fond

Le Potager de mes Rêves

Plantes comestibles :

la Tomate

(ou pomme d'amour, pomme d'or...)
  • Nom botanique : Solanum lycopersicum Linné (1753) ;

  • Famille : solanacées (Solanaceae) appartenant à l'ordre des Solanales ;

  • Description : Pérenne bien connue, la tomate est une liane cultivée comme une plante potagère annuelle pour son légume-fruit du même nom ; c'est une des plantes les plus cultivées et dégustées de par le monde ;


  • Petite histoire : originaires des régions andines d'Amérique du Sud (zônes côtières du Nord-Ouest), les premières tomates ont été domestiquées il y a plusieurs miliers d'années par les peuples mayas et aztèques ; ce n'est que bien plus tard, au début du 16ème siècle, que les premières variétés furent introduites en Europe par les Espagnols ; mais à cause de sa famille et des nombreuses plantes toxiques et maléfiques qui la composent, la tomate, appréciée dès lors comme plante médicinale et décorative, aura encore besoin de deux siècles pour s'imposer dans nos assiettes ;

  • Utilisations comestibles (ou usages culinaires) et intérêts gustatifs :

    • composée de près de 95 % d'eau, la tomate est très riche en vitamines (A, B1, B2, C, E), sels minéraux (surtout du potassium) et oligo-éléments ;
    • diététique (avec ses 18/21Kcal pour 100g), diurétique et alcalinisante, c'est un aliment des plus sains : à consommer sans modération ! ;
    • en outre le lycopène, à l'origine de sa pigmentation rouge, est un excellent antioxydant prévenant certains cancers ;

    On la déguste fraîche et crue (tout juste cueillie, c'est tellement mieux !) en salades, ou cuite (en ragoûts, en ratatouille, farcie...), ou encore transformée (concentré, sauces, notamment le ketchup, coulis, jus, soupes et conserves) ; la tomate se congèle très bien entière pour une cuisson ultérieure ;

  • Toxicité : les fruits (surtout verts) et toute le reste de la plante contiennent de la tomatine (substance toxique); la concentration à l'intérieur du fruit (à n'importe quel stade de maturation) est cependant tellement faible qu'elle ne représente aucun danger ;

    Attention : une tomate abîmée contient (ou peut contenir ?) une moisissure dangereuse : la mycotoxine. Cette moisissure sécrète un poison : la patuline. Ses effets secondaires : irritation de la peau, nausées, troubles des reins et du foie. Si une tomate présente une partie qui commence à moisir ou des taches marron foncé, jetez-la. Et il convient d'y faire attention car même une cuisson de plus d'une heure n'élimine pas la patuline.(source : Naturosanté)

  • Espèces et variétés : aujourd'hui, il existe un choix immense (on répertorie plusieurs milliers de variétés fixées !) aux caractéristiques des plus diverses (formes ronde, ovale, côtelée, couleurs rouge, orange, jaune, noire, verte, rose, bigarrée, saveur douce, sucrée, acide, aigrelette, etc...) ; on recense également quelques espèces et variétés sauvages (dites "botaniques"), à l'origine de tous les autres cultivars éxistants, parmis lesquels on retrouve la fameuse tomate cerise (Solanum lycopersicum cerasiforme) ou la tomate groseille (Solanum pimpinellifolium), nos délicieuses tomates cocktail ! ;

  • Port et croissance : étant une liane vivace dans son milieu naturelle, la tomate peut presque pousser à l'infinie, c'est pourquoi on dit que sa croissance (taille de la plante à l'âge adulte ou maturité) est indéterminée ; il existe néanmoins de plus en plus de variétés à port (ou croissance) déterminé(e) dont certaines ne nécessitent même plus de taille ;

  • Feuillage : de la même famille que les pommes de terre, beaucoup de variétés de tomates en ont d'ailleurs des feuilles alternes très ressemblantes ce qui fait qu'on parle soit d'un "feuillage normal' soit d'un "feuillage de pomme terre" ;

  • Résistance au froid : craignant le gel, la tomate ne supporte pas les températures négatives inférieures à -2°C ;

  • Multiplication/reproduction : graine, bouture ou greffon ;

  • Récupération de semences :

    • par ses fleurs hermaphrodites, la tomate est autofertile et principalement autogame ; de plus la morphologie de la fleur (le style est en effet inséré dans le tube formé par les étamines et les stigmates n'apparaissant généralement pas à l'extérieur) limite fortement la pollinisation croisée (sans l'interdire totalement) ce qui fait que les graines d'un fruit ont toutes les chances de donner une descendance identique sans pollénisation manuelle ; afin d'obtenir une pureté variétale sûre (ou absolue) il est toutefois possible d'isoler la fleur des insectes pollinisateurs en l'enfermant dans un sac (en papier craft par exemple) ou un morceau de tulle ou de voile d'hivernage (technique de l'ensachage) ;

    • choisir une tomate bien mûre représentant bien la variété choisie, la couper en deux et verser le jus et les graines dans un petit récipient ; ajouter de l'eau si besoin, de façon à ce que les graines soient immergées ; laisser reposer jusqu'à ce qu'une fine pellicule de moisi apparaisse sur la surface, puis retirer celle-ci et verser le liquide et les graines dans une passoir ou un tamis à maillage très serré ; terminer en laissant les graines sécher quelques jours dans une assiette plate ;

    • nombre de graines au gramme : 200 à 600 ;

  • Semis :

    • semer de janvier à mars et même plus tôt (tout dépend de la place, du temps et des moyens que l'on peut et veut y accorder) sous abri chauffé (couche chaude, rebord de fenêtre à l'intérieur de la maison, mini serre chauffée à l'aide d'une résistance ou d'un cordon chauffant ou tout autre moyen le plus respectueux de l'environnement, au possible) dans des barquettes, godets, plaques alvéolées ou autres contenants remplis de terreau ou d'un mélange terre/compost (bien décomposé), tasser légèrement (surtout sur les extrémités), recouvrir les graines de 3mm à un petit centimètre de terreau, tasser légèrement de nouveau et arroser en pluie fine; maintenir la terre fraiche (légèrement humide mais pas détrempée) jusqu'à la levée des graines (en arrosant de nouveau dès qu'elle s'assèche en surface) puis jusqu'au repiquage ; prendre soin d'aérer régulièrement, notamment pour éviter la fonte des semis ; prévoir la transplantation des plantules en godets individuels un à deux mois après ; certains préconisent également de les repiquer plusieurs fois, pour favoriser l'enracinement et donner de la vigueur aux plants ;

    • de mars à avril sous abri hors gel (serre froide, tunnel, couverture en voiles d'hivernage et/ou plastique à bulles...)

    • d'avril à juin (après le dernier gel) directement en pleine terre ;

  • Germination : 5 à 12 jours (7 à 10 en moyenne) à au moins 18-20°C ;

  • Exposition : chaude et très ensoleillée (plein soleil) mais à l´abri du vent ;

  • Culture en pleine terre : repiquer les plants en godets individuels dès qu'il possèdent au moins 2 (5 sont conseillées) vraies feuilles (succédants aux 2 cotylédons) et les conserver à l'abri du gel jusqu'à la plantation ; continuer d'arroser et d'aérer plusieurs fois par semaine (et même tous les jours en périodes chaudes et ensoleillées) ; sortir les plants lors des journées ensoleillées afin de les acclimater petit à petit ; mettre en place à leur emplacement définitif, entre Avril et Juin, après les dernièrs risques de gelées et/ou lorsque les plants atteignent 10-20cm (12-15cm en moyenne) ; choisir un sol frais (ni sec, ni humide), bien drainé et humifère (riche en humus) ; préparer la terre en surface (faire un apport de feuille d'orties et de compost au besoin) et installer les plants à 40-60cm d'intervalle entre chaque sur des lignes distantes de 50-90cm ; prendre soin de les enterrer au maximum car la partie sous-terre de la tige émettera de nombreuses racines fortifiant ainsi la plante et favorisant, par la même, sa croissance ;

  • Culture en pot : choisir des bacs ou autres contenants de relativement grande dimension (au moins 10/15l), remplir d'un mélange terre/ compost (bien décomposé) ; certaines variétés sont plus adaptées que d'autres, comme par exemple les tomates naines (ne dépassant pas 50cm de haut) ; les autres devront être taillées proportionnellement au volume du pot ; des apports réguliers en engrais naturels ou bio pourront être à prévoir ; surveiller les arrosages ;

  • Autres possibilités de culture : intérieur (serre froide en verre ou polycarbonate, tunnel plastique, véranda...) ou extérieur (de plein champ) ;

  • Taille et tuteurage : facultatifs ; dans le Nord, les régions à Etés courts, ou tout simplement lors de semis et plantations tardives, il est tout de même fortement conseillé de pincer les gourmands (supprimer les bourgeons ou jeunes pousses aux aisselles des feuilles), essentiellement pour les variétés tardives et indéterminées, afin de permettre à la plante de concentrer son énergie et garantir ainsi la maturation d'un maximum de tomates ; beaucoup d'anciens (mais pas que !) pratiquent cette méthode de culture dans tous les cas, en ne laissant qu'une tige principale étêtée à un certain niveau (généralement au dessus du 4ème ou 5ème bouquet) ; le tuteurage est également souvent préconisé, pour diriger la plante notamment lors de telles pratiques culturales, il existe d'ailleurs un tuteur métallique très pratique et spécialement conçu pour : le tuteur à spirales ; on peut également conserver plusieurs branches et les attacher, au fur et à mesure de leur croissance, au tuteur ou à la branche principale, au moyen de petits bouts de raffia, fils de fer recouverts de cellophane, ou autres systèmes d'attaches biodégradables et, de préférence réutilisables (2 caractéristiques qui ne sont pas toujours évidentes à trouver en même temps) ; placer le tuteur (ou un poteau en métal ou en bois, ou encore une simple branche) au moment de la plantation pour éviter d'abîmer les racines ; on peut aussi planter 2 poteaux de 2 mètres aux 2 extrémités de chaque ligne, puis tendre une ficelle (relativement épaisse et solide) entre eux (parallèlement au sol et au niveau le plus haut), et enfin terminer en reliant une autre ficelle du pied de chaque plant de tomate à la ficelle principale ;

    certaines variétés sont spécialement adaptées et sélectionnées pour être cultivées sans taille ni tuteurage ; on les laisse simplement courir "à plat" sur le sol ;

  • Effeuillage : comme la taille et le tuteurage, cette pratique est facultative mais très répandue dans les potagers de nos grands-parents ; cela peut être réalisé dans un même but et une même logique, à savoir accélérer la maturation des fruits en permettant à la plante d'y concentrer ses forces plutôt que dans les feuilles, ou tout simplement pour limiter les maladies cryptogamiques ; on commence alors par les vieilles feuilles qui, perdant leur pouvoir photosynthétique, deviennent même nuisibles pour la plante (en étant responsables du retard de croissance des fruits) ;

  • Arrosage : régulier et relativement fréquent mais sans excès et de préférence directement au pieds des plants, notamment dans les régions nuageuses et pluvieuses où les maladies cryptogamiques sont fréquentes ; éviter donc de mouiller les feuilles, en proscrivant les arroseurs par aspersion, et utiliser plutôt le goulot d'un arrosoir ou, encore mieux, un tuyau percé ou poreux afin d'économiser de l'eau et permettre à celle-ci de bien pénétrer la terre ; pour obtenir un parfum, un arôme et un goût encore plus savoureux, il est conseillé de cesser d'arroser les plants dès que les fruits commencent à rougir ;

  • Paillage (paillis ou mulch) : paille, foin, herbe (tonte de gazon), feuilles mortes, fumier ou compost bien décomposé, écorces, broyats et copeaux de bois ou b.r.f. (bois raméal fragmenté), sciure, paillettes de lin ou de chanvre, cosses de sarrazin, ou encore du carton, etc... ; pour limiter les arrosages, la prolifération des adventices (mauvaises herbes), protéger les fruits en l'absence de tuteurage, et apporter des nutriments (tout au long de la dégradation ou décomposition du paillis) ; éviter les matériaux traités ;

  • Entretien (soins) divers : fertilisation par apports de compost bien décomposé ou d'engrais bio spécial tomates ; arrosage au purin d'orties (riche en azote) tous les quinze jours afin de fortifier les plants et développer le feuillage en début de croissance ; stopper cet apport dès que les fruits apparaissent, sinon cela risque de diminuer leur saveur et la productivité de la plante en général ;

  • Enemis (maladies et parasites) :

    • le mildiou est ce qu'il y a de pire car c'est un organisme filamenteux très difficile à éradiqué même à l'aide de traitements comme la bouillie bordelaise ; les plants atteints doivent être taillés drastiquement, mis en quarantaines (quand ils sont en pots) ou même éliminés par brulage lorsque les dégâts sont trop importants (par exemple lorsque la tige principale est atteinte au plus bas) ; le mieux reste encore la prévention en évitant une humidité excessive (pluie, manque d'aération des serres, etc...) et/ou en pulvérisant du purin de prêle (également applicable curativement) ;

    • les gastéropodes et les chenilles apprécient les jeunes pousses, les feuilles et les fruits ;

  • Récolte : de Juin (voir Mai, en régions clémentes, pour les variétés très hâtives démarrées précocement sous abri) à Novembre ; 3 à 6 mois après le semis ; cueillir les fruits régulièrement pour conserver la productivité en évitant d'affaiblir les plantes ; évitez les heures chaudes ; les fruits peuvent même être ramassés avant maturité (attendre de préférence le début de la coloration) et installés dans le noir (dans une cave, du papier journal ou une boîte à chaussures par exemple), au chaud et au soleil (derrière une fenêtre ou une baie vitrée) mais cela demande plus de temps ; conservez le pédoncule sur le fruit pour une meilleure conservation et une plus grande fraîcheur (notamment lorsque les tomates sont récoltées avant maturité) ; on peut même couper les grappes entières (généralement en fin de saison) en conservant les fruits dessus, de la même manière que précédemment ;

  • Variétés cultivées :




  • Liens:
    Wikipédia : la Tomate
    Naturosanté : la Tomate
    Dietobio : la Tomate
    Tomodori : Le site sur les variétés de tomates anciennes
    Ventmarin (passion tomates) : près de 13000 variétés ou appellations locales ou commerciales classées par ordre alphabétique.
    Kokopelli : association et boutique de semences anciennes, catégorie/section des tomates (plus de 400 variétés)
    Semeurs.free : échange de semences graines, catégorie/section des tomates avec plus de 3000 variétés répertoriées (tri par ordre alphabétique et filtres de recherche)
    Jardins de tomate :association sur les tomates
    "Ethno-botanik.org" (Liste de plus de 20000 variétés de tomates)



Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !