le foie et les intestins [4]. C'est un irritant gastro-intestinal, un puissant stimulant hépatique et intestinal [4]. Bien que souvent utilisée en interne dans le passé, l'action cytotoxique de la plante en fait un remède dangereux à usage interne [254]. La racine est antibile, cathartique, cytostatique, hydrogogue et purgative [4, 19, 46, 57, 64, 124, 222]. La plante contient de la podophylline, qui a un effet antimiotique (elle interfère avec la division cellulaire et peut ainsi empêcher la croissance des cellules). Il s'agit donc d'un traitement possible du cancer et a été utilisé en particulier dans le traitement du cancer de l'ovaire [46, 51, 57, 64, 65, 124, 244]. cependant, l'alopécie serait un effet secondaire courant de ce traitement [244]. La racine est la plus active en médecine au début du printemps, lorsqu'elle commence à pousser [4]. La résine, qui est obtenue à partir de la racine [207], est utilisée dans le traitement des verrues et s'est avérée efficace contre les verrues utérines parfois ressenties pendant la grossesse [200, 222]. Il est également utilisé dans le traitement du carcinome à petites cellules [207]. La racine est récoltée à l'automne et soit séchée pour une utilisation ultérieure, soit la résine est extraite [238]. La plante entière, à l'exception du fruit mûr, est hautement toxique et ne doit être utilisée que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Il ne doit pas être prescrit aux femmes enceintes [238]. De fortes doses ont été utilisées pour se suicider [213]. Un remède homéopathique est obtenu à partir de la racine fraîche, récoltée avant que le fruit ne soit mûr [232].

Psoralea corylifolia, Psoralea corylifolia,
fiche|retour
Psoralea corylifolia

Note médicinale : ****

Pterodon emarginatus, Pterodon emarginatus,
fiche|retour
Pterodon emarginatus Vogel
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



L'écorce est utilisée pour aromatiser les liqueurs.

Note médicinale : ****

Autres usages : Une huile essentielle obtenue à partir de l'écorce est appliquée à l'extérieur sur les zones touchées dans le traitement des rhumatismes [739]. Un gonflement tubéreux parfois retrouvé sur les racines, appelé «batata de sucupira», est utilisé dans le traitement du diabète [739]. Il a été démontré que l'huile des fruits inhibe la pénétration de Schistosoma cercariae (le stade larvaire qui cause la schistosomiase) dans la peau des humains [739]. L'huile peut donc être utilisée comme traitement prophylactique pour prévenir la maladie [739]. Cette propriété est due à la présence de 14,15-époxigéranylgéraniol dans l'huile [739].

Ptychopetalum olacoides, Ptychopetalum olacoides,
fiche|retour
Ptychopetalum olacoides

Note médicinale : ****

Autres usages : Muira Puama a une longue histoire d'utilisation médicinale par les peuples autochtones de la région amazonienne. Beaucoup de ces utilisations ont été adoptées par les Européens à leur arrivée en Amérique du Sud et ont ensuite été vérifiées par la recherche moderne. La plante est couramment utilisée dans de nombreuses régions d'Amérique du Sud, et cette utilisation se répand dans d'autres régions du monde [318]. Les principaux produits chimiques végétaux trouvés dans le muira puama comprennent: l'alpha-copaène, l'alpha-élémène, l'alpha-guaiène, l'alpha-humulène, l'alpha-muurolène, l'alpha-pinène, l'acide alpha-résinique, l'alpha-terpinène, l'acide arachidique, l'allo-aromadendren, acide béhénique, bêta-bisabolène, bêta-caryophyllène, bêta-pinène, acide bêta-résinique, bêta-sitostérol, bêta-transfarnesène, bornéol, campestérols, camphène, camphre, car-3-ène, caryophyllène, acide cérotique, chrome, coumarine , cubebène, delta-cadinène, acide dotriacontanoïque, élixène, ergostérols, eugénol, huiles essentielles, gamma-muurolène, acide hentriacontanoïque, acide heptacosanoïque, acide lignocérique, limonène, linalol, lupéol, acide mélissique, acide montanique, muirapuamine, myrcène, acide nonacosanoïque, acide para-cymène, acide pentacosanoïque, acide phlobaphène, trichosanoïque et acide non salinique. L'une des premières études sur la plante a montré que le muira puama était efficace dans le traitement des troubles du système nerveux et de l'impuissance sexuelle, et que «l'effet permanent est produit dans l'ataxie locomotrice, les névralgies de longue date, les rhumatismes chroniques et la paralysie partielle.» [ 318]. Les bénéfices du traitement de l'impuissance avec le muira puama ont été étudiés dans deux essais chez l'homme en France, qui ont rapporté que le muira puama était efficace pour améliorer la libido et traiter la dysfonction érectile [318]. Dans une autre étude, Il a été rapporté que les extraits de muira puama ont des effets adaptogènes, antifatigue, antistress et bénéfiques sur le système nerveux central [318]. Des chercheurs brésiliens ont documenté un effet certain de l'écorce sur le système nerveux central [318]. L'écorce de muira puama a également démontré un effet hypotenseur léger, de courte durée [318]. La racine inhibe les ulcères induits par le stress [318]. La feuille a démontré un effet analgésique [318]. Des chercheurs brésiliens ont rapporté en 2003 qu'un extrait alcoolique de muira puama facilitait la récupération de la mémoire et ont noté qu'il pourrait être bénéfique pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Leur prochaine étude publiée en 2004 a rapporté qu'un extrait alcoolique de muira puama protégeait et augmentait la viabilité des cellules cérébrales (en partie grâce à un effet antioxydant), ce qui pourrait être bénéfique pour les victimes d'AVC [318]. Traditionnellement, les tiges et les racines des jeunes plantes sont utilisées comme tonique pour traiter les problèmes neuromusculaires; une décoction de racine est utilisée dans les bains et les massages pour traiter la paralysie et le béribéri; tandis qu'un thé à la racine et à l'écorce est pris pour traiter la débilité sexuelle, les rhumatismes, la grippe et la faiblesse cardiaque et gastro-intestinale. La plante y est également appréciée comme préventif contre la calvitie [318]. Dans l'herboristerie moderne, le muira puama est un stimulant sexuel très apprécié, réputé comme un puissant aphrodisiaque. Il est utilisé comme tonique neuromusculaire pour traiter la faiblesse et la paralysie, la dyspepsie, les troubles menstruels, l'impuissance sexuelle, la grippe et les troubles du système nerveux central [318]. Il est appliqué en externe pour traiter les rhumatismes chroniques [318]. Pour obtenir les effets de libido et de puissance de cette plante particulière, des méthodes de préparation appropriées doivent être utilisées. Les constituants actifs considérés comme responsables de la puissance et de l'effet libido de muira puama ne sont pas solubles dans l'eau - la prise d'écorce ou de poudre de racine dans des capsules ou des comprimés ne sera pas efficace car ces produits chimiques ne peuvent pas être digérés ou absorbés. Une chaleur élevée pendant au moins 20 minutes avec de l'alcool est nécessaire pour libérer les huiles volatiles et essentielles, les terpènes, les gommes et les résines trouvés dans l'écorce et la racine qui ont été liés aux effets bénéfiques de muira puama [318].

Ptychopetalum uncinatum, Ptychopetalum uncinatum,
fiche|retour
Ptychopetalum uncinatum

Note médicinale : ****

Autres usages : Muira Puama a une longue histoire d'utilisation médicinale par les peuples autochtones de la région amazonienne. Beaucoup de ces utilisations ont été adoptées par les Européens à leur arrivée en Amérique du Sud et ont ensuite été vérifiées par la recherche moderne. La plante est couramment utilisée dans de nombreuses régions d'Amérique du Sud, et cette utilisation se répand dans d'autres régions du monde [318]. Les principaux produits chimiques végétaux trouvés dans le muira puama comprennent: l'alpha-copaène, l'alpha-élémène, l'alpha-guaiène, l'alpha-humulène, l'alpha-muurolène, l'alpha-pinène, l'acide alpha-résinique, l'alpha-terpinène, l'acide arachidique, l'allo-aromadendren, acide béhénique, bêta-bisabolène, bêta-caryophyllène, bêta-pinène, acide bêta-résinique, bêta-sitostérol, bêta-transfarnesène, bornéol, campestérols, camphène, camphre, car-3-ène, caryophyllène, acide cérotique, chrome, coumarine , cubebène, delta-cadinène, acide dotriacontanoïque, élixène, ergostérols, eugénol, huiles essentielles, gamma-muurolène, acide hentriacontanoïque, acide heptacosanoïque, acide lignocérique, limonène, linalol, lupéol, acide mélissique, acide montanique, muirapuamine, myrcène, acide nonacosanoïque, acide para-cymène, acide pentacosanoïque, acide phlobaphène, trichosanoïque et acide non salinique. L'une des premières études sur la plante a montré que le muira puama était efficace dans le traitement des troubles du système nerveux et de l'impuissance sexuelle, et que «l'effet permanent est produit dans l'ataxie locomotrice, les névralgies de longue date, les rhumatismes chroniques et la paralysie partielle.» [ 318]. Les bénéfices du traitement de l'impuissance avec le muira puama ont été étudiés dans deux essais chez l'homme en France, qui ont rapporté que le muira puama était efficace pour améliorer la libido et traiter la dysfonction érectile [318]. Dans une autre étude, Il a été rapporté que les extraits de muira puama ont des effets adaptogènes, antifatigue, antistress et bénéfiques sur le système nerveux central [318]. Des chercheurs brésiliens ont documenté un effet certain de l'écorce sur le système nerveux central [318]. L'écorce de muira puama a également démontré un effet hypotenseur léger, de courte durée [318]. La racine inhibe les ulcères induits par le stress [318]. La feuille a démontré un effet analgésique [318]. Des chercheurs brésiliens ont rapporté en 2003 qu'un extrait alcoolique de muira puama facilitait la récupération de la mémoire et ont noté qu'il pourrait être bénéfique pour les patients atteints de la maladie d'Alzheimer. Leur prochaine étude publiée en 2004 a rapporté qu'un extrait alcoolique de muira puama protégeait et augmentait la viabilité des cellules cérébrales (en partie grâce à un effet antioxydant), ce qui pourrait être bénéfique pour les victimes d'AVC [318]. Traditionnellement, les tiges et les racines des jeunes plantes sont utilisées comme tonique pour traiter les problèmes neuromusculaires; une décoction de racine est utilisée dans les bains et les massages pour traiter la paralysie et le béribéri; tandis qu'un thé à la racine et à l'écorce est pris pour traiter la débilité sexuelle, les rhumatismes, la grippe et la faiblesse cardiaque et gastro-intestinale. La plante y est également appréciée comme préventif contre la calvitie [318]. Dans l'herboristerie moderne, le muira puama est un stimulant sexuel très apprécié, réputé comme un puissant aphrodisiaque. Il est utilisé comme tonique neuromusculaire pour traiter la faiblesse et la paralysie, la dyspepsie, les troubles menstruels, l'impuissance sexuelle, la grippe et les troubles du système nerveux central [318]. Il est appliqué en externe pour traiter les rhumatismes chroniques [318]. Pour obtenir les effets de libido et de puissance de cette plante particulière, des méthodes de préparation appropriées doivent être utilisées. Les constituants actifs considérés comme responsables de la puissance et de l'effet libido de muira puama ne sont pas solubles dans l'eau - la prise d'écorce ou de poudre de racine dans des capsules ou des comprimés ne sera pas efficace car ces produits chimiques ne peuvent pas être digérés ou absorbés. Une chaleur élevée pendant au moins 20 minutes avec de l'alcool est nécessaire pour libérer les huiles volatiles et essentielles, les terpènes, les gommes et les résines trouvés dans l'écorce et la racine qui ont été liés aux effets bénéfiques de muira puama [318].

Q

Quassia amara, Quassia amara,
fiche|retour
Quassia amara L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Le principe amer que l'on trouve dans l'écorce et le bois est utilisé comme base d'Angostura Bitters, qui est utilisé comme arôme dans les boissons à base de gin ; il est également utilisé comme substitut du houblon lors du brassage de la bière.

Note médicinale : ****

Autres usages : Toutes les parties de la plante contiennent un principe amer appelé quassimarine [307]. Cela a une gamme de propriétés médicales comprenant antileucémique, antitumorale, astringente, digestive, fébrifuge, laxative, tonique et vermifuge [307]. Il a été démontré que la quassimarine stimule la sécrétion des sucs gastriques, augmente l'appétit et facilite la digestion [307]. Il a été utilisé avec succès dans le traitement de l'anorexie mentale et est également utilisé dans le traitement du paludisme et de la fièvre [307, 348]. Toutes les parties de la plante peuvent être utilisées seules ou en combinaison pour restaurer l'appétit, stimuler la digestion et combattre les fièvres, y compris le paludisme [348]. Un thé à base de feuilles infusées est utilisé pour baigner la peau des patients atteints de rougeole [307]. Il est également utilisé comme bain de bouche après des extractions dentaires [307]. Une décoction d'écorce est utilisée comme purificateur de sang et pour traiter le paludisme, diarrhée et dysenterie [348]. Une décoction d'écorce interne est utilisée pour traiter le rhume [348 La tige et l'écorce sont utilisées dans les remèdes pour traiter les maladies de la rate, du foie (cirrhose) et des voies urinaires [348]. L'écorce est utilisée pour traiter les yeux faibles des alcooliques et, macérée dans du rhum, comme vermifuge [348]. Associé à la tige macérée de Tinospora crispa dans du rhum, du cognac ou de l'absinthe, il est utilisé pour fabriquer une boisson pour traiter le diabète et l'albuminurie [348]. Une décoction de bois est utilisée dans les lotions pour laver les ulcères vénériens persistants [348]. Une décoction d'écorce et de feuilles est utilisée comme lavage pour débarrasser la peau des parasites externes tels que les poux d'agouti et comme traitement contre la rougeole et la variole [348]. L'écorce de tige contient les composés insecticides néoquassine et quassine [348]. La sève présente une activité contre les cellules dérivées du carcinome du nasopharynx humain [348]. Les extraits de plantes contiennent les composés antileucémiques quassimarine et similikalactone [348].

R

Rauvolfia serpentina, Rauvolfia serpentina,
fiche|retour
Rauvolfia serpentina


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que nous n'ayons vu aucune information spécifique pour cette espèce, la plupart sinon tous les membres de ce genre contiennent des alcaloïdes toxiques.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les racines sont hypnotiques, hypotensives et sédatives [240]. Ils sont utilisés en particulier dans le traitement de l'hypertension, où on dit qu'ils provoquent une baisse de la pression artérielle sans effets secondaires dangereux [46], et sont considérés comme spécifiques dans le traitement de la folie [240, 266]. Ils sont également utilisés en décoction pour traiter les affections douloureuses des intestins et pour augmenter les contractions utérines lors de l'accouchement [240, 310]. Le jus des feuilles est utilisé pour éliminer les opacités de la cornée des yeux et également pour traiter les plaies et les démangeaisons [240, 310]. L'écorce, les feuilles et les racines sont utilisées contre l'empoisonnement des serpents et des scorpions [266]. Les racines produisent jusqu'à 1,3% d'alcaloïdes médicalement actifs, ainsi que de l'oléorésine et du stérol serposterol [240]. Il a été démontré que l'alcaloïde rauwolfine diminue la fréquence cardiaque [240]. Plusieurs alcaloïdes, y compris la serpentine, la néoajmaline et l'isoajmaline, produisent une chute de la pression artérielle [240]. La serpentine provoque également une augmentation du tonus de l'intestin grêle et une diminution des contractions péristaltiques de l'intestin [240]. L'extrait d'oléorésine sans alcaloïdes des racines produit des effets sédatifs et hypnotiques [240]. La réserpine, un alcaloïde très actif, présente un effet hypnotique très marqué et abaisse la tension artérielle [240]

Ribes rubrum, Ribes rubrum,
fiche|retour
Ribes rubrum L.
Nom français : Groseillier à grappes

fruit

Note : ****

Détails :

fruit

Ricinus communis, Ricinus communis,
fiche|retour
Ricinus communis L.
Nom français : Ricin
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 2: t. 160 ; 1890), via plantillustrations.org
Illustration


Note : *

Détails :

Feuilles, huile, PRUDENCE, POISON, racines, graines. Populaire dans de nombreux villages de Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG) affirmant/assurant manger les graines, cuites. Apparemment, certains types moins toxiques se produisent.
Les feuilles ont été enregistrées comme mangées. Les racines sont également comptabilisées être consommées crues. La graine contient 35 à 55% d'une huile comestible ; celle-ci doit être raffinée avant utilisation ; elle est utilisée en cuisine, par exemple en addition de beurre et de noix pour aromatiser les aliments, y compris les produits de boulangerie ; la graine est une riche source de phosphore, dont 90% est sous forme phytique. Les fruits sont utilisés pour les pickles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante est normalement enregistrée comme mortellement toxique, principalement les graines, et ne devrait donc jamais être consommée crue ; la plante entière est très toxique, même une graine a été connue pour être mortelle pour les enfants ; le tégument contient un poison extrêmement violent qui était autrefois utilisé par le KGB pour disposer de leurs ennemis ; les feuilles ne sont que légèrement toxique ; le principe toxique est soluble dans l'eau et ne se trouve donc pas dans l'huile ; les poisons sont détruits par la chaleur ; les graines contiennent des composés très toxiques en partie détruits par la chaleur ; douleurs abdominales, crampes, nausées, perte de liquide et d'électrolytes ; possible présence d'allergènes ; ne pas utiliser pendant la grossesse étant donné que cela peut provoquer l'accouchement prématuré et une fausse couche.

Note médicinale : ****

S

Salvia hispanica, Salvia hispanica,
fiche|retour
Salvia hispanica L.
Nom français : Chia

fruit ; fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille

Sarcocephalus latifolius, Sarcocephalus latifolius,
fiche|retour
Sarcocephalus latifolius (Sm.) E.A.Bruce
Nom français : Pêche africaine
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit ; fleur ; feuille

Détails :

fruit (fruits, graines) ; fleur (capitules) ; feuille

-fruits - crus ; la pulpe est rouge foncé, aqueuse, sucrée avec un goût de pomme mûre ; on dit que le fruit ressemble à une fraise en goût et en texture ; le fruit globuleux mesure environ 8 cm de diamètre ; les fruits mûrs sont consommés crus et également utilisés dans les soupes ; le fruit peut être séché pour une utilisation ultérieure ; c'est la pulpe du fruit qui est consommée ; une boisson est préparée à partir du fruit -capitules - cuits et consommés comme légume.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : cela peut provoquer des avortements ; il est également utilisé pour le poison des flèches (de quelle partie s'agit-il ? (qp*))

Note médicinale : ****

Autres usages : Utilisé dans le traitement du diabète [303, 307]. La racine est fébrifuge et tonique [46]. Il est utilisé dans le traitement de la fièvre, de l'indigestion [46]. Le fruit est consommé comme remède contre la toux [303]. L'alcaloïde strictosamine est obtenu à partir des racines, des feuilles et de l'écorce de tige [303]. Les chercheurs ont rapporté que le tramadol (un analgésique opioïde) a été trouvé à des concentrations relativement élevées (1% +) dans les racines de Nauclea latifolia. On rapporte maintenant que cela est le résultat de l'administration de tramadol aux bovins par les agriculteurs. L'analyse au radiocarbone a confirmé que le tramadol ne pouvait pas être dérivé de plantes et était d'origine synthétique (wikipedia.org/wiki/Tramadol).

Scoparia dulcis, Scoparia dulcis,
fiche|retour
Scoparia dulcis L.
Nom français : Balai doux

fruit ; feuille

Détails :

fruit (graines) ; feuille (feuilles, pousses)

Note médicinale : ****

Secale cereale, Secale cereale,
fiche|retour
Secale cereale L.
Nom français : Seigle

fruit

Note : ****

Détails :

fruit (graines).(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : les graines peuvent stocker des nitrates conférant une certaine toxicité uniquement active à l'état cru.

Securidaca longipedunculata, Securidaca longipedunculata,
fiche|retour
Securidaca longipedunculata Fresen.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille (jeunes feuilles)

Jeunes feuilles - cuites ; consommées comme légume ou en sauces.


Précautions à prendre

ATTENTION : l'arbre, mais surtout les racines, sont toxiques en cas de consommation excessive ; une saponine présente dans les racines peut provoquer de graves lésions de la moelle osseuse et une hémolyse au contact du sang ; on dit que la partie solide de la racine est la plus mortelle ; l'écorce de racine contient également 0,42% de salicylate de méthyle ; une intoxication grave peut résulter de l'ingestion de 10 à 30 ml de salicylate de méthyle ; en Zambie, les racines broyées et réduites en poudre sont utilisées comme poison intravaginal ou intrarectal et en Gambie comme poison de poisson ; l'écorce, les racines et les graines sont utilisées dans le poison des flèches et la racine peut être utilisée comme répulsif contre les serpents.

Note médicinale : ****

Autres usages : La plante a 100 utilisations médicinales [214]. L'arbre violet est la plus populaire de toutes les plantes médicinales traditionnelles en Afrique du Sud, où il est utilisé pour presque tous les maux imaginables [295]. Il est également couramment utilisé dans toute sa gamme. Les racines sont extrêmement toxiques, sentent l'huile de gaulthérie et contiennent du salicylate de méthyle, ce qui peut en partie expliquer pourquoi elles ont une grande diversité d'utilisations, comme le poison des flèches dans certaines régions d'Afrique, y compris l'Afrique de l'Ouest [295]. On dit que la plante a 100 usages médicinaux [214]. Les racines et l'écorce sont prises par voie orale sous forme de poudre ou d'infusions pour traiter les douleurs thoraciques, les maux de tête, l'inflammation, l'avortement, le suicide rituel, la tuberculose, les problèmes d'infertilité, les maladies vénériennes et la constipation [295]. Les maux de dents peuvent également être soulagés en mâchant les racines [295]. Des racines mixtes de violette et de pomme à la crème naine sont utilisées pour traiter la gonorrhée. Les racines en poudre ou les raclures de bois sont utilisées pour traiter les maux de tête en les frottant sur le front, tandis que les infusions de racines sont utilisées pour laver les ulcères tropicaux [295] s. Dans le Limpopo, les personnes vhaVenda utilisent les racines pour les troubles mentaux et comme protection contre la maladie des enfants pendant l'allaitement [295]. On pense également que de nombreux Africains utilisent les racines de violettes en poudre comme stimulant sexuel pour les hommes [295]. Les gens vhaVenda mélangent la racine en poudre avec du mageu (boisson de maïs ou de sorgho) et il est donné à un homme à boire s'il est sexuellement faible. Au Zimbabwe, les racines sont utilisées pour traiter les personnes que l'on croit possédées par les mauvais esprits, pour les morsures de serpent ainsi que pour la toux quand on les pilonne avec de l'eau et du sel [295].

Senna alata, Senna alata,
fiche|retour
Senna alata (L.) Roxb.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit ; feuille

Détails :

fruit (jeunes gousses) ; feuille (jeunes feuilles).(1*)

-jeunes feuilles - cuites ; les feuilles grillées sont parfois utilisées comme succédané du café ; -jeunes gousses - cuites et consommées comme légume ; utilisées uniquement en petites quantités.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : la plante peut devenir une mauvaise herbe dans les pâturages ; elle n'est pas consommée par le bétail et serait toxique, en particulier pour les chèvres ; l'écorce est utilisée comme poison de poisson (toutes les parties de la plante sont toxiques si elles sont ingérées).

Note médicinale : ****

Autres usages : Le buisson de teigne est largement utilisé comme médecine traditionnelle, particulièrement apprécié pour son effet laxatif et son traitement efficace de plusieurs affections cutanées, dont la teigne et la gale. La recherche tend à confirmer la validité de ces traitements traditionnels. Un certain nombre de dérivés d'anthraquinone ont été isolés des feuilles, tels que l'aloe-émodine, le chrysophanol, l'isochrysophanol et la rhéine, ainsi que l'alcaloïde tyramine et le stéroïde bêta-sitostérol commun [299]. Les extraits bruts de feuilles ont montré une activité antibactérienne contre une gamme de bactéries (comme Dermatophilus congolensis, qui provoque une affection cutanée grave chez les bovins), des propriétés antifongiques (comme contre le Pityriasis versicolor chez l'homme), ainsi qu'une activité antitumorale [299]. L'écorce contient des tanins [299]. Les pétales contiennent des anthraquinones, des glycosides, des stéroïdes, tanins et huile volatile [299]. Les extraits de pétales ont une activité bactéricide contre les bactéries à Gram positif mais pas contre les bactéries à Gram négatif [299]. La plante est laxative, antibactérienne, antitumorale, anti-inflammatoire, diurétique, analgésique, vulnéraire, faiblement antifongique, hypoglycémique et antispasmodique [311]. Les feuilles sont laxatives [348]. Ils sont pris en interne comme remède contre la constipation et pour purifier le sang [311]. Les feuilles sont décoctées, avec ou sans Tripogandra serrulata et Persea americana, comme traitement de la biliousness et de l'hypertension. Les feuilles sont largement utilisées dans le traitement des maladies de la peau [298]. Ils peuvent être appliqués sous forme de teinture; comme cataplasme; en poudre, puis mélangé avec de l'huile sous forme de pommade; ou la sève peut être répandue sur la zone touchée - ils forment un traitement efficace pour les imperfections cutanées, la gale, teigne et autres infections cutanées fongiques [302, 310, 311]. L'écorce est utilisée pour traiter les maladies de la peau, la diarrhée, les vers, les maladies parasitaires de la peau, la gale et l'eczéma [311]. La racine est laxative. Une perfusion est utilisée dans le traitement de la diarrhée, des tympanites, des problèmes d'utérus et de l'expulsion du ver filaria [348]. La racine est appliquée à l'extérieur pour traiter les plaies et les champignons cutanés [348]. Les fleurs sont utilisées comme laxatif et vermifuge [348]. Une perfusion est utilisée pour remédier aux affections de la rate [348]. Une décoction associée au Zingiber officinale est utilisée comme traitement de la grippe et comme abortif [348]. Ils sont décoctés avec du lait de coco pour être utilisés comme laxatif [348]. Les feuilles, les fleurs et les fruits sont mélangés dans une infusion pour traiter les problèmes d'estomac [348]. La graine est laxative et anthelminthique. Il est cuit et utilisé comme remède contre les vers intestinaux [348]. La feuille contient de l'anthraquinone purgative et présente également une certaine activité antimicrobienne [348]. La tige contient du chrysophanol, de l'émodine, de la rhéine et de l'aloès émodine [348]. La feuille et le fruit contiennent des dérivés anthracéniques purgatifs de l'aloès émodine et de la rhéine [348].

Simarouba amara, Simarouba amara,
fiche|retour
Simarouba amara Aubl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit (graines, pulpe)

-les graines contiennent 60 à 75% d'huile comestible qui peut être extraite par des méthodes conventionnelles ; chaque arbre bien cultivé donne 15 à 30 kg de nucules équivalent à 2,5 à 5 kg d'huile et à peu près la même quantité de tourteau ; cela équivaut à 1000-2000 kg d'huile / ha / an et à peu près la même quantité de tourteau ; l'huile est largement utilisée dans la préparation de produits de boulangerie en Amérique centrale ; en Inde également, il peut être utilisé dans la fabrication de vanaspati, d'huile végétale et / ou de margarine ; l'huile est exempte de mauvais cholestérol ; -la pulpe de fruit, riche en sucres (environ 11%) peut être utilisée dans la préparation de boissons.


Précautions à prendre

ATTENTION : le tourteau résiduel laissé après le traitement de la graisse brute de la graine contient une toxine.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles et l'écorce ont une longue histoire d'utilisation médicinale sous les tropiques, en particulier dans le traitement du paludisme, de la fièvre et de la dysenterie; comme astringent pour arrêter le saignement; et comme tonique [318]. Ils sont également utilisés comme digestifs, emménagogue et pour traiter les parasites à l'intérieur et sur le corps [318]. La recherche a découvert une gamme de composés médicalement actifs dans la plante. Les principaux composés actifs sont un groupe de triterpènes appelés quassinoïdes. Les propriétés antiprotozoaires et antipaludiques de ces produits chimiques sont documentées depuis de nombreuses années. Plusieurs des quassinoïdes trouvés dans le simarouba, tels que l'ailanthinone, la glaucarubinone et l'holacanthone, sont considérés comme les principaux constituants thérapeutiques de la plante et sont ceux qui sont documentés comme étant antiprotozoaires, anti-amibiens, antipaludiques et même toxiques pour les cellules cancéreuses et leucémiques. Des études ont montré que la plante est efficace à plus de 90% contre la dysenterie amibienne [318] L'écorce et / ou ses trois principaux quassinoïdes se sont révélés être un traitement efficace contre le paludisme, y compris les souches devenues résistantes aux traitements médicamenteux [318 ]. La recherche a également montré que l'écorce a de bonnes propriétés antivirales, efficaces contre les virus de l'herpès, de la grippe, de la polio et de la vaccine [318]. Les quassinoïdes responsables des propriétés anti-amibiennes et antipaludiques se sont également avérés posséder des propriétés anticancéreuses actives [318]. L'écorce est utilisée comme tonique amer [46]. Elle est connue sous le nom de «Jamaica Bark» ou «Orinoco Simaruba Oil» [46]. Une décoction est prise en interne dans le traitement de l'anémie, de la diarrhée, de la dysenterie, du paludisme, de la fièvre, des hémorragies, des parasites intestinaux et de la colite [318, 739]. Les feuilles sont utilisées dans le traitement des rhumatismes ou sont appliquées sous forme de lotion contre les douleurs corporelles, les ecchymoses ou les démangeaisons cutanées [418]. Le fruit est un puissant stimulant avec un goût agréablement amer, c'est un traitement efficace contre la dysenterie [348].

Sinopodophyllum hexandrum, Sinopodophyllum hexandrum,
fiche|retour
Sinopodophyllum hexandrum (Royle) T.S.Ying
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 5-9

fruit

Détails :

fruit

Fruits - crus ; il ne doit être consommé qu'à pleine maturité ; juteux mais insipide ; le fruit mesure environ 5 cm de long ; les feuilles sont comestibles selon un rapport, mais cela doit être traité avec une certaine prudence, voir les notes sur la toxicité.


Précautions à prendre

ATTENTION : les feuilles et les racines sont toxiques , selon un rapport ; seule la racine est toxique, elle est plus toxique que P. peltatum, selon un autre.

Note médicinale : ****

Autres usages : La plante entière, mais surtout la racine, est cholagogue, cytostatique et purgative. La plante contient de la podophylline, qui a un effet antimiotique (elle interfère avec la division cellulaire et peut ainsi empêcher la croissance des cellules). Il s'agit donc d'un traitement possible du cancer et a été utilisé en particulier dans le traitement du cancer de l'ovaire [46, 51, 57, 64, 65, 124, 244]. Cependant, l'alopécie serait un effet secondaire courant de ce traitement [244]. Cette espèce contient environ deux fois plus de matière active que P. peltatum [211]. Les racines contiennent plusieurs lignanes anticancéreux importants, dont la podophylline et la berbérine [218]. Les racines sont également antirhumatismales [218]. La racine est récoltée à l'automne et soit séchée pour une utilisation ultérieure, soit la résine est extraite [238]. Cette plante est hautement toxique et ne doit être utilisée que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Il ne doit pas être prescrit aux femmes enceintes [238].

Smallanthus sonchifolius, Smallanthus sonchifolius,
fiche|retour
Smallanthus sonchifolius (Poepp. & Endl.) H. Rob.
Nom français : Poire de terre

feuille; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine (tubercules)

Smilax aristolochiaefolia, Smilax aristolochiaefolia,
fiche|retour
Smilax aristolochiaefolia Mill.

racine

Détails :

racine

Note médicinale : ****

Smilax officinalis, Smilax officinalis,
fiche|retour
Smilax officinalis Kunth
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

racine

Détails :

racine

La racine a été utilisée comme ingrédient dans la bière de racine et d'autres boissons, où elle est appréciée pour ses propriétés moussantes et non pour ses propriétés aromatisantes.


Précautions à prendre

ATTENTION : aucune toxicité ou effet secondaire connu n'a été documenté pour la salsepareille ; cependant, l'ingestion de fortes doses de saponines peut provoquer une irritation gastro-intestinale.

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine de salsepareille a longtemps été utilisée comme médecine traditionnelle en Amérique centrale et du Sud, où elle est employée dans le traitement de l'impuissance sexuelle; rhumatismes et douleurs articulaires; maux de tête; le rhume; les affections cutanées, y compris la lèpre; et comme tonique général en cas de faiblesse physique [318]. La plante est devenue populaire comme remède à base de plantes dans de nombreuses régions du monde et des recherches considérables ont été menées sur les composés médicalement actifs de la racine. Les composés actifs les plus importants dans la racine sont une gamme de stéroïdes végétaux et de saponines; les autres composés présents comprennent les flavonoïdes [318]. Il a été démontré que les saponines facilitent l'absorption par l'organisme d'autres médicaments et composés phytochimiques, ce qui explique son histoire d'utilisation dans les formules à base de plantes comme agent de biodisponibilité et pour améliorer la puissance et l'effet d'autres herbes [318]. La recherche clinique a validé l'utilisation traditionnelle de la salsepareille pour les affections cutanées telles que le psoriasis, l'eczéma, l'acné et la lèpre. Dans une étude clinique portant sur 92 patients, il a été rapporté que l'utilisation de la racine améliorait les lésions de psoriasis dans 62% des cas et les lésions complètement éliminées dans 18% des cas. On pense que les propriétés de nettoyage du sang de la racine en sont largement responsables, et en particulier la sarsaponine stéroïde, dont il a été démontré qu'elle élimine les endotoxines du sang [318]. L'utilisation efficace de la salsepareille dans le traitement de la lèpre a été documentée dans un essai sur l'homme de 1959 [318]. L'efficacité de la salsepareille dans le traitement de l'acné chez les adolescents causée par un excès d'androgènes a également reçu un soutien expérimental [318]. Il a été établi que les flavonoïdes de la salsepareille ont des activités de modulation immunitaire et de protection hépatique [318]. Des observations cliniques en Chine ont démontré que la salsepareille était efficace (selon des tests sanguins) dans environ 90% des cas aigus et 50% des cas chroniques de syphilis [318]. D'autres études ont montré les propriétés antibiotiques, antifongiques et antimycobactériennes de la racine [318]. Son activité anti-inflammatoire a été démontrée dans plusieurs études in vitro et in vivo [318]. Il a été rapporté que la racine exerce une activité stimulante sur les reins chez l'homme et, dans la néphrite chronique, elle augmente l'excrétion urinaire d'acide urique [318]. Les saponines et les stéroïdes végétaux trouvés dans de nombreuses espèces de plantes (y compris la salsepareille) peuvent être synthétisés en stéroïdes humains tels que les ?strogènes et la testostérone. Cette synthèse n'a jamais été documentée comme se produisant dans le corps humain - seulement en laboratoire [318]. Les stéroïdes sarsasapogénine et smilagénine auraient la capacité de traiter la démence sénile, le dysfonctionnement cognitif et la maladie d'Alzheimer. Cependant, aucune étude pour étayer ces affirmations n'a encore été publiée dans des articles évalués par des pairs [318] Dans l'herboristerie moderne, la racine est considérée comme anodyne, antibactérienne, antibiotique, antifongique, anti-inflammatoire, nettoyant pour le sang, dépurative, diaphorétique, diurétique, digestive , fébrifuge, hépatique et tonique [318]. Grâce à sa réputation de purificateur de sang, la racine est utilisée depuis longtemps pour la syphilis et d'autres maladies sexuellement transmissibles dans le monde. Il est également utilisé dans le traitement d'affections telles que la goutte, la syphilis, la gonorrhée, les rhumatismes, les plaies, l'arthrite, la fièvre, la toux, la scrofule, l'hypertension, les troubles digestifs, le psoriasis, les maladies de la peau et le cancer [318]. La racine est également largement disponible dans les magasins d'aliments naturels, avec une variété de comprimés, de capsules et de produits de teinture vendus aujourd'hui. Il peut être trouvé, seul ou en tant qu'ingrédient dans divers remèdes à base de plantes, où il est recommandé pour les troubles de la peau, l'amélioration de la libido, l'équilibre hormonal et les formules de nutrition sportive. Il est également couramment utilisé dans les préparations à base de plantes comme synergiste ou aide à la biodisponibilité - car on pense que les saponines de la racine de salsepareille augmentent l'absorption d'autres produits chimiques dans l'intestin [318].

Smilax purhampuy, Smilax purhampuy,
fiche|retour
Smilax purhampuy Ruiz
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

racine

Détails :

racine (extrait)

Des extraits de racines sont utilisés pour aromatiser les boissons gazeuses, les glaces, les confiseries et les produits de boulangerie.

Note médicinale : ****

Autres usages : La salsepareille équatorienne (les racines et le rhizome) est une herbe douce, âcre et altératrice qui réduit l'inflammation, contrôle les démangeaisons, améliore la digestion et l'élimination et est antiseptique [238]. Il s'agit de l'une des trois espèces (les autres sont S. Aristolochiifolia et S. regelii) qui ont acquis une grande réputation au 17ème siècle comme panacée [238]. Ils ont été largement importés en Europe jusqu'au début du XXe siècle, date à laquelle leur réputation plutôt surfaite s'était quelque peu affaiblie. Cependant, les plantes ont un certain nombre d'avantages médicinaux importants - en particulier, leurs racines contiennent des saponines stéroïdiennes qui sont un traitement efficace pour de nombreux cas de psoriasis; ils ont également des effets hormonaux et peuvent améliorer la fertilité chez les femmes souffrant de dysfonctionnement ovarien [238]. Les rhizomes sont altératifs, digestifs, fébrifuges [46, 238]. Une décoction est utilisée dans le traitement de la fièvre, des troubles digestifs, des troubles rénaux et de la gonorrhée [46]. Il est également utilisé contre le scrophulus, les maladies de la peau et les rhumatismes [46].

Solanum muricatum, Solanum muricatum,
fiche|retour
Solanum muricatum Aiton
Nom français : Pépino

fruit

Note : ****

Détails :

fruit


Précautions à prendre

ATTENTION : même si aucune mention spécifique de la toxicité n'a été vu pour cette espèce, il appartient à un genre où beaucoup sinon tous les membres ont des feuilles toxiques et parfois aussi les fruits immatures.

Solanum paniculatum, Solanum paniculatum,
fiche|retour
Solanum paniculatum L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit

C'est amer ; les fruits sont utilisés pour faire du vin.


Précautions à prendre

ATTENTION : bien que fournissant de nombreux aliments bien connus aux humains, y compris la pomme de terre, la tomate, le poivron et l'aubergine, la plupart des plantes de la famille des solanacées contiennent également des alcaloïdes toxiques ; à moins qu'il y ait des entrées spécifiques avec des informations sur les utilisations comestibles, il serait imprudent d'ingérer une partie de cette plante (toutes les parties de la plante sont toxiques si elles sont ingérées).

Note médicinale : ****

Autres usages : La plante est couramment utilisée au Brésil, notamment pour traiter les problèmes digestifs et un foie paresseux. La recherche moderne a confirmé ces usages traditionnels. La plante contient un certain nombre de composés actifs, notamment des stéroïdes, des saponines, des glycosides et des alcaloïdes dans la racine, la tige et les feuilles. Les alcaloïdes se trouvent plus abondamment dans la racine, bien qu'ils soient également présents dans la tige et les feuilles. Les stéroïdes et les saponines se trouvent en plus grande quantité dans la racine, tandis que les feuilles contiennent la plus grande quantité de glycosides. On a également constaté que la plante contenait une grande proportion de propriétés amères, dont on pensait qu'elles contribuaient à sa capacité à stimuler la digestion [318]. La solanidine et la solasodine ont été découvertes dans les feuilles et les fruits, ce qui explique probablement ses propriétés hépatiques [318]. Le composé solanine, également trouvé dans la plante, a été documenté dans la recherche clinique pour posséder une activité analgésique (peut-être par sa capacité à bloquer les impulsions de douleur dans le système nerveux) [318]. Une étude a montré que la racine, la tige, la fleur, la feuille et le fruit de la plante ont une activité anti-ulcéreuse [318]. La plante a également été documentée pour avoir une activité cardiotonique, probablement due à la solanidine alcaloïde, qui a été documentée pour avoir cette activité [318]. Les feuilles et les racines sont utilisées comme tonique et pour traiter la fièvre, l'anémie, l'érysipèle, l'hépatite, les troubles du foie et de la rate, les tumeurs utérines, le syndrome du côlon irritable, la gastrite chronique et d'autres problèmes digestifs tels que la digestion lente, les ballonnements et les flatulences. Le thé aux feuilles de Jurubeba est un remède domestique très courant dans tout le Brésil pour la gueule de bois, surtout lorsqu'il est combiné avec une indigestion et des ballonnements dus à une suralimentation [318]. La plante est parfois employée en externe dans les cataplasmes pour cicatriser les plaies et les ulcères [318].

Sorbopyrus auricularis, Sorbopyrus auricularis,
fiche|retour
Sorbopyrus auricularis (Knoop) C.K. Schneid.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8

fruit

Détails :

fruit

Fruits - crus ou cuits ; le fruit a une chair jaunâtre sèche et sucrée ; un peu comme une petite poire, elle a une très belle saveur lorsqu'elle est bien mûre ; le fruit mesure jusqu'à 5 cm de long.

Note médicinale : ****

Stachys sylvatica, Stachys sylvatica,
fiche|retour
Stachys sylvatica L.
Nom français : Épiaire des bois

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille ; racine

Feuille (dont base des tiges) et racine comestibles

Syzygium aromaticum, Syzygium aromaticum,
fiche|retour
Syzygium aromaticum (L.) Merr. & L.M.Perry
Nom français : Giroflier

fleur

Détails :

fleur (bourgeons)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : utiliser de grandes quantités peut provoquer des allergies.

Note médicinale : ****

T

Tabernanthe iboga, Tabernanthe iboga,
fiche|retour
Tabernanthe iboga


Précautions à prendre

ATTENTION : des doses toxiques de la plante peuvent provoquer des convulsions, une paralysie et la mort par arrêt respiratoire ; dans les années 1980, l'iboga est devenu populaire aux États-Unis et en Europe en tant qu'interrupteur non addictif de la toxicomanie, mais peu de temps après, il a été classé comme substance hallucinogène et dangereuse aux États-Unis, où il est donc illégal d'acheter, de vendre, ou le posséder sans licence ; la possession est également interdite en Belgique, en Suisse, en Suède et en Australie. Il y a eu un regain d'intérêt pour l'iboga depuis la fin des années 1990 ; le latex est mélangé avec Periploca nigrescens et / ou Strophanthus spp., puis utilisé comme poison de flèche (toutes les parties de la plante sont toxiques si elles sont ingérées).

Note médicinale : ****

Autres usages : La racine d'Iboga est très importante dans les cérémonies d'initiation de certaines tribus africaines. L'écorce de racine peut être consommée entière; ou il peut être écrasé et broyé puis roulé en petites boules; parfois, il est mélangé avec d'autres ingrédients; parfois il est pris comme une décoction de racines broyées. La racine est principalement utilisée comme hallucinogène, catalyseur de découverte spirituelle et pour rechercher des informations auprès des ancêtres et du monde des esprits, d'où «l'acceptation de la mort». L'iboga est généralement pris en grande quantité lors de ces cérémonies [299]. L'iboga est également pris, généralement en quantités assez petites, comme moyen de divination pour diagnostiquer des situations et aussi à des fins thérapeutiques [299]. Les racines sont considérées comme aphrodisiaques, fébrifugeuses et toniques [299]. Une décoction est souvent considérée comme un moyen de lutter contre la fatigue, la faim et la soif dans des situations telles que la chasse quand il peut être nécessaire de surmonter le stress physique [299]. Un macérat de racine dans du vin de palme se prend pour apaiser la toux, tandis que la décoction de racine se boit pour traiter les infections urinaires [299]. Les racines pilées sont également utilisées dans la cérémonie de guérison (appelée «zébola») pour traiter les afflictions psychosomatiques [299]. Une décoction de racine est utilisée comme collyre pour traiter la conjonctivite [299]. Les feuilles sont considérées comme anesthésiques et aphrodisiaques [299]. Les feuilles réchauffées sont frottées sur les gencives pour calmer les maux de dents [299]. Le latex obtenu à partir de la plante est pris comme anthelminthique [299]. Les composés actifs, présents dans la racine, l'écorce de racine, l'écorce de tige, les feuilles et les graines de la plante, sont des alcaloïdes indoliques. Une vingtaine ont été identifiées à ce jour [299]. Les concentrations les plus élevées d'alcaloïdes se trouvent dans l'écorce des racines (5 à 6%), suivie par les racines (1 à 2,5%), l'écorce de la tige (2%), les graines (1%) et les feuilles (0,4 à 0,8%) [299 ]. L'ibogaïne (classe ibogan) est l'alcaloïde le plus important présent dans toutes les parties de la plante, à l'exception des graines. Les principales activités de l'ibogaïne se situent sur le système nerveux central et sur le système cardiovasculaire. À faibles doses, il exerce principalement un effet stimulant, augmentant la vigilance et réduisant la fatigue, la faim et la soif. À des doses plus élevées, les principaux effets sont des hallucinations, avec des effets secondaires possibles désagréables tels que l'anxiété et la dépression accompagnée de peur ou de rage [299]. L'effet maximal est atteint 1 à 3 heures après l'ingestion du médicament; il disparaît progressivement, se terminant par une insomnie et une léthargie complètes. Ces effets peuvent durer de 2 à 5 jours. Outre les effets psychologiques, les effets physiques comprennent des tremblements, une sensibilité à la lumière, des nausées et des vomissements, une perte de coordination musculaire et des spasmes musculaires prolongés et souvent douloureux, le tout de manière dose-dépendante [299]. Des doses toxiques peuvent provoquer des convulsions, une paralysie et la mort par arrêt respiratoire [299]. La plupart des activités ont été testées avec de l'ibogaïne purifiée, mais lors des cérémonies d'initiation, on prend généralement de l'écorce de racine en poudre, qui est plus puissante car elle contient une gamme d'alcaloïdes apparentés [299]. L'ibogaïne est un puissant inhibiteur de la cholinestérase, et l'extrait de racine est même 100 fois plus puissant dans son effet inhibiteur en raison des effets supplémentaires des alcaloïdes tabernanthine, ibogamine et de l'ibolutéine plus éloignée. Cette propriété contribue aux propriétés anti-fatigue de l'ibogaïne, et résulte d'une sensibilité accrue à l'adrénaline, provoquant un état excité transitoire du système nerveux sympathique [299]. Malgré la réputation d'iboga comme aphrodisiaque, l'ibogaïne n'a pas produit de stimulation des fonctions sexuelles dans divers essais [299]. Les tests n'ont pas montré que l'ibogaïne avait un effet analgésique significatif [299]. Des recherches récentes indiquent que l'ibogaïne a un nouveau mécanisme d'action pharmacologique, agissant fortement sur une variété de récepteurs différents dans le cerveau, résultant d'interactions complexes entre les systèmes de neurotransmetteurs. Il n'y a pas encore de consensus sur le fonctionnement précis de l'ibogaïne, mais il est connu pour inhiber la recapture du neurotransmetteur sérotonine, qui peut provoquer des hallucinations [299]. Cependant, la suggestion des profanes selon laquelle l'ibogaïne a un potentiel considérable dans le domaine de la psychothérapie est prématurée. La recherche a montré que l'ibogaïne est convertie dans le foie en noribogaïne, qui remplit les récepteurs opiacés, éliminant ainsi les symptômes de sevrage. L'ibogaïne stimule également les récepteurs nicotiniques dans le cervelet, ce qui contribue à moduler le circuit de récompense de la dopamine. À des doses élevées, cependant, l'ibogaïne est toxique car elle détruit les neurones du cervelet [299]. Il existe des preuves suggérant que l'ibogaïne a un potentiel considérable dans le traitement des dépendances à l'héroïne, à la cocaïne, à l'alcool, à la nicotine, à la caféine, à l'amphétamine, à la désoxyéphédrine ou à la méthadone, ou à des combinaisons de celles-ci. Plusieurs méthodes pour arrêter les aspects physiologiques et psychologiques de la dépendance aux drogues en utilisant l'ibogaïne ont été brevetées aux États-Unis. Les traitements seraient efficaces dans 70 à 100% des cas. Cependant, les effets secondaires graves de l'ibogaïne rendent son utilisation potentiellement nocive et des études cliniques supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si et comment elle peut être utilisée en toute sécurité [299].

Tachia guianensis, Tachia guianensis,
fiche|retour
Tachia guianensis

Note médicinale : ****

Autres usages : Tachia guianensis est une herbe très amère très appréciée des peuples indigènes pour son effet bénéfique sur le système digestif et comme traitement contre la fièvre. Toutes les parties de la plante peuvent être utilisées, bien que la racine soit le plus couramment employée. La racine très amère est anti-inflammatoire, antipyrétique, apéritif, cholagogue, fébrifuge, estomacique et tonique [348, 526, 528]. Herbe puissante et très efficace, elle est utilisée pour traiter les fièvres intermittentes [528]. Il est également utilisé comme la gentiane pour améliorer l'appétit, renforcer le système digestif, soulager les douleurs abdominales et débarrasser le tube digestif des parasites [348, 518, 526]. On dit qu'il n'y a pas de meilleur remède contre les «maux d'estomac» qu'un thé à base de racine [558]. Les feuilles en poudre sont destinées à la préparation de coca «pour lui donner meilleur goût» [558].

Taxus baccata, Taxus baccata,
fiche|retour
Taxus baccata L.
Nom français : If commun

fruit

Détails :

fruit (pulpe).(1*)

Fruit (pulpe (crue1 ou cuite1) comestibles ; ATTENTION : le noyau et le reste de la plante sont très toxiques(1*).


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : le noyau (de même que le reste de la plante, hormis la pulpe des fruits/baies) est très toxique : il ne faut ni le mâcher, ni l'avaler, ni l'écraser avec le reste de la baie (pulpe) ; il est donc fortement recommandé de retirer le noyau de la baie avant de mettre la pulpe dans sa bouche : pour cela, on conseille de d'ôter celui-ci, soigneusement, du bout des doigts, afin de ne pas l'âbimer.1 Ni le contact rapide/bref et direct des parties toxiques avec la peau, ni son prolongement indirecte avec l'intérieur de la bouche ne semblent être nocifs ; évitez tout de même au maximum de manipuler les parties toxiques (notamment le feuillage) lors d'une cueillette puis d'une dégustation sur place, et lavez-vous les mains si la consommation est reportée (et/ou prévue ultérieurement). L'if est devenu rare et menacé, il faut donc le respecter et en prendre soin en évitant de le blesser, en ne cueillant ses fruits qu'en petites quantités, et même plus en dispersant les noyaux dans la nature pour participer à son repeuplement.1

Note médicinale : ****

Taxus brevifolia , Taxus brevifolia ,
fiche|retour
Taxus brevifolia Nutt.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 5-9

fruit

Détails :

fruit (fruits).(1*)

Fruits - crus ; très sucré et gélatineux, la plupart des gens le trouvent délicieux ; le fruit est une baie charnue d'environ 8 mm de diamètre et contenant une seule graine ; les arbres produisent généralement de bonnes récoltes chaque année ; toutes les autres parties de cette plante, y compris la graine, sont hautement toxiques ; lorsque vous mangez le fruit, vous devez recracher la grosse graine qui se trouve au centre du fruit ; si vous avalez la graine entière, elle passera directement à travers vous sans dommage, si la graine a été mordue, cependant, cela pourrait causer des problèmes.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toutes les parties de la plante, à l'exception de la chair du fruit, sont hautement toxiques ; un autre rapport indique que l'alcaloïde toxique trouvé dans d'autres ifs, connu sous le nom de taxine, ne se trouve pas chez cette espèce et que la toxicité de cette espèce n'a pas été prouvée de manière concluante ; les symptômes d'empoisonnement sont la bouche sèche, les vomissements, les vertiges, les douleurs abdominales, la dyspnée, les arythmies, l'hypotension et la perte de conscience.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'if du Pacifique est une plante hautement toxique, mais elle était utilisée en médecine par plusieurs tribus indiennes d'Amérique du Nord qui l'utilisaient pour traiter une variété de plaintes [257]. Des recherches modernes ont montré qu'il contient la substance «taxol» dans ses pousses et son écorce. Taxol a montré un potentiel excitant en tant que médicament anticancéreux, en particulier dans le traitement des cancers de l'ovaire [238]. Malheureusement, les concentrations de taxol sont plutôt faibles et l'écorce de 6 arbres est nécessaire pour fournir suffisamment de taxol pour traiter un patient [238]. Ce remède est très toxique et, même lorsqu'il est utilisé à l'extérieur, ne doit être utilisé que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. Toutes les parties de la plante, à l'exception du fruit charnu, sont diaphorétiques et pectorales [257]. Une décoction de branches et de feuilles a été utilisée dans le traitement des problèmes pulmonaires [257]. Une infusion de feuilles écrasées a été utilisée à l'extérieur comme lavage pour provoquer la transpiration et effectuer une amélioration générale de la santé [257]. Un cataplasme de feuilles écrasées a été appliqué sur les plaies [257]. Une décoction de petits morceaux ligneux a été utilisée dans le traitement des troubles internes, y compris les douleurs à l'estomac et le sang dans les urines [257].

Taxus canadensis, Taxus canadensis,
fiche|retour
Taxus canadensis Marshal
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8

fruit

Détails :

fruit (fruits).(1*)

Fruits - crus ; très sucré et gélatineux, la plupart des gens le trouvent délicieux ; le fruit est une baie charnue d'environ 8 mm de diamètre et contenant une seule graine ; les arbres produisent généralement de bonnes récoltes chaque année ; toutes les autres parties de cette plante, y compris la graine, sont hautement toxiques ; lorsque vous mangez le fruit, vous devez recracher la grosse graine qui se trouve au centre du fruit ; si vous avalez la graine entière, elle passera directement à travers vous sans dommage, si la graine a été mordue, cependant, cela pourrait causer des problèmes.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toutes les parties de la plante, à l'exception de la chair du fruit, sont hautement toxiques.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'if canadien est une plante très toxique, bien qu'il ait été utilisé en médecine par plusieurs tribus indiennes d'Amérique du Nord qui utilisaient des quantités infimes de feuilles à la fois à l'intérieur et à l'extérieur afin de traiter une variété de plaintes, y compris les rhumatismes, les fièvres, la grippe, l'expulsion après la naissance et dissiper les caillots [213, 222, 257]. Des recherches modernes ont montré qu'il contient la substance «taxol» dans ses pousses et son écorce. Le taxol a montré un potentiel excitant en tant que médicament anticancéreux, en particulier dans le traitement des cancers de l'ovaire [222, 238]. Ce remède est très toxique et, même lorsqu'il est utilisé à l'extérieur, ne doit être utilisé que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. La plante est abortive, analgésique, antirhumatismale, antitumorale, diaphorétique, diurétique, emménagogue, fébrifuge et pectorale [257].

Taxus cuspidata, Taxus cuspidata,
fiche|retour
Taxus cuspidata Siebold & Zucc.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-7

fruit

Détails :

fruit (fruits).(1*)

Fruits - crus ou transformés en confiture ; très sucré et gélatineux, la plupart des gens le trouvent délicieux ; le fruit est une baie charnue d'environ 8 mm de diamètre et contenant une seule graine ; les arbres produisent généralement de bonnes récoltes chaque année ; toutes les autres parties de cette plante, y compris la graine, sont hautement toxiques ; lorsque vous mangez le fruit, vous devez recracher la grosse graine qui se trouve au centre du fruit ; si vous avalez la graine entière, elle passera directement à travers vous sans dommage, si la graine a été mordue, cependant, cela pourrait causer des problèmes.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toutes les parties de la plante, à l'exception de la chair du fruit, sont hautement toxiques.

Note médicinale : ****

Autres usages : Des recherches modernes ont montré que les ifs contiennent la substance «taxol» dans leurs pousses et leur écorce. Le taxol a montré un potentiel excitant en tant que médicament anticancéreux, en particulier dans le traitement des cancers de l'ovaire [218, 238]. Ce remède est très toxique et, même lorsqu'il est utilisé à l'extérieur, ne doit être utilisé que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Voir également les notes sur la toxicité. Un composé utilisé pour traiter le diabète est extrait du bois, de l'écorce, des feuilles et des racines [266].

Taxus × media, Taxus × media,
fiche|retour
Taxus × media Rehder
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-7

fruit

Détails :

fruit (fruits).(1*)

Fruits - crus ; très sucré et gélatineux, la plupart des gens le trouvent délicieux ; le fruit est une baie charnue d'environ 8 mm de diamètre et contenant une seule graine ; les arbres produisent généralement de bonnes récoltes chaque année ; toutes les autres parties de cette plante, y compris la graine, sont hautement toxiques ; lorsque vous mangez le fruit, vous devez recracher la grosse graine qui se trouve au centre du fruit ; si vous avalez la graine entière, elle passera directement à travers vous sans dommage, si la graine a été mordue, cependant, cela pourrait causer des problèmes.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : toutes les parties de la plante, à l'exception de la chair du fruit, sont hautement toxiques.

Note médicinale : ****

Autres usages : Des recherches modernes ont montré que les ifs contiennent la substance «taxol» dans leurs pousses et leur écorce. Le taxol a montré un potentiel excitant en tant que médicament anticancéreux, en particulier dans le traitement des cancers de l'ovaire [222, 238]. Ce remède est très toxique et, même lorsqu'il est utilisé à l'extérieur, ne doit être utilisé que sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. Voir également les notes sur la toxicité.

Terminalia arjuna, Terminalia arjuna,
fiche|retour
Terminalia arjuna (Roxb. ex DC.) Wight & Arn.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit (graines)

-graines ; -une décoction d'écorce avec du lait est utilisée comme boisson.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'écorce de l'arbre contient un certain nombre d'ingrédients médicalement actifs, notamment des tanins, des flavonoïdes, des stérols et des saponines triterpénoïdes [254]. L'écorce est un tonique cardiaque, abaisse la tension artérielle et réduit le taux de cholestérol sanguin [254]. Arjuna est une herbe où la recherche moderne a pleinement soutenu son utilisation traditionnelle pour traiter les maladies cardiaques [254]. L'écorce est prise en interne pour traiter une gamme de maladies cardiaques et semble fonctionner mieux lorsque l'apport sanguin au c?ur est faible, comme dans l'angine et les cardiopathies ischémiques [254]. Il est également utile pour aider à maintenir un rythme cardiaque régulier [254]. La gomme est utilisée en médecine [303]. Le jus de l'écorce est utilisé comme tonique [272]. Le jus des feuilles est traditionnellement utilisé pour traiter les otites [254].

Terminalia sambesiaca, Terminalia sambesiaca,
fiche|retour
Terminalia sambesiaca Engl. & Diels
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

Note médicinale : ****

Autres usages : En médecine traditionnelle, les feuilles sont utilisées pour traiter les maux d'estomac et l'infertilité chez les femmes, tandis que l'écorce et les décoctions de feuilles sont utilisées pour traiter la fièvre, le rhume, le cancer, les ulcères d'estomac et l'appendicite. L'écorce de racine en poudre est mélangée à de la bouillie et consommée pour traiter la diarrhée sanglante [299, 364]. Des extraits de méthanol des racines ont montré une activité antibactérienne marquée contre Enterobacter aerogenes, Micrococcus luteus, Pseudomonas aeruginosa, Sarcina sp., Salmonella typhi, Shigella boydii, Staphylococcus aureus et Staphylococcus epidermidis, ainsi qu'une activité antifongique distincte contre Candida albicansus et Candida glabicans, Candida albicansus et Candida glabicans . Les extraits d'écorce ont également montré une activité antibactérienne et les extraits de feuilles des propriétés antifongiques contre Candida albicans et Cryptococcus neoformans. Une activité antifongique a été trouvée en particulier dans les fractions polaires de l'extrait et pourrait être due à la présence de tanins. Les extraits de racines ont montré de forts effets cytotoxiques contre plusieurs lignées de cellules cancéreuses humaines, par exemple contre les cellules cancéreuses du col de l'utérus HeLa, les cellules cancéreuses de la vessie T24 et les cellules endothéliales BBCE [299].

Tetragonia tetragonioides, Tetragonia tetragonioides,
fiche|retour
Tetragonia tetragonioides (Pall.) Kuntze
Nom français : Tétragone

feuille

Note : ****

Détails :

feuille


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : elles peuvent contenir des oxalates et des nitrates qui peuvent être toxiques.

Tinospora cordifolia, Tinospora cordifolia,
fiche|retour
Tinospora cordifolia

Note médicinale : ****

Tinospora crispa, Tinospora crispa,
fiche|retour
Tinospora crispa (L.) Hook. f. & Thomson
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

fruit

Détails :

fruit

Fruit - épice.

Note médicinale : ****

Autres usages : Considéré comme un médicament universel par les populations locales aux Philippines qui lui donnent le nom de «makabuhai», qui signifie «donner la vie» [582]. La plante est couramment prescrite en décoction ou sous forme de poudre dans le traitement de la fièvre, des maux d'estomac, de l'indigestion et de la diarrhée. C'est la base d'une préparation populaire, qui est utilisée comme cordial, tonique ou ingrédient dans les cocktails [582]. Une préparation à base d'huile de noix de coco est un remède efficace contre les rhumatismes et est également utilisée dans le traitement des flatulences chez les enfants [582]. Cette préparation est faite en coupant la tige en morceaux de 2 à 5 cm de long et en les plaçant dans un pot avec de l'huile de coco. Ce bocal est ensuite laissé dans une position ensoleillée pour «cuire» et est ensuite conservé pendant 12 mois jusqu'à ce qu'il soit prêt à être utilisé [582]. La tige est antipaludique, parasiticide, tonique et vulnéraire [582]. Il est pris en interne dans le traitement de la fièvre [582]. Prise en externe, une décoction de tige est considérée comme un remède efficace si elle est utilisée comme lavage pour les ulcères tropicaux, les parasites externes, et est également une excellente vulnérabilité aux démangeaisons, aux plaies ordinaires et cancéreuses [582]. Une infusion de tige se boit en Malaisie et en Indonésie comme vermifuge et de la plante entière pour traiter le choléra; il est également utilisé pour traiter le diabète sucré [310]. En externe, il est appliqué contre la gale et pour guérir les plaies. Au Brunei, la plante est utilisée dans le traitement de l'hypertension artérielle, du diabète et pour soulager les douleurs abdominales. En Indochine, une infusion de tige se boit pour traiter la fièvre (également lorsqu'elle est causée par le paludisme) et la jaunisse. Les tiges en poudre sont utilisées pour engraisser les chevaux et les bovins en stimulant leur appétit. Tinospora crispa est une plante médicinale très utilisée aux Philippines. En Thaïlande, une infusion de la tige est utilisée pour traiter la jaunisse, le choléra, le paludisme et contre les vers chez les enfants [310].

Tinospora sinensis, Tinospora sinensis,
fiche|retour
Tinospora sinensis (Lour.) Merr.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille

Feuilles - utilisées comme thé tonique.

Note médicinale : ****

Autres usages : La tige, la racine et la plante entière sont altératrices, antidote, aphrodisiaque, diurétique, fébrifuge et tonique [146, 304]. L'amidon obtenu à partir de la tige et de la racine de la plante est un nutriment et est utile dans le traitement de la diarrhée et de la dysenterie [304]. La plante fraîche est plus efficace que la plante séchée [304]. Un extrait aqueux, appelé «quinine indienne», est un traitement très efficace contre les fièvres dues au froid ou à l'indigestion [304]. La plante est également couramment utilisée dans diverses autres affections, notamment les rhumatismes, les maladies urinaires, la débilité générale, la bronchite et l'infertilité [304]. Un des ingrédients de la formule tonique ayurvédique Amrit Kalash [301].

Tragopogon porrifolius, Tragopogon porrifolius,
fiche|retour
Tragopogon porrifolius L.
Nom français : Salsifis cultivé

feuille ; racine

Note : ****

Détails :

feuille (feuilles, pousses) ; racine

Note médicinale : **

Trichosanthes kirilowii, Trichosanthes kirilowii,
fiche|retour
Trichosanthes kirilowii Maxim.

fruit; feuille; racine

Détails :

fruit ; feuille ; racine

Note médicinale : ****

U

Uncaria guianensis, Uncaria guianensis,
fiche|retour
Uncaria guianensis (Aubl.) J.F.Gmel.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :



Les tiges sont une source de sève potable qui est utilisée pour étancher la soif et comme boisson réparatrice ; goût aqueux et astringent.

Note médicinale : ****

Autres usages : La griffe de chat a une longue histoire d'utilisation traditionnelle, étant utilisée dans le traitement de diverses affections, notamment les inflammations (en particulier les rhumatismes), l'arthrite, les infections des voies urinaires et les ulcères gastriques. Il a également été utilisé comme purificateur de sang; pour nettoyer les reins; pour récupérer de l'accouchement ou traiter les irrégularités menstruelles; comme traitement de l'asthme Appliqué en externe, il est utilisé comme lavage des plaies pour favoriser la cicatrisation, pour nettoyer la peau des impuretés, etc. [646]. La plante est largement utilisée en phytothérapie moderne, où elle est principalement appréciée pour son effet stimulant sur le système immunitaire [646]. La partie la plus couramment utilisée est l'écorce de tige [646]. La griffe de chat a de nombreuses applications modernes, ce qui est un trait commun des herbes ayant une activité de stimulation immunitaire, et comprend: la prévention des maladies, le cancer, guérison des effets secondaires de la chimiothérapie, rétablissement après l'accouchement, infections des voies urinaires, plaies, fièvre, hémorragies et faiblesse. Les applications de la griffe de chat qui ont fait l'objet de recherches cliniques comprennent les infections virales, la douleur et les symptômes des infections herpétiques, et les affections inflammatoires, telles que la polyarthrite rhumatoïde [646]. La recherche a montré que la plante est anti-inflammatoire, stimulante du système immunitaire, cytoprotectrice et antioxydante [646]. La plante est astringente [348]. Une infusion de la plante entière se boit pour remédier à la dysenterie. La plante est brûlée et pulvérisée, puis utilisée sur les plaies. Il est transformé en gargarisme pour soigner les ulcères buccaux [348]. Les feuilles sont utilisées dans le traitement de la tuberculose, de la toux et du rhume [348]. La plante contient des tanins [348]. hémorragies et faiblesse. Les applications de la griffe de chat qui ont fait l'objet de recherches cliniques comprennent les infections virales, la douleur et les symptômes des infections herpétiques, et les affections inflammatoires, telles que la polyarthrite rhumatoïde [646]. La recherche a montré que la plante est anti-inflammatoire, stimulante du système immunitaire, cytoprotectrice et antioxydante [646]. La plante est astringente [348]. Une infusion de la plante entière se boit pour remédier à la dysenterie. La plante est brûlée et pulvérisée, puis utilisée sur les plaies. Il est transformé en gargarisme pour soigner les ulcères buccaux [348]. Les feuilles sont utilisées dans le traitement de la tuberculose, de la toux et du rhume [348]. La plante contient des tanins [348]. hémorragies et faiblesse. Les applications de la griffe de chat qui ont fait l'objet de recherches cliniques comprennent les infections virales, la douleur et les symptômes des infections herpétiques, et les affections inflammatoires, telles que la polyarthrite rhumatoïde [646]. La recherche a montré que la plante est anti-inflammatoire, stimulante du système immunitaire, cytoprotectrice et antioxydante [646]. La plante est astringente [348]. Une infusion de la plante entière se boit pour remédier à la dysenterie. La plante est brûlée et pulvérisée, puis utilisée sur les plaies. Il est transformé en gargarisme pour soigner les ulcères buccaux [348]. Les feuilles sont utilisées dans le traitement de la tuberculose, de la toux et du rhume [348]. La plante contient des tanins [348].

Uncaria tomentosa, Uncaria tomentosa,
fiche|retour
Uncaria tomentosa (Willd. ex Schult.) DC.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :



Les tiges sont une source de sève potable qui est utilisée pour étancher la soif et comme boisson réparatrice ; goût aqueux et astringent.

Note médicinale : ****

Autres usages : La griffe de chat a une longue histoire d'utilisation traditionnelle, étant utilisée dans le traitement de diverses affections, notamment les inflammations (en particulier les rhumatismes), l'arthrite, les infections des voies urinaires et les ulcères gastriques. Il a également été utilisé comme purificateur de sang; pour nettoyer les reins; pour récupérer de l'accouchement ou traiter les irrégularités menstruelles; comme traitement de l'asthme [646]. Appliqué en externe, il est utilisé en lavage des plaies afin de favoriser la cicatrisation, pour nettoyer la peau des impuretés, etc. [646]. La plante est largement utilisée en phytothérapie moderne, où elle est principalement appréciée pour son effet stimulant sur le système immunitaire [646]. La partie la plus couramment utilisée est l'écorce de tige [646]. La griffe de chat a de nombreuses applications modernes, ce qui est un trait commun des herbes ayant une activité de stimulation immunitaire, et comprend: la prévention des maladies, le cancer, guérison des effets secondaires de la chimiothérapie, rétablissement après l'accouchement, infections des voies urinaires, plaies, fièvre, hémorragies et faiblesse. Les applications de la griffe de chat qui ont fait l'objet de recherches cliniques comprennent les infections virales, la douleur et les symptômes des infections herpétiques, et les affections inflammatoires, telles que la polyarthrite rhumatoïde [646]. La recherche a montré que la plante est anti-inflammatoire, stimulante du système immunitaire, cytoprotectrice et antioxydante [646]. La plante entière est utilisée en gargarisme pour soigner les ulcères buccaux [348]. La recherche a montré que la plante est anti-inflammatoire, stimulante du système immunitaire, cytoprotectrice et antioxydante [646]. La plante entière est utilisée en gargarisme pour soigner les ulcères buccaux [348]. La recherche a montré que la plante est anti-inflammatoire, stimulante du système immunitaire, cytoprotectrice et antioxydante [646]. La plante entière est utilisée en gargarisme pour soigner les ulcères buccaux [348].

W

Warburgia salutaris, Warburgia salutaris,
fiche|retour
Warburgia salutaris (G.Bertol.) Chiov.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille ; tronc

Détails :



-les feuilles sont utilisées pour aromatiser les soupes et les currys ; les feuilles ont un goût amer, brûlant et aromatique ; les feuilles sont utilisées comme thé ; -l'écorce contient du mannitol.

Note médicinale : ****

Autres usages : L'arbre à écorce de poivre est un remède à base de plantes largement utilisé en Afrique australe. L'écorce interne a de nombreuses utilisations comme traitement contre le paludisme, le rhume, les douleurs thoraciques, la toux, la diarrhée, les douleurs musculaires, les maux d'estomac et les douleurs corporelles générales [392]. Les tiges amères et l'écorce de racine ressemblant à du poivre sont utilisées pour soigner un large éventail de maladies. Ils sont utilisés comme expectorant pour traiter le rhume. On pense que la prise orale guérit les taches dans les poumons [295]. Les tiges et l'écorce des racines sont un remède contre le paludisme [295]. En poudre et mélangés à de l'eau, on pense qu'ils guérissent les plaies dans la bouche [295]. Séchées et moulues, elles sont prises comme un tabac à priser pour dégager les sinus [295].

Z

Zizania latifolia, Zizania latifolia,
fiche|retour
Zizania latifolia (Griseb.) Turcz. ex Stapf
Nom français : Riz sauvage de mandchourie

fruit ; fleur ; feuille ; racine

Note : ****

Détails :

fruit (graines ; fleur ; feuille (pousses, tiges) ; racine




Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !