Illustration Accueil Encyclopédie(s) Recherche Archives Impression Facebook Style


Dans "en savoir plus", je raconte les "dessous"...


A suivre !
logo entête



Autres catégories
(encyclopédies secondaires, par catégories et/ou mot(s)-clef(s) ; 116, au 2 Novembre 2020) :

Encyclopédie(s) principale(s) :

Plantes comestibles/alimentaires et, dans une moindre mesure, "utiles" ;
sauvages à (perma)cultivées ; annuelles à pérenn(isé)es
(plantes "potagères"*, par noms français courant ou noms latins/botaniques)


* plantes "potagères" au sens (très) large du terme (voir explication détaillée sur la page concernée).



Illustration

Antiseptique

(43 espèces - liste non exhaustive)

A

Abies fraseri, Abies fraseri,
fiche|retour
Abies fraseri (Pursh) Poir.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-7

tronc

Détails :



Les utilisations suivantes concernent le A. balsamea étroitement apparenté ; puisque cette espèce a aussi des cloques de résine dans l'écorce, les utilisations s'appliquent très probablement aussi ici. -écorce intérieure - cuite, elle est généralement séchée, broyée en poudre puis utilisée comme épaississant dans les soupes, etc. ou mélangée avec des céréales lors de la fabrication du pain ; aliment d'urgence, il n'est utilisé que lorsque tout le reste échoue ; -un poix résineux aromatique se trouve dans les cloques de l'écorce ; lorsqu'il est consommé cru, il est délicieux et moelleux ; -une oléorésine du brai est utilisée comme arôme dans les confiseries, les produits de boulangerie, les glaces et les boissons ; -les pointes des jeunes pousses sont utilisées comme substitut du thé.


Précautions à prendre

ATTENTION : l'oléorésine (baume du Canada) peut provoquer une dermatite chez certaines personnes.

Note médicinale : ***

Autres usages : Les utilisations suivantes concernent le A. balsamea étroitement apparenté. Puisque cette espèce a aussi des cloques de résine dans l'écorce [81], les utilisations s'appliquent très probablement aussi ici. La résine obtenue à partir du sapin baumier (voir «Notes d'utilisation» ci-dessous) a été utilisée dans le monde entier et est un agent antiseptique et cicatrisant très efficace. Il est utilisé comme revêtement protecteur cicatrisant et analgésique pour les brûlures, les ecchymoses, les plaies et les plaies [213, 222, 226]. Il est également utilisé pour traiter les mamelons endoloris [213] et est considéré comme l'un des meilleurs curatifs pour un mal de gorge [245]. Les bourgeons, la résine et / ou la sève sont utilisés dans les remèdes populaires pour traiter les cancers, les cors et les verrues [269]. La résine est également antiscorbutique, diaphorétique, diurétique, stimulante et tonique [4, 171, 222]. Il est utilisé en interne dans des mélanges de propriété pour traiter la toux et la diarrhée, bien que pris en excès, il est purgatif [238]. Un liquide chaud de la sève gommeuse a été bu comme traitement de la gonorrhée [212]. Un thé fait à partir des feuilles est antiscorbutique [4, 171]. Il est utilisé dans le traitement de la toux, du rhume et de la fièvre [222]. Les feuilles et les jeunes pousses sont mieux récoltées au printemps et séchées pour une utilisation ultérieure [238]. Cette plante était largement utilisée en médecine par diverses tribus indiennes d'Amérique du Nord [257]. La résine était utilisée comme agent cicatrisant antiseptique appliqué en externe sur les plaies, les plaies, les morsures, etc., elle était utilisée comme inhalant pour traiter les maux de tête et était également prise en interne pour traiter les rhumes, les maux de gorge et diverses autres affections [257].

Allium cepa, Allium cepa,
fiche|retour
Allium cepa L.
Nom français : Oignon

feuille ; racine

Note : *****

Détails :

feuille ; racine (bulbe).(1*)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture, feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe ; germes (graines germées) : crus [nourriture/aliment : salade]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : ***

Allium sativum, Allium sativum,
fiche|retour
Allium sativum L.
Nom français : Ail
Illustration
Illustration

Par Woodville W., Hooker W.J. (Spratt, G., Medical Botany, 3th edition, vol. 4: t. 256 ; 1832), via plantillustrations.org
Illustration


racine

Note : *****

Détails :

racine (bulbe)

Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)]) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)Voire genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses).

Note médicinale : *****

Arctostaphylos tomentosa, Arctostaphylos tomentosa,
fiche|retour
Arctostaphylos tomentosa (Pursh) Lindl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 7-10

fruit

Détails :

fruit (fruits, graines)

-fruits - crus ou cuits ; doux, sec et farineux ; un aliment important pour les tribus indigènes, il peut également être séché pour l'hiver ; une fois séché et cuit dans un pain, il est savouré par les tribus indiennes indigènes ; si il est récolté lorsqu'il n'est pas tout à fait mûr, il peut être utilisé comme une pomme acidulée ; une boisson rafraîchissante sous-acide peut être préparée à partir du fruit ; le fruit mesure environ 8 à 10 mm de diamètre ; -graine - broyée en poudre et utilisée pour faire de la bouillie, des biscuits, etc. ; la graine est très petite et serait difficile à séparer du fruit ; il serait plus facile de sécher le fruit entier, de le broyer en poudre et de l'utiliser dans les soupes, etc..

Note médicinale : ***

Autres usages : Les feuilles séchées sont utilisées dans le traitement de diverses plaintes [4]. Ces feuilles doivent être récoltées au début de l'automne, seules les feuilles vertes étant sélectionnées, puis séchées à chaleur douce [4]. Un thé à base de feuilles séchées est fortement astringent, diurétique et antiseptique pour les voies urinaires [4, 222]. Il est très utilisé pour les troubles rénaux et vésicaux et l'inflammation des voies urinaires, mais il doit être utilisé avec prudence [4, 21, 46, 172] car il contient de l'arbutine qui s'hydrolyse en hydroquinone antiseptique urinaire toxique [222]. Une infusion de poudre d'écorce a été utilisée dans le traitement des hémorragies pulmonaires [257]. Un cidre fabriqué à partir du fruit a été utilisé comme apéritif pour créer l'appétit et traiter les maux d'estomac [257]. Bien que le rapport ne le précise pas, le cidre était probablement non fermenté [K].

Arctostaphylos uva-ursi, Arctostaphylos uva-ursi,
fiche|retour
Arctostaphylos uva-ursi (L.) Spreng.
Nom français : Busserole

fruit ; feuille

Détails :

fruit ; feuille

Feuille (feuilles [base boissons/breuvages : tisanes {infusion : succédané/substitut de thé}) et fruit (fruits matures crus ou cuits [nourriture/aliment : brut(e) ou transformé(e)] et graines séchées et broyées [nourriture/aliment : farine]) comestible.

Note médicinale : ****

C

Chamaemelum nobile, Chamaemelum nobile,
fiche|retour
Chamaemelum nobile (L.) All.
Nom français : Camomille
Illustration
Illustration

Par Sowerby J.E. (English Botany, or Coloured Figures of British Plants, 3th ed., vol. 5: t. 724, 1866), via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-10

fleur

Note : **/***

Détails :

fleur

Fleur (fleurs [base boissons/breuvages {tisanes} et/ou assaisonnement : aromate (condiment aromatique/aromatisant) {pour bière et liqueurs}]) comestible.

Note médicinale : *****

Cinnamomum verum, Cinnamomum verum,
fiche|retour
Cinnamomum verum J. Presl
Nom français : Cannelier de ceylan
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 1: t. 78, 1887), via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; tronc

Détails :



Tronc (écorce [assaisonnement : épice]) et feuille (feuilles) comestibles.

Note médicinale : ***

Citrus limon, Citrus limon,
fiche|retour
Citrus limon (L.) Burm. f.
Nom français : Citronnier
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 1: t. 3, 1887), via plantillustrations.org
Illustration


fruit

Détails :

fruit

Fruit (fruits) comestible.

Note médicinale : *****

Commiphora myrrha, Commiphora myrrha,
fiche|retour
Commiphora myrrha (Nees) Engl.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Une oléo-résine de gomme parfumée de type baume est obtenue à partir de blessures dans l'écorce des tiges ; elle est utilisée pour aromatiser les boissons, les produits de boulangerie, les sucreries, les desserts, les chewing-gums, etc..


Précautions à prendre

ATTENTION : cette plante est contre-indiquée pendant la grossesse en raison de son activité emménagogique ; il est conseillé de diluer la myrrhe avant utilisation et d'administrer des doses modérées ; des réactions allergiques ont été observées.

Note médicinale : ****

Autres usages : La résine obtenue à partir de l'écorce de myrrhe est une herbe aromatique piquante, astringente, fortement stimulante, antiseptique et expectorante [238]. Il soulage les spasmes, l'inflammation et l'inconfort digestif et favorise la guérison [238]. Elle est particulièrement associée aux rituels de santé et de purification des femmes [238]. La résine est prise en interne dans le traitement de la dyspepsie, des infections bronchiques et auriculaires, de la fièvre glandulaire, de l'amygdalite, de la pharyngite, de la gingivite, des problèmes menstruels et circulatoires [238]. La myrrhe est utilisée en externe pour traiter les ulcères buccaux, les plaies et les furoncles et est souvent ajoutée aux préparations orales [238]. C'est l'un des médicaments à base de plantes les plus efficaces pour traiter les maux de gorge, les ulcères buccaux et la gingivite [254]. La légère astringence en fait un traitement utile pour l'acné, les furoncles et les problèmes cutanés inflammatoires légers [254]. La résine est collectée à partir de branches coupées et séchée en un solide, qui peut être distillé pour l'huile, broyé en poudre pour comprimés ou dissous dans des teintures [238]. Une huile essentielle obtenue à partir de la résine est utilisée par les aromathérapeutes comme antiseptique naturel pour traiter les problèmes de peau et de bouche [303].

Copaifera coriacea, Copaifera coriacea,
fiche|retour
Copaifera coriacea Mart.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera guyanensis , Copaifera guyanensis ,
fiche|retour
Copaifera guyanensis Desf.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera langsdorffii, Copaifera langsdorffii,
fiche|retour
Copaifera langsdorffii Desf.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions à prendre

ATTENTION : utilisée en excès, la résine est purgative et peut provoquer des éruptions cutanées et des lésions rénales ; elle crée une action irritante sur toute la membrane muqueuse, provoque une éruption ressemblant à la rougeole accompagnée d'irritations et de picotements.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera multijuga, Copaifera multijuga,
fiche|retour
Copaifera multijuga Hayne
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera officinalis, Copaifera officinalis,
fiche|retour
Copaifera officinalis L.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera reticulata, Copaifera reticulata,
fiche|retour
Copaifera reticulata Ducke
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails :



Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.

Note médicinale : ****

Autres usages : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

E

Echinacea angustifolia, Echinacea angustifolia,
fiche|retour
Echinacea angustifolia DC.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 3-8

fruit ; feuille; racine

Détails :

fruit (graines) ; feuille ; racine

Les feuilles servent à faire une infusion.


Précautions à prendre

ATTENTION (usage médicinal ) : suppression possible de l'immunité avec l'usage habituel ; des doses élevées supérieures à 1000 mg peuvent provoquer des étourdissements ; l'utilisation de l'herbe pendant 10 à 14 jours est recommandée suivie d'une courte pause.

Note médicinale : *****

Autres usages : L'échinacée est l'une des herbes médicinales les plus importantes au monde. La recherche montre qu'il a la capacité d'augmenter la résistance du corps aux infections bactériennes et virales en stimulant le système immunitaire [254]. Il est également antibiotique et aide à soulager les allergies [254]. Les plantes de ce genre étaient probablement les plus fréquemment utilisées de toutes les plantes médicinales indiennes d'Amérique du Nord. Ils avaient une très large gamme d'applications et nombre de ces utilisations ont été confirmées par la science moderne. La plante a un effet stimulant général sur le système immunitaire et est largement utilisée dans les traitements à base de plantes modernes [222]. Il y a eu un doute sur la capacité du corps à absorber les ingrédients médicinaux actifs par voie orale (les injections intraveineuses étant considérées comme le seul moyen efficace d'administrer la plante), mais des recherches récentes ont démontré une absorption significative des applications administrées par voie orale [222]. En Allemagne, plus de 200 préparations pharmaceutiques sont fabriquées à partir d'échinacée [222]. Les racines et la plante entière sont considérées comme particulièrement bénéfiques dans le traitement des plaies, des plaies, des brûlures, etc., possédant une activité de type cortisone et antibactérienne [222]. La plante était utilisée par les Indiens d'Amérique du Nord comme une application universelle pour traiter les morsures et les piqûres de tous les types d'insectes [213]. Une infusion de la plante a également été utilisée pour traiter les morsures de serpent [213]. La racine est adaptogène, altératrice, antiseptique, dépurative, digestive, sialagogue [4, 21, 61, 165]. Il est récolté à l'automne et séché pour une utilisation ultérieure [238]. La plante a été utilisée comme diaphorétique [213]. Les monographies de la Commission E allemande, un guide thérapeutique de la phytothérapie, approuvent l'échinacée pour le rhume, la toux et la bronchite, la fièvre et le rhume, les infections des voies urinaires, l'inflammation de la bouche et du pharynx, augmentent la résistance aux infections, aux plaies et aux brûlures (voir [302 ] pour les critiques de la commission E).

Echinacea pallida, Echinacea pallida,
fiche|retour
Echinacea pallida (Nutt.) Nutt.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8


Précautions à prendre

ATTENTION (usage médicinal ) : suppression possible de l'immunité avec l'usage habituel ; des doses élevées supérieures à 1000 mg peuvent provoquer des étourdissements ; l'utilisation de l'herbe pendant 10 à 14 jours est recommandée suivie d'une courte pause.

Note médicinale : *****

Autres usages : Les plantes de ce genre étaient probablement les plantes médicinales indiennes d'Amérique du Nord les plus fréquemment utilisées, bien que cette espèce soit considérée comme moins active que E. angustifolia [222]. Ils avaient une très large gamme d'applications et nombre de ces utilisations ont été confirmées par la science moderne. La plante a un effet stimulant général sur le système immunitaire et est largement utilisée dans les traitements à base de plantes modernes [222]. Il y a eu un doute sur la capacité du corps à absorber les ingrédients médicinaux actifs par voie orale (les injections intraveineuses étant considérées comme le seul moyen efficace d'administrer la plante), mais des recherches récentes ont démontré une absorption significative des applications administrées par voie orale [222]. En Allemagne, plus de 200 préparations pharmaceutiques sont fabriquées à partir d'échinacée [222]. Les racines et la plante entière sont considérées comme particulièrement bénéfiques dans le traitement des plaies, des blessures, des brûlures, etc., possédant une activité de type cortisone et antibactérienne [222]. La plante a été utilisée par les Indiens d'Amérique du Nord comme une application universelle pour traiter les morsures et les piqûres de tous les types d'insectes [213]. Une infusion de la plante a également été utilisée pour traiter les morsures de serpent [213]. La plante est adaptogène, altératrice, antiseptique, dépurative, diaphorétique, digestive, sialagogue [4, 21, 61, 165, 213]. Il est récolté à l'automne et séché pour une utilisation ultérieure [238]. Les monographies de la Commission E allemande, un guide thérapeutique de la phytothérapie, approuvent l'échinacée pour le rhume, la toux et la bronchite, la fièvre et le rhume, les infections des voies urinaires, l'inflammation de la bouche et du pharynx, augmentent la résistance aux infections, aux plaies et aux brûlures (voir [302 ] pour les critiques de la commission E).

Eucalyptus globulus, Eucalyptus globulus,
fiche|retour
Eucalyptus globulus Labill.
Nom français : Gommier bleu
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 3: t. 40, 1890), via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 8

feuille

Détails :

feuille (feuilles, feuilles : huile essentielle).(1*)

Feuille (feuilles séchées [assaisonnement : aromate] ; extrait feuilles fraîches ou séchées {huile essentielle} [assaisonnement : arôme alimentaire]) comestible.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : l'huile d'eucalyptus est toxique ; le citronellal ou rhodinal, une huile essentielle présente dans la plupart des espèces d'eucalyptus, est très dangereux à plus ou moins haute(s) dose(s) ; voir lien pfaf ("5"), pour plus d'informations.

Note médicinale : ****

F

Foeniculum vulgare, Foeniculum vulgare,
fiche|retour
Foeniculum vulgare Mill.
Nom français : Fenouil (sauvage et cultivé)
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 2: t. 88, 1890), via plantillustrations.org
Illustration


fruit ; fleur ; feuille

Note : *****

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille

Feuille (dont pétiole et renflement basal : crues / cuites et/ou aromatisantes), fleur (décoratives et/ou aromatisantes) et graines (aromatisantes) comestibles.


Précautions à prendre

ATTENTION : le contact cutané avec la sève ou l'huile essentielle est dit causer de la photo-sensibilité et/ou une dermatite chez certaines personnes ; l'ingestion de l'huile peut causer des vomissements, des convulsions et un oedème pulmonaire ; évitez pour les petits enfants ; évitez lors de cirrhoses / troubles du foie ; les diabétiques doivent vérifier la teneur en sucre de la préparation.

Note médicinale : ***

G

Geum urbanum, Geum urbanum,
fiche|retour
Geum urbanum L.
Nom français : Benoîte commune ou benoite commune
Illustration
Illustration

Par Lindman C.A.M. (Bilder ur Nordens Flora, vol. 2: t. 303, 1922), via plantillustrations.org
Illustration


fleur ; feuille ; racine

Détails :

fleur ; feuille ; racine

Feuille (jeunes (crues ou cuites) ou plus âgées (sel aux herbes)), fleur (décoratives (crues / cuites) ; dont bourgeons (cuits)) et racine (aromatisantes (crues / cuites)) comestibles.

Note médicinale : ***

Guiera senegalensis, Guiera senegalensis,
fiche|retour
Guiera senegalensis J.F.Gmel.
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

feuille

Détails :

feuille

Les feuilles servent également à cailler le lait.

Note médicinale : ****

Autres usages : Les feuilles ont une forte réputation de «panacée» en Afrique, où elles sont utilisées dans le traitement d'un large éventail de conditions. Ils sont le plus souvent pris en décoctions ou sont mélangés à des aliments [332]. Les feuilles au goût amer sont antitussives, apéritives, purifiantes sanguines, diurétiques, fébrifugeuses, galactagogue, laxatives, pectorales et toniques [332]. Ils sont utilisés pour traiter un large éventail d'affections telles que: les troubles pulmonaires et respiratoires, y compris la toux et la fièvre; problèmes du tube digestif, y compris coliques, dysenterie et diarrhée; les maladies infectieuses, y compris la syphilis, le béribéri et la lèpre; et diverses autres conditions telles que l'impuissance, les rhumatismes et l'?dème [332]. Les feuilles en poudre sont mélangées à de la nourriture comme tonique général et réparateur du sang après toute condition épuisante, et surtout donnée aux femmes après l'accouchement pour favoriser l'écoulement du lait [332]. Les feuilles sont communément transformées en infusion, associées à celles de Combretum micranthum, pour traiter la fièvre, les affections thoraciques et rhumatismales, et en douche nasale pour le rhume dans la tête [332 '. Associées à la pulpe de tamarin, les feuilles sont considérées comme un bon laxatif et un apéritif [332]. La plante a une réputation particulière en tant que préventif de la lèpre et de nombreuses personnes boivent une décoction froide de feuilles chaque matin et soir; en particulier, il est administré au nouveau-né et à l'enfant d'un parent lépreux, ou lorsqu'il y a le moindre soupçon de souillure héréditaire ou de symptômes précoces [332]. Les feuilles séchées sont fumées dans une pipe et la fumée est soufflée par le nez comme remède contre le rhume [332]. Ils sont mélangés avec du tabac pour fumer comme traitement de la toux et des troubles respiratoires [332]. Les feuilles en poudre sont ajoutées à un tabac à priser pour les maux de tête et la sinusite [332]. Les feuilles sont appliquées à l'extérieur pour apporter la guérison au corps - elles sont considérées comme antiseptiques et vulnérables. Ils sont appliqués sur les plaies, les plaies dans la bouche, les chancres syphilitiques et les ulcères phagadéniques [332]. Les feuilles sont appliquées sur les infections cutanées et en cataplasmes sur les gonflements inflammatoires et pour le ver de Guinée; ils ont été appliqués aux tumeurs pour les maturer et comme traitement des maladies de la peau [332]. La décoction de feuilles est utilisée comme gel douche et pour le bain des nouveau-nés [332]. Les fruits et les feuilles sont des ingrédients communs dans les prescriptions plus ou moins cérémonielles pour renforcer et prévenir les maladies chez les jeunes enfants [332]. Les brindilles sont mâchées pour un soulagement symptomatique des piqûres de scorpion [332]. Les racines en poudre et bouillies sont considérées comme un remède contre la diarrhée et la dysenterie [332]. Les fruits, cuits au four et réduits en poudre avec du sel ajouté pour masquer le goût amer, sont considérés comme un remède souverain contre le hoquet [332]. Les tiges feuillues contiennent des traces d'alcaloïdes et de tanins [332]. Les cendres des racines et des feuilles semblent particulièrement riches en magnésium, calcium, strontium, titane, fer et aluminium [332]. Pharmacologiquement, la plante a une action positive sur la toux, est hypotensive, antidiarrhéique et anti-inflammatoire [332].

H

Hyssopus officinalis, Hyssopus officinalis,
fiche|retour
Hyssopus officinalis L.
Nom français : Hysope officinale
Illustration
Illustration

Par Woodville W., Hooker W.J., Spratt G. (Medical Botany, 3th edition, vol. 2: t. 113, 1832), via plantillustrations.org
Illustration


feuille ; fleur

Note : ***

Détails :

feuille (feuilles, feuilles : huile essentielle) ; fleur (fleurs, fleurs : huile essentielle).(1*)

Feuille (feuilles {fraîches ou séchées} [assaisonnement {aromate, condiment, épice} et/ou nourriture/aliment et base boissons/breuvages {tisanes}] ; et extrait feuilles {huile essentielleµ{{{0(+x),{{{27(+x)} [assaisonnement {aromate de liqueurs}]) et fleur (fleurs [idem feuilles]) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : a forte dose, la plante est toxique pour le système nerveux. Plante protégée en Ile-de-France.

Note médicinale : ***

J

Juniperus communis, Juniperus communis,
fiche|retour
Juniperus communis L.
Nom français : Genévrier commun
Illustration
Illustration

Par Ko?hler F.E. (Medizinal Pflanzen, vol. 1: t. 53, 1887), via plantillustrations.org
Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : {{{-15 (-40)

fruit ; feuille

Note : ****

Détails :

fruit ; feuille (feuilles).(2*)

Feuille (jeunes et/ou tendres pousses ; fraîches (saisies1) ou séchées (farine1)), cambium (cuit1)(1*)., et fruit (frais (jus1) ou séchés (crus et/ou aromatisants1, ou cuits1))(2*) comestibles.(2*)


Précautions à prendre

ATTENTION : plante protégée en Nord-Pas-de-Calais. (1*)Arracher l'écorce directement sur un genévrier (notamment pour récupérer son cambium) peut entrainer/causer/engendrer/provoquer la mort de celui-ci.1 (2*)La plante contiendrait des substances toxiques. Les baies sont comestibles en petites quantités, mais sont nocifs en grandes quantités ; bien que le fruit de cette plante est souvent utilisé comme médicament et comme aromatisant dans divers aliments et boissons, de grandes doses de fruits peuvent causer des dommages rénaux ; consommées excessivement, elles sont irritantes pour l'estomac. Le genévrier ne doit pas être utilisé en interne en quantités par les femmes enceintes. Une utilisation répétée peut entrainer la diarrhée. Eviter dans le cas de maladies rénales. Ne pas utiliser en interne pendant plus de 6 semaines. ATTENTION : risque de confusion avec le genévrier sabine (Juniperus sabina), une espèce toxique.1 : : la compossition et la concentration de l'huile essentielle des baies (jusqu'à 2%) serait à l'origine de la toxicité possible liée à l'estomac.

Note médicinale : ***

L

Lavandula angustifolia, Lavandula angustifolia,
fiche|retour
Lavandula angustifolia Mill.
Nom français : Lavande vraie
Illustration
Illustration

Illustration

Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 6 ou 7

fleur ; feuille

Note : ***

Détails :



Feuille (feuilles {fraîches ou séchées} [assaisonnement {condiment aromatique/aromatisant}]) et fleur (fleurs {pétales et pointes fleuries} {fraîches ou séchées} [assaisonnement {condiment aromatique/aromatisant, herbe, épice}, garniture et base boissons/breuvages) {tisanes}] ; et extrait fleurs : huile essentielle [assaisonnement {arôme}]) comestibles.


Précautions à prendre

ATTENTION : l'huile volatile peut rarement entraîner une sensibilisation.

Note médicinale : ***

M

Mentha × piperita, Mentha × piperita,
fiche|retour
Mentha × piperita L.
Nom français : Menthe poivrée
Illustration
Illustration

Illustration


fleur ; feuille

Note : ****

Détails :

fleur (fleurs) ; feuille (feuilles, feuilles : huile essentielle).(1*)

Feuille (feuilles [assaisonnement {comme aromate}] ; feuilles séchées [base boissons/breuvages {tisanes}] ; et extrait feuilles : huile essentielle [assaisonnement {arôme}]) et fleur (fleurs [assaisonnement {comme aromate}]) comestible.) comestibles.(1*)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : cette espèce, lorsqu'elle est consommée sous forme concentrée (huile essentielle) ou en grandes quantités, peut provoquer des avortements donc une certaine prudence est de mise.

Note médicinale : *****

O

Ocimum basilicum, Ocimum basilicum,
fiche|retour
Ocimum basilicum L.
Nom français : Basilic
Illustration
Illustration

Illustration


fruit ; fleur; feuille

Détails :

fruit (graines) ; fleur ; feuille


Précautions à prendre

ATTENTION : le basilic contient de l'estragole, une huile essentielle potentiellement cancérigène et mutagène. Ne pas prendre d'huile pendant la grossesse ni en donner à de petites bébés/enfants.

Note médicinale : ***

Origanum vulgare, Origanum vulgare,
fiche|retour
Origanum vulgare L.
Nom français : Origan

fleur ; feuille

Détails :

fleur ; feuille

Feuille et fleur comestibles.

Note médicinale : ***

Origanum vulgare, Origanum vulgare,
fiche|retour
Origanum vulgare L.
Nom français : Marjolaine grecque

fleur ; feuille

Détails :

fleur ; feuille

Note médicinale : ***

P

Petiveria alliacea, Petiveria alliacea,
fiche|retour
Petiveria alliacea


Précautions à prendre

ATTENTION : les épines acérées du fruit pénètrent la peau facilement et douloureusement si la plante est manipulée avec insouciance ; la plante peut accumuler des nitrates et a provoqué une intoxication aux nitrates chez les bovins.

Note médicinale : ****

Autres usages : Herbe médicinale populaire sous les tropiques, son arôme piquant et semblable à l'ail (qui est dû à la présence de composés soufrés) explique au moins en partie cette popularité [238]. Toutes les parties sont excessivement âcres; on dit que la mastication d'une petite partie des feuilles rend la langue aussi sèche et noire et rugueuse qu'elle apparaît dans les cas de fièvre maligne [460]. La plante entière est utilisée, ou les feuilles et les racines séparément [238]. De nombreux composés biologiquement actifs ont été isolés de toutes les parties de la plante, les plus importants étant des composés soufrés, mais des flavonoïdes, des triterpènes et des stéroïdes ont également été identifiés [299]. Les composés soufrés sont similaires aux composés odorants de l'ail et de l'oignon, mais dans ce dernier, ils contiennent des parties alkyle au lieu de benzyle [299]. L'eau, Il a été démontré que des extraits de méthanol et d'éthanol de la plante entière ralentissent la croissance des cellules leucémiques et de plusieurs autres souches de cellules tumorales cancéreuses in vitro. Les extraits aqueux étaient toxiques pour la leucémie, le lymphome et plusieurs autres lignées cellulaires cancéreuses [299]. Il a été démontré que les extraits aqueux de la plante entière stimulent le système immunitaire [299]. Les extraits hexane et cyclohexane de feuilles et de tiges ont augmenté l'indice phagocytotique des granulocytes humains. L'un des composés immunomodulateurs actifs présents dans les extraits était le dibenzyl-trisulfure [299]. Un extrait brut de la plante entière a montré un effet protecteur sur les cellules sanguines infectées par la bactérie pathogène Listeria monocytogenes [299]. Les extraits de racine ont montré des effets anti-inflammatoires significatifs, ainsi qu'un effet analgésique significatif [299]. De nombreux rapports cliniques et études confirment que les extraits des parties aériennes et des racines ont des propriétés antimicrobiennes à large spectre significatives in vitro et in vivo contre de nombreuses souches de bactéries, virus, protozoaires, champignons et levures [299]. Les extraits d'eau brute fonctionnent de la même manière que les extraits d'alcool [299]. La plante entière est une herbe piquante que l'on dit abortive, antiseptique, antispasmodique, diurétique et fébrifuge. On pense qu'il calme les nerfs, contrôle la diarrhée et stimule l'utérus [238]. La plante est utilisée dans le traitement d'une gamme de conditions. Il est pris en interne pour traiter les spasmes nerveux, la paralysie, l'hystérie, l'asthme, la coqueluche, la pneumonie, la bronchite, l'enrouement, la fièvre, les maux de tête, la grippe, la cystite, les maladies vénériennes et les troubles menstruels [238]. Pris en externe, la plante est utilisée pour traiter les maux d'oreilles, la fièvre et les maux de tête [238]. On dit qu'un bain de vapeur ou une fumigation de la plante peut restaurer le mouvement des membres paralysés [460]. Les racines sont utilisées comme remède contre les maux de dents, et elles ont également été utilisées pour provoquer un avortement [460]. Une macération foliaire est appliquée sur le ventre pour induire des contractions en cas d'accouchement difficile [299]. Le liquide des feuilles est instillé sous forme de gouttes nasales ou oculaires pour soigner de violents maux de tête et sous forme de gouttes nasales pour guérir la sinusite [299]. Un bain ou un bain de vapeur avec une décoction de feuilles est pris en cas d'?dème [299]. Une décoction de feuilles est appliquée sur les abcès et est utilisée comme analgésique contre les douleurs musculaires et pour traiter les maladies de la peau. [299]. Une infusion d'écorce pilée se boit pour traiter les coliques, les rhumatismes, le cancer, la syphilis, le rhume, la fièvre, la bronchite et l'asthme.

Pinus sylvestris, Pinus sylvestris,
fiche|retour
Pinus sylvestris L.
Nom français : Pin sylvestre

fruit; fleur; feuille

Détails :

fruit ; fleur ; feuille

Feuille (aiguilles (aromatisantes1) et pousses (jeunes et/ou tendres ; aromatisantes1, sirop1, tisanes1)µ, cambium (cuit1)(1*)., graines (= pignons, aromatisantes1)µ, fleur1 (bourgeons (sirop1) et pollen (farine1)), fruit (jeunes cônes, aromatisants1)µ, comestibles.


Précautions à prendre

ATTENTION : le bois, la sciure et les résines de diverses espèces de pin peuvent provoquer des dermatites chez les personnes sensibles. Il est fortement recommandé de prélever uniquement le cambium sur les parties tombées à terre, car arracher l'écorce directement sur un pin peut entrainer/causer/engendrer/provoquer la mort de celui-ci.

Note médicinale : ***

R

Rosa gallica , Rosa gallica ,
fiche|retour
Rosa gallica L.
Nom français : Rosier de france

fruit ; fleur

Détails :



Note médicinale : **

Rosmarinus officinalis, Rosmarinus officinalis,
fiche|retour
Rosmarinus officinalis L.
Nom français : Romarin officinal

fleur; feuille

Détails :

fleur ; feuille

Note médicinale : ***

S

Salvia officinalis, Salvia officinalis,
fiche|retour
Salvia officinalis L.
Nom français : Sauge officinale

fleur ; feuille

Détails :

fleur ; feuille


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : elle peut être toxique en grandes quantités en raison de la thuyone, une neurotoxine.

Note médicinale : *****

Satureja montana, Satureja montana,
fiche|retour
Satureja montana L.
Nom français : Sarriette vivace

feuille

Détails :

feuille

Note médicinale : ***

Smilax purhampuy, Smilax purhampuy,
fiche|retour
Smilax purhampuy Ruiz
Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

racine

Détails :

racine (extrait)

Des extraits de racines sont utilisés pour aromatiser les boissons gazeuses, les glaces, les confiseries et les produits de boulangerie.

Note médicinale : ****

Autres usages : La salsepareille équatorienne (les racines et le rhizome) est une herbe douce, âcre et altératrice qui réduit l'inflammation, contrôle les démangeaisons, améliore la digestion et l'élimination et est antiseptique [238]. Il s'agit de l'une des trois espèces (les autres sont S. Aristolochiifolia et S. regelii) qui ont acquis une grande réputation au 17ème siècle comme panacée [238]. Ils ont été largement importés en Europe jusqu'au début du XXe siècle, date à laquelle leur réputation plutôt surfaite s'était quelque peu affaiblie. Cependant, les plantes ont un certain nombre d'avantages médicinaux importants - en particulier, leurs racines contiennent des saponines stéroïdiennes qui sont un traitement efficace pour de nombreux cas de psoriasis; ils ont également des effets hormonaux et peuvent améliorer la fertilité chez les femmes souffrant de dysfonctionnement ovarien [238]. Les rhizomes sont altératifs, digestifs, fébrifuges [46, 238]. Une décoction est utilisée dans le traitement de la fièvre, des troubles digestifs, des troubles rénaux et de la gonorrhée [46]. Il est également utilisé contre le scrophulus, les maladies de la peau et les rhumatismes [46].

Syzygium aromaticum, Syzygium aromaticum,
fiche|retour
Syzygium aromaticum (L.) Merr. & L.M.Perry
Nom français : Giroflier

fleur

Détails :

fleur (bourgeons)


Précautions à prendre

(1*)ATTENTION : utiliser de grandes quantités peut provoquer des allergies.

Note médicinale : ****

T

Thymus vulgaris, Thymus vulgaris,
fiche|retour
Thymus vulgaris L.
Nom français : Thym commun

fleur; feuille

Détails :

fleur ; feuille

Note médicinale : ***

Z

Zingiber officinale, Zingiber officinale,
fiche|retour
Zingiber officinale Roscoe
Nom français : Gingembre

racine ; feuille

Détails :

racine (rhizomes) ; feuille

Note médicinale : *****




Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !