Illustration Accueil Encyclopédie(s) Recherche Archives Impression Facebook Style


Dans "en savoir plus", je raconte les "dessous"...


A suivre !
logo entête

Autres catégories
(encyclopédies secondaires, par catégories et/ou mot(s)-clef(s) ; 120, au 26 Janvier 2021) :

Encyclopédie(s) principale(s) :

Plantes comestibles/alimentaires et, dans une moindre mesure, "utiles" ;
sauvages à (perma)cultivées ; annuelles à pérenn(isé)es
(plantes "potagères"*, par noms français courant ou noms latins/botaniques)


* plantes "potagères" au sens (très) large du terme (voir explication détaillée sur la page concernée).

Illustration
Dernière modification le :
mercredi 20 décembre 2023, à 09h20

Antibactérien

(48 espèces - liste non exhaustive)

A

Acanthospermum hispidum,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-feuille (laitue)tronc

Détails : Le jus des feuilles, prudence/mise en garde. La sève des feuilles récupérée est utilisée dans les sauces et comme épice et arôme(1*).


Précautions

(1*)ATTENTIONµ0(+x)µ : il peut probablement provoquer des avortementsµ{{{0(+x)µ.

Acmella oleracea, Brède mafane

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -4/-5°C, zone 9b

legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : Feuille (cruesµ3(4(+x),+x),7, cuites [légume et/ou aromatisantes [relevé/poivré] et fleur (aromatisantes [poivre/anesthésiant]) comestibles..(1*)



Feuilles, légume, fleurs. Les feuilles sont consommées crues ou cuites à la vapeur (ex. : comme potherbe, brède) ; les feuilles crues sont utilisées pour aromatiser les salades ; le goût épicé est détruit à la cuisson.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTIONµ0(+x)µ : les feuilles, lorsqu'elles sont mâchées, peuvent causer un engourdissement de la bouche ; la substance chimique est appelée spilantholµ{{{0(+x)µ.

Note médicinale : ***

Ageratum conyzoides,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-feuille (laitue)

Parties comestibles : feuilles - huile, fleurs - huile, graines - huile, feuilles, légumes, sel, feuilles - thé (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ***

Albizia myriophylla,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-fleurtronc

Parties comestibles : écorce - condiment, épice (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Alchornea cordifolia,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : Les feuilles séchées sont un substitut du thé ; les fruits acidulés sont considérés comme comestibles dans certaines régions d'Afrique.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Alchornea cordifolia est une plante médicinale importante dans la médecine traditionnelle africaine et de nombreuses recherches pharmacologiques ont été menées sur ses propriétés antibactériennes, antifongiques et antiprotozoaires, ainsi que sur ses activités anti-inflammatoires, avec des résultats positifs significatifs. Cependant, le lien entre l'activité et des composés particuliers n'est souvent pas clair, bien que les flavonoïdes et les tanins semblent jouer un rôle majeur. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élucider ces relations. Il est probable qu'Alchornea cordifolia restera une plante médicinale majeure [299]. Les feuilles sont la partie principale utilisée, mais l'écorce de la tige, la moelle de la tige, les tiges feuillues, l'écorce des racines, les racines et les fruits sont également employés [299]. En plus des propriétés énumérées ci-dessus, les feuilles ou les tiges feuillues sont également considérées comme abortives, antispasmodiques, purificatrices de sang, diurétiques, émétique (à fortes doses), emménagogue, ocytocique, purgatif, sédatif et tonique [299, 332]. Prises en infusion ou mâchées fraîches, elles sont utilisées pour traiter une grande variété d'affections dont: - les problèmes respiratoires tels que maux de gorge, toux et bronchite; les conditions génito-urinaires telles que les maladies vénériennes, les problèmes menstruels, l'impuissance et la stérilité féminine; les problèmes intestinaux tels que les ulcères gastriques, la diarrhée, la dysenterie amibienne et les vers; anémie; épilepsie; tachycardie [299, 332]. En tant que purgatif, les feuilles sont également prises en lavement [299]. Les feuilles fraîches écrasées ou les feuilles sèches en poudre sont appliquées à l'extérieur comme cicatrisant sur les plaies, pour soulager les douleurs, par exemple les maux de dos et les maux de tête, sur les fractures pour améliorer la guérison et pour traiter les infections oculaires et de nombreuses affections cutanées, y compris les maladies vénériennes, la lèpre, les plaies, les abcès pian et filariose [299, 332]. Une décoction de brindilles feuillues est appliquée comme lavage pour les frissons fébriles et les douleurs rhumatismales, également pour les plaies et comme application sur les pieds endoloris sous forme de lotion ou de cataplasme [332]. La décoction de feuilles et de racines est largement utilisée comme bain de bouche pour traiter les ulcères de la bouche, les maux de dents et les caries, et les brindilles sont mâchées aux mêmes fins [299]. La moelle de la jeune tige est amère et astringente et est mâchée dans le traitement de la tachycardie [299]. La moelle peut également être frottée sur la poitrine pour traiter les problèmes respiratoires [299]. La racine est largement utilisée pour traiter les maladies vénériennes, la dysenterie amibienne et la diarrhée [299]. En externe, il est utilisé pour fabriquer des gouttes ophtalmiques pour guérir la conjonctivite [299]. Une décoction de fruits meurtris est prise pour éviter une fausse couche [299].

Allium sativum, Ail

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 7-10 (-15°C pour les parties aériennes)

legume-fleurlegume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : *****

Détails : Bulbe - cru ou cuit. Sa saveur très forte fait qu'il est principalement utilisé en très petites quantités, dans les salades et plats cuisinés. Quelques recettes : aïoli, beurre d'escargot, rouille, fondue au fromage... En plus des caïeux, les graines germées, l'aillet, les feuilles et la tige fleurie sont également consommés, généralement ciselés.



Racine (bulbes : crus ou cuits [nourriture et/ou assaisonnement : aromate (fines-herbes et/ou condiment aromatique)]) et feuille (feuilles : idem bulbes, ex. comme potherbe) comestibles.(1*)



Bulbe - cru ou cuit. Largement utilisé comme aromate, en particulier dans le sud de l'Europe, dans une large gamme d'aliments, crus ou cuits. C'est un supplément nutritif très bénéfique pour la santé, mais il a une saveur très forte et est donc principalement utilisé en très petites quantités, dans les salades et plats cuisinés. Quelques recettes : l'aïoli, le beurre d'escargot, l'aigo boulido, la rouille (sauce provençale), la fondue au fromage, la pasta cu l'agghia (pâtes à l'ail, recette sicilienne), la knoblauchsuppe (soupe à l'ail autrichienne), la knoblauchbaguette (pain frotté à l'ail puis passé au four, recette autrichienne), le tourin (soupe à l’ail, spécialité de la cuisine gasconne), la sauce toum (notamment dans des recettes libanaises et moyen-orientales).



Feuilles - crues ou cuites. Hachées et utilisées en salade, elles sont généralement plus douces que les bulbes. Les chinois cultivent souvent l'ail en priorité pour ses feuilles. Celles-ci peuvent être produites en plein hiver, lorsque les températures le permettent.



En plus du caïeu et des feuilles, les tiges fleuries sont utilisées comme arôme et sont parfois vendues dans les magasins chinois. La tige et la fleur sont consommées cuites à la vapeur, grillées ou coupées finement et sautées. Ils sont utilisés dans de nombreuses recettes et servent notamment à la préparation du beurre à l'ail et du pesto.



L'aillet ou ail vert est une jeune pousse d'ail d’environ trois mois et 20 cm de haut, qui n'a pas encore formé ses gousses et ne se trouve donc qu'au printemps. On en utilise le fût et les feuilles. Découpé en fines rondelles, on l'utilise pour parfumer les salades, vertes ou composées et les omelettes. Sa saveur est assez prononcée et se rapproche de celle de l'ail. Il peut être également utilisé en cuisson, dans des plats de printemps, avec des légumes nouveaux. Il se congèle bien. L'aillet est surtout apprécié en France, du Poitou-Charentes au Languedoc. Pour les amateurs, c'est un ingrédient indispensable pour la cuisson du chevreau, apprécié lui aussi à la période de Pâques.



La graine germée est ajoutée aux salades.



Un des condiments majeurs.


Précautions

(1*)Quand on cuisine de l'ail, certains conseillent de retirer le germe, qui serait moins digeste que le reste de la gousse (en raison d'une plus grande concentration de produits organo-sulfurés)µ{{{wikiµ. Il y a eu des cas d'intoxication provoqués par la consommation, en grande quantité et par certains mammifères, de cette espèce ; les chiens semblent particulièrement sensibles ; évitez avec des anticoagulants ; l'allaitement peut aggraver les coliques du bébé ; évitez plusieurs semaines avant la chirurgie ; mauvaise haleine !!µ{{{5(+)µ. Voir genre Allium pour les précautions à prendre (risques de confusion et possible toxicité à fortes doses)µ{{{(rp*)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : L'ail a une très longue histoire d'utilisation populaire dans un large éventail de maladies, en particulier des affections telles que la teigne, le Candida et la vaginite où ses propriétés fongicides, antiseptiques, toniques et parasiticides se sont avérées bénéfiques [218]. La plante produit des effets inhibiteurs sur les germes à Gram négatif du groupe typhoïde-paratyphoïde-entérite, en effet elle possède des propriétés germicides exceptionnelles [240] et peut tenir la dysenterie amibienne à distance [244]. Il aurait également une activité anticancéreuse [218]. Il a également été démontré que l'ail aide à la désintoxication du saturnisme chronique [244]. Il a été démontré que l'utilisation quotidienne de l'ail dans l'alimentation a un effet très bénéfique sur le corps, en particulier le système sanguin et le c?ur. Par exemple, des études démographiques suggèrent que l'ail est responsable de la faible incidence de l'artériosclérose dans les régions d'Italie et d'Espagne où la consommation de l'ampoule est importante [222]. Des recherches récentes ont également indiqué que l'ail réduit le métabolisme du glucose chez les diabétiques, ralentit le développement de l'artériosclérose et diminue le risque de nouvelles crises cardiaques chez les patients infarctus du myocarde [238, 254]. En externe, le jus exprimé est un excellent antiseptique pour traiter les plaies [244]. Le bulbe frais est beaucoup plus efficace en médecine que les bulbes stockés, un stockage prolongé réduit considérablement l'action antibactérienne [244]. Le bulbe est dit anthelminthique, antiasthmatique, anticholestérolémique, antiseptique, antispasmodique, cholagogue, diaphorétique, diurétique, expectorant, fébrifuge, stimulant, piqûres, estomacique, tonique, vasodilatateur [4, 9, 14, 21, 46, 165].

Allium ursinum, Ail des ours

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -20/-24°C

legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : *****

Détails : Ses feuilles fraiches se consomment crues dans les salades, ou sous forme de pesto, soupe ou encore comme épice, ciselées sur du pain ou dans les soupes, sauces, salades, plats à base de viande et tisanes. On peut également les cuire comme des épinards, les consommer sur des tartines avec du séré, du tofu ou encore dans du yaourt nature, et on en fait un beurre assaisonné pour les grillades.



Feuille, fleur (dont bourgeons (confits) ; décoratives), graines (jeunes (vertes) ou mûres (noires) ; piquant), racine (bulbes (dont confits)) comestibles (aromatisants ((crus/cuits)).(1*)



On peut manger ses feuilles comme légume ou condiment, ainsi que son bulbe mais il est assez coriace, ses fruits jeunes ou ses graines piquantes.



Malgré la puissance de leur odeur, leur saveur est délicate avec une note sucrée et agréablement piquante.



Les boutons floraux (d'avril à juin en France) sont également comestibles.



Il a été très utilisé en Europe et en Asie.




Précautions

ATTENTION : risque de confusion avec le muguet (Convallaria majalis) et la colchique (Colchium autumnale) qui sont tous les 2 très toxiques{{{µ1µ.

Avant floraison, l'ail des ours peut être confondu avec le muguet de mai, l'ornithogale en ombelle, le colchique d'automne ou le sceau de Salomon qui sont tous très toxiques (éventuellement mortels). Il peut aussi être éventuellement confondu, mais sans danger, avec l’Allium victorialis ou l’Allium nigrum (en) qui possèdent tous deux des feuilles larges de plus de 2 cm, utilisables comme celles d’Allium ursinum.

La distinction peut facilement se faire grâce à l'odeur alliacée propre uniquement aux feuilles froissées de l'ail des ours, ainsi que par la consistance des feuilles, coriaces chez le muguet et encore plus chez le colchique, l'ornithogale ou le sceau de Salomon. De plus, l'ail des ours a deux feuilles par pied dont la face supérieure est luisante, la face inférieure mate, alors que le muguet a toujours deux feuilles par pied dont la face supérieure est mate, la face inférieure brillante. En avril 2020, un alsacien d'une cinquantaine d'années meurt d'intoxication après avoir consommé en pesto du colchique qu'il avait cueilli en le confondant avec de l'ail des ours.

Autre risque de confusion : certaines variétés d'arum peuvent pousser mêlées à l'ail des ours. L'arum est très toxique (éventuellement mortel). Or les jeunes feuilles d'arum présentent une forme et une couleur identiques à celles des jeunes feuilles d'ail des ours, le risque de confusion est donc important. Les deux variétés se distinguent par le dessin des nervures, parallèles pour l'ail des ours et pennées pour l'arum. En outre les feuilles d'arum froissées ne dégagent pas d'odeur alliacée. En grandissant, la feuille d'arum prend une forme caractéristique permettant de la distinguer plus aisément de la feuille d'ail des ours. On notera aussi qu'à la coupe, le pétiole de l'ail des ours n'est pas rond contrairement aux plantes similaires à l'exception du pétiole de l'arum, mais comme « pincé » sur les côtés. Par contre celui de l'arum est creux sur sa face supérieure alors que celui de l'ail des ours est bombé.

(1*)Voir genre Allium pour les autres précautions à prendre (possible toxicité à fortes doses).

Il y a eu des cas d'intoxication causée par la consommation, en très grandes quantités et par certains mammifères, de cette espèce. Les chiens semblent être particulièrement sensiblesµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : L'ail des ours est une plante médicinale très ancienne connue des Celtes et des Germains. On en a retrouvé des restes dans des habitations du Néolithique. Depuis les années 2000, il a retrouvé une popularité du fait de sa haute teneur en vitamine C.

Selon L'Encyclopédie économique de 1771, « l'ail des ours est d'usage dans les pays de montagnes, en cas de peste, et pour faire suppurer les tumeurs les plus rebelles ».

Activité antibactérienne :

Une étude de 2019 observe une activité antibactérienne significative contre différentes bactéries d'origine alimentaire.

Une autre étude de 2019 a incorporé des extraits d'ail sauvage Allium ursinum dans des microparticules (MP) afin de protéger ses précieux composés actifs qui présentent une activité antimicrobienne. Les résultats obtenus suggèrent que l'encapsulation de l'extrait d’Allium ursinum par congélation est une approche prometteuse pour améliorer les propriétés biopharmaceutiques de l'extrait, sans affecter son activité antibactérienne.

Une étude de 2020 évalue l'activité potentielle d'extraits d'Allium ursinum et d’Allium oschaninii sauvages sur des bactéries in vitro : Klebsiella pneumoniae et Candida albicans. Les résultats ont montré que les deux extraits d'Allium ont bien éradiqué les biofilms des micro-organismes testés.

Lorsqu'ils sont cultivés sur un substrat complexe, les biofilms bactériens peuvent être plus résistants aux antibiotiques. Ces données fournissent des avancées significatives sur les tests de sensibilité aux antibiotiques des biofilms cultivés sur des matériaux biologiquement pertinents pour de futures applications in vitro et in vivo.

Activité antioxydante :

Une étude de 2016 a comparé la teneur totale en polyphénols et la capacité antioxydante dans différentes parties anatomiques d’Allium ursinum, collectées à différents stades de maturité. Une influence du stade de maturité sur la teneur totale en polyphénols et la capacité antioxydante a été observée. Les valeurs les plus élevées ont été déterminées sur des plantes récoltées au stade de pleine maturité.

Activité sur l'hypertension pulmonaire :

Les résultats d'une étude de 2017 faite sur des lapins souffrant d'insuffisance cardiaque suggèrent que les composés bioactifs d'Allium ursinum pourraient avoir des effets bénéfiques sur l'hypertension pulmonaire.

L'insuffisance cardiaque droite - souvent causée par une pression artérielle pulmonaire élevée - est une maladie chronique et progressive avec des taux de mortalité particulièrement élevés. Les composants de l'ail sauvage pourraient donc avoir un rôle dans la réduction de la pression artérielle, l'inhibition de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, ainsi que l'amélioration de la fonction du ventricule droit chez le lapin.

Principes actifs :

Il est très riche en une huile essentielle sulfurée et également en vitamine C.

Propriétés :

Dépuratif, rubéfiant, hypotenseur, antiseptique, anthelminthique.

Modes d'emploi :

On utilise le bulbe dans des teintures, sirops, décoctions, jus, cataplasmes de pulpe, essences. Il est conseillé de l'utiliser de préférence cru pour préserver la vitamine C. L'essence est utilisée comme rubéfiantµ{{{wikiµ.


Aloe vera, Aloe vera

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 9-11

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Note : *

Détails : Feuille (feuilles : cuites [nourriture/aliment de famine (aide alimentaire d'urgence) très amer] ; extrait feuilles : sève (gel mucilagineux|) [base (ingrédient) nourriture/aliment : gelées ; boissons/breuvages (complément alimentaire pour régime naturel, parfois mélangé à d'autres jus de fruits et extrait d'herbes) ; base boissons/breuvages (ingrédient) : jus ; et assaisonnement : aromate (condiment aromatique/aromatisant) (saveur amère, pour boissons/breuvages et bonbons)]) et fruit (graines) comestibles.(1*)


Précautions

(1*)Pris par la bouche, l'aloès peut causer des crampes douloureuses dans le tractus gastro-intestinal et des diarrhées (réduire la dose) ; des éruptions cutanées se présentent avec l'utilisation à long terme ; rares effets indésirables au niveau du rythme cardiaque, des lésions rénales et de l'oedème ; l'utilisation à long terme peut entraîner une perte d'électrolytes (en particulier le potassium) et peut augmenter l'effet de médicaments qui agissent à cet effet sur le coeur (par exemple digoxine)µ{{{5(+)µ. La sève des espèces du genre Aloe contient des anthraquinones ; ces composés ont plusieurs actions médicinales bénéfiques, notamment en tant que laxatif, et de nombreuses espèces d'Aloe sont ainsi employées en médecine traditionnelle ; bien que sans danger à petites doses et pendant de courtes périodes, les anthraquinones présentent des problèmes potentiels si elles sont utilisées en excès ; ceux-ci incluent la congestion et l'irritation des organes pelviens ; l'utilisation à long terme de laxatifs anthraquinoniques peut également jouer un rôle dans le développement du cancer colorectal car ils ont un potentiel génotoxique et un potentiel tumorigèneµ{{{5(+)µ. Voir genre Aloe pour les précautions à prendre (possible toxicité de la sève à fortes doses)µ{{{(rp*)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : L'Aloe vera est une préparation à base de plantes assez connue avec une longue histoire d'utilisation. Il est largement utilisé dans la pratique moderne des plantes médicinales et est souvent disponible dans les préparations à base de plantes brevetées [K]. Il a deux types distincts d'utilisation médicinale. Le gel transparent contenu dans la feuille constitue un excellent traitement pour les plaies, brûlures et autres troubles cutanés, plaçant une couche protectrice sur la zone touchée, accélérant le taux de guérison et réduisant le risque d'infection [254] [K]. Cette action est en partie due à la présence d'aloectine B, qui stimule le système immunitaire [254]. Pour obtenir ce gel, les feuilles peuvent être coupées en deux sur leur longueur et la pulpe interne frottée sur la zone de peau affectée [K]. Cela a un effet apaisant immédiat sur toutes sortes de brûlures et autres problèmes de peau [K]. La deuxième utilisation provient de la sève jaune à la base de la feuille. Les feuilles sont coupées transversalement à leur base et le liquide qui s'échappe de cette coupe est séché [4]. Il est appelé aloès amer et contient des anthraquinones qui sont un stimulant digestif utile et un laxatif puissant [254]. Lorsque les plantes sont cultivées en pots, la teneur en anthraquinone est considérablement réduite [254]. La plante est emménagogue, émolliente, laxative, purgative, stimulante, gastrique, tonique, vermifuge et vulnéraire [4, 21, 46, 57, 61, 165, 176]. Les extraits de la plante ont une activité antibactérienne [218]. Outre son utilisation externe sur la peau, l'aloe vera (généralement les aloès amers) est également pris en interne dans le traitement de la constipation chronique, du manque d'appétit, des problèmes digestifs, etc. [238]. Il ne doit pas être administré aux femmes enceintes ou aux personnes atteintes d'hémorroïdes ou du syndrome du côlon irritable [238, 243]. La plante est fortement purgative, il faut donc faire très attention au dosage [238]. La plante est utilisée pour tester s'il y a du sang dans les selles [61]. Cette plante a une histoire populaire de traitement en cas de cancer [218]. Les monographies allemandes de la Commission E, un guide thérapeutique de la phytothérapie approuvent l'Aloe vera pour la constipation (voir [302] pour les critiques de la commission E). En médecine chinoise, il est utilisé pour les maladies fongiques. En médecine indienne, il est utilisé pour les tumeurs de l'estomac, la constipation, les coliques, les maladies de la peau, l'aménorrhée, les infestations de vers et les infections [301]. Constituants chimiques: ** Acides aminés: ** Isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, valine ** Anthraquinones: ** Aloe-émodine, acide aloétique, aloïne, anthracène, anthranol, barbaloïne, acide chryscophanoïque, émodine, ester d'acide cinnamique, d'huile éthérée, d'isobarbaloïne,

Ananas comosus, Ananas

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : très peu résistant au froid, l'ananas peut néanmoins supporter de petite pointes aux alentours d

legume-fruit (tomate)

Note : *****

Détails : Fruit (fruits crus ou cuits [nourriture/aliment et base boissons/breuvages]) comestible.



fruits objets de commerce intenational.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Andrographis paniculata, Chirette verte

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-feuille (laitue)

Note : *

Détails : Les feuilles sont parfois consommées mélangées à d'autres légumes ; c'est une plante cultivée.



Feuilles. Elles sont très amères et ne sont généralement utilisées qu'en très petites quantités et à des fins médicales/médicinales uniquement ; tant que des études plus poussées n'auront pas établi leur innocuité, éviter les extraits dont la teneur en andrographolide (lactone de di terpène, principal constituant de l'Andrographis) est supérieure à 6 %.


Précautions

ATTENTION : Andrographis paniculata est une plante herbacée annuelle érigée au goût extrêmement amer dans toutes les parties du corps de la plante ; la plante est connue dans le nord-est de l'Inde sous le nom de Maha-tita, littéralement «roi de l'amer», et connue sous divers noms vernaculaires ; en tant qu'herbe ayurvédique, elle est connue sous le nom de Kalmegh ou Kalamegha, ce qui signifie «nuage sombre» ; elle est également connue sous le nom de Bhumi-neem, qui signifie «neem du sol», car la plante, bien qu'étant une petite herbe annuelle, a un goût amer fort similaire à celui du grand arbre Neem (Azadirachta indica) ; en Malaisie, elle est connu sous le nom de Hempedu Bumi, qui signifie littéralement «bile de terre» car c'est l'une des plantes les plus amères utilisées en médecine traditionnelleµ{{{5(+).

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La chireta verte a une longue histoire d'utilisation médicinale traditionnelle en Inde, dans diverses régions d'Asie du Sud-Est, en Amérique centrale et dans les Caraïbes [310]. Les racines et les feuilles sont considérées comme altératives, anthelminthiques, amères, fébrifuges, gastriques et toniques [46]. Il y a eu un grand nombre de recherches sur les effets de cette plante, plusieurs composés médicalement actifs ont été identifiés avec un large éventail d'actions efficaces [310]. Les parties aériennes de la plante contiennent un grand nombre de diterpènes, tandis que la présence de flavones dans la racine a également été signalée [310]. Des extraits et des diterpènes et flavonoïdes purifiés ont été étudiés pour une multitude d'effets pharmacologiques. Les essais utilisant l'extrait de feuilles ont conclu que les feuilles en poudre ont la capacité de raccourcir considérablement la durée du rhume et que les feuilles peuvent être aussi efficaces que le paracétamol pour soulager la fièvre et les maux de gorge des personnes atteintes de pharyngotonsilite [310] Les feuilles ont également Il a été démontré qu'il avait un effet anti-inflammatoire significatif et inhibait également de manière significative l'?dème [310] Un extrait à l'éthanol des feuilles stimule davantage les réponses immunitaires spécifiques à l'antigène et non spécifiques que les extraits de feuilles purifiées. Un extrait à l'éthanol a également montré une activité antipyrétique significative. Un extrait de feuille standardisé présente des propriétés antipyrétiques significatives et est un analgésique efficace [310]. L'extrait aqueux brut des feuilles, ainsi que le n-butanol semi-purifié et les fractions aqueuses, ont montré une activité hypotensive significative [310]. Dans un essai, une perfusion de 10% de l'herbe appliquée par voie intraveineuse à 1 ml / kg de poids corporel a réduit la pression artérielle de 6 à 10 mm Hg en 10 à 20 secondes [310]. Il a également été démontré qu'un extrait de feuilles abaisse le taux de cholestérol, tandis que des effets antithrombotiques ont également été observés. On pense que ces effets pourraient être au moins partiellement dus aux flavones présentes dans l'extrait [310]. Administrés par voie intrapéritonéale, les diterpènes andrographiside et néoandrographolide (présents dans les feuilles) ont un effet protecteur significatif sur le foie. Un extrait de feuilles a montré une activité antidiarrhéique [310]. Les diterpènes andrographolide et néoandrographolide isolés à partir de l'extrait alcoolique ont montré une puissante activité antisécrétoire contre les sécrétions induites par l'entérotoxine d'Escherichia coli. Divers composés ont montré des propriétés anti-ulcéreuses significatives. Il est suggéré que cet effet est dû à l'activité antisécrétoire et à l'effet protecteur sur la muqueuse gastrique [310]. L'administration orale de 20 mg de poudre de feuilles sèches pendant 60 jours a un effet antifertilité chez les mâles [310]. L'extrait alcoolique des rhizomes présente une bonne activité anthelminthique in vitro contre Ascaris lumbricoides [310]. Le néoandrographolide, isolé des feuilles, présente une activité antipaludique significative [310] Le monoester d'acide succinique de déhydroandrographolide, dérivé de l'andrographolide, s'est avéré inhiber le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) in vitro [310]. Une infusion de feuilles administrée par voie intrapéritonéale a une DL50 de 71,1 mg / 10 g de poids corporel (toxicité aiguë). À une concentration de 1 mg / kg, il abaisse la température corporelle d'au moins 2 ° C [310]. La plante était autrefois considérée comme un remède efficace contre les morsures de serpent et elle est encore utilisée localement pour cela [310]. Il a également été rapporté comme utile pour traiter les piqûres d'insectes et, en association avec Orthosiphon aristatus, comme remède contre le diabète [310]. Une infusion ou de la sève des feuilles écrasées a été recommandée pour le traitement de la fièvre, comme tonique et pour les éruptions cutanées démangeaisons [310]. La décoction de feuilles ou de racines est utilisée contre les maux d'estomac, la dysenterie, le typhus, le choléra, la grippe et la bronchite, comme vermifuge, et est considérée comme diurétique [310]. Des pilules ou des perfusions sont également recommandées pour traiter les troubles féminins, la dyspepsie, l'hypertension, les rhumatismes, la gonorrhée, l'aménorrhée, le foie torpide et la jaunisse [310]. Une autre utilisation est un cataplasme sur les jambes ou les pieds enflés, le vitiligo et les pieux [310]. En outre, Andrographis paniculata est considéré comme anti-inflammatoire et immunosuppresseur, mais les rapports sur l'activité antibactérienne sont contradictoires [310]. Les feuilles doivent être récoltées lorsque l'axe de l'inflorescence commence à se développer, car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310]. car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310]. car l'accumulation maximale d'andrographolide est à ce stade [310]. Les racines sont récoltées lorsque les feuilles commencent à se décolorer ou à flétrir [310]. Des rendements de 1 à 1,5 kg poids frais / plante sont obtenus à partir de plantes âgées de 7 mois [310]. En général, l'herbe est utilisée fraîche et consommée quelques jours après la récolte [310]. Cependant, les feuilles et les racines doivent être lavées et séchées au soleil ou artificiellement avant le stockage [310].

Angelica sinensis, Angélique de Chine

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -5°C, zone 6-9

legume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Détails : Partie(s) comestible(s) : feuilles, racines.

Utilisation(s)/usage(s) comestible(s) :

-les racines sont utilisées dans les soupes toniques, les vins et les porridges (bouillies) à base de riz ; elles sont également utilisés avec des plats de viande et de volaille.

-jeunes pousses cuites (ex. : comme potherbe) ? (qp*).


Précautions

(1*)ATTENTION : tous les membres de ce genre contiennent des furocoumarines, qui augmentent la sensibilité de la peau aux rayons du soleil et peut provoquer une dermatite ; des doses élevées de plus de 500 mg par jour peuvent provoquer des ballonnements abdominaux et des changements de calendrier / débit menstruel ; des informations non prouvées suggèrent que cela peut affecter le rythme cardiaque et abaisser la tension artérielle, la prudence est de mise pour les diabétiques, les infections virales aiguës (par exemple la grippe) et les traitements avec des anticoagulants (par exemple la warfarine)µ{{{5(+)µ. Elle ne doit pas être donnée aux femmes enceintesµ{{{0(+x)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : Dang Gui est une herbe chinoise bien connue qui est utilisée dans le traitement des maladies féminines depuis des milliers d'années. Sa réputation est peut-être la deuxième derrière le ginseng (Panax ginseng) et il est particulièrement connu pour ses effets «toniques sanguins» sur les femmes [218]. La racine a un arôme doux et piquant qui est très distinctif et elle est souvent utilisée en cuisine, ce qui est la meilleure façon de la prendre comme tonique sanguin [254]. Un rapport indique que la racine contient de la vitamine B12 et peut être utilisée dans le traitement de l'anémie pernicieuse [176]. La racine est altérative, analgésique, anticholestérolémique, anti-inflammatoire, antispasmodique, désobstruante, emménagogue, émolliente, hépatique, laxative, sédative et vasodilatatrice périphérique [165, 176, 218]. Il est couramment utilisé dans le traitement d'un large éventail de femmes. s plaintes où il régule le cycle menstruel et soulage les douleurs menstruelles [218, 238, 254] et aussi pour assurer une grossesse saine et un accouchement facile [218]. Cependant, des informations contradictoires suggèrent qu'il ne doit pas être utilisé pendant la grossesse [301] et ne doit pas être utilisé si le flux menstruel est abondant ou pendant les règles [301]. C'est un tonique idéal pour les femmes aux menstruations abondantes qui risquent de devenir anémiques [254]. Les éléments hydrosolubles et non volatils de la racine augmentent la contraction de l'utérus tandis que les éléments volatils peuvent détendre le muscle de l'utérus [176]. Son utilisation empêche la diminution du glycogène hépatique et protège le foie [176]. Utilisé pour les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur) [301]. Il a une action antibactérienne, inhibant la croissance de diverses bactéries dont Bacillus dysenteriae, Bacillus typhi, B. comma, B. cholerae et streptocoques hémolytiques [176]. La racine est un ingrédient de «Four Things Soup», le tonique féminin le plus utilisé en Chine [254]. Les autres espèces utilisées sont Rehmannia glutinosa, Ligusticum wallichii et Paeonia lactiflora [254]. La racine est récoltée en automne ou en hiver et séchée pour une utilisation ultérieure [254, 283]. Il a été utilisé pour traiter l'hypertension pulmonaire en association avec le médicament allopathique nifédipine [301]. D'autres utilisations comprennent: la constipation (un laxatif), les traumatismes, les ulcères, les rhumatismes et le paludisme [301].

Arctium lappa, Bardane

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 3-7

legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : ****

Détails : Feuille (feuilles cuites [nourriture/aliment : légume {ex. : comme potherbe}]) µ1, fleurµ1, graines et racine (racines cuites [nourriture/aliment : légume]) comestibles.



-racine - crue ou cuite ; les très jeunes racines peuvent être consommées crues, mais les racines plus anciennes sont normalement cuites ; elles peuvent mesurer jusqu'à 120 cm de long et 2,5 cm de large au sommet, mais il est préférable de


Précautions

des précautions doivent être prises lors de la récolte de des graines, peu importe la quantité, car leurs poils minuscules peuvent être inhalés et ils sont toxiques ; peut provoquer des réactions allergiques ; contre-indiqué pendant la grossesseµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : La bardane est l'une des herbes les plus détoxifiantes de la phytothérapie chinoise et occidentale [254]. La racine séchée de plantes âgées d'un an est l'herbe officielle, mais les feuilles et les fruits peuvent également être utilisés [4]. Il est utilisé pour traiter les affections causées par une «surcharge» de toxines, telles que la gorge et d'autres infections, les furoncles, les éruptions cutanées et d'autres problèmes de peau [254]. On pense que la racine est particulièrement efficace pour aider à éliminer les métaux lourds du corps [254]. La plante fait également partie d'une formule nord-américaine appelée essiac qui est un traitement populaire contre le cancer. Son efficacité n'a jamais été prouvée ou réfutée de manière fiable, car aucune étude contrôlée n'a été réalisée. Les autres herbes incluses dans la formule sont Rumex acetosella, Ulmus rubra et Rheum palmatum [254]. La plante est antibactérienne, antifongique, carminative [9, 21, 147, 165, 176]. Il a des propriétés apaisantes et mucilagineuses et est considéré comme l'un des remèdes les plus sûrs pour de nombreux types de maladies de la peau, brûlures, ecchymoses, etc. [4, 244]. Il est utilisé dans le traitement de l'herpès, de l'eczéma, de l'acné, de l'impétigo, de la teigne, des furoncles, des piqûres, etc. [244]. La plante peut être prise en interne sous forme d'infusion ou utilisée en externe comme lavage [244]. À utiliser avec prudence [165]. Les racines des plantes âgées d'un an sont récoltées au milieu de l'été et séchées. Ils sont altératifs, apéritifs, purificateurs de sang, cholagogue, dépuratifs, diaphorétiques, diurétiques et stomacaux [218, 222]. La graine est altérative, antiphlogistique, dépurative, diaphorétique et diurétique [218]. Des recherches récentes ont montré que les extraits de graines abaissent la glycémie [238]. La graine est récoltée en été et séchée pour une utilisation ultérieure [254]. La graine broyée est cataplasée sur des contusions [222]. Les feuilles sont cataplasées sur les brûlures,

Arctium minus, Petite bardane

img



legume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : ***

Détails : Racine - crue ou cuite. Les meilleures racines sont obtenues à partir de jeunes plantes. Habituellement pelées et tranchées. La racine torréfiée est un succédané du café. Jeunes feuilles et tiges de feuilles - crues ou cuites. Utilisé comme potasse. Mucilagineux. Il est préférable de retirer l'écorce de la tige. Jeune tige fleurie - pelée et consommée crue ou cuite comme une asperge. Germes de graines. Aucun autre détail. Feuille (feuilles cuites [nourriture/aliment : légume {ex. : comme potherbe}]) comestibles.



Plante consommée localement. La plante a également été utilisée comme agent de coagulation / caillage (caille-lait) pour la préparation de fromage.


Précautions

Bien qu'aucun rapport de toxicité n'ait été observé pour cette plante, une certaine prudence est recommandée en raison du rapport suivant pour A. lappa étroitement apparentéµ{{{5(K)µ : des précautions doivent être prises lors de la récolte de la graine en toute quantité, car les poils minuscules des graines peuvent être inhalés et ils sont toxiquesµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : La bardane est l'une des herbes les plus détoxifiantes de la phytothérapie chinoise et occidentale [254]. Arctium lappa est la principale espèce utilisée, bien que cette espèce ait des propriétés similaires [254]. La racine séchée de plantes âgées d'un an est l'herbe officielle, mais les feuilles et les fruits peuvent également être utilisés [4]. Il est utilisé pour traiter les affections causées par une «surcharge» de toxines, telles que la gorge et d'autres infections, les furoncles, les éruptions cutanées et d'autres problèmes de peau [254]. On pense que la racine est particulièrement efficace pour aider à éliminer les métaux lourds du corps [254]. La plante est antibactérienne, antifongique et carminative [9, 21, 147, 165, 176]. Il a des propriétés apaisantes et mucilagineuses et est considéré comme l'un des remèdes les plus sûrs pour de nombreux types de maladies de la peau, brûlures, ecchymoses, etc. [4, 244]. Il est utilisé dans le traitement de l'herpès, de l'eczéma, de l'acné, de l'impétigo, de la teigne, des furoncles, morsures, etc. [244]. La plante peut être prise en interne sous forme d'infusion ou utilisée en externe comme lavage [244]. À utiliser avec prudence [165]. Les racines âgées d'un an sont altératives, apéritives, purificatrices de sang, cholagogue, dépuratives, diaphorétiques, diurétiques et gastriques [218, 222]. La graine est altérative, antibactérienne, antifongique, antiphlogistique, dépurative, diaphorétique, diurétique et hypoglycémique [176, 218]. Il est utilisé dans le traitement des rhumes avec maux de gorge et toux, rougeole, pharyngite, amygdalite aiguë et abcès [176]. La graine écrasée est cataplasée sur des ecchymoses [222]. La graine est récoltée en été et séchée pour une utilisation ultérieure [254]. La graine contient de l'arctiine, ce qui excite le système nerveux central produisant des convulsions, une augmentation de la respiration et plus tard une paralysie. Il abaisse également la pression artérielle en dilatant les vaisseaux sanguins [176].

Arnebia hispidissima,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-racine (carotte)

Parties comestibles : racines - colorant comestible (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Artemisia vulgaris, Armoise commune

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -15/-18°C (-7/-10°C selon d'autres sources)

legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : Feuilles et jeunes pousses dégustées en salades ou utilisées pour parfumer le riz, les pâtés, viandes et volailles mais aussi des gâteaux sucrés ou salés ainsi que des alcools tels que la bière (en remplacement du houblon) ; les feuilles séchées et les sommités fleuries sont infusées dans du thé.



Feuilles - aromatisantes.



Feuille (très jeunes, dont pousses : crues [ex. : comme potherbe] et/ou aromatisantes [dont boissons (liqueurs, tisanes)µ1, desserts (beignets)µ32, plats (omelettes, quiches)]) et fleur (inflorescences (dont tiges/ramifications) : cuites [aromatisantes (retirer les tiges avant de servir)]) comestibles.



Feuilles - crues ou cuites. Aromatiques et quelque peu amères ; leur ajout à l'alimentation facilite la digestion et elles sont donc souvent utilisées en petites quantités comme aromatisant, notamment avec les aliments gras ; elles sont également utilisées pour donner de la couleur et de la saveur aux raviolis et au riz gluant (Mochi) ; les jeunes pousses sont utilisées au printemps ; au Japon, les jeunes feuilles sont utilisées comme herbe potagère ; les feuilles séchées et les sommités fleuries sont infusées dans du thé ; elles ont également été utilisées comme aromatisant dans la bière, mais sont tombés en désuétude une fois que le houblon est devenu à la mode.(1*)


Précautions

(1*)Mêmes risques et précautions à prendre que pour l'absinthe et/ou l'armoise annuelle ? (qp*) Probablement, carµ{{{(dp*)µ : "la plante peut être toxique à fortes doses et le contact cutané peut causer une dermatite chez certaines personnes". De plus, chez les femmes enceintes, elle peut également stimuler l'utérus à se contracter et provoquer l'avortementµ{{{5(+)µ.Toujours est-il que nous recommandons fortement de ne l'utiliser qu'en petites et même très petites quantités, et uniquement dans le but de réaliser des boissons/breuvages aromatisé(e)s ; et tout usage, par les femmes enceintes, est totalement déconseilléµ{{{(dp*)µ.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : L'armoise est utilisée depuis longtemps en phytothérapie, notamment dans les domaines liés au système digestif, aux troubles menstruels et au traitement des vers[238]. Il est cependant légèrement toxique et ne doit jamais être utilisé par les femmes enceintes, surtout au cours de leur premier trimestre, car il peut provoquer une fausse couche[7, 238]. Une dose importante et prolongée peut endommager le système nerveux[268]. Toutes les parties de la plante sont anthelminthiques, antiseptiques, antispasmodiques, carminatives, cholagogue, diaphorétique, digestive, emménagogue, expectorante, nervine, purgative, stimulante, légèrement tonique et utilisées dans le traitement des affections féminines[4, 7, 13, 21, 147 , 165, 178, 201]. Les feuilles seraient également apéritives, diurétiques, hémostatiques et stomacales[176, 218, 222]. Ils peuvent être utilisés en interne ou en externe[218]. Une infusion de feuilles et de sommités fleuries est utilisée dans le traitement des affections nerveuses et spasmodiques, de la stérilité, des hémorragies fonctionnelles de l'utérus, de la dysménorrhée, de l'asthme et des maladies du cerveau[176, 243]. Les feuilles ont une action antibactérienne, inhibant la croissance de Staphylococcus aureus, Bacillus typhi, B. dysenteriae, streptocoques, E. coli, B. subtilis, Pseudomonas etc.[176]. Les feuilles sont récoltées en août et peuvent être séchées pour une utilisation ultérieure[4]. La tige serait également antirhumatismale, antispasmodique et stomacale[218]. Les racines sont toniques et antispasmodiques[243]. On dit qu’ils sont l’un des meilleurs estomacs[4]. Ils sont récoltés à l’automne et séchés pour une utilisation ultérieure[4]. Les feuilles, placées à l’intérieur des chaussures, seraient apaisantes pour les pieds endoloris[238]. Les feuilles et tiges séchées compressées sont utilisées en moxibustion[176, 178, 218, 222, 238]. Un autre rapport indique que le duvet des feuilles est utilisé[4].

Atractylodes lancea,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-racine (carotte)

Note : *

Détails : Racine - crue ou cuite ; extrêmement riche en vitamine A, elle contient également 1,5% d'huiles essentielles.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : Cette plante est largement utilisée en médecine traditionnelle chinoise [238]. La racine est une herbe tonique douce-amère qui agit principalement sur le système digestif [238]. La racine est antibactérienne, antiémétique, apéritive, digestive, diurétique, hypoglycémique, sédative, estomacique et tonique [174, 176, 178, 238]. Il est souvent utilisé en conjonction avec d'autres herbes telles que Codonopsis tangshen et Glycyrrhiza uralensis [238]. Il est utilisé dans le traitement du manque d'appétit, des troubles digestifs tels que dyspepsie, distension abdominale et diarrhée chronique, polyarthrite rhumatoïde, ?dème, transpiration spontanée et cécité nocturne [176]. Les racines sont récoltées à l'automne et cuites pour être utilisées dans les toniques [238].

B

Bauhinia forficata,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fleur

Détails : Les pétales de fleurs sont charnus et sucrés et consommés ou utilisés comme décorations sur de nombreux plats et ajoutés à des sucreries, des confitures et des gelées.



Thé.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La feuille d'orchidée brésilienne est devenue très populaire comme traitement du diabète depuis que des recherches menées dans les années 1920 ont démontré sa capacité à réduire la glycémie. Les feuilles contiennent une gamme de composés, notamment des flavonoïdes, des alcaloïdes et des glycosides. Divers essais ont été menés sur les bienfaits des feuilles pour la santé, en particulier l'activité hypoglycémique. Alors que la plupart de ces essais ont été positifs, au moins un n'a pas été en mesure de discerner des avantages positifs [318, 739]. Les principaux composés végétaux de la plante comprennent l'astragaline, le bauhinoside, le bêta-sitostérol, les flavonols, les flavonoïdes, les glycosides, la guanidine, les hétéroglycosides, la kaempféritrine, les acides organiques, les quercitrosides, le rhamnose et les saponines [318]. L'astragaline a une activité antibactérienne bien prouvée [318]. Il a été démontré que la kaempferitrine, un flavonoïde, abaisse considérablement la glycémie, a une activité diurétique et aide à réparer les lésions des cellules rénales [318]. Les feuilles sont anticholestérolémiques, purifiantes du sang, diurétiques, hypoglycémiques et toniques [318, 739]. Une infusion se boit régulièrement après les repas pour ses bienfaits pour la santé, alors qu'elle est également bue spécifiquement dans le traitement du diabète, de l'hyperglycémie, des troubles rénaux et urinaires, pour réduire le taux de cholestérol sanguin et comme tonique général et purificateur sanguin [318] . D'autres conditions qui ont été traitées avec les feuilles comprennent les troubles du système nerveux central, la diarrhée, l'éléphantiasis, les vers intestinaux, la lèpre, l'obésité, les troubles cutanés, les morsures de serpent et la syphilis [318].

Byrsonima crassifolia, Fruit beurre de cacahuète

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -3,5/-4°C

legume-fruit (tomate)

Note : ****

Détails : Fruit (pulpe/chair {crue ou cuite} [nourriture/aliment et base boissons/breuvages]) comestible.



Plante d'importance locale significative au Mexique ; vendue sur les marchés. Les fruits sont consommés crus ou cuits comme dessert ; ils peuvent aussi être ajoutés aux soupes ou à la farce pour viandes. J.N. Rose a écrit en 1899 qu'il a vu des nances, des olives et du riz cuits avec du poulet roti au Mexique.

Les fruits sont souvent utilisés pour préparer des boissons gazeuses, ou une boisson fermentée acide et grasse connue sous le nom standard de "chicha" appliqué à un assortiment de boissons semblables à de la bière réalisées à partir de fruits ou de maïs. Par distillation, il en est produit au Costa Rica, une liqueur de rhum appelé "Crema de nance" (Crème de nance).

En Magdalena, en Colombie, une matière grasse comestible est extraite des fruits avec de l'eau bouillante.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

C

Cassia sieberiana,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-feuille (laitue)

Note : *

Détails : Partie comestible : feuilles, tiges ; l'extrait sucré des tiges est consommé ; des bâtonnets à mâcher peuvent également être fabriqués à partir de la partie boisée de la racine de la plante.


Précautions

ATTENTION : les racines et les graines sont utilisées comme poison de poisson en Côte d'Ivoire et au Nigériaµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Les feuilles, les racines et les gousses sont largement utilisées en médecine traditionnelle [299]. Des recherches ont été menées sur les substances médicalement actives présentes dans la plante et plusieurs composés ont été identifiés, notamment l'oxalate de calcium, les flavones), une anthraquinone et des tanins [299]. L'action purgative de la plante peut être attribuée aux anthraquinones. Les flavones provoquent une diurèse et ont une activité antibactérienne et anti-inflammatoire. Un test d'activité antivirale contre le virus Herpes simplex de type 1 a montré que les extraits avaient une activité significative contre ce virus [299]. Les extraits de feuilles se sont révélés actifs contre Staphylococcus lutea, Mycobacterium phlei, Bacillus subtilis et Proteus sp., Mais pas contre Staphylococcus albus, Pseudomonas aeruginosa ou Escherichia coli [299]. La plante entière est purgative et diurétique. Une infusion est administrée contre toutes les maladies infantiles [299]. La poudre de différentes parties de la plante est appliquée sur les dents pour soigner les maux de dents; mélangé avec du beurre, il est utilisé pour traiter les maladies de la peau [299]. Une infusion de feuilles sucrées au miel se prend contre les maux d'estomac, les ulcères et la diarrhée [299]. Un bain de vapeur de brindilles feuillues bouillies dans de l'eau est prescrit pour lutter contre les attaques de paludisme et la fièvre; le liquide doit également être bu [299]. Les feuilles fraîches bouillies et pressées sont appliquées en cataplasme dans la pleurésie ou les brûlures [299]. La gonorrhée chez la femme est traitée en prenant de la poudre de feuilles avec de la nourriture [299]. Les brindilles sont utilisées pour traiter la maladie du sommeil [299]. Les racines, bouillies dans l'eau, sont utilisées pour traiter les hémorroïdes, la bilharziose, la lèpre, l'hydropisie et la dysenterie sanglante [299]. À fortes doses, il est utilisé pour traiter les vers intestinaux, y compris les ténias, bien que cela soit risqué [299]. On dit qu'une pincée de racines décortiquées séchées en poudre, prise à la fin de chaque repas, prévient le paludisme [299]. Après avoir trempé les racines dans l'eau, le liquide est utilisé pour un bain contre la fatigue et pour un massage corporel [299]. Les racines écrasées sont frottées sur les tempes pour traiter les maux de tête [299]. Une infusion d'écorce de racine est employée contre les maladies vénériennes, la stérilité et la dysménorrhée [299]. Les capsules faites à partir de l'écorce de racine sont prescrites contre le sida [299]. La pulpe jaune autour des graines et une infusion de gousses se prennent comme laxatif [299].

Cedrelopsis grevei,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : L'écorce de tige amère et aromatique est utilisée pour aromatiser le rhum local et est également un ingrédient de boissons amères et non alcoolisées.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Un des arbres médicinaux les plus importants de Madagascar, il est particulièrement apprécié pour l'huile essentielle obtenue à partir de l'écorce, mais a également un large éventail d'autres applications. Plusieurs études ont été menées sur la plante. Les constituants de l'huile essentielle peuvent être extrêmement variables en fonction du lieu de collecte. Les principaux composants sont l'ishwarane, le bêta-caryophyllène, l'alpha-copaène, le bêta-élémène et l'alpha-sélinène [299]. Les huiles de l'écorce et de la feuille se sont avérées avoir une composition similaire, mais les pourcentages relatifs de certains composés différaient notablement [299]. De nombreuses coumarines ont été isolées de l'écorce de la tige. L'une d'elles, la cédrécoumarine A, a montré une activité agoniste sur les récepteurs alpha et bêta-oestrogéniques ainsi qu'une activité de piégeage des superoxydes [299]. L'extrait d'hexane de l'écorce de tige a en outre donné des triterpénoïdes, des dérivés limonoïdes, des pentanortriterpénoïdes, un hexanortriterpénoïde et des quassinoïdes [299]. Il a été démontré que l'extrait d'écorce induisait une diminution progressive de la pression artérielle, qui est en partie due à la présence de coumarines [299]. Un extrait brut d'écorce de tige a montré un effet cicatrisant significatif sur les ulcères cutanés, ainsi qu'une activité antibactérienne (par exemple contre Staphylococcus albicans et Pseudomonas aeruginosa) et une activité antifongique (contre Candida albicans) [299]. L'huile essentielle obtenue à partir de l'écorce est couramment utilisée en massage pour traiter les douleurs corporelles générales, les maux de dents, les fractures, les douleurs musculaires, l'arthrite et les rhumatismes, et un massage du dos est administré pour traiter la fatigue et la fièvre. Il est également utilisé dans les bains à ces fins. Ses effets toniques ainsi que ses effets aphrodisiaques sont bien appréciés, car il est considéré comme améliorant la forme physique et mentale [299]. Un extrait d'écorce de tige est traditionnellement pris contre la toux, l'asthme, la tuberculose, la pneumonie, le diabète, la diarrhée, les douleurs abdominales, les rhumatismes, les vers intestinaux, les maux de tête, la fatigue et comme tonique post-partum. Il est également utilisé comme douche vaginale après l'accouchement pour ses effets toniques, et est appliqué en externe sur les plaies et les infections cutanées [299]. Parfois, une décoction d'écorce de racine est prise pour traiter la diarrhée ou l'asthme [299]. Un bain de vapeur des feuilles est pris pour traiter la faiblesse des vaisseaux sanguins, les maux de tête et les maux de gorge [299]. Les graines sont mâchées comme anthelminthique et pour traiter les maux d'estomac [299].

Chenopodium album, Chénopode blanc

img



legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : ***

Détails : Grainesµ1, feuille (jeunes et/ou tendres pousses et tiges : crues ou cuites {ex. : comme potherbe, substitut d'épinard}) et fleur (jeunes inflorescences (dont bourgeons) : crues [salades, tartines]) comestibles.(1*)



Les parties les plus souvent utilisées sont les feuilles, les extrémités des tiges et les jeunes pousses entières, cuites comme celles de ses proches cousins, les épinards. Les jeunes tiges, quant à elles, sont consommées comme des asperges.



On récolte le chénopode blanc sous forme de pousses, après le deuxième n?ud et ensuite, on récolte les ramifications, avant qu'elles ne soient matures, jusqu'au milieu de l'été ou parfois plus tard.



Les feuilles fraîches et la tige sont très nutritives. Pande et Pathak montraient en 2010 qu'elles sont une bonne source d'acides aminés (leucine, isoleucine, mais surtout lysine, qui est un acide aminé essentiel utilisé en nutrition animale et humaine pour équilibrer les régimes alimentaires ou encore comme antiviral pour le traitement de l'herpès et du zona chez l'Humain). Également riches en minéraux et oligoéléments, elles sont aussi une bonne source de protéines, lipides et fibres, vitamines (vitamine C notamment) et fer biodisponible.



Les feuilles vertes sont particulièrement riches en calcium, en vitamine C et en caroténoïdes, ainsi qu'en fer (plus que dans les feuilles d'épinard et de chou, mais moins que dans celles de l'Amarante).

Cette plante fait l'objet d'une culture vivrière ancienne et importante dans les pays tropicaux et subtropicaux où (en Inde et en Afrique notamment), dans le contexte du réchauffement climatique et de la sous-alimentation, elle connait aujourd'hui un regain d'intérêt comme ressource alimentaire précieuse en raison de ses qualités gustatives et alimentaires, de sa facilité de culture dans divers types de sol, et de son potentiel agricole en zone de stress cultural (stress hydrique et salin), altitude (on trouve des souches sauvages jusqu'à 4 700 m), canicules et froid).



Les feuilles sont très riches en protéines, en vitamine A (11600 UI/100g) et en vitamine C, ainsi qu'en calcium. Manger le feuillage cru est déconseillé, d'une part en raison de sa texture farineuse et surtout en raison de sa teneur en saponines, des molécules qui sont généralement un facteur antinutritionnel (le Chénopode blanc contient 3 saponines dont l'une est un seco-glycoside analogue à des composés antérieurement connus chez des Caryophyllales (qui sont également souvent des plantes rudérales nitrophiles), nitrates et acide oxalique, même après un lavage à grande eau. Selon la provenance de la plante, son taux d'acide oxalique varie de 360 à 2 000 mg/100 g, d'après Guil et al. (1996).

-la cuisson ne détruit que peu les saponines (mais la fermentation lactique les détruit en activant les phytases endogènes de la plante) ;

-le trempage des graines active également ces phytases endogènes ;

-la cuisson ne détruit pas les oxalates. On recommandait donc par précaution aux malades rénaux, hépatiques, arthritiques ou lithiasiques d'éviter le Chénopode. Cependant des usages médicinaux traditionnels anciens retrouvés dans divers pays (en Asie principalement), ainsi que des études récentes (2016, 2017?), en laboratoire et sur le modèle animal, ont montré qu'au contraire et paradoxalement cette plante est un remède et peut avoir une utilisation préventive contre la lithiase urinaire (calculs rénaux ou urinaires).



La graine, qui peut se conserver sèche, est aussi comestible, cuite en gruau (à la manière de céréales ou avec des céréales, on classe d'ailleurs cette espèce parmi les pseudo-céréales), ou moulue en farine. C?est une des deux espèces de Chénopode cultivé (en Asie surtout) pour ses graines, l'autre étant le quinoa, mais elle est aussi cultivée, ainsi que d'autres espèces proches, comme légume.



Selon Amrita Poonia (2021), en raison de sa teneur en composés bioactifs et de ses activités pharmacologiques, Chenopodium album semble pouvoir devenir un aliment (légume) nutraceutique.




Précautions

(1*)ATTENTION : présence de saponines et d'acide oxalique, pouvant être toxiques à fortes doses : voir fiches toxines, pour plus d'infos. Faire également attention à l'usage des herbicides qui ont tendance à s'accumuler dans les grainesµ{{{(dp*)µ.

Note médicinale : **

Usages médicinaux : Dans le monde et en Asie notamment, le Chénopode blanc a des usages médicinaux anciens (dit « Bathua sag » en Hindi, c'est l'une des plantes précieuses de l'Ayurveda qui l'utilise couramment contre « les douleurs pectorales, la toux, les douleurs abdominales, l'obstruction pulmonaire et les affections nerveuses », mais il est encore « abondamment utilisé comme aliment et en phytothérapie dans le monde ». On considère que son intérêt médicinal est principalement lié aux composés présents dans ses feuilles et dans ses graines (notamment riches en acides gras et en antioxydants). Par exemple, ses feuilles (cuites en général) traitent les troubles digestifs, les ulcères gastroduodénaux et certaines maladies du foie.

Plus précisément, on considère (en 2020) que ce chénopode a des effets :

-antiscorbutique (car riche en vitamine C) ;
-antimicrobiens (antibactérien notamment) ;
-antihelminthiques (par exemple contre les vers ronds et les ankylostomes) ;
-antioxydants, dont la graine ; l'activité antioxydante est notamment liée à la teneur de la plante en polyphénols (molécules à fort potentiel redox qui en fait des antioxydants naturels. Ces teneurs varient selon les parties de la plante, mais semble relativement comparable entre espèces de Chénopodes quand on les dose dans la même partie de la plante. Les tiges et feuilles contiennent des quantités élevées de polyphénols libres (ex. : 3,36 mg/g DW mesurés en Pologne) qui selon Nowak et al. (2016) pourraient intéresser l'industrie pharmaceutique et des compléments alimentaires. Parmi les 4 Chénopodes les plus communs en Europe de l'Ouest, les extraits des parties aériennes de C. rubrum et C. urbicum avaient cependant un effet antioxydant encore meilleur que chez Chenopodium album.
-antidiarrhéiques ;
-hépato-protecteurs ;
-cicatrisants (efficacitée confirmée et expliquée en laboratoire sur des brûlures, sur le modèle animal).

Des études pharmacologiques récentes (pharmacochimie et phytopharmacologie...) ont mis en évidence de nouvelles propriétés médicinales et de possibles nouveaux usages médicaux ou vétérinaires potentiels :

-anti-inflamatoire ; en 2010, une hydrodistillation de feuilles (hydrodistillées) de Chenopodium album récoltées au Niger a donné 0,64 % v/w d'huile essentielle. 60,1 % de son contenu était des composés aromatiques, dont le p-cymène (40,9 %), l'ascaridole (15,5 %), le pinane-2-ol (9,9 %), le ?-pinène (7,0 %), le ?-pinène (6,2 %) et le ?-terpinéol (6,2 %). L'huile testée chez la souris contre un ?dème de l'oreille induit par le 12-O-tétradécanoylphorbol-13-acétate (TPA) s'est montrée fortement anti-inflammatoire. Cette activité a été confirmée in vitro par une autre étude.
-activité contraceptive ? : Kumar et al. en 2007 ont montré qu'un extrait de graines de Chenopodium album pourrait fournir « un puissant agent d'immobilisation du sperme » (démontré à la fois in vitro et in vivo) ;
« amélioration » de la fonction sexuelle masculine (observée chez la souris mâles normale) ;
-myorelaxant, antispasmolytique et analgésique (chez l'animal de laboratoire (lapin). L'effet d'extrait brut (et de ses fractions) a notamment été testé (2020) in vitro (sur muscle lisse intestinal de lapin). Un effet myorelaxant dose-dépendant apparait à 5 mg/ml, atteignant un maximum à 20 mg/ml. Les extraits par l'acétate d'éthyle et le chloroforme sont myorelaxant ; par le n-butanol ils ont un fort effet relaxant, alors que la fraction aqueuse a une effet contractile. L'extrait par le n-butanol est analgésique chez la souris à 500 mg/kg, effectif durant 30 à 210 minutes.
-antipruritique ;
-anti-prolifératif (anticancéreux) ? des extraits de feuilles et de graines de Chenopodium album et de 3 autres chénopodes (Chenopodium hybridum, Chenopodium rubrum et Chenopodium urbicum) ont été testés contre le carcinome pulmonaire humain A-549 et le carcinome ovarien TOV-112D ainsi que contre des lignées cellulaires de fibroblastes humains normaux. Bien que faiblement cytologique, les extraits de feuilles et de graines de Chenopodium album et C. hybridum ont montré un effet antiprolifératif significatif sur la lignée cellulaire TOV-11241.

Les racines ne semblent pas avoir eu d'usage alimentaires ou médicinaux traditionnels importants, et n'ont dont pas fait l'objet de beaucoup de recherches. On y a découvert (en 1993) un nouvel amide phénolique (N-trans-féruloyl-4-O-méthyldopamine), qui a montré une activité d'attraction pour les zoospores d'Aphanomyces cochlioides (champignon connu pour infecter certains Chénopodes)µ{{{wikiµ.


Citrus limon, Citronnier

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -3 à -5/-6°C (et même jusqu'à -8°C pour certains cultivars)

legume-fruit (tomate)

Note : *****

Détails : Le fruit est entièrement consommable mais c'est essentiellement le jus (zeste et/ou pulpe) qui est employé pour son arôme très prononcé. Il est également souvent utilisé en tranches, comme agrément ; la macération du zeste dans l'alcool additionnée du sucre donne le Limoncello qui bénéficie d'une IGP ; l'huile essentielle de citron est utilisée en aromathérapie.



Fruit (fruits) comestible.



Fruit en entier ; plante largement cultivée dans le monde ; utilisation alimentaire universelle du jus de fruit. Herbe, épice. Le jus peut être utilisé pour faire cailler le lait (agent de coagulation/caillage /caille-lait substitut de présure) pour la préparation de fromage.



Il a de multiples usages en cuisine :



-Le jus frais est utilisé en assaisonnements sur le poisson ;

-Il remplace le vinaigre dans les salades ;

-Il est souvent utilisé sous forme confite dans les tajines marocains ;

-Additionné d'eau et de sucre, il compose la citronnade, boisson rafraîchissante ;

-Il est également un ingrédient essentiel de la limonade, du limoncello et de la cherbet, boisson très populaire en Algérie ;

-Il est employé en pâtisserie, notamment dans la recette de la tarte au citron ;

-La marmelade peut être faite avec les citrons.



À température ambiante, il se conserve une dizaine de jours, il faut donc le consommer rapidement.



Le citron peut servir à empêcher l'oxydation de certains fruits et légumes qui noircissent au contact de l'air. On peut frotter la chair des fruits (pomme, poire, avocats) avec une moitié de citron ou arroser les crudités râpées comme le céleri rave avec du jus de citron.



L'ajout de quelques gouttes de citron ou de vinaigre rend la pâte brisée plus tendre et moins élastique, car l'acide désagrège le gluten (protéine de la farine).



De l'alcool peut être produit à base de citron, comme la liqueur de citron.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : Pour la santé :

Déjà Hildegarde de Bingen utilisait le citron comme fébrifuge, on la dit bon contre le venin de serpent et l'empoisonnement à la cigüe. Les publicités concernant les bienfaits du citron peuvent contenir des allégations santé fausses, ambigües ou trompeuses. Ainsi, on prête toujours au citron toutes sortes de vertus : fort en vitamine C, il gommerait toute fatigue, favoriserait la digestion, rendrait les dents blanches, serait diurétique. En plus de ses propriétés anti-infectieuses, antiseptiques et cicatrisantes, il réduirait la cellulite (aliment brûle-graisse), ralentirait le vieillissement et aiderait même à se protéger du cancer.

La plupart de ces allégations ne sont pas prouvées scientifiquement. Cependant, sa richesse en vitamine C favorise les cicatrisations. L'acide citrique du jus est antiseptique, d'où les gargarismes avec du jus coupé d'eau en cas de maux de gorge et l'ajout de quelques gouttes de jus de citron dans les fruits de mer consommés crus. Le citron frotté sur les dents, au lieu de les blanchir (éliminant les taches de thé, tabac), attaque l'émail sur lequel l'acidité répétée peut entraîner la déminéralisation des dents et créer des micropores suffisants pour laisser entrer les bactéries à l'origine de caries. Enfin, ce fruit reste intéressant pour la santé en raison de sa richesse en vitamine C, en calcium, phosphore et potassium dont l'assimilation est favorisée par l'acide citrique.

Le citron peut même avoir des effets néfastes importants. Le citron, comme tous les agrumes, est riche en furanocoumarines (psoralène, bergaptène surtout présents dans la pulpe, ces composants étant donc plus concentrés dans les jus de fruits frais que dans les jus de fruit pasteurisés) qui peuvent entraîner une photosensibilisation. Une consommation élevée d'agrumes augmente de 30 % le risque de mélanome. Ainsi, la consommation fréquente de jus de fruits frais permettrait de ralentir la progression de certains cancers mais favoriserait celui de la peau pour les personnes qui ne se protègent pas du soleil.

Allégations thérapeutiques et preuves scientifiques :

-Effets de l'acidité sur le corps. L'acide citrique a une capacité antioxydante et anti-inflammatoire qui peut améliorer le système immunitaire et protéger le foie et le cerveau. Il peut aider à baisser la peroxydation lipidique dans cellule, à améliorer la biodisponibilité du fer (antianémique).

-Favorise la production d'énergie : selon la « Reams Biological Ionization Theory » (RBTI), les citrons seraient l'unique aliment anionique au monde. Telle caractéristique les rendrait particulièrement bienfaisants pour la santé, à cause de la contribution qu'ils donneraient à l'interaction entre les cations et les anions, qui est nécessaire pour la production d'énergie à niveau cellulaire. On lira la publication de Thomas Patterson (American Society of Clinical Laboratory Scientist’s Code of Ethics) qui montre qu'il s'agit la de pseudo-science délibérément trompeuse.

-Combat les maladies à refroidissement : Le contenu en vitamine C et en flavonoïdes aide à combattre non seulement les symptômes grippaux, pendant les mois d'hiver, et lorsque le physique le demande, il est à conseiller de boire des jus d'une orange et de deux citrons. L'activité antibactérienne des extraits de zeste de citron est démontrée au même titre que celle d'orange. Les boissons chaudes contenant du jus de citron ou divers tonique (gingembre, cannelle, oignon, ail) ont un effet diaphorétique (font transpirer) favorable dans les affections hivernales. Une étude finlandaise (2013) a montré que la prise de vitamine C réduit la durée des rhumes mais à des doses élevées (> 1g/j soit 2 kg de jus de citron ou 6 à 7 kg de fruits) dans la limite de la tolérance intestinale. Un cas d'amélioration de rhinite allergique par traitement au jus de citron a été publié en 2009.

-Aide la digestion : grâce au jus et à la peau, le citron aide aussi à digérer. L'acide citrique contenu dans le jus, sous forme de sel de sodium ou de potassium, exerce un puissant effet antiacide dans l'estomac, parce qu'il neutralise l'acide chlorhydrique de trop. La médecine traditionnelle indienne (Ayurveda) conseille d'ajouter au jus de citron une pincée de sel et de piment de Cayenne. En 2011 une publication britannique a confirmé que les composés amers, aromatiques et piquants du gingembre, de la menthe poivrée, de l'anis et du fenouil, des agrumes, du pissenlit et de l'artichaut, la mélisse et la camomille améliorent la digestion.

-Nettoie l'intestin : le jus de citron ajouté à l'eau chaude facilite l'évacuation. Ce serait une bonne pratique qu'on peut suivre au matin, à jeun, près d'une demi-heure avant le petit déjeuner. L'hydratation et l'apport de fibre aident le péristaltisme intestinal les pommes, poires, raisins etc. apportent du sorbitol favorable.

-Baisse le cholestérol, la glycémie, la pression artérielle : la vitamine C et les citroflavonoïdes (et plus en particulier la tangéritine) interviennent respectivement dans la transformation du cholestérol en acides biliaires et dans la production de ses précurseurs. Dans un test double aveugle il a été montré que le mélange d'ail et de jus de citron (traditionnellement recommandé) n'est pas meilleur que l'ail seul pour réduire la pression artérielle et l'indice de masse corporelle.

-Dépure le foie : le citron est un merveilleux stimulant pour le foie et il est aussi un bon solvant de l'acide urique et d'autre poisons. Seules études disponibles sont in vitro ou en modèle murin.

-Aide les yeux : la rutine et la vitamine B2 (ou riboflavine) exercent un rôle important dans le maintien d'une bonne santé de la structure oculaire et dans l'amélioration des symptômes de quelques pathologies de l'œil. En tant qu'antibactérien il combat la conjonctivite. Plusieurs publications montrent que les extraits de plantes auto-induits peuvent entraîner des complications oculaires.

-Hydrate et assouplit la peau : la vitamine C exerce un rôle fondamental dans la formation des fibres de collagène, une des protéines structurales les plus importantes de notre corps. Pour ce motif, le jus de citron maintient la peau en bonne santé et il exercerai un rôle important dans les processus d'ossification et pour la guérison des blessures. Le jus de citron avec sa capacité antibactérienne est un bon désinfectant de la peau.

Huile essentielle
du fruit :

L'huile essentielle a pour principal composé le limonène (55 %, dans l'IGP Limone di Rocca Imperiale le contenu minimal est 70%) suivi du néral (10,4 %) suivi de trans-verbénol (6,4 %) et décanal (3,2 %). Les autres composés présents sont le cinnamate d'éthyle (2,2 %), le p-méthoxycinnamate d'éthyle (2,2 %), le cis -?-bergamotène (1,6 %), le géraniol (1,5 %), le trans -carvéol, le nonanal, linalol, ?-terpinéol. Elle a une action antioxidante et anti nociceptive, antiallergique, antivirale, antimutagène et anticancérigène65 démontrée en modèle murin.

Huile essentielle de feuilles :

Le linalol (30,6 %), le géraniol (16 %), l' ? -terpinéol (14,5 %) et l'acétate de linalyle (13,7 %) sont les principaux constituants de l'huile essentielle. Elle a des capacités antioxydantes et antibactériennesµ{{{wikiµ.


Copaifera coriacea,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera guyanensis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera langsdorffii,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

ATTENTION : utilisée en excès, la résine est purgative et peut provoquer des éruptions cutanées et des lésions rénales ; elle crée une action irritante sur toute la membrane muqueuse, provoque une éruption ressemblant à la rougeole accompagnée d'irritations et de picotementsµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera multijuga,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : *

Détails : La résine a été officiellement approuvée aux États-Unis comme additif alimentaire et est utilisée en petites quantités comme agent aromatisant dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera officinalis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Note : **

Détails : Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Copaifera reticulata,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

tronc

Détails : Comme les autres espèces du genre Copaifera, c'est une source d'une oléo-résine huileuse appelée copaiba-balsam ; la résine est utilisée comme additif alimentaire et comme agents aromatisants dans les aliments et les boissons.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Copaiba-balsam, une oléo-résine huileuse obtenue à partir du tronc de l'arbre, a une très longue histoire d'utilisation médicinale. Il était largement utilisé par les peuples indigènes avant que les Européens n'atteignent l'Amérique du Sud et ces utilisations furent bientôt reprises par les Européens [317]. La résine est particulièrement appréciée pour sa capacité à contrer les muqueuses du thorax et du système génito-urinaire [254]. La résine est une herbe aromatique et stimulante au goût amer et brûlant [238]. Elle et l'écorce sont toutes deux anodynes, antiacides, antibactériennes, antifongiques, anti-inflammatoires, antimicrobiennes, astringentes, cytostatiques, adoucissantes, digestives, désinfectantes, diurétiques, expectorantes, légèrement laxatives, vermifuges et vulnérables [318]. La résine obtenue à partir du tronc contient un certain nombre de constituants médicalement actifs, dont 30 à 90% d'huiles essentielles et des tanins condensés inhabituels [238]. L'huile essentielle contient de l'alpha et du bêta-caryophyllène, des sesquiterpènes, des résines et des acides terpéniques [254]. Il améliore la digestion, a des effets diurétiques et expectorants et contrôle les infections bactériennes [238]. Une grande partie de la recherche clinique effectuée à ce jour a vérifié les utilisations traditionnelles du copaïba. Il s'est par exemple avéré très efficace en tant que cicatrisant topique et agent anti-inflammatoire [318]. L'effet anti-inflammatoire est principalement dû aux sesquiterpènes, en particulier le caryophyllène qui a également démontré des propriétés analgésiques efficaces, des propriétés antifongiques contre la mycose des ongles et des propriétés gastroprotectrices [318]. La résine dans son ensemble (et, en particulier, deux de ses diterpènes - l'acide copalique et l'acide kaurénique) a démontré une activité antimicrobienne significative contre les bactéries à Gram positif. Un des autres produits chimiques du copaïba, l'acide kaurénoïque, a également démontré une activité antibactérienne sélective contre les bactéries Gram-positives dans d'autres études récentes [318. D'autres constituants de la résine ont démontré une activité antitumorale significative [318]. La résine est prise en interne dans le traitement de divers problèmes respiratoires tels que la tuberculose, la bronchite et la sinusite; affections des voies urinaires et du système reproducteur telles que la cystite, les infections des reins et de la vessie, les écoulements vaginaux et la gonorrhée [238, 254]. Les ulcères d'estomac, le tétanos, l'herpès, la pleurésie et les hémorragies ne sont que quelques-unes des autres affections traitées avec la résine [318]. À l'extérieur, il est utilisé dans le traitement de divers problèmes de peau, notamment les piqûres d'insectes, l'eczéma, les engelures, les plaies et le psoriasis [238, 254. Il est également utilisé pour traiter les plaies et arrêter les saignements [318]. En tant que gargarisme antiseptique, il est utilisé pour traiter les maux de gorge et l'amygdalite [318]. La résine doit être utilisée avec précaution, voir les notes ci-dessus sur la toxicité [238]. La résine est taraudée à intervalles de l'arbre et les trous sont ensuite comblés [238]. Il est utilisé en infusion ou distillé pour son huile essentielle [238].

Costus afer,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : **

Détails : Feuilles ; une saveur acide ; le rhizome est parfois utilisé comme épice ou comme arôme.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Le gingembre en spirale est couramment utilisé comme plante médicinale dans toute l'Afrique tropicale et la recherche moderne a confirmé la validité de nombre de ses utilisations [299]. La tige, les graines et le rhizome contiennent plusieurs sapogénines stéroïdiennes, dont la diosgénine est la plus importante. Le rhizome donne 0,5% de diosgénine. La diosgénine est une matière première très importante utilisée comme précurseur dans la synthèse d'un certain nombre de médicaments stéroïdiens, y compris les corticostéroïdes, les hormones sexuelles, les contraceptifs oraux et les agents anabolisants [299]. Les rhizomes contiennent également les saponines aférosides A et C, ainsi que la dioscine et la paryphylline C et le flavonoïde glycoside kaempférol 3-O -_- L-rhamnopyranoside. Le dernier composé a montré une capacité à potentialiser la cytotoxicité du cisplatine in vitro dans une lignée cellulaire de cancer du côlon humain [299]. Un alcaloïde de type papavérine se trouve dans le rhizome, ce qui provoque la relaxation des muscles lisses et est antispasmodique, diurétique et dépresseur du système nerveux central [299]. L'extrait méthanolique du rhizome a montré une activité anti-inflammatoire topique significative [299]. La fraction saponine des rhizomes et l'extrait de feuille méthanolique ont montré une activité abortive significative [299]. Les sesquiterpénoïdes sont le groupe le plus abondant de composés volatils dans l'huile essentielle des feuilles [299]. L'huile essentielle n'a montré aucune activité antimicrobienne [299]. L'extrait aqueux des feuilles et des tiges a montré une activité antibactérienne et amibicide significative in vitro [299]. L'extrait de feuille méthanolique a montré une cytotoxicité significative [299]. Le même extrait a montré une activité anesthésique locale modérée [299]. L'extrait présentait une activité antihyperglycémique et diminuait le taux de glucose sanguin lorsqu'il était appliqué à petites doses; des doses plus élevées ont cependant augmenté la glycémie [299]. Une décoction de fruits en poudre est utilisée comme médicament contre la toux [46]. La tige est fortement diurétique [299]. La tige écorcée est mâchée pour soulager les nausées et étancher la soif [46, 299]. Une décoction de tige, la tige écrasée ou mâchée ou le fruit pilé, parfois mélangé avec du jus de canne à sucre, sont pris pour soulager les nausées; pour traiter la polyarthrite rhumatoïde; toux problèmes respiratoires et maux de gorge [299]. Un extrait d'eau froide de la tige est utilisé pour traiter les petites crises d'épilepsie [299]. Les tiges en poudre sont utilisées comme lavement pour traiter les vers et les hémorroïdes [299]. La fumée de la tige séchée est inhalée pour traiter la toux [299]. Le jus de tige est utilisé pour traiter la jaunisse et pour prévenir les fausses couches [299]. Le jus de la tige est acide et rubéfiant et brûle sur les plaies ouvertes, mais il est également anodin et cicatrisant [299]. Il est appliqué à l'extérieur pour traiter une gamme de maux de peau; écoulements urétraux et maladies vénériennes [299]. Il est également frotté sur le corps pour traiter les coliques [299]. Une infusion de l'inflorescence est prise pour traiter la tachycardie [299]. La même infusion ou une infusion de rhizome est prise pour traiter les maux d'estomac [299]. Le jus des feuilles, ou une décoction de rhizome, se prend pour traiter le paludisme [299]. En externe, le jus des feuilles est utilisé sous forme de collyre pour traiter les troubles oculaires et sous forme de gouttes nasales pour traiter les maux de tête avec vertige [299]. Il est utilisé dans les frictions pour traiter les ?dèmes et la fièvre [299]. Une infusion des parties aériennes séchées est prise pour traiter l'hypertension [299]. La pulpe du rhizome est appliquée sur les abcès et les ulcères pour les faire mûrir; il est appliqué sur les dents pour soigner les maux de dents; et mélangé avec de l'eau, il est pris en interne pour traiter la diarrhée et la dysenterie amibienne [299]. Une décoction de rhizome ou le rhizome cru se prend pour traiter la lèpre et les maladies vénériennes [299].Le gingembre en spirale est couramment utilisé comme plante médicinale dans toute l'Afrique tropicale et la recherche moderne a confirmé la validité de nombre de ses utilisations [299]. La tige, les graines et le rhizome contiennent plusieurs sapogénines stéroïdiennes, dont la diosgénine est la plus importante. Le rhizome donne 0,5% de diosgénine. La diosgénine est une matière première très importante utilisée comme précurseur dans la synthèse d'un certain nombre de médicaments stéroïdiens, y compris les corticostéroïdes, les hormones sexuelles, les contraceptifs oraux et les agents anabolisants [299]. Les rhizomes contiennent également les saponines aférosides A et C, ainsi que la dioscine et la paryphylline C et le flavonoïde glycoside kaempférol 3-O -_- L-rhamnopyranoside. Le dernier composé a montré une capacité à potentialiser la cytotoxicité du cisplatine in vitro dans une lignée cellulaire de cancer du côlon humain [299]. Un alcaloïde de type papavérine se trouve dans le rhizome, ce qui provoque la relaxation des muscles lisses et est antispasmodique, diurétique et dépresseur du système nerveux central [299]. L'extrait méthanolique du rhizome a montré une activité anti-inflammatoire topique significative [299]. La fraction saponine des rhizomes et l'extrait de feuille méthanolique ont montré une activité abortive significative [299]. Les sesquiterpénoïdes sont le groupe le plus abondant de composés volatils dans l'huile essentielle des feuilles [299]. L'huile essentielle n'a montré aucune activité antimicrobienne [299]. L'extrait aqueux des feuilles et des tiges a montré une activité antibactérienne et amibicide significative in vitro [299]. L'extrait de feuille méthanolique a montré une cytotoxicité significative [299]. Le même extrait a montré une activité anesthésique locale modérée [299]. L'extrait présentait une activité antihyperglycémique et diminuait le taux de glucose sanguin lorsqu'il était appliqué à petites doses; des doses plus élevées ont cependant augmenté la glycémie [299]. Une décoction de fruits en poudre est utilisée comme médicament contre la toux [46]. La tige est fortement diurétique [299]. La tige écorcée est mâchée pour soulager les nausées et étancher la soif [46, 299]. Une décoction de tige, la tige écrasée ou mâchée ou le fruit pilé, parfois mélangé avec du jus de canne à sucre, sont pris pour soulager les nausées; pour traiter la polyarthrite rhumatoïde; toux problèmes respiratoires et maux de gorge [299]. Un extrait d'eau froide de la tige est utilisé pour traiter les petites crises d'épilepsie [299]. Les tiges en poudre sont utilisées comme lavement pour traiter les vers et les hémorroïdes [299]. La fumée de la tige séchée est inhalée pour traiter la toux [299]. Le jus de tige est utilisé pour traiter la jaunisse et pour prévenir les fausses couches [299]. Le jus de la tige est acide et rubéfiant et brûle sur les plaies ouvertes, mais il est également anodin et cicatrisant [299]. Il est appliqué à l'extérieur pour traiter une gamme de maux de peau; écoulements urétraux et maladies vénériennes [299]. Il est également frotté sur le corps pour traiter les coliques [299]. Une infusion de l'inflorescence est prise pour traiter la tachycardie [299]. La même infusion ou une infusion de rhizome est prise pour traiter les maux d'estomac [299]. Le jus des feuilles, ou une décoction de rhizome, se prend pour traiter le paludisme [299]. En externe, le jus des feuilles est utilisé sous forme de collyre pour traiter les troubles oculaires et sous forme de gouttes nasales pour traiter les maux de tête avec vertige [299]. Il est utilisé dans les frictions pour traiter les ?dèmes et la fièvre [299]. Une infusion des parties aériennes séchées est prise pour traiter l'hypertension [299]. La pulpe du rhizome est appliquée sur les abcès et les ulcères pour les faire mûrir; il est appliqué sur les dents pour soigner les maux de dents; et mélangé avec de l'eau, il est pris en interne pour traiter la diarrhée et la dysenterie amibienne [299]. Une décoction de rhizome ou le rhizome cru se prend pour traiter la lèpre et les maladies vénériennes [299].

Cullen corylifolium,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)

Note : *

Détails : Graines ; aucun autre détail n'est donné.


Précautions

ATTENTION : bien qu'aucune mention spécifique de toxicité pour cette espèce n'ait été trouvée, au moins certains membres de ce genre contiennent des furanocoumarines ; ces substances peuvent provoquer une photosensibilité chez certaines personnesµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Bu Gu Zhi est apprécié en phytothérapie chinoise comme remède tonique et est utilisé pour améliorer la vitalité générale [254]. La recherche moderne a montré qu'il est également utile dans le traitement des troubles cutanés, y compris le vitiligo. Cependant, il faut être prudent lors de l'application de l'herbe à l'extérieur, car elle peut sensibiliser la peau et provoquer une réaction allergique au soleil [254]. Les fruits à une seule graine (ou la graine plus la gousse) sont hautement considérés comme un aphrodisiaque et un tonique pour les organes génitaux [218]. La graine est anthelminthique, antibactérienne, aphrodisiaque, astringente, cardiaque, cytotoxique, désobstruante, diaphorétique, diurétique, stimulante, estomacique et tonique [4, 147, 176, 178, 218, 240]. Il est utilisé dans le traitement des maladies fébriles, de l'éjaculation précoce, de l'impuissance, des douleurs lombaires, des mictions fréquentes, de l'incontinence, de l'énurésie, etc. [240, 254]. Il est également utilisé en externe pour traiter diverses affections cutanées, notamment la lèpre, la leucodermie et la chute des cheveux [218, 240]. La graine et le fruit contiennent du psoralène. Cela amène la peau à produire un nouveau pigment lorsqu'elle est exposée au soleil et est utilisé pour traiter le vitiligo et le psoriasis [176]. L'action antibactérienne du fruit inhibe la croissance de Mycobacterium tuberculos [176]. Le fruit est cueilli à maturité en automne et peut être séché pour une utilisation ultérieure [254]. La racine est utilisée pour traiter les caries dentaires [218]. La plante produit une oléorésine médicinale utile, elle traite les troubles rénaux, l'impuissance, l'éjaculation précoce, le lumbago, etc. [4, 147, 176, 178].

Cyperus articulatus,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-racine (carotte)

Note : *

Détails : Racine (tubercules/rhizomes) ; la plante est brûlée pour faire du sel ; le rhizome frais est pelé et mangé cru ; utilisé comme arôme pour les aliments.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Piripiri a une longue histoire d'utilisation dans les systèmes de phytothérapie en Amérique du Sud. Il est particulièrement apprécié pour son effet bénéfique sur le système digestif et est couramment utilisé pour traiter les nausées, les vomissements, les maux d'estomac et les gaz intestinaux [318]. La plante est anthelminthique, antibactérienne, antiémétique, antifongique, carminative, contraceptive, digestive, fébrifuge et sédative [318]. Plus récemment, un intérêt s'est accru pour l'utilisation possible des plantes dans le traitement de conditions telles que l'épilepsie et les convulsions. Des chercheurs africains ont publié plusieurs études qui suggèrent que la plante peut être la médiatrice de nombreuses réactions chimiques cérébrales nécessaires à l'épilepsie et rapportent que le rhizome a des actions antiépileptiques. En outre, d'autres recherches en laboratoire rapportent que la plante a des actions anticonvulsivantes, ainsi que des actions sédatives [318]. Les rhizomes frais sont broyés pour en extraire le jus, qui est utilisé comme tonique nerveux en cas de stress et de troubles nerveux et mentaux (y compris l'épilepsie). Il est également utilisé pour traiter et prévenir un large éventail de troubles digestifs et gastro-intestinaux; pour traiter la fièvre et la grippe; pour faciliter l'accouchement ou pour provoquer un avortement; comme contraceptif; et pour le cancer de la gorge [318]. En externe, il est utilisé pour cicatriser les plaies et traiter les morsures de serpent, tandis qu'il est également appliqué sur la tête comme tonique capillaire et pour traiter ou prévenir la calvitie [318]. Une infusion de feuilles est utilisée pour traiter les maux de tête; rhume et grippe; plaies et ulcères buccaux; et l'hypertension [318]. La plante entière est décoctée pour soulager les nausées et vomissements dus au paludisme [318].

D

Dryopteris crassirhizoma,
img



legume-feuille (laitue)

Note : *

Parties comestibles : feuilles, frondes (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandéeµ{{{5(K)µ ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminaseµ{{{5(+)µ ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseilléeµ{{{5(K)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Les tiges des racines sont analgésiques, antibactériennes, anti-inflammatoires, antivirales, astringentes, fébrifugeuses, hémostatiques, vermifuges et vulnérables [238, 279]. Une décoction de racine séchée est dépurative et résolvante [218]. La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme expulseur de vers pour les humains et aussi en médecine vétérinaire [218, 238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est également prise en interne dans le traitement des hémorragies internes, des saignements utérins, des oreillons et des maladies fébriles [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. À l'extérieur, la racine est utilisée dans le traitement des abcès, des furoncles, des anthrax et des plaies [238].

Dryopteris cristata,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 4-8

legume-racine (carotte)

Parties comestibles : rhizome, racine (traduction automatique) | Original :


Précautions

ATTENTION : bien que nous n'ayons trouvé aucun rapport pour cette espèce, un certain nombre de fougères contiennent des carcinogènes, donc une certaine prudence est recommandéeµ{{{5(K)µ ; la plante fraîche contient de la thiaminase, une enzyme qui prive le corps de son complexe de vitamines B ; en petites quantités, cette enzyme ne nuira pas aux personnes ayant une alimentation adéquate et riche en vitamine B, bien que de grandes quantités puissent causer de graves problèmes de santé. ; l'enzyme est détruite par la chaleur ou par un séchage complet, donc la cuisson de la plante éliminera la thiaminaseµ{{{5(+)µ ; cependant, il y a eu des rapports pour d'autres espèces de fougères suggérant que même les frondes cuites peuvent avoir un effet nocif à long terme. Une certaine prudence est donc conseilléeµ{{{5(K)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La fougère mâle est l'un des traitements les plus populaires et les plus efficaces contre les vers de bande. Les tiges des racines sont anodynes, antibactériennes, anti-inflammatoires, antivirales, astringentes, expectorantes, fébrifugeuses, sudorifiques, vermifuges et vulnérables [218, 222, 238]. La racine contient de la «filicine», une substance qui paralyse les ténias et autres parasites internes et qui a été utilisée comme un anti-ver [238]. C'est l'un des traitements les plus efficaces connus pour les ténias - son utilisation doit être immédiatement suivie d'un purgatif non huileux tel que le sulfate de magnésium afin d'expulser les vers du corps [238]. Une purge huileuse, telle que l'huile de ricin, augmente l'absorption de la racine de fougère et peut être dangereuse [238]. La racine est également prise en interne dans le traitement des hémorragies internes, des saignements utérins, des oreillons et des maladies fébriles [238]. La racine est récoltée à l'automne et peut être séchée pour une utilisation ultérieure, elle ne doit pas être conservée plus de 12 mois [238]. Ce remède doit être utilisé avec prudence et uniquement sous la supervision d'un praticien qualifié [238]. La racine est toxique et le dosage est critique [238]. Voir également les notes ci-dessus sur la toxicité. À l'extérieur, la racine est utilisée dans le traitement des abcès, des furoncles, des anthrax et des plaies [238].

E

Echinacea angustifolia,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 3-8

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Détails : Les feuilles servent à faire une infusion.


Précautions

ATTENTION (usage médicinal ) : suppression possible de l'immunité avec l'usage habituel ; des doses élevées supérieures à 1000 mg peuvent provoquer des étourdissements ; l'utilisation de l'herbe pendant 10 à 14 jours est recommandée suivie d'une courte pauseµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : *****

Usages médicinaux : L'échinacée est l'une des herbes médicinales les plus importantes au monde. La recherche montre qu'il a la capacité d'augmenter la résistance du corps aux infections bactériennes et virales en stimulant le système immunitaire [254]. Il est également antibiotique et aide à soulager les allergies [254]. Les plantes de ce genre étaient probablement les plus fréquemment utilisées de toutes les plantes médicinales indiennes d'Amérique du Nord. Ils avaient une très large gamme d'applications et nombre de ces utilisations ont été confirmées par la science moderne. La plante a un effet stimulant général sur le système immunitaire et est largement utilisée dans les traitements à base de plantes modernes [222]. Il y a eu un doute sur la capacité du corps à absorber les ingrédients médicinaux actifs par voie orale (les injections intraveineuses étant considérées comme le seul moyen efficace d'administrer la plante), mais des recherches récentes ont démontré une absorption significative des applications administrées par voie orale [222]. En Allemagne, plus de 200 préparations pharmaceutiques sont fabriquées à partir d'échinacée [222]. Les racines et la plante entière sont considérées comme particulièrement bénéfiques dans le traitement des plaies, des plaies, des brûlures, etc., possédant une activité de type cortisone et antibactérienne [222]. La plante était utilisée par les Indiens d'Amérique du Nord comme une application universelle pour traiter les morsures et les piqûres de tous les types d'insectes [213]. Une infusion de la plante a également été utilisée pour traiter les morsures de serpent [213]. La racine est adaptogène, altératrice, antiseptique, dépurative, digestive, sialagogue [4, 21, 61, 165]. Il est récolté à l'automne et séché pour une utilisation ultérieure [238]. La plante a été utilisée comme diaphorétique [213]. Les monographies de la Commission E allemande, un guide thérapeutique de la phytothérapie, approuvent l'échinacée pour le rhume, la toux et la bronchite, la fièvre et le rhume, les infections des voies urinaires, l'inflammation de la bouche et du pharynx, augmentent la résistance aux infections, aux plaies et aux brûlures (voir [302 ] pour les critiques de la commission E).

Ehretia microphylla,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : -fruits - crus ; es fruits sont mangés ; -une infusion de feuilles est utilisée comme substitut du thé ; les feuilles sont séchées à l'ombre et utilisées comme thé.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Les feuilles sont antidiarrhéiques, fébrifugeuses et gastriques [310]. Une infusion est utilisée comme remède pour les problèmes d'estomac, la dysenterie et la toux [310, 345]. La racine est considérée comme un antidote contre les intoxications végétales et comme un altérant de la cachexie et de la syphilis [310, 345]. De plus, il est traditionnellement utilisé pour arrêter l'hémorragie résultant de la morsure de la vipère Echis carinatus [310] Les racines seraient ingérées pour nettoyer le corps après l'accouchement [310]. Il a été démontré que la plante contient une gamme de constituants médicalement actifs. Les feuilles contiennent de l'acide rosmarinique, des glycosides flavonoïdes et des triterpénoïdes [310]. L'acide rosmarinique, un dérivé de l'acide phénylacrylique, est un inhibiteur connu de la libération d'histamine et un extrait méthanolique des feuilles a montré de fortes propriétés antihistaminiques [310]. Dans une expérience aux Philippines, des comprimés de feuilles séchées ont réduit la formation d'érythrocytes polychromatiques micronucléés induite par la mitomycine C, la tétracycline et la diméthylnitrosamine. Cela suggère que ces comprimés possèdent une activité antimutagène [310] L'écorce de racine contient de l'éhrétianone, de la microphyllone et de l'éhrétianone [310]. Il a été démontré que l'herétianone, un xanthène quinonoïde, protège contre l'action du venin de serpent [310]. La microphyllone et l'éhrétianone ont montré une activité antibactérienne contre un panel de bactéries [310]. De nombreux membres de ce genre contiennent des alcaloïdes pyrrolizidiniques et des composés quinoïdes ou phénoliques [310].

F

Fabiana densa,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕




Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

G

Garcinia kola,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)

Note : ***

Détails : Graines - crues ; elles ont une saveur amère, astringente et aromatique, ressemblant quelque peu à celle d'un grain de café cru ; ceci est suivi d'une légère douceur (ou d'un poivre persistant) ; les graines sont mâchées avec les graines du vrai cola (Cola spp.) ; on pense qu'ils améliorent le plaisir d'une personne du cola et permettent la consommation de plus grandes quantités sans indisposition ; les fruits extrêmement acides sont parfois consommés ; ils sont de la taille d'une orange et contiennent une pulpe jaune entourant quatre graines.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Le kola amer est largement utilisé en médecine traditionnelle en Afrique, la plupart des parties de la plante étant utilisées et un large éventail de maladies étant traitées [332]. Plusieurs composés médicalement actifs ont été identifiés. Des tanins, un sucre réducteur et des traces d'alcaloïde ont été détectés dans l'écorce; des flavonines sont également présentes, le tout étant extrêmement amer, résineux et astringent [332]. Un certain nombre d'actions pharmacocologiques ont également été démontrées. Il a été démontré que des extraits de tiges, de racines et de graines ont une forte activité anti-hépatotoxique et hépatotrope [332]. Les extraits d'éther de pétrole et d'acétone se sont révélés nettement antimicrobiens [332]. L'écorce contient une abondante gomme résineuse collante [332]. Ceci est pris en interne dans le traitement de la gonorrhée [332]. À l'extérieur, la gomme est appliquée sur les infections cutanées et utilisée pour sceller de nouvelles plaies [332]. On dit que l'écorce est aphrodisiaque, galactagogue [332]. La décoction est utilisée pour traiter la stérilité féminine et pour faciliter l'accouchement, la prise étant quotidienne jusqu'à ce que la conception soit certaine, puis à moitié dosée pendant toute la durée [332]. Il est également utilisé pour provoquer l'expulsion d'un f?tus mort [332]. L'écorce en poudre est appliquée à l'extérieur sur les tumeurs malignes, les cancers, etc. [332]. Un thé d'écorce, associé à l'écorce de Sarcocephalus latifolius, a une solide réputation en tant que diurétique, décongestionnant urinaire et traitement des écoulements urétraux chroniques [332]. L'écorce, associée au Piper guineense et à la sève d'une tige de plantain (Musa sp.) Est utilisée pour embraser le sein en cas de mammite [332]. La graine et l'écorce sont utilisées pour traiter les maux d'estomac [332]. Les feuilles et l'écorce sont utilisées dans le traitement des troubles pulmonaires et gastro-intestinaux [332]. La racine et l'écorce sont utilisées comme tonique pour les hommes «pour que leurs organes fonctionnent bien» [332]. Les feuilles ont un goût amer. Une infusion de feuilles est purgative [332] Les fruits sont consommés au Nigéria comme remède contre les douleurs générales à la tête, au dos, etc., et comme vermifuge [332]. On dit que les graines sont antidote, antitussive, aphrodisiaque, astringente et vermifuge [332]. On dit que la mastication des graines soulage la toux, l'enrouement et les troubles des bronches et de la gorge. Ils sont pris à sec comme remède contre la dysenterie. On dit qu'ils fournissent un antidote contre l'intoxication par Strophanthus [332]. Le principe actif, ou principes, dans la noix reste énigmatique. La caféine, qui est présente dans le vrai kola, est absente. Une trace d'alcaloïde a été signalée dans les matériaux nigérians, mais absente dans d'autres échantillons. Des tanins sont présents et peuvent contenir les composés antibactériens morelline et guttiférine [332]. L'activité peut également résider dans des résines qui ne sont pas encore identifiées [332].

M

Myrceugenia obtusa,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-fruit (tomate)

Parties comestibles : fruit (traduction automatique) | Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

P

Pelargonium graveolens, Geranium odorant rose

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -5°C

legume-fleurlegume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : Les feuilles et les fleurs sont utilisées pour donner de la saveur et du parfum aux jus de fruits, vins, desserts, soupes, gelées, sauces, crèmes et fruits ; les fleurs sont également consommées en salade, et les feuilles en infusion.



Partie(s) comestible(s) : feuilles, fleurs, feuilles - thé culinaire(s) :




Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : C’est aussi une plante médicinale reconnue pour de nombreuses vertus : antibactériennes, antimycosiques, cicatrisantes... Il contient du citronnellol et du géraniol.

Ses propriétés toniques et astringentes en feront une huile essentielle courtisée dans le domaine de la cosmétique comme soin anti-âge naturel, redonnant de l’éclat aux peaux ternes ou aux visages bouffis. Elle apaisera de plus les peaux enflammées, les mycoses, les rougeurs, l’acné, les inflammations de la bouche. Enfin elle pourra accompagner en douceur la femme pour tous ses problèmes intimes.


Pfaffia paniculata,
img



legume-racine (carotte)

Parties comestibles : racines (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La racine de Pfaffia est une plante médicinale très importante avec une très longue histoire d'utilisation traditionnelle parmi les peuples autochtones de la région amazonienne [318]. Considérée comme une panacée générale, elle était et est utilisée comme herbe tonique et rajeunissante pour traiter un large éventail de maladies et restaurer la virilité du corps [318]. En phytothérapie moderne, la racine est considérée comme un adaptogène et un tonique, capable d'augmenter la résistance du corps aux influences néfastes par un large éventail de facteurs physiques, chimiques et biochimiques et ayant un effet normalisant ou réparateur sur le corps dans son ensemble. [318]. Il est pris pour stimuler l'appétit et la circulation; augmenter la production d'?strogènes; équilibrer les niveaux de sucre dans le sang; améliorer le système immunitaire; renforcer le système musculaire; améliorer la mémoire; et comme tonique réparateur général après une maladie [318]. Il est utilisé pour traiter l'épuisement et la fatigue chronique; impuissance; arthrite; anémie; Diabète; cancer; hypertension artérielle; PMS, ménopause et troubles hormonaux; et de nombreux types de stress [318]. La racine contient 19 acides aminés différents, un grand nombre d'électrolytes, des oligo-éléments, du fer, du magnésium, du zinc, des vitamines A, B1, B2, E, K et de l'acide pantothénique. Sa forte teneur en germanium explique probablement ses propriétés d'oxygénateur au niveau cellulaire; sa teneur élevée en fer peut expliquer son utilisation traditionnelle pour l'anémie. La racine contient également de nouveaux composés phytochimiques, notamment des saponines, des acides pfaffic, des glycosides et des nortriterpènes [318]. Les saponines sont bien connues pour avoir un large spectre d'activités comprenant l'abaissement du cholestérol sanguin; inhiber la croissance des cellules cancéreuses; et agissant comme agents antifongiques et antibactériens [318]. Ils sont également appelés détergents naturels et agents moussants [318]. Les phytochimistes rapportent que les saponines peuvent agir en se liant aux acides biliaires et au cholestérol. On pense que ces produits chimiques «nettoient» ou purgent ces composés gras du corps (abaissant ainsi le taux de cholestérol sanguin) [318]. Les saponines spécifiques trouvées dans les racines de suma comprennent un groupe de nouveaux composés phytochimiques appelés pfaffosides. Ces saponines ont démontré cliniquement leur capacité à inhiber les mélanomes des cellules tumorales et à aider à réguler la glycémie [318]. Pfaffia a démontré des activités analgésiques et anti-inflammatoires dans diverses études [318].

Plantago coronopus, Plantain corne-de-cerf

img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : -15/-20°C

legume-fruit (tomate)legume-fleurlegume-feuille (laitue)legume-racine (carotte)

Note : ***

Détails : -Les jeunes feuilles peuvent être consommées en salades ou comme légume (potherbe) ; -Les jeunes inflorescences se mangent crues en salade ou blanchies ; -Leur saveur rappelle celle du champignon.



feuilles crues ou cuites (ex. : comme potherbe).



Feuille (jeunes et/ou tendres de préférence , graines (aromatisantes (blé tendre) ; dont extrait (huile)) et racine (cuites) comestibles.



Plantain que l'on a même cultivé dans nos potagers à partir du 16ème siècle (var. sativa), en particulier aux Pays-Bas et en Italie. On le nomme parfois "barbe de Capucin" (à ne pas confondre avec la chicorée - Cichorium intybus - du même nom). Ses feuilles découpées sont assez charnues et croquantes. En Catalogne on les met parfois dans le "ratafia", une liqueur de noix vertes qu'aromatisent diversent plantes.


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : **

Usages médicinaux : En infusion, on l’emploie comme diurétique (elle soigne notamment la dysenterie et les entérites diarrhéïformes), mais elle est également utilisée en décoction (contre les laryngites, pharyngites et trachéites), sous forme d'emplâtres ou de crème, comme antibactérienne (contre les ulcères, pustules, piqûres d'insectes ou encore l’acné), et peut aussi servir de collutoire pour les gargarismes, ou en solution contre la conjonctivite, tout cela grâce au tanin et à la pectine de leurs différents organes et au mucilage des graines.

Déjà connu des médecins de l'Antiquité, le plantain fut utilisé comme astringent dans les métrorragies ou pour simuler la virginité chez les jeunes filles qui l'avaient perdue.

Au début du XXe siècle, l'abbé Johann Künzle (de), herboriste populaire suisse, écrit que « le plantain est utilisé, quelle que soit l'espèce, avec la racine, la plante avec les feuilles, la fleur et les graines. Il purifie comme aucune autre plante ne peut le faire le sang, les poumons et l'estomac et est indiqué pour cette raison aux personnes anémiques ou dont le sang est de mauvaise qualité, dont les poumons et les reins sont faibles, qui sont de pâleur maladive, qui ont des exanthèmes, des dartres ou qui toussotent, qui sont enroués, et restent maigres comme des clous même si on les gave comme des oies »µ{{{wikiµ.


R

Rosa gallica, Rosier de france

img



legume-fruit (tomate)legume-fleur

Note : **

Détails : Fruits comestibles ; pétales utilisés en confiture.



Pétales - crus ou cuits. Ils peuvent être ajoutés comme garniture décorative aux salades, et peuvent également être cristallisés ou conservés dans du sirop. Ils sont également séchés et utilisés comme aromatisant dans les tisanes, et autres boissons, les gâteaux, etc.. Les pétales séchés et les boutons floraux sont un ingrédient important du mélange d'épices d'Afrique du Nord «ras-el-hanout».

L'eau de rose, obtenue en infusant à froid les pétales, est utilisée comme arôme dans diverses confiseries, en particulier les loukoum («Turkish Delight»).



La graine est une bonne source de vitamine E, elle peut être moulue et mélangée avec de la farine ou ajoutée à d'autres aliments comme supplément. Assurez-vous d'enlever les poils des graines.




Précautions

Il y a une couche de poils autour des graines juste sous la chair du fruit. Ces poils peuvent provoquer une irritation de la bouche et du tube digestif s'ils sont ingérésµ{{{5µ.

Note médicinale : **

Usages médicinaux : Les pétales sont antibactériens, astringents et toniques [4, 61]. Ils sont pris en interne dans le traitement du rhume, des infections bronchiques, de la gastrite, de la diarrhée, de la dépression et de la léthargie [238]. À l'extérieur, ils sont utilisés pour traiter les infections oculaires, les maux de gorge, les blessures mineures et les problèmes de peau [238]. Le fruit de nombreux membres de ce genre est une source très riche de vitamines et de minéraux, en particulier en vitamines A, C et E, en flavonoïdes et autres composés bioactifs. C'est aussi une assez bonne source d'acides gras essentiels, ce qui est assez inhabituel pour un fruit. Il est étudié comme un aliment capable de réduire l'incidence du cancer et aussi comme un moyen d'arrêter ou d'inverser la croissance des cancers [214]. L'huile essentielle des fleurs est utilisée en aromathérapie pour lutter contre la dépression, l'anxiété et les sentiments négatifs [238].

S

Senna alata,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Note : **

Détails : -jeunes feuilles - cuites ; les feuilles grillées sont parfois utilisées comme succédané du café ; -jeunes gousses - cuites et consommées comme légume ; utilisées uniquement en petites quantités.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTION : la plante peut devenir une mauvaise herbe dans les pâturages ; elle n'est pas consommée par le bétail et serait toxique, en particulier pour les chèvres ; l'écorce est utilisée comme poison de poissonµ{{{5(+)µ (toutes les parties de la plante sont toxiques si elles sont ingéréesµ{{{5(K)µ).

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : Le buisson de teigne est largement utilisé comme médecine traditionnelle, particulièrement apprécié pour son effet laxatif et son traitement efficace de plusieurs affections cutanées, dont la teigne et la gale. La recherche tend à confirmer la validité de ces traitements traditionnels. Un certain nombre de dérivés d'anthraquinone ont été isolés des feuilles, tels que l'aloe-émodine, le chrysophanol, l'isochrysophanol et la rhéine, ainsi que l'alcaloïde tyramine et le stéroïde bêta-sitostérol commun [299]. Les extraits bruts de feuilles ont montré une activité antibactérienne contre une gamme de bactéries (comme Dermatophilus congolensis, qui provoque une affection cutanée grave chez les bovins), des propriétés antifongiques (comme contre le Pityriasis versicolor chez l'homme), ainsi qu'une activité antitumorale [299]. L'écorce contient des tanins [299]. Les pétales contiennent des anthraquinones, des glycosides, des stéroïdes, tanins et huile volatile [299]. Les extraits de pétales ont une activité bactéricide contre les bactéries à Gram positif mais pas contre les bactéries à Gram négatif [299]. La plante est laxative, antibactérienne, antitumorale, anti-inflammatoire, diurétique, analgésique, vulnéraire, faiblement antifongique, hypoglycémique et antispasmodique [311]. Les feuilles sont laxatives [348]. Ils sont pris en interne comme remède contre la constipation et pour purifier le sang [311]. Les feuilles sont décoctées, avec ou sans Tripogandra serrulata et Persea americana, comme traitement de la biliousness et de l'hypertension. Les feuilles sont largement utilisées dans le traitement des maladies de la peau [298]. Ils peuvent être appliqués sous forme de teinture; comme cataplasme; en poudre, puis mélangé avec de l'huile sous forme de pommade; ou la sève peut être répandue sur la zone touchée - ils forment un traitement efficace pour les imperfections cutanées, la gale, teigne et autres infections cutanées fongiques [302, 310, 311]. L'écorce est utilisée pour traiter les maladies de la peau, la diarrhée, les vers, les maladies parasitaires de la peau, la gale et l'eczéma [311]. La racine est laxative. Une perfusion est utilisée dans le traitement de la diarrhée, des tympanites, des problèmes d'utérus et de l'expulsion du ver filaria [348]. La racine est appliquée à l'extérieur pour traiter les plaies et les champignons cutanés [348]. Les fleurs sont utilisées comme laxatif et vermifuge [348]. Une perfusion est utilisée pour remédier aux affections de la rate [348]. Une décoction associée au Zingiber officinale est utilisée comme traitement de la grippe et comme abortif [348]. Ils sont décoctés avec du lait de coco pour être utilisés comme laxatif [348]. Les feuilles, les fleurs et les fruits sont mélangés dans une infusion pour traiter les problèmes d'estomac [348]. La graine est laxative et anthelminthique. Il est cuit et utilisé comme remède contre les vers intestinaux [348]. La feuille contient de l'anthraquinone purgative et présente également une certaine activité antimicrobienne [348]. La tige contient du chrysophanol, de l'émodine, de la rhéine et de l'aloès émodine [348]. La feuille et le fruit contiennent des dérivés anthracéniques purgatifs de l'aloès émodine et de la rhéine [348].

Smilax officinalis,
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 10-12

legume-racine (carotte)

Note : **

Détails : La racine a été utilisée comme ingrédient dans la bière de racine et d'autres boissons, où elle est appréciée pour ses propriétés moussantes et non pour ses propriétés aromatisantes.


Précautions

ATTENTION : aucune toxicité ou effet secondaire connu n'a été documenté pour la salsepareille ; cependant, l'ingestion de fortes doses de saponines peut provoquer une irritation gastro-intestinaleµ{{{5(+)µ.

Note médicinale : ****

Usages médicinaux : La racine de salsepareille a longtemps été utilisée comme médecine traditionnelle en Amérique centrale et du Sud, où elle est employée dans le traitement de l'impuissance sexuelle; rhumatismes et douleurs articulaires; maux de tête; le rhume; les affections cutanées, y compris la lèpre; et comme tonique général en cas de faiblesse physique [318]. La plante est devenue populaire comme remède à base de plantes dans de nombreuses régions du monde et des recherches considérables ont été menées sur les composés médicalement actifs de la racine. Les composés actifs les plus importants dans la racine sont une gamme de stéroïdes végétaux et de saponines; les autres composés présents comprennent les flavonoïdes [318]. Il a été démontré que les saponines facilitent l'absorption par l'organisme d'autres médicaments et composés phytochimiques, ce qui explique son histoire d'utilisation dans les formules à base de plantes comme agent de biodisponibilité et pour améliorer la puissance et l'effet d'autres herbes [318]. La recherche clinique a validé l'utilisation traditionnelle de la salsepareille pour les affections cutanées telles que le psoriasis, l'eczéma, l'acné et la lèpre. Dans une étude clinique portant sur 92 patients, il a été rapporté que l'utilisation de la racine améliorait les lésions de psoriasis dans 62% des cas et les lésions complètement éliminées dans 18% des cas. On pense que les propriétés de nettoyage du sang de la racine en sont largement responsables, et en particulier la sarsaponine stéroïde, dont il a été démontré qu'elle élimine les endotoxines du sang [318]. L'utilisation efficace de la salsepareille dans le traitement de la lèpre a été documentée dans un essai sur l'homme de 1959 [318]. L'efficacité de la salsepareille dans le traitement de l'acné chez les adolescents causée par un excès d'androgènes a également reçu un soutien expérimental [318]. Il a été établi que les flavonoïdes de la salsepareille ont des activités de modulation immunitaire et de protection hépatique [318]. Des observations cliniques en Chine ont démontré que la salsepareille était efficace (selon des tests sanguins) dans environ 90% des cas aigus et 50% des cas chroniques de syphilis [318]. D'autres études ont montré les propriétés antibiotiques, antifongiques et antimycobactériennes de la racine [318]. Son activité anti-inflammatoire a été démontrée dans plusieurs études in vitro et in vivo [318]. Il a été rapporté que la racine exerce une activité stimulante sur les reins chez l'homme et, dans la néphrite chronique, elle augmente l'excrétion urinaire d'acide urique [318]. Les saponines et les stéroïdes végétaux trouvés dans de nombreuses espèces de plantes (y compris la salsepareille) peuvent être synthétisés en stéroïdes humains tels que les ?strogènes et la testostérone. Cette synthèse n'a jamais été documentée comme se produisant dans le corps humain - seulement en laboratoire [318]. Les stéroïdes sarsasapogénine et smilagénine auraient la capacité de traiter la démence sénile, le dysfonctionnement cognitif et la maladie d'Alzheimer. Cependant, aucune étude pour étayer ces affirmations n'a encore été publiée dans des articles évalués par des pairs [318] Dans l'herboristerie moderne, la racine est considérée comme anodyne, antibactérienne, antibiotique, antifongique, anti-inflammatoire, nettoyant pour le sang, dépurative, diaphorétique, diurétique, digestive , fébrifuge, hépatique et tonique [318]. Grâce à sa réputation de purificateur de sang, la racine est utilisée depuis longtemps pour la syphilis et d'autres maladies sexuellement transmissibles dans le monde. Il est également utilisé dans le traitement d'affections telles que la goutte, la syphilis, la gonorrhée, les rhumatismes, les plaies, l'arthrite, la fièvre, la toux, la scrofule, l'hypertension, les troubles digestifs, le psoriasis, les maladies de la peau et le cancer [318]. La racine est également largement disponible dans les magasins d'aliments naturels, avec une variété de comprimés, de capsules et de produits de teinture vendus aujourd'hui. Il peut être trouvé, seul ou en tant qu'ingrédient dans divers remèdes à base de plantes, où il est recommandé pour les troubles de la peau, l'amélioration de la libido, l'équilibre hormonal et les formules de nutrition sportive. Il est également couramment utilisé dans les préparations à base de plantes comme synergiste ou aide à la biodisponibilité - car on pense que les saponines de la racine de salsepareille augmentent l'absorption d'autres produits chimiques dans l'intestin [318].

Syngonium podophyllum, Patte-d'oie

Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-fruit (tomate)

Parties comestibles : fruit (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

Note médicinale : **

Usages médicinaux : Une décoction de feuilles écrasées et bouillies est utilisée comme lavage pour traiter les maux d'estomac [348].

La sève blanc laiteux d'une tige cassée est appliquée par voie topique comme remède contre la morsure des fourmis Paraponera [348, 521]. La sève est tamponnée dans la cavité d'une dent douloureuse afin de soulager la douleur [348].

Les racines et l'écorce sont antibactériennes et anti-inflammatoires. Ils sont utilisés dans le traitement des plaies superficielles et profondes et de divers troubles cutanés [360].

Il a été démontré que les extraits de feuilles et d'écorce ont un effet dose-dépendant sur le traitement de l'?dème, montrant qu'ils sont des sources potentielles de principes à forte activité anti-inflammatoire [360].


Syzygium buxifolium,
Pas d\'illustration
pour le moment 😕



legume-fruit (tomate)

Parties comestibles : fruit (traduction automatique) | Original :

Détails : (traduction automatique).
Original :


Précautions

néant, inconnus ou indéterminés.

T

Telfairia occidentalis, Courge cannelée

img



legume-fruit (tomate)legume-feuille (laitue)

Note : ****

Détails : Partie(s) comestible(s) : feuilles, graines, rameaux, pousses, graines - huile, légume culinaires :

-les pousses épaisses de la plante femelle sont coupées et utilisées dans les soupes ; les jeunes pousses et les feuilles sont utilisées comme potherbe ; elles sont également ajoutées aux soupes et ragoûts ; elles peuvent également être séchées et stockées

-les graines sont dépouillées de leur enveloppe puis broyées et utilisées dans les soupes ; les graines sont également bouillies dans leur enveloppe, puis décortiquées et mangée ;

-les graines fournissent une huile de cuisson.


Précautions

ATTENTIONµ0(+x)µ : les racines sont toxiquesµ{{{0(+x)µ.

V

Vernicia fordii
img


Rusticité (résistance face au froid/gel) : zone 8-10

legume-fruit (tomate)

Note : *

Détails : Graines ; il n'y a pas plus de détails mais le rapport doit être traité avec prudence car l'huile de la graine est dite toxique.(1*)


Précautions

(1*)ATTENTION : l'huile de la graine est toxique ; les feuilles et les graines contiennent une saponine toxiqueµ{{{5(+)µ ; bien que toxiques, les saponines sont mal absorbées par le corps humain et donc la plupart passent sans dommage ; les saponines sont assez amères et peuvent être trouvées dans de nombreux aliments courants tels que certains haricots ; ils peuvent être éliminés en les lessivant soigneusement dans l'eau courante ; une cuisson minutieuse, et peut-être changer l'eau de cuisson une fois, en éliminera également la plupart ; cependant, il n'est pas conseillé de manger de grandes quantités d'aliments contenant des saponines ; les saponines sont beaucoup plus toxiques pour certaines créatures, comme les poissons, et les tribus de chasseurs en ont traditionnellement mis de grandes quantités dans les ruisseaux, les lacs, etc. afin de stupéfier ou de tuer les poissonsµ{{{5(K)µ.

Note médicinale : ***

Usages médicinaux : L'huile de la graine est utilisée à l'extérieur pour traiter les maladies parasitaires de la peau, les brûlures, les échaudures et les blessures [218]. On dit que l'huile toxique pénètre dans la peau et dans les muscles, lorsqu'elle est appliquée sur des plaies chirurgicales, elle provoque une diminution de l'inflammation dans les 4 à 5 jours et ne laisse aucun tissu cicatriciel après la suppression de l'infection [218]. La plante est émétique, antiphlogistique et vermifuge [147, 218]. Les extraits du fruit sont antibactériens [218].





Responsabilité : Le Potager de mes Rêves (ainsi que tout membre de cette association) ne peut être tenu responsable pour toute allergie, maladie ou effet nuisible que toute personne ou animal pourrait subir suite à l'utilisation de toute plante mentionnée sur ce site (https://lepotager-demesreves.fr) ; cf. "Notes et mises en garde", pour plus d'informations sur les précautions à prendre.



Licence Creative Commons


Page Facebook du Potager de mes/nos Rêves


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !